• ds_1015.jpg
  • ds_1950.jpg
  • ds_0912.jpg
  • ds_1431.jpg
  • ds_0318.jpg
  • ds_0923.jpg
  • ds_0493b.jpg
  • DS_0084.jpg
  • ds_0950.jpg
  • ds_1738.jpg
  • ds_1579.jpg
  • ds_0406c.jpg
  • ds_0665a.jpeg
  • ds_0243.jpg
  • ds_1124.jpg
  • ds_0810.jpeg
  • ds_0690.jpeg
  • ds_1270.jpg
  • ds_0883.jpg
  • ds_0660b.jpeg
Mercato

22 Avril 2024

Le Stade Rennais pourrait bien recruter au Fenerbahçe pour la saison prochaine. Le club breton pense à un certain Irfan Can Kahveci pour renforcer son secteur offensif . Selon les informations...

Actualité

21 Avril 2024

Un international turc aurait tapé dans l’œil du Stade Rennais en vue du prochain mercato d’été . Selon les informations relayées par le média Fichajes, les dirigeants du Stade Rennais lorgneraient...

Ligue 1

21 Avril 2024

Le coach rennais est resté évasif quant aux raisons précises de ce choix tactique ou disciplinaire. Toutefois, il semble que ces ajustements étaient temporaires puisque Bourigeaud et Theate ont tous...

Ligue 1

21 Avril 2024

En s'imposant 3-0 à La Beaujoire, Rennes s'est relancé dans la course à l'Europe et est remonté, provisoirement, à la 7e place de la L1. Les Canaris, eux, ratent une occasion dans la lutte pour le...

Ligue 1

14 Avril 2024

Le président du SRFC s’est exprimé après la défaite calamiteuse de son équipe samedi soir face à Toulouse au Roazhon Park (1-2). Les mots sont forts, puisqu’il parle de prestation honteuse, indigne....

Ligue 1

14 Avril 2024

Il y a encore deux semaines, tout roulait pour le Stade Rennais, revenu au contact des places européennes et qualifié pour les demi-finales de la Coupe de France. Plus dure serait la rechute. Les...

Actualité

13 Avril 2024

Les supporters du Stade Rennais ont rendu hommage ce samedi à Nicolas Holveck, ancien président du club décédé cette semaine d'un cancer . Le Roazhon Park accueille la rencontre entre le Stade...

Actualité

13 Avril 2024

Le Stade Rennais vit une saison très décevante. Les Bretons restent d'ailleurs sur une série de trois défaites de suite, ce qui inquiète pas mal . A Rennes, c'est la saison de la déception....

Actualité

12 Avril 2024

Rennes rencontre Toulouse au Roazhon Park, samedi 13 avril, pour la 29? journée de Ligue 1. En raison du risque de confrontations entre supporters, le préfet a pris un arrêté . « Il existe un risque...

Actualité

12 Avril 2024

La bataille des droits TV de la Ligue 1 fait rage dans les coulisses, mais la LFP n'a toujours rien communiqué sur ce sujet. On sait seulement que des alliances entre diffuseurs se négocient avec...

Anciens

10 Avril 2024

Les deux anciens Rennais Jérémy Doku (Manchester City) et Mathys Tel (Bayern Munich) ont vu leur valeur marchande exploser ces derniers mois . Vendu pour quelque 60 millions d’euros par le Stade...

Actualité

10 Avril 2024

Au cœur d’une nouvelle spirale négative, le Stade Rennais doit réagir. Défaits contre Strasbourg, Paris, puis Monaco, les Rouge et Noir ont plus que mal géré cet enchaînement redouté, et ressortent...

Ligue 1

09 Avril 2024

Samedi, à 21h00, le TFC sera sur la pelouse du Stade Rennais pour la 29ème journée de Ligue 1 . Cette rencontre se jouera à guichets fermés puisque la billetterie du club breton ne propose plus...

Amateurs

09 Avril 2024

Le Stade Rennais est sur le point de s’offrir un gros coup, avec l’arrivée de Steven Gérard Gaote . Un homonyme qui risque d’attirer l’oeil des recruteurs. Steven Gerard Gaote serait effectivement...

Actualité

09 Avril 2024

Et cinq saisons de plus qui feront vingt-cinq. Une fidélité rare pour être souligné, qui n’a peut-être d’équivalent que le partenariat similaire du FC Nantes rival avec le groupe Synergie. Le Stade...

Actualité

09 Avril 2024

Deuxième propriétaire de club de foot le plus riche au monde, François Pinault n’a pas pour autant transformé le Stade Rennais en grand club européen comme son immense fortune pourrait le lui...

Actualité

08 Avril 2024

Le Stade Rennais F.C. a eu la très grande douleur d’apprendre la disparition de Nicolas Holveck, à l’âge de 52 ans. Ancien Président Exécutif – Directeur Général du Stade Rennais F.C., Nicolas...

Actualité

08 Avril 2024

Nicolas Holveck est décédé à l’âge de 52 ans, après un combat admirable et admiré contre un cancer diagnostiqué en mars 2021. Le dirigeant aura laissé de bons souvenirs partout où il est passé, de...

Le Stade Rennais signe un nouveau partenariat

Après le changement d'entraîneur, vient le changement d'habilleur.

ds 1772

Décidément, le Stade Rennais fait peau neuve. Après une trêve internationale agitée, marquée par le départ de Bruno Genesio et l'arrivée de Julien Stéphan sur le banc, le club breton a annoncé un nouveau partenariat. Ce samedi, Izac a annoncé son arrivée en tant que nouvel habilleur des joueurs, sur le site officiel du SRFC. La marque de vêtements sera présente lors des 2 prochaines saisons.

Ainsi, elle devrait succéder à Balenciaga, qui remplissait le même rôle pour la saison 2022-2023 et l'exercice en cours. L'habilleur actuel du Stade Rennais est très discret dans le football, faisant une unique apparition sur le maillot du club en juin dernier. C'était lors de la 35ème journée de Ligue 1, qui invitait d'ailleurs les équipes à se mobiliser pour lutter contre l'homophobie.

Un nouveau symbole de renouveau, initié par François Pinault ?
Si ce changement peut sembler anodin, il peut laisser place à plusieurs interprétations. Le passage de flambeau entre Balenciaga et Izac peut montrer le début d'une nouvelle ère, à l'instar de l'arrivée de Julien Stéphan. En difficulté ces dernières semaines, treizième de Ligue 1 après 12 journées, l'équipe du Stade Rennais n'a plus rien à voir avec celle qui avait arraché une belle quatrième place en juin dernier.

Le propriétaire du SRFC, François Pinault, pourrait également être à l'origine de ce renouveau. Alors que son lien avec Balenciaga était évident, étant détenteur du groupe Kering qui détient la marque, l'homme de 87 ans aurait pu initier la fin du partenariat pour marquer la nouvelle ère du club. L'entreprise française était arrivée en septembre 2022, ne connaissant que Bruno Genesio sur le banc du Stade Rennais.

Le bel hommage de Mandanda à Genesio, une personne extraordinaire

Promu capitaine par Julien Stéphan, Steve Mandanda n'en oublie pas pour autant Bruno Genesio, qu'il a chaleureusement remercié pour son passage au Stade Rennais.
ds 1753

Une réaction est attendue. Battu par l’OL (1-0) avant la trêve internationale et seulement 13e au classement, avec un point d’avance sur le barragiste, le Stade Rennais a besoin de se relancer dimanche face au Stade de Reims (17h05), à l’occasion de la 13e journée de Ligue 1. Loin des ambitions affichées par un club qui vise normalement la Ligue des champions, les Rouge et Noir comptent sur Julien Stéphan pour sortir la tête de l’eau. C’est lui que les dirigeants bretons ont choisi pour remplacer Bruno Genesio, parti "d'un commun accord".

J’ai découvert un super coach
Un départ "difficilement" vécu par Steve Mandanda, comme l’a reconnu le gardien de 38 ans ce vendredi en conférence de presse. "Avec Flo (Maurice) et le président (Olivier Cloarec), c’est l’une des personnes importantes dans ma venue (en 2022). En un an et demi, j’ai découvert une personne extraordinaire et un super coach. Sa décision a été difficile pour moi et le groupe. Ce sont les aléas du foot, ce n’est pas la première fois que ça arrive. On doit avancer au maximum parce que la priorité est Stade Rennais et tout faire pour redresser la situation", a commenté l’ancien Marseillais.

Il s’est également confié sur le nouveau rôle qui l'attend sous les ordres de Stéphan, qui a décidé de lui donner le brassard de capitaine. "Le coach m’a fait part de son idée, de son envie, a expliqué le champion du monde 2018. On en a discuté, il en a parlé avec Bourige (Benjamin Bourigeaud, qui était capitaine sous Genesio, ndlr), on a échangé avec Bourige et au final, pour moi comme pour lui, ça ne changera pas énormément le rôle qu’on peut avoir au sein du groupe. Je ne compte pas changer dans mon attitude et dans ce que je fais. Donner le max pour le bien du groupe et de l’équipe."

Le coup bas de Genesio à Stéphan avant son départ

Démissionnaire de son poste d’entraîneur du Stade Rennais en fin de semaine dernière, Bruno Genesio n’est pas parti les mains vides et a tenu à dire au revoir à ses joueurs... sans mettre Julien Stéphan au parfum.

ds 1744

Le tohu-bohu est-il terminé au Stade Rennais ? En pleins remous depuis une semaine, le club breton a vu Bruno Genesio laisser son poste d’entraîneur à Julien Stéphan puis Florian Maurice être confirmé dans ses fonctions de directeur sportif hier par le président Olivier Cloarec.

Entre temps, L’Équipe nous apprend que Genesio est parti avec des indemnités. Et, après avoir passé le week-end à Lyon, il est revenu dans la capitale bretonne en début de semaine, réunissant mardi soir ses anciens joueurs pour un dîner d’adieux.

Stéphan pas mis dans la confidence
Le quotidien sportive précise que Julien Stéphan n’a pas été averti de cette initiative louable, lui qui est tourné vers Reims, dimanche (17h05), avec la volonté de fédérer les énergies pour renouer avec un premier succès en L1 depuis le 1er octobre contre le FC Nantes (3-1).

L’aveu déroutant de Florian Maurice sur le choix Julien Stéphan

Après quelques jours d’hésitation, le directeur technique du SRFC a choisi de rester en Bretagne. Et voici ce qu’il pense du choix Stéphan pour remplacer Bruno Genesio.
ds 1742

Bruno Genesio a surpris tout son monde au Stade Rennais. Alors que la trêve internationale avait sonné, le Lyonnais décidait de quitter la Bretagne. Un choix soudain que ses dirigeants ont expliqué par une lassitude et un manque de ses proches. Le 19 novembre dernier, le SRFC officialisait la nouvelle et dégainait dans la foulée en annonçant le retour de Julien Stéphan chez les Rouge et Noir. Parti en 2021, le fils du célèbre adjoint de Didier Deschamps va retrouver un Maurice qu’il avait côtoyé pendant neuf mois avant de claquer la porte.

Et pour beaucoup, la nouvelle cohabitation entre les deux hommes suscitait énormément d’interrogations en raison d’une relation jugée fraîche. Cet après-midi, Florian Maurice est sorti du silence pour la première fois depuis la confirmation officielle de son maintien. Et l’ancien Lyonnais a été très franc au sujet du choix Stéphan. "J’ai eu une conversation avec mon actionnaire qui m’a confirmé qu’il souhaitait que je continue avec Julien (Stéphan, ndlr). Il a le droit de choisir l’entraîneur. Après je m’adapte et je pense que c’est une solution qui était dans les clous. Je vous mentirais si je vous disais que c’était mon premier choix. Maintenant, c’est comme ça, on se doit d’avancer de cette manière-là", a-t-il déclaré sur RMC Sport

Maurice peut travailler avec Stéphan
Stéphan n’était donc pas le premier homme auquel Maurice a pensé au moment de remplacer Genesio, mais le Lyonnais jure que les deux hommes savent collaborer. Mieux, il a même indiqué qu’il aurait voulu travailler plus longtemps avec Stéphan lorsque ce dernier est parti en 2021. "Quand il est parti à l’époque, j’étais très déçu parce que je pensais qu’on avait la possibilité de redresser la barre, comme un peu comme maintenant."

Promis, juré, Maurice peut travailler avec Stéphan. Et même si les deux hommes peuvent avoir des désaccords, Maurice assure qu’il ne reste pas à contrecœur. "Des différends, on peut en avoir, c’est normal, mais ça ne veut pas dire qu’on ne s’entend pas ou qu’on n’est pas sur la même lignée pour faire avancer l’équipe. (…) Il n’y a pas de souci. Sinon, je serais parti." Voilà qui est dit. Reste maintenant à savoir si cela se confirmera au fil du temps.

Pourquoi Florian Maurice est finalement resté au Stade Rennais

Le Stade Rennais s’est offert jeudi 23 novembre ce qu’il espère être son dernier rebondissement : le directeur sportif Florian Maurice, après "réflexion", a décidé de rester en poste, poussé en ce sens par son président Olivier Cloarec. Le choix du pragmatisme dans une situation d’urgence avant le mercato d’hiver. Il va maintenant falloir que Maurice et le nouveau coach Julien Stéphan s’accordent pour retravailler ensemble, efficacement, dans l’intérêt supérieur de l’institution Stade Rennais.

ds 1748

Après Bruno Genesio qui devait rester et a finalement décidé de partir, voilà Florian Maurice qui devait partir et a finalement décidé de rester. Le Stade Rennais vient décidément de vivre une période de grand trouble (c’est un euphémisme), où la vérité du jour était rarement celle du lendemain.

Là, a priori – en tout cas pour un temps – les positions vont se figer. On va pouvoir reparler un peu de ballon. Il est grand temps, car Reims arrive dès dimanche (17 h 05) au Roazhon Park. Un match qui devra aider aussi à ramener un peu de calme à l’intérieur d’un club cherchant à retrouver sa boussole.

Conserver Florian Maurice, qui souhaitait lui-même partir quand il a subi avec Olivier Cloarec le choix de l’actionnaire de faire revenir Julien Stéphan , est-il la meilleure solution ? L’avenir le dira. La question se pose surtout par rapport à Stéphan, car on s’interroge forcément sur la manière dont le coach et le directeur sportif seront capables de collaborer, pour l’intérêt supérieur d’une institution fragilisée.

La gestion du mercato d’hiver, enjeu central
Cela concernera en premier chef le mercato d’hiver, qui pourrait être essentiel pour tenter de corriger les déséquilibres constatés de l’effectif. Alors que Gouiri (Algérie) et Wooh (Cameroun) partiront en janvier à la CAN, un défenseur central et un attaquant pourraient débarquer. Le SRFC pourrait-il aussi jusqu’à tenter un latéral droit supplémentaire, ou un milieu puissant, box to box ? Cela dépendra aussi probablement de départs…

Maurice aurait, selon nos informations, déjà lancé plusieurs dossiers pour cet hiver. L’une des raisons qui aurait aussi poussé Olivier Cloarec à faire tout son possible pour convaincre le directeur sportif de continuer dans sa mission ?

Par rapport aux échéances cruciales qui arrivent très vite, il semblait de toute façon difficile au Stade Rennais de trouver dans l’urgence un nouveau "DS", "Stéphan compatible" tout en étant capable d’imaginer immédiatement un projet de moyen terme, si d’aventure le coach n’allait pas au-delà de juin 2024.

La stabilité et le pragmatisme ont prévalu. "Nous avons mis en place beaucoup de choses dans l’ensemble du secteur sportif depuis l’arrivée de Florian (en 2020), et nous sommes très attachés à pérenniser un mode de fonctionnement collégial pour poursuivre le développement du club à tous les niveaux, dans la durée", a commenté le président Cloarec ce jeudi, dans un communiqué surprenant, dans le sens où le club annonce qu’un salarié en CDI reste.

Il semblait surtout y avoir la volonté de clarifier une situation particulièrement floue depuis le week-end dernier, Maurice ayant fait diffuser un peu partout le message qu’il ne souhaitait plus continuer. "Je renouvelle ma totale confiance en Florian, a ajouté Cloarec dans ledit communiqué. Son attachement à l’équipe et sa contribution au projet du club sont très forts. L’urgence est de redresser les résultats du club en championnat et d’apporter tout le soutien nécessaire à Julien Stéphan, entraîneur que Florian connaît bien et avec lequel il a déjà collaboré. Je sais pouvoir compter sur les qualités et l’engagement de chacun de nos joueurs et de l’ensemble du staff pour y parvenir."

Sur le dossier Maurice, Cloarec avait la main
Il va falloir de l’unité donc. Mettre le mouchoir sur les épisodes du passé, en regardant devant. Il faut se souvenir que Stéphan avait été favorable, il y a trois ans, au recrutement de Maurice. C’est plus tard que des désaccords autour de l’organisation interne ou du mercato étaient survenus.

Sur le dossier Maurice, l’actionnaire – qui n’était pas prêt à négocier financièrement une rupture de contrat avec le directeur sportif – aurait laissé la main au président, garant de l’opérationnel du club.

Olivier Cloarec a convaincu Maurice et tranché, avec l’aval du propriétaire bien sûr, et sans que Stéphan (avec lequel Maurice a aussi échangé) n’émette un avis contraire. Cette décision l’engage forcément : il est prêt à assumer avec Maurice par rapport aux Pinault, qui jugeront sur pièce. "On espère que cette fois, la tempête est passée et qu’on va pouvoir retrouver un peu de sérénité", confiait ce jeudi une source interne.

Invisible lundi lors de la conférence de presse de présentation de Stéphan, Maurice devrait logiquement remonter en première ligne. Et revenir s’exprimer, après un long mutisme, pour apporter aussi ses explications ? Dans la foulée de l’annonce de ce jeudi, il s’est exécuté en choisissant nos confrères de RMC pour une longue interview.

Classements des meilleurs clubs au 21e siècle

Découvrez les clubs bénéficiant au mieux des joueurs qu’ils ont révélés au 21e siècle en Ligue 1 Uber Eats.
ds 1749

Au 21e siècle, le Stade Rennais F.C. est le club qui a aligné le plus de joueurs issus de sa formation en Ligue 1 Uber Eats. De la référence Romain Danzé à Adrien Truffert en passant par Gourcuff, Briand, M’Vila, Camavinga, Féret Dembélé, jusqu'au dernier venu Mathis Lambourde, les Rouge et Noir cumulent sur la période 83 joueurs "maison" ayant joué dans le championnat de France avec les couleurs du SRFC.

Dans ce classement des formateurs utilisant le plus leurs pépites, les Rennais devancent cinq clubs à au moins 70 joueurs sur la période, avec dans l’ordre, le FC Nantes, Bordeaux, l’Olympique Lyonnais, le Toulouse FC, dernier arrivé en date, et le PSG.

Equipes comptant le plus de joueurs formés au club et y ayant évolué en Ligue 1 Uber Eats au 21e siècle :

  1. Stade Rennais F.C. : 83 joueurs
  2. FC Nantes : 75 joueurs
  3. Olympique Lyonnais et Girondins de Bordeaux : 72 joueurs
  4. Toulouse FC : 71 joueurs
  5. Paris Saint-Germain : 70 joueurs
  6. FC Metz : 68 joueurs
  7. AS Saint-Etienne : 65 joueurs
  8. AS Monaco, Montpellier HSC et OGC Nice : 64 joueurs
  9. RC Lens : 53 joueurs
  10. Olympique de Marseille : 51 joueurs
  11. FC Sochaux-Montbéliard : 49 joueurs
  12. AJ Auxerre et SM Caen : 42 joueurs
  13. LOSC : 39 joueurs
  14. ASNL 37 joueurs
  15. RC Strasbourg Alsace : 34 joueurs
  16. Havre AC : 32 joueurs
  17. FC Lorient et ESTAC : 26 joueurs
  18. EA Guingamp 24 joueurs
  19. AC Ajaccio et Le Mans FC : 21 joueurs
  20. Stade de Reims : 20 joueurs
  21. Angers SCO : 13 joueurs
  22. Stade Brestois 29 : 11 joueurs
  23. Clermont Foot : 8 joueurs

Formation : Classements des meilleurs joueurs

Le Stade Rennais profite d’une brillante formation
Centre de talents, la Piverdière a donc formé le plus grand nombre de joueurs ayant ensuite foulé les pelouses du championnat. Au total, ces joueurs ont atteint les 3500 matchs. Ainsi, ils sont 12 à avoir disputé au moins 100 matchs avec le SRFC en attendant le prochain sur la liste (Adrien Tuffert, 97 matchs), dont Yoann Gourcuff, révélation de la saison 2005/2006. « Des garçons comme ça, on n’a pas besoin de les former, on ne fait que les accompagner. Yoann, c’est un joueur parfait à coacher : un élément de talent qui te fait gagner et met son talent au service du collectif », résumait à son sujet Landry Chauvin, un de ses formateurs.

Actuellement chez les Bleus, Eduardo Camavinga (71 matchs au SRFC) et Ousmane Dembélé (12 buts en 26 matchs) ont également découvert le monde professionnel avec le club breton en sortant de la Piverdière. Arrivé à 13 ans, l’actuel parisien avait été surclassé en U19, avant d’être lancé dans le grand bain par Philippe Montanier en 2015/2016.

Seul l’OL, autre grand club formateur de ce siècle, parvient à tenir tête aux Rennais. Les Gones comptent 13 joueurs à plus de 100 matchs sous les couleurs de leur club formateur, Anthony Lopes en tête. Et au classement du nombre total de matchs, l'Olympique Lyonnais devance d'un souffle les Bretons à la trêve de novembre.

Equipes dont les joueurs formés au club y cumulent le plus de matchs en Ligue 1 Uber Eats (au 21e siècle) :

  1. Olympique Lyonnais : 3558 matchs
  2. Stade Rennais F.C. : 3555 matchs
  3. FC Nantes : 3132 matchs
  4. Montpellier HSC : 3097 matchs
  5. Toulouse FC : 3070 matchs
  6. Girondins de Bordeaux : 2995 matchs
  7. AS Saint-Etienne : 2277 matchs
  8. FC Sochaux-Montbéliard : 2162 matchs
  9. LOSC : 2077 matchs
  10. AJ Auxerre : 2018 matchs
  11. FC Metz : 1945 matchs
  12. AS Monaco : 1654 matchs
  13. OGC Nice : 1579 matchs
  14. Paris Saint-Germain : 1528 matchs
  15. ASNL : 1448 matchs
  16. SM Caen : 1166 matchs
  17. SC Bastia : 1089 matchs
  18. RC Lens : 1087 matchs
  19. Le Mans FC : 1010 matchs
  20. Olympique de Marseille : 839 matchs
  21. FC Lorient : 796 matchs
  22. RC Strasbourg Alsace : 714 matchs
  23. EA Guingamp : 714 matchs
  24. Stade de Reims : 529 matchs
  25. Havre AC : 446 matchs
  26. Angers SCO : 397 matchs
  27. Stade Brestois 29 : 363 matchs
  28. AC Ajaccio : 304 matchs
  29. Clermont Foot : 194 matchs

L’OL porté par le "général Lacazette"
Au classement des buts en Ligue 1 Uber Eats inscrits par ses pépites, l’OL caracole en tête avec l’apport déterminant d’Alexandre Lacazette ! Sans oublier Nabil Fekir ou encore deux anciens champions de France, Govou et Benzema.

Derrière les Gones figure à nouveau en très bonne position le Stade Rennais avec les Briand, Hunou, Féret, Marveaux et Kembo-Ekoko. Quand le podium est complété par le MHSC. Les joueurs issus du centre héraultais (Savanier, Belhanda, Wahi, Cabella, Bamogo…) ont inscrit 22 buts en faveur de La Paillade.

Equipes comptant le plus de buts inscrits par des joueurs formés au club en Ligue 1 Uber Eats (au 21e siècle) :

  1. Olympique Lyonnais : 422 buts
  2. Stade Rennais F.C. : 240 buts
  3. Montpellier HSC : 227 buts
  4. Girondins de Bordeaux : 217 buts
  5. FC Sochaux-Montbéliard : 205 buts
  6. LOSC : 204 buts
  7. FC Nantes : 176 buts
  8. AJ Auxerre : 130 buts
  9. AS Saint-Etienne : 129 buts
  10. FC Metz : 120 buts
  11. AS Monaco : 115 buts
  12. ASNL : 91 buts
  13. Olympique de Marseille : 83 buts
  14. Paris Saint-Germain : 76 buts
  15. OGC Nice : 72 buts
  16. RC Lens : 62 buts
  17. Stade de Reims : 55 buts
  18. SC Bastia : 53 buts
  19. SM Caen : 52 buts
  20. RC Strasbourg Alsace : 47 buts
  21. Le Mans FC : 41 buts
  22. FC Lorient : 38 buts
  23. EA Guingamp : 36 buts
  24. ESTAC : 20 buts
  25. Clermont Foot : 17 buts
  26. Havre AC : 14 buts
  27. Angers SCO : 9 buts
  28. Stade Brestois 29 : 9 buts

Les secrets de l'accord financier controversé entre la LFP et CVC

Clause Super Ligue, droit de veto sur le budget, contrepartie en cas de sous-performance, etc. L'Équipe a enquêté sur les dessous de l'accord qui lie la Ligue 1 à CVC, un des plus gros fonds d'investissement au monde.
ds 1741

Jeudi, à 11 heures, les 38 clubs de Ligue 1 et de Ligue 2 et autres décideurs du foot français ont rendez-vous en visioconférence pour une assemblée générale de la LFP pas vraiment ordinaire. Parmi les douze points à l'ordre du jour, la moitié visera à "régulariser" l'arrivée du fonds d'investissement CVC et de son milliard et demi d'euros au printemps 2022.

Car, depuis, quelques rares voix, à commencer par celle du Havre, qui demandait un report de l'AG pour qu'elle se tienne en présentiel, contestent les conditions d'un deal obtenu dans l'urgence. Le "cocu" de l'histoire, comme se définit lui-même le HAC, poursuit la Ligue en justice et dénonce la répartition de l'argent de CVC, touchant beaucoup moins que ses nouveaux adversaires de l'élite.

Alors que l'audience en référé, révélée par L'Équipe, doit se tenir mardi devant le tribunal judiciaire de Paris, la LFP a convoqué en dernière minute cette AG pour faire revoter aux clubs ce qu'ils avaient déjà approuvé près de vingt mois plus tôt. Certains votes, comme celui portant sur les modalités de répartition, n'étaient pas inscrits à l'ordre du jour.

Et la Ligue tente donc de couper l'herbe sous le pied à un juge des référés un peu trop méticuleux qui pourrait être tenté de suspendre le deal sur la forme. Une décision qui aurait pour conséquence de bloquer temporairement la dernière tranche de paiement prévue l'été prochain, et qui risquerait d'effrayer de potentiels acheteurs des droits TV.

"En termes d'information aux clubs, je ne vois pas ce qu'on pouvait faire de plus", se défend Vincent Labrune. Le président de la Ligue craint de voir l'unanimité qu'il a lui-même réclamée, et qui était exigée par CVC comme préalable au deal, se fissurer. La LFP déplore une tentative de réécrire l'histoire et la volonté d'un club de faire passer ses intérêts particuliers avant l'intérêt général.

Jean-Michel Roussier, le président havrais, et son avocat, Me Gauthier Moreuil, ne sont pourtant pas les seuls à affirmer que tous les clubs ont dû approuver en un temps très réduit un accord décrit comme exceptionnel, sous peine d'être désignés comme les fossoyeurs du foot français. Le consentement des clubs aurait été "vicié" par manque d'informations, soutiennent-ils, bien que les dirigeants havrais de l'époque aient accepté le principe de l'accord.

C'était un "deal inespéré", assure pour sa part, sur RMC, le financier Joseph Oughourlian, président du RC Lens : "Honnêtement, on était morts quand Mediapro a fait faillite (le groupe audiovisuel avait acquis 80 % des droits de diffusion de la L1 et de la L2 pour près de 800 M€ sur la période 2020-2024, mais avait fait défaut après quelques semaines d'exploitation.)."

Uue partie de cashe cash

Résumons l'affaire : en 2020, la pandémie, l'arrêt prématuré des compétitions puis la défection de Mediapro, quelques mois plus tard, plongent le foot français dans la crise. Les clubs sont exsangues, lourdement endettés. Labrune, fraîchement élu à la tête de la LFP, fait jouer son carnet d'adresses et s'attache les conseils de deux banquiers : Pierre Pasqual, de Centerview, et Jean-Philippe Bescond, chez Lazard. L'avocat François Kopf, associé chez Darrois et spécialiste en situations de crise et contentieux complexes, rejoint également l'aventure.

Avant d'être une opportunité financière, le débat est avant tout juridique : une ligue sportive peut-elle créer une société commerciale ? Kopf et son équipe d'une douzaine d'avocats planchent sur la question. Labrune se borde auprès de Roxana Maracineanu, alors ministre des Sports, cherche l'aval de l'Élysée, en la personne d'un des conseillers du président, Cyril Mourin, et obtient une modification législative.

En parallèle, des boucles WhatsApp sont créées et associent plus ou moins de présidents de L1, selon la sensibilité des échanges. Les clubs ont peu d'informations, mais reçoivent pour consigne de n'en donner aucune à la presse. Des groupes de travail fleurissent. Celui intitulé "Gouvernance" est confié à un très proche de Labrune, Laurent Nicollin, président de Montpellier et de Foot Unis, le syndicat des clubs.

En habitué qu'il est, Labrune manoeuvre habilement : il s'agit tout simplement de sensibiliser les clubs à l'idée que le pouvoir sera bientôt concentré dans la société commerciale et qu'aucun d'entre eux ne figurera dans la gouvernance. "Il fallait dépolitiser et séparer l'économique du sportif, c'était indispensable", nous explique-t-on à la Ligue.

Le 20 octobre 2021, les clubs de L1 sont réunis en séminaire, lors duquel les banquiers font une première présentation. "Strictement confidentiel", est-il barré en en-tête. Deux options sont mises sur la table : la dette ou "l'equity" (capital-investissement). La première option est écartée par les banquiers.

Le recours à un fonds est jugé beaucoup plus pertinent même si, admet-on sans détour, il y aura des "droits de gouvernance à concéder". Comprendre : une fois dans la place, les fonds essaieront de peser sur les décisions et rentabiliser leur investissement, qui se veut court-termiste, quatre à huit années au plus, avant éventuellement de tout revendre à un partenaire que la LFP, association sous-délégataire de service public, n'aura pas choisi.

Autant le lancement de la société commerciale a été long, cadré et applaudi, autant l'arrivée de CVC s'est concrétisée en très peu de temps. Fin 2021, quelques semaines après la présentation des banquiers, quatre « offres indicatives » sont retenues par la Ligue, celles de CVC, Hellman & Friedman, Oaktree et Silver Lake.

S'ensuit une période de due diligence (l'ensemble des vérifications opérées par un investisseur dans le but de sécuriser un achat par l'analyse de la situation d'une société), matin, midi et soir, jusqu'à début mars 2022 et le dépôt de trois offres fermes, par CVC, Oaktree et Silver Lake. Hellman & Friedman se retirant, selon la LFP, en raison du contexte géopolitique rendu instable par l'invasion russe en Ukraine.

Le 18 mars, les membres du conseil d'administration visionnent un diaporama qui synthétise les critères des trois candidats et décident de l'entrée en négociations exclusives avec CVC. Les jours suivants, les collèges L1 et L2 reçoivent un condensé du condensé, ficellent la répartition, puis tout ce beau monde se retrouve en AG le 1er avril, en visio, une heure durant, pour valider ce choix. Chose faite, quasiment à l'unanimité (seuls Toulouse et Nancy s'abstiennent).

Un degré d'information qui varie en fonction du canal

Les votants avaient-ils toutes les clés pour prendre leur décision ? Bien sûr, martèle la Ligue. Pas forcément, opposent plusieurs participants aux discussions, encore en poste ou partis depuis : "C'était marche ou crève." Les clubs ont tous reçu un mail de Labrune, le 30 mars à 15 h 31, soit à l'avant-veille de l'AG de validation, avec les statuts de la société commerciale et le fameux pacte d'associés en pièces jointes. Une centaine de pages, au total.

"Personne ne l'a lu en entier, jure un dirigeant, sûr de lui. Les propriétaires attendaient fiévreusement de passer devant la DNCG, en se demandant comment ils allaient remettre de l'argent et, là, de manière providentielle, "saint Vincent" vous dit qu'il envoie tant de millions. Alléluia !" Un acteur extérieur des négociations le rejoint : "Les clubs s'intéressent déjà à ce qu'ils vont récupérer, avant de savoir quoi payer." Un des dirigeants interrogés admet d'ailleurs ne pas avoir tout parcouru.

"Mais que voulez-vous dire quand vous êtes assis au milieu des autres clubs ? se défausse un ex-homologue. Il y a une sorte de pression des pairs qui fait que personne n'ose parler." Quitte à accepter d'être redevable à vie ? "On ne pourrait pas dire qu'on n'a pas été informés, mais on avait très peu de moyens de juger la véracité de ce qu'on nous disait, comme il n'y a aucun contrepoids."

Seule une délégation réduite du CA, dont Nicollin, Jean-Michel Aulas (OL), Jean-Pierre Caillot (Reims) et Bernard Joannin (Amiens), a été mise dans la confidence par les équipes de la Ligue et a pu échanger avec les représentants de CVC avant l'AG.

Or, le degré d'information a sensiblement varié en fonction du canal (direction LFP, CA réduit ou complet, collèges...). Plusieurs présidents parlent d'opacité, la Ligue de transparence. Les poids lourds ont obtenu les plus belles parts du gâteau, les petits ont récupéré presque une moitié de budget. Et des clubs aux propriétaires très influents, comme Lyon, Strasbourg et Lorient, revendus depuis, ont bénéficié de l'effet d'aubaine et n'avaient aucun intérêt à critiquer un deal à même d'assainir leur trésorerie.

L'addition revue à la hausse ?

Le 18 mars 2022, dans le slide exposant les trois offres aux membres du CA, CVC figure dans la colonne de gauche. Bien positionné (1,5 milliard d'euros pour 13,04 %), là où les offres concurrentes montent jusqu'à 14,5 % pour le même montant. CVC se démarque également sur sa politique de dividendes : il s'engage à ne pas les toucher avant la saison 2024-2025.

Lors des négociations, le fonds luxembourgeois est peut-être aussi moins gourmand que les autres sur la gouvernance. Il exige de pouvoir choisir le directeur financier et le directeur des opérations, mais accepte que le PDG de la future société commerciale soit désigné par la LFP. En cas de démission ou de révocation de ce dernier, en l'occurrence Labrune, CVC pourra cependant co-désigner son successeur.

La LFP, elle, a négocié une période de stabilité de l'actionnariat de quatre ans, qui empêche CVC de vendre ses parts avant l'été 2026. Le fonds est également interdit de forcer une introduction de ses titres en Bourse avant six années.

La Ligue possède également un droit de première offre (elle peut racheter les parts de CVC en priorité) et une clause de "tag-along" (si CVC trouve un acheteur à un bon prix, la LFP aura la possibilité de céder de nouvelles parts aux mêmes conditions). Une éventuelle nouvelle rentrée de cash à court terme, mais une limite à cette dernière clause : la loi française interdit à la LFP de céder plus de 20 % du capital de sa société commerciale.

Des présidents de club affirment avoir "découvert récemment" certains détails dans les clauses

Pendant des semaines de négociations, Labrune et ses conseils se sont ensuite employés à bétonner les garanties. "Ce qu'il faut comprendre, c'est qu'on est dans un environnement totalement traumatisé" par le fiasco Mediapro, explique un des négociateurs du pacte.

Kopf, du cabinet Darrois, tartine ses conditions en cas de défaut de paiement de CVC : possibilité de diluer l'actionnaire, baisse voire suppression des droits de gouvernance, option de rachat des parts CVC avec une décote de 20 % du prix initial...

CVC sait tout autant protéger son investissement contre de potentiels "changements majeurs". Il fait ajouter une clause Super Ligue : "La situation dans laquelle un club parmi les sept premiers en termes d'allocation des droits audiovisuels cesse de participer au Championnat" au profit d'une nouvelle compétition entraînerait une compensation, peut-on lire.

Imaginons, au hasard, le scénario où le PSG quitte la L1 : CVC réclamerait une indemnisation mais également une augmentation de ses parts, dans la limite des 20 % autorisés. Si désaccord sur l'ampleur du préjudice, un expert indépendant serait désigné.

Surtout, CVC se prémunit contre l'hypothèse, loin d'être farfelue (CVC ayant acheté à un niveau très élevé qui valorise la L1 à près de 11,5 milliards d'euros, soit plus que Renault ou Vivendi), selon laquelle le budget prévisionnel dévierait fortement pendant plusieurs années. Une sous-performance de 5 % par rapport au plan d'affaires ? CVC grimpe à 13,46 %. 15 % du plan d'affaires ? Les parts de CVC seraient réévaluées au moment de la vente à 14,29 %.

Ce sont ces clauses et éléments chiffrés, rapportés dans un protocole d'investissement classé secret-défense, qui sont aujourd'hui au centre de l'attention pour ne pas avoir été portées, dans le détail, à la connaissance des clubs.

Pour sa défense, la Ligue estime avoir présenté plus de documentation qu'elle n'aurait pu le faire : "On peut avoir des discussions sur l'utilité, mais, sur l'encadrement global, on n'a pas caché quoi que ce soit ni empêché quiconque de poser la moindre question."

Une donnée demeure invariable : le rattrapage des saisons précédentes. À croire un président, "certains l'ont découvert récemment". En clair, depuis un an et demi et jusqu'à la fin de l'exercice en cours, CVC a accepté de ne rien toucher.

Mais, dès 2024, les clubs devront à leur tour signer des chèques en faveur du fonds, y compris pour les saisons 2022-2023 et 2023-2024. La LFP évalue ce rattrapage à 106,8 M€ au total. Son "remboursement" n'est pas encore arrêté. Il se fera en un, deux ou trois versements, à partir de l'été prochain, et s'ajoutera évidemment aux premières ponctions de 13 %.

Froid de veto

Quel est le réel "pouvoir" de CVC ? Tout doit désormais se faire avec eux ? Oui, mais, surtout, rien ne peut se faire sans. "Tout le monde est dans le même bateau, assure un acteur de premier plan. Les intérêts de CVC et de la LFP sont désormais liés. Est-ce que les fans sont bien gérés ? Les réseaux sociaux ? La billetterie ? CVC essaie de se placer un peu au-dessus de la mêlée face à la vision parfois court-termiste des clubs."

En bref, pour tout ce qui se passe au stade et qui est susceptible d'impacter le "produit télé", c'est "CVC qui commande", résume un interlocuteur de la Ligue, qui assure relater les propos, en réunion, de Labrune.

Leurs patronymes ne vous disent sans doute rien, mais Édouard Conques et Jean-Christophe Germani sont les deux représentants de CVC à piloter le projet lié au foot français. Ils sont installés dans le coeur de Paris, près du Palais Garnier, et rattachés au bureau de Londres, où la stratégie "sport" du fonds est coordonnée par un certain Nick Clarry.

En plus d'oeuvrer sur l'appel d'offres des droits télé, les équipes de CVC et de la LFP se retrouvent très régulièrement, parfois chaque semaine, dans le cadre de la société commerciale. Depuis le début de l'année, son directeur général est Benjamin Morel, ancien patron du Tournoi des Six Nations, connu pour avoir vendu un septième de ses parts à... CVC en mars 2021.

Une filiale commerciale hautement implantée dans la gouvernance

Au sein de la filiale commerciale de la Ligue - LFP Media -, CVC a beau détenir "seulement" 13 % du capital, le fonds est hautement implanté dans sa gouvernance. LFP Media repose sur un comité de supervision de cinq membres. Trois de la LFP (le président, Labrune, le directeur général, Arnaud Rouger, et le directeur administratif et financier, Sébastien Cazali) et deux de CVC (Conques et Germani), en plus d'une voix consultative pour le président de la FFF, Philippe Diallo. Aucun représentant de club, en revanche.

Ce comité de supervision régit tout un tas de questions, dites "importantes" (décidées à la majorité simple) ou "réservées" (au moins un vote de CVC nécessaire), d'ordre financier avant tout. Pêle-mêle : l'approbation du budget ou d'un nouveau business plan, les ouvertures de filiales, les conclusions de partenariats, les nominations et révocations, les rémunérations... La création d'un second comité, dit "stratégique consultatif", est prévue.

Selon les statuts, il devait être créé dans les trois mois de la signature du pacte. Cela n'a pas encore été le cas, faute de temps, se justifie la Ligue. Celui-ci pourrait regrouper des personnalités "du sport et du divertissement" et, selon le pacte, "la LFP devra faire en sorte de permettre » à ses membres, désignés par la Ligue et CVC, « de discuter de tout projet" lié au format, au calendrier et au règlement des compétitions. Utopique à l'heure actuelle, balaye la Ligue.

Labrune et consorts ont d'autres priorités : l'appel d'offres des droits télé, dont le lancement a été infructueux le mois dernier. La négociation de gré à gré bat son plein. Il faut dire que le futur proche du foot français dépendra de son résultat. Reste une inconnue supplémentaire à cette périlleuse équation : et si Le Havre obtenait gain de cause devant la justice ?

En attendant, le Sénat, qui avait auditionné Labrune et Rouger lors des discussions législatives liées à la société commerciale, continue de surveiller de près la situation et n'écarte pas la possibilité d'ouvrir une commission d'enquête dans le cas où l'appel d'offres serait défavorable.

Rennes ciblait deux cadors de ligue 1 pour remplacer Maurice

Si Olivier Cloarec a finalement conforté Florian Maurice au poste de directeur sportif aux côtés du nouvel entraîneur Julien Stéphan, le président du Stade Rennais avait deux remplaçants en tête auparavant.

ds 1750

Le couperet est tombé en milieu de matinée : Florian Maurice reste en poste au Stade Rennais. "Je renouvelle ma totale confiance en Florian, a annoncé Olivier Cloarec dans un communiqué. Son attachement à l’équipe et sa contribution au projet du club sont très forts. Aujourd’hui, l’urgence est de redresser les résultats du club en championnat et d’apporter tout le soutien nécessaire à Julien Stéphan, entraîneur que Florian connaît bien et avec lequel il a déjà collaboré. Je sais pouvoir compter sur les qualités et l’engagement de chacun de nos joueurs et de l’ensemble du staff pour y parvenir."

Lacour et Bodmer ciblés ?
Si le Stade Rennais a toujours espéré conserver Maurice au poste de directeur sportif, L’Équipe glisse que deux pistes avaient été suggérées au cas où : Mathieu Lacour à Reims et Mathieu Bodmer au Havre. Encore fallait-il qu'il soit opérationnel pour le prochain mercato hivernal...

Florian Maurice justifie son choix de rester au club

Le directeur sportif du Stade Rennais est finalement resté en poste après des derniers jours agités.

ds 1746

Après plusieurs jours de doute, la décision finale est tombée. Florian Maurice reste le directeur sportif du Stade Rennais. Le club l'a d'ailleurs confirmé ces dernières heures. Après le départ de Bruno Génésio, l'ancien joueur de l'Olympique Lyonnais a préféré ne pas abandonner le navire. En conférence de presse d'intronisation de Julien Stéphan, le président Olivier Cloarec avait confirmé qu'une réflexion était en cours, mais Maurice a finalement fait son choix. En interview pour RMC Sport, le dirigeant breton a justifié son choix.

Florian Maurice évoque les coulisses de ces derniers jours de réflexion
"J'ai le sentiment que ma mission n'est pas terminée ici. Je l'ai annoncé ce matin aux joueurs directement. J'ai la conviction que c'est le bon choix pour moi, a-t-il démarré. Je ne vous cache pas que j'ai été assez touché par tout ce qu'il s'est passé. J'avais besoin de prendre ce recul, j'avais beaucoup d'interrogations. Je viens au club tous les jours, je m'investis à 1000%. Quand on ne me voit pas au club, on s'interroge toujours. J'avais besoin de prendre ce temps pour faire le point sur la situation, a-t-il confirmé. C'est une décision qui a été mûrement réfléchie. Je pense que la meilleure décision me concernant, et concernant le club, est de continuer l'aventure."

Olivier Cloarec et Florian Maurice sanctionnés pour leurs comportements lors de la défaite du Stade Rennais contre Lyon

Olivier Cloarec, président, et Florian Maurice, directeur technique du Stade Rennais, ont écopé de plusieurs matchs de suspension. En cause, leurs comportements lors de la défaite contre Lyon.

ds 1736

Face à Lyon, le Stade Rennais a perdu plus que le match. Si Bruno Genesio s’était emporté à la mi-temps, il n’a pas été le seul. Olivier Cloarec, le président exécutif et directeur général, également à la mi-temps, puis Florian Maurice, le directeur technique, en fin de rencontre, ont eu des comportements inappropriés.

Sanctions effectives pour Marseille et Monaco
Ils écopent respectivement d’un et deux matchs de suspension de banc de touche, de vestiaire d’arbitres et de toutes fonctions officielles. Une sanction à laquelle s’ajoutent deux et un match de suspension avec sursis.

Ces sanctions seront effectives pour le déplacement à Marseille (dimanche 3 décembre) et la réception de Monaco (samedi 9 décembre).

Stéphan ne veut pas parler du prochain mercato

Julien Stéphan a été présenté ce lundi à la presse comme le nouvel entraineur du Stade Rennais. Interrogé sur son souhait ou pas de renforcer son équipe lors du prochain mercato hivernal 2024, le neo-entraineur breton a répondu.

ds 1732

Julien Stéphan a été interrogé en conférence de presse sur ses premiers défis en tant qu’entraineur du Stade Rennais : "Restaurer une forme de confiance qui s’est peut-être détériorée ces derniers temps. Réfléchir avec le staff en échangeant avec les joueurs pour apporter des modifications de structure d’équipe mais prendre aussi le temps d’échanger avec tout le monde. C’est important de bien sentir dans quel état est le groupe." a déclaré le coach breton rapporte RMC Sport.

Julien Stéphan ne s’engage pas sur le dossier mercato
Julien Stéphan a ensuite été interrogé sur le mercato. Il semblerait que ce ne soit pas sa préoccupation du moment : "Je ne suis pas là pour parler du mercato. Je suis là pour parler des matchs à venir. La priorité est de préparer le match de Reims. Il y a des moments pour tout. C’est le moment de la prise en main et de l’échange. Ca passera par beaucoup de communication pour redynamiser tout ça." a-t-il précisé.

Un entraineur qui a changé sa façon de travailler
Enfin, il a également précisé comment il abordait désormais son métier d’entraineur quelques années après son premier passage à la tête de l’équipe première du Stade Rennais : "On apprend tous les jours dans ce métier. L’important, c’est l’avenir. Je ne suis plus le meme qu’il y a 4 ou 5 ans. J’ai eu du temps pour analyser ces derniers mois." a-t-il conclu.

Benjamin Bourigeaud reste capitaine de l'équipe

Le nouvel entraîneur du Stade Rennais, Julien Stéphan, devrait finalement laisser le brassard de capitaine à Benjamin Bourigeaud.

ds 1731Deux ans et demi après son départ du Stade Rennais, Julien Stéphan a fait son retour sur le banc rennais, succédant à Bruno Genesio, qui a décidé de quitter son poste suite aux mauvais résultats du début de saison.

Bourigeaud confirmé capitaine ?
Mais alors que l'insider Mohamed Toubache-Ter avait annoncé que Julien Stéphan pourrait décider de déposséder Benjamin Bourigeaud du capitanat et de choisir un nouveau capitaine, Ouest-France croit savoir que cela ne devrait finalement pas arriver et que Benjamin Bourigeaud devrait rester le capitaine du club Rouge et Noir. "Au sein du groupe, on ne serait pas convaincu qu’il change la décision prise en début de saison par Bruno Genesio", a annoncé le quotidien régional.

Le Stade Rennais parmi les équipes d’Europe qui font le plus jouer leurs jeunes

Le Stade Rennais est dans le top 10 européen des clubs qui confient le plus de temps de jeu à leur centre de formation.

ds 1729

Adrien Truffert, Jeanuël Belocian, Guéla Doué, Lorenz Assignon, Warmed Omari, Désiré Doué, Mathias Lambourde : sept joueurs formés au club ont disputé au moins un match, cette saison, avec le Stade Rennais. Le club breton est l’un de ceux, en Europe, qui confient le plus de temps de jeu à ses pensionnaires.

Selon le dernier rapport de l’Observatoire du football (CIES), 30,6 % des minutes de jeu sont disputées par des joueurs formés au club. Ce qui place le club bretillien en huitième position du classement des Européens (Big 5) qui accordent le plus de confiance à leurs jeunes. Seul Lyon (2e européen, 45,6 %) fait mieux que Rennes dans ce domaine en France. Mais les Gones sont encore loin des Espagnols de l’Athletic Bilbao (68,9 %) dont la politique est de faire jouer exclusivement des joueurs basques, ou encore de la Real Sociedad (45,4 %), qui nourrit la même envie.

Un rendement perfectible
Au Stade Rennais, les joueurs formés au club qui ont joué cette saison présentent 21,2 ans de moyenne d’âge. En juin dernier, le centre de formation rennais a été élu meilleur centre de formation de France par la Fédération française de football.

Toutefois, difficile de dire que cette politique porte ses fruits cette saison, puisque le club breton, qui a récemment changé d’entraîneur - Bruno Genesio a laissé sa place au revenant Julien Stephan -, pointe à la 13e place de Ligue 1, à un point du FC Lorient, barragiste. En Ligue Europa, en revanche, les affaires marchent mieux, puisque Rennes, avec neuf points, est leader de son groupe à deux journées de la fin de la phase de poules.

La suite de l’étude du CIES rapporte que le FC Lorient confie 16,8 % des minutes jouées à ses jeunes, ce qui en fait la cinquième équipe française, et le Stade Brestois 9,8 % (11e). En Ligue 2, En Avant Guingamp leur accorde 12,7 % de son temps de jeu, tandis que l’US Concarneau seulement 1,3 %.

Comment le vestiaire rennais a vécu le changement d’entraîneur

Le groupe du Stade Rennais, qui était invité ce mardi soir à un dîner d’au revoir par Bruno Genesio et devra attendre ce jeudi pour voir revenir tous ses joueurs internationaux, avait appris avec surprise le départ impromptu de l’entraîneur le week-end dernier. Depuis lundi, ils découvrent ou redécouvrent son successeur Julien Stéphan.

ds 1730

En apprenant le départ de Bruno Genesio par la bande samedi dernier, les joueurs du Stade Rennais ne sont pas tombés des nues, mais presque. Dans la semaine, l’ex-coach n’avait pas une seule fois évoqué sa situation personnelle auprès d’un groupe réduit par l’absence de la dizaine d’internationaux partis rejoindre leurs sélections respectives.

Vendredi dernier, Genesio avait animé la séance matinale comme si de rien n’était. Quelques heures plus tard, il tranchait dans le vif… "Après la défaite contre Lyon, les joueurs savaient que c’était chaud, qu’il y avait de la tension, glisse un proche du vestiaire rouge et noir. Mais s’il devait se passer quelque chose, ils imaginaient plutôt que Bruno soit licencié. Pas qu’il s’en aille de lui-même…"

Ils ont probablement eu des explications de l’intéressé ce mardi soir, lors d’un dîner d’au-revoir organisé sur Rennes par Genesio lui-même. Son départ n’est pas neutre au sein d’un groupe qui, dans sa globalité, le soutenait toujours. Mais le pragmatisme faisant foi dans ce milieu, ils ont bien compris la nécessité de très vite basculer.

Nombreuses discussions informelles
La première prise de contact avec Julien Stéphan, lundi, a été particulière. Aussi parce que le nouveau coach doit encore gérer un groupe réduit à une quinzaine d’éléments. Gouiri, Kalimuendo ou Belocian sont rentrés depuis, mais il faudra attendre jeudi pour voir tout le monde revenir, et probablement vendredi pour la première véritable séance d’entraînement à effectif complet de Stéphan. Trois jours avant la réception de Reims…

En attendant, Stéphan reprend ses marques à la Piverdière, où il a ouvert les séances de lundi et mardi aux médias. Cet habile communicant doit mener aussi une opération séduction globale.

Il n’aurait pas encore tenu de discours solennel devant tout le groupe. Plutôt procédé à des discussions informelles avec plusieurs joueurs, dont les cadres Mandanda, Bourigeaud, Matic ou Terrier, qu’il va devoir ranger de son côté.

Lors de sa première vie rennaise, Stéphan n’avait côtoyé que Bourigeaud, Terrier, Truffert, Omari et Assignon. "Il faut prendre un petit peu de temps pour échanger avec tout le monde, je pense que c’est important de bien sentir dans quel état est le groupe", disait-il lundi en conférence de presse.

A-t-il notamment déjà évoqué avec Bourigeaud la question du capitanat ? Au sein du groupe, on ne serait pas convaincu qu’il change la décision prise en début de saison par Genesio. "Il y a forcément quelques modifications à apporter pour redynamiser et essayer d’inverser le cours des choses, mais il n’y a pas de révolution à attendre non plus", disait Stéphan lundi. "Sur le plan du travail tactique, c’est un très bon entraîneur, assure un autre proche du vestiaire rennais, après il faudra voir comment il va gérer l’humain et sa propre remise en lumière, sans tomber dans le piège de tout vouloir contrôler. Mais quelque part, il arrive au meilleur moment : deux victoires en douze matches, c’est difficile de faire pire !"

Adidas dévoile un ballon connecté pour détecter les hors-jeu de l’Euro 2024

Les fans de ballons ronds sont sûrement déjà sur les chapeaux de roues à l’approche de l’Euro 2024 qui se déroulera en Allemagne du 14 juin au 14 juillet 2024. À l’approche de l’événement tant attendu, Adidas a dévoilé ce mercredi, le fameux ballon (et pas n’importe lequel) qui sera utilisé lors des 51 matchs.

Tout comme ce fut le cas pour la Coupe du monde 2022, le ballon baptisé “FussBallliebe” (qui signifie “l’amour du football” en allemand) dispose de la technologie Connected Ball.

Cette dernière repose ainsi sur un capteur placé à l’intérieur de la balle sur un gyroscope, capable d’enregistrer tous les mouvements de la balle et fournir une aide supplémentaire à la VAR, l’assistance vidéo de l’arbitrage. Objectif premier : détecter de manière automatique les hors-jeux.

Concernant sa conception, le ballon a méticuleusement été fabriqué à partir de polyester recyclé tandis que les inscriptions et illustrations ont été réalisées avec une encre à base d’eau. Si vous mourrez d’impatience de vous procurer ladite balle, elle est actuellement disponible sur le site adidas.fr au prix de 40 euros (sans la technologie à l’intérieur).

Et dans un esprit similaire, nous vous proposons de (re)découvrir le ballon de basket insolite imaginé par Wilson qui est imprimé en 3D, sans air et qui ne se dégonfle pas.

S.G.S.B.

SGSB

Boutique de Mumbly

Boutique

Cantine de Mumbly

Cantine

Hébergé par

Reglyss.bzh

Free Joomla templates by Ltheme