• ds_1310.jpg
  • DS_0043.jpg
  • ds_1963.jpg
  • ds_1436.jpg
  • DS_0125.jpg
  • ds_0610.jpeg
  • ds_1044.jpg
  • ds_0478.jpg
  • ds_1300.jpg
  • ds_0987.jpeg
  • ds_0798.jpeg
  • ds_2063.jpg
  • ds_1070.jpg
  • ds_1465.jpg
  • ds_0432.jpg
  • ds_0319.jpg
  • ds_1362.jpg
  • pr_0005.jpg
  • ds_1150.jpg
  • ds_1765.jpg

Un constat révoltant à l'échelle européenne

Le périple du Stade Rennais en Ligue Europa a pris fin au stade des 16èmes de finale de la Ligue Europa face à l’AC Milan. Ce jeudi, l’Olympique de Marseille, dernier représentant français en C3, a survolé Villarreal, 1er du groupe du Stade Rennais au préalable, à l’occasion du 8ème de finale aller de la compétition. Si les résultats des clubs français ont été exceptionnels cette semaine à l’échelle européenne, ceux-ci ne font pas forcément les affaires des Rouge et Noir.

ds 1951

Les Bretons ont de quoi se mordre les doigts de ne pas avoir terminé en tête de leur groupe en Ligue Europa. Sans la contre-performance face à Villarreal à domicile lors de l’ultime journée des phases de poule, le Stade Rennais serait bel et bien encore en lice pour tenter de décrocher son ticket pour les quarts de finale de la compétition. Au lieu de ce scénario, les joueurs de Julien Stéphan ont été éliminés par l’ogre milanais. Une défaite doublement préjudiciable pour les Bretons. Explications.

Coup dur pour les Rennais au classement UEFA
Les Rouge et Noir perdent gros au classement UEFA des clubs français après les succès successifs du Paris Saint-Germain, du LOSC et de l’Olympique de Marseille cette semaine dans leurs compétitions respectives. Le club de la capitale est qualifié pour les quarts de finale de la Ligue des Champions tandis que le club phocéen et les Dogues ont, semble-t-il, fait le plus dur et pris une option considérable sur la qualification pour le tour suivant en C3 et C4. Des victoires qui ont eu une incidence certaine sur le classement UEFA du SRFC. 47ème au classement UEFA, le Stade Rennais est rétrogradé à la 5ème place au classement UEFA des clubs français, juste derrière Lille (44ème), Lyon (45ème), Marseille (46ème). Le Paris Saint-Germain est bien entendu le 1er des clubs français et figure à la 4ème place du classement UEFA.

UEFA : le Stade Rennais perd deux places au classement UEFA

Au bout d’une semaine européenne qui a vu Paris, Lille et Marseille triompher, Rennes est déclassé au classement UEFA des clubs français, et passe en 5e position.

ds 1947

Bonne nouvelle pour les clubs français en coupe d’Europe, mauvaise nouvelle pour le Stade rennais. Éliminé en barrages pour les huitièmes de finale de Ligue Europa, le club breton a regardé ses adversaires de Ligue 1 s’imposer cette semaine. Paris s’est qualifié en quart de finale de Ligue des Champions après avoir à nouveau battu la Real Sociedad, tandis que Marseille face à Villarreal en Ligue Europa (4-0), et Lille contre Sturm Graz (3-0) en Ligue Europa Conférence, ont pris une sérieuse option sur la qualifications en quarts.

Au final, Rennes (47e) est ce vendredi déclassé à la 5e place au classement UEFA des clubs français, derrière le PSG (4e), Lille (44e), Lyon (45e) et Marseille (46e).

Ce que l’Europe a rapporté à Rennes depuis 10 ans

Le Stade Rennais est devenu un invité régulier à la table des clubs européens.
ds 1965

Eliminé au niveau des barrages qualificatifs pour les huitièmes de finale de la Ligue Europa, le Stade Rennais boucle sa saison 2023-2024 avec autant d’argent ou presque qu’il n’a achevé sa campagne précédente. Voilà cinq ans que le club breton est régulièrement qualifié pour les épreuves continentales, avant cela il n’y était pas aussi souvent convié. Si bien que sur dix ans, selon nos calculs à Sportune, le club rennais cumule 86,067 millions d’euros de primes de l’UEFA. Soit une moyenne de 8,6 millions par saison sur la décennie

Une moyenne à 17 M€ sur le Stade Rennais ces cinq dernières saisons
Et plus justement ici, 17,2 millions d’euros par an, depuis que le club se qualifie. C’est non loin de sa saison 2018-19 conclue par un huitième de finale de la Ligue Europa. Sa meilleure performance dans le tournoi. Mais son meilleur exercice sur le plan financier reste celle de son passage en Ligue des champions, qu’il disputait pour la première fois de son histoire. Il a valu au club la rondelette somme de 32,4 millions d’euros, au double environ de l’ordinaire du club en Europe.

Le cinquième club français sur les gains de l’UEFA sur la décennie
Sur dix ans, de l’édition 2013-14 à la dernière achevée en 2023, le Stade Rennais se classe cinquième club français en terme de gains cumulés sur les coupes européennes, derrière le Paris Saint-Germain, chaque année qualifiée pour la C1, suivi de l’Olympique Lyonnais, de l’Olympique de Marseille et du Losc Lille.

Ce que l’Europe a rapporté au Stade Rennais depuis 10 ans
2023 = 11,129 M€ (C3)
2022 = 8,543 M€ (C4)
2021 = 32,399 M€ (C1)
2020 = 14,396 M€ (C3)
2019 = 19,600 M€ (C3)
2018 = –
2017 = –
2016 = –
2015 = –
2014 = –

Total = 86,067 M€

La Gazzetta dello sport salue les supporters du Stade Rennais

C’est le quotidien sportif de référence en Italie : la Gazzetta dello Sport. Trois journalistes italiens assistaient, jeudi 22 février 2024, au match entre le Stade Rennais et l’AC Milan, à Rennes. Dans son compte-rendu, Luca Bianchin salue le Roazhon Park et son public. Avec une mention pour le kop, qui gagne même un surnom.

ds 1925

Rennes-Milan est un conseil de 90 minutes à ceux qui pensent que la vie est ennuyeuse. Le compliment est signé du journaliste italien de la Gazzetta dello Sport, Luca Bianchin. Le chroniqueur du plus grand quotidien sportif transalpin (335 284 exemplaires vendus par jour) couvrait le match retour de barrage de Ligue Europa, entre le Stade Rennais et l’AC Milan, à Rennes, ce jeudi 22 février 2024.

Au-delà du match, et de la qualification des joueurs de Lombardie pour le tour suivant de la compétition, le journaliste transalpin a apprécié "l’expérience Roazhon Park."

30 000 personnes qui chantent
Dans son compte rendu de match, il salue le souvenir d’un splendide stade : 30 000 personnes qui chantent. Luca Bianchin, qui en connaît un rayon sur les ambiances dans les stades du continent les soirs aux parfums d’Europe, met aussi à l’honneur le Roazhon Celtic Kop (RCK). Il qualifie le kop rennais de Curva des Rouge et noir.

Une comparaison directe avec la Curva sud, le célèbre kop des supporters les plus mordus de l’AC Milan, dont 1 200 membres étaient présents à Rennes, ce jeudi.

Un monde d’écart sépare le Stade Rennais de l’AC Milan

Après son lourd revers à l’aller, le Stade Rennais reçoit l’AC Milan en barrages retour de la Ligue Europa ce jeudi (18 h 45). Si les deux clubs partagent les mêmes couleurs, les Bretons sont encore des petits en Europe quand les Lombards participent de sa grande histoire.

ds 1969

À San Siro jeudi dernier, le Stade Rennais a vu que son histoire était encore à bâtir. Sur la pelouse lombarde, lors du match perdu logiquement 3-0, les Rennais ont compris la différence athlétique qui les séparait d’un club tout frais demi-finaliste de la Ligue des Champions. Physiquement, ce Milan, porté par le talent de classe mondiale de Rafael Leao, a écrasé le club bretillien. Au-delà de cette impression, qui s’est même dégagée à travers l’écran de télévision, les deux clubs rouge et noir ont des histoires européennes bien éloignées.

La France creuse encore l’écart sur les Pays-bas malgré un jeudi compliqué

Malgré les éliminations de Rennes, Toulouse et Lens, la France a accentué son avance sur les Pays-Bas à la cinquième place de l’indice UEFA. Mais la prudence reste de mise avec un contingent réduit de moitié.
ds 1924

Un sérieux coup de froid après l’état de grâce. La France a perdu trois de ses représentants en Coupe d’Europe jeudi. Lens (battu à Fribourg), Rennes (malgré sa victoire insuffisante contre l’AC Milan) et Toulouse (qui a fait vaciller le Benfica) se sont arrêtés au stade des 16es de finale de la Ligue Europa, laissant Marseille, tombeur du Shakhtar Donetsk, comme dernière équipe française dans la compétition. Avec le PSG, vainqueur de la Real Sociedad en 8e de finale aller de la Ligue des champions (2-0), et Lille, qualifié en 8e de finale de la Conference League, il ne reste plus que trois clubs français sur la scène continentale.

Malgré ce jeudi noir, la France a tout de même accru son avance sur les Pays-Bas à la cinquième place de l’indice UEFA. Elle compte ainsi 63.831 points, contre 61.100 pour les Pays-Bas qui ont également perdu une équipe jeudi (le Feyenoord éliminé aux tirs au but contre l’AS Rome). Il ne reste plus que deux clubs néerlandais en Europe (le PSV en Ligue des champions et l’Ajax en Conference League).

Si la France a un petit matelas d’avance, la prudence reste de mise puisque ses points resteront divisés par six (comme son nombre de représentants en début de saison) pour la suite de la saison. Ils le seront seulement par cinq pour les Pays-Bas. La cinquième place est vitale pour les clubs français en vue du nouveau format des Coupes d’Europe la saison prochaine. Elle offre en effet quatre places en C1 (trois directes et une en barrages), deux en Ligue Europa (la 5e place et le vainqueur de la Coupe de France) et une en Conference League.

Les Français ont en revanche vu s’éloigner la perspective de récupérer un cinquième billet pour la Ligue des champions, qui comptera 36 équipes, au lieu de 32 actuellement la saison prochaine. Si l'un de ces billets supplémentaires est déjà attribué à la France, en récompense de sa 5e place (si le classement de l’indice UEFA reste en l’état), deux des trois autres tickets récompenseront les nations les plus performantes lors de la saison précédente. En clair, les deux pays ayant terminé aux deux premières places à l'indice UEFA sur la seule saison 2023-2024 récupéreront un strapontin de plus pour la Ligue des champions 2024-2025. Avec seulement trois équipes en lice sur six, la France ne fait plus le poids face aux grosses nations comme l’Italie qui a encore ses sept représentants, l’Angleterre (6/8), l’Allemagne (5/7) ou l’Espagne (5/8).

Face à Milan, le Stade Rennais sort de la Ligue Europa la tête haute

Les Rennais ont, certes, été éliminés mais ont battu l’AC Milan et offert une soirée inoubliable au Roazhon Park. Cela ne donne qu’une envie : que cela recommence !

ds 1966

Il y avait l’espoir d’un match d’anthologie malgré la lourde défaite du match aller en Italie (3-0). Alors le Stade Rennais a épousé la douceur d’une folle soirée pour rêver en grand. Julien Stephan avait ajouté des ingrédients pour offrir des émotions. Exit son 4-4-2 pour un 4-1-4-1, avec Bourigeaud et Désiré Doué au cœur du jeu, soutenant le trio Gouiri, Kalimuendo et Terrier. Tout simplement un « tapis » comme au poker, avec une phalange très offensive. Assumer le déséquilibre pour ne rien regretter. Avec cette équipe coupée en deux, Rennes a été riche de conquêtes, d’intensité, d’audace.

Les supporters ultras italiens ont-ils copié l’emblème de leurs rivaux Rennais ?

Selon les autorités, 1 200 supporters italiens de l’AC Milan sont attendus à Rennes (Ille-et-Vilaine), jeudi 22 février 2024, pour la rencontre de Ligue Europa face au Stade Rennais. Un important dispositif de sécurité va être mis en place. Sébastien Louis, Docteur en histoire contemporaine (1), spécialiste du supportérisme radical, décrypte le fonctionnement des ultras milanais.

ds 1914

Le Roazhon Celtic Kop (RCK, les ultras du Stade Rennais) et la Curva Sud (ultras de l’AC Milan) ont le même emblème (le Banditi qui représente un supporter masqué par un foulard avec une écharpe autour du cou). Les deux groupes revendiquent la paternité de cet emblème. Qu’en est-il ? Sébastien Louis, docteur en histoire contemporaine (1), spécialiste du supportérisme radical, décrypte le fonctionnement des ultras milanais et tranche la controverse.

Qui a inventé l’emblème du Banditi ?

Le Roazhon Celtic Kop (RCK) est bien l’inventeur de ce logo, qui a été repris plus tard par la Curva Sud. On le voit apparaître sur de premiers drapeaux, à San Siro (le stade milanais), lors de la saison 2009-2010.

C’est d’ailleurs très intéressant. Le mouvement ultra est né en Italie. Le premier groupe français qui s’est fondé à Marseille, en 1984, a repris les codes italiens.

Les ultras français ont toujours regardé les précurseurs comme des pères fondateurs. Que ce soit au niveau des chants, des noms de groupe, des symboles, l’Italie est un puits d’inspiration. Voir un groupe italien qui reprend un logo français jusqu’à l’adapter pour en faire son symbole principal, c’est extrêmement rare.

La Curva Sud Milano est un groupe ultra qui dirige le virage sud de San Siro. Sa genèse date de 2007, mais la naissance officielle du groupe remonte au début de la saison 2008-2009.

Il faut savoir que les ultras milanais sont parmi les pionniers du mouvement en Italie et à travers le monde, dès les années 1967-1968.

Le but de la Curva Sud était de réunir les différentes entités du virage sud de Milan dans un groupe grand et puissant, après la dissolution de la Fossa dei Leoni (La Fosse aux lions, un des groupes les plus importants).

1 200 supporters Italiens sont attendus à Rennes, dont 400 ultras. Le match a été classé au niveau 3 par la division nationale du hooliganisme, c’est-à-dire un risque de trouble à l’ordre public avéré. Les ultras de Milan sont-ils connus pour leur violence ?

Il peut y avoir des débordements, même si après le match aller rien ne le laisse présager. Les membres de la Curva Sud sont des ultras. La violence fait partie de leur mode d’action, mais elle n’occupe pas le devant de la scène, comme pour les hooligans.

En Italie, les lois sont assez répressives. On peut être interdit de stade pour avoir organisé un cortège non autorisé ou pour avoir allumé un fumigène dans un stade. On ne va pas dire que cette législation les a calmés, mais les risques de violences sont moins grands. Elles se sont éloignées des stades, vers les lieux de transit, lors de déplacements la plupart du temps ou lors des matches de coupe d’Europe.

Mais l’histoire de la Curva Sud a été marquée par un certain nombre d’épisodes violents. L’un d’entre eux a eu impact important, en 1995 un jeune ultra de l’AC Milan avait poignardé un autre du Genoa. Le but n’était pas de tuer, mais de provoquer leurs rivaux. L’épisode avait bouleversé aussi bien l’opinion publique que le milieu ultra.

Le déplacement Rennais a été très encadré à Milan, avec une importante présence policière et des restrictions pour les visiteurs. Pourquoi un tel encadrement pour un public rennais réputé tranquille ?

Ce déplacement a été très encadré pour plusieurs raisons. La première, c’est le précédent contre le Paris Saint-Germain. En novembre, lors de la réception du PSG en Ligue des Champions, des supporters parisiens radicaux avaient été agressés par des Milanais dans le quartier très touristique du Navigli (N.D.L.R. : l’un d’eux avait reçu plusieurs coups de couteau) .

C’est ce qui a mis la police italienne sur les dents. D’autant que des personnages gravitant autour de la Curva Sud ont été, récemment, interpellés après ces incidents.

Les autorités ont voulu montrer qu’elles ont su tirer les enseignements de ces événements et d’autres qui ont pu se produire récemment, en coupe d’Europe ou en championnat. Des incidents où la police a pu faire mauvaise figure. Raison pour laquelle elle a voulu se montrer sous son meilleur jour.

Avant la réception de Milan, la préfecture interdit le rouge et noir

Dire que la France organise les JO dans moins de six mois…

ds 1915

Le barrage retour de Ligue Europa entre le Stade rennais et l’AC Milan, ce jeudi, inquiète les autorités rennaises. Alors que près de 1300 tifosi italiens feront le déplacement en Bretagne, la préfecture locale estime que "les ultras et hooligans milanais sont réputés pour leur agressivité et leur degré de dangerosité". La Division nationale de lutte contre le hooliganisme a, elle, classé la rencontre au niveau trois sur cinq sur l’échelle du risque d’affrontements, même si aucun débordement n’a eu lieu lors de la rencontre aller en Lombardie.

Ainsi, le préfet de Bretagne et d’Ille-et-Vilaine a pris de grosses précautions, pour contrer ce qu’il considère comme un "risque avéré de troubles à l’ordre public" : dès ce mercredi, il est interdit aux supporters milanais de "porter une écharpe, un insigne, un vêtement, un drapeau aux couleurs de ce club" dans certaines zones de la ville. Petit problème, et pas des moindres : les couleurs rouge et noir des Milanais sont difficiles à distinguer des couleurs rouge et noir des Rennais. Les supporters locaux pourront-ils afficher leurs couleurs, dans leurs propres rues ?

Il faudra simplement expliquer aux Milanais qu’ils devront privilégier le noir et rouge plutôt que le rouge et noir.

La préfecture d’Ille-et-Vilaine interdit les couleurs rouge et noir

ds 1913

En voilà une bien curieuse décision que nous rapporte la presse bretonne en ce mercredi. Alors que le Stade Rennais s’apprête à accueillir l’AC Milan, dans le cadre des Barrages retour de la Ligue Europa, la préfecture d’Ille-et-Vilaine a tenu à mettre en place un certain nombre de choses pour agrandir le dispositif de sécurité pour cette rencontre jugée à haut risque en raison de la rivalité entretenue entre les Ultras italiens de la Curva Sud et les Ultras français du groupe Roazhon Celtic Kop. Un bras de fer notamment lié à la revendication d’un logo représentant un visage à demi camouflé derrière un bandeau. La Division nationale de lutte contre le hooliganisme a classé de niveau trois sur l’échelle du risque d’affrontements pour ce match à guichets fermés. Pour rappel, près de 1 300 supporters dont 400 Ultras de l’AC Milan sont attendus dans les rues de Rennes ce jeudi.

En plus de l’incroyable dispositif de sécurité déployé (six policiers à cheval, deux drones utilisés, deux véhicules de fourrière mobilisés, ouverture des portes plus de 2 heures avant le match, fermeture de la route de Lorient dès 15 heures), la préfecture d’Ille-et-Vilaine a décidé d’interdire dès mercredi «d’afficher et de porter des insignes distinctifs et des écharpes aux couleurs du club italien». Le seul petit problème, auquel les autorités locaux n’ont pas pensé, est que l’AC Milan et le Stade Rennais partagent la même identité visuelle à savoir les couleurs rouge et noir. Ainsi aux yeux de l’arrêté préfectoral, porter un maillot du club breton enfreindrait également cette décision… Aïe coup dur pour les Bretons.

Pourquoi le match entre Rennes et l’AC Milan inquiète les autorités

1 300 supporters de l’AC Milan sont attendus, ce jeudi 22 février, à Rennes, pour le match retour des barrages de Ligue Europa. Un match qui tend quelque peu les autorités, notamment à cause d’un contentieux entre les supporters bretons et italiens.

ds 1911

Trois réunions ont déjà été organisées en préfecture, pour anticiper le match retour des barrages de Ligue Europa, entre le stade rennais et l’AC Milan. Depuis le 3 janvier 2024, les autorités s’inquiètent quelque peu de la tournure que pourrait prendre le déplacement en Bretagne de 1 300 supporters italiens. Dans un arrêté en date du 20 février 2024, la Préfecture évoque ainsi un "match à guichets fermés", que la Division nationale de lutte contre le hooliganisme a classé de niveau trois, sur l’échelle du risque d’affrontements.

Les supporters rennais dans le viseur : Faux
La présence probable des indépendants du groupe rennais Hooligan 1901 fait parler. Mais ce sont plutôt les milanais qui concentrent les regards. "Les ultras et hooligans milanais sont réputés pour leur agressivité et leur degré de dangerosité", retient la Préfecture, qui liste les déboires associés récemment aux déplacements italiens. Un coup de couteau, en marge d’un match contre Newcastle. Des dérapages lors de rencontres opposants l’AC Milan et le PSG…

Un contentieux ancien en cause : Vrai
La préfecture s’inquiète d’autant plus de heurts possibles qu’elle rappelle le "contentieux" qui oppose les supporters du Roazhon Celtic Kop et ceux du Curva Sud Milanais au sujet de la paternité de l’emblème "el banditi". Les deux clubs de supporters s’accuseraient mutuellement de plagiat, au sujet de ce logo représentant un visage à demi camouflé derrière un bandeau.

Les forces de l’ordre sont prêtes : Faux
Certes, les forces de sécurité sont en alerte, mais anticiper parfaitement tout débordement est une tâche impossible, relève la Préfecture. Il est impossible de prévoir dans quel lieu du centre-ville des rencontres, plus ou moins inopinées, peuvent survenir, entre des supporters adverses. Impossible aussi de consacrer l’activité des services de police uniquement à la sécurité footballistique dans une période toujours occupée par la menace terroriste.

La préfecture va jouer la carte contrainte : Vrai
Les supporters italiens seront pris en charge dès leur descente de l’avion, transportés jusqu’en car sur le mail François Mitterrand, d’où ils repartiront ensuite pour rejoindre le stade. Il sera interdit, et ce dès mercredi, de circuler en ville en affichant des insignes distinctifs ou des écharpes aux couleurs du club italien.

Rennes va offrir des galettes-saucisses aux supporters de l'AC Milan

Dans son guide réservé aux supporters milanais qui feront le déplacement en Bretagne ce jeudi, Rennes a annoncé offrir une galette-saucisse, spécialité locale, à chacun d'entre eux.
ds 1918

À deux jours de la réception de l'AC Milan en amont du barrage retour de Ligue Europa, le Stade Rennais a souhaité la bienvenue en Bretagne aux Milanais en publiant un guide sur leur compte X. Dans ce guide de 22 pages en italien, le SRFC évoque l'histoire du club et de la ville de Rennes, mais aussi celle du Roazhon Park et du groupe de supporters rennais, le Roazhon Celtic Kop. Le club indique également des lieux à visiter comme les portes mordelaises ou l'Opéra de Rennes.

Mais le Stade Rennais a décidé d'élever son niveau d'hospitalité avec originalité. En partenariat avec le restaurant Léon le Cochon, le club va "offrir à tous les supporters milanais présents dans la capitale bretonne sa spécialité locale", à savoir les galettes-saucisses.

À défaut de se qualifier en quarts de finale après la défaite importante au match aller (3-0), Rennes pourra au moins se consoler avec la palme du meilleur hôte de Ligue Europa.

Le Stade rennais va offrir des galettes-saucisses aux supporters du Milan

ds 1917

À deux jours du barrage retour de Ligue Europa entre le Stade rennais et l’AC Milan après la lourde défaite subie à l’aller à San Siro, le club breton s’est montré beau joueur en dévoilant un guide de 22 pages, rédigé en italien, spécialement réservé aux supporters milanais qui feront le déplacement en Bretagne. Le SRFC raconte l’histoire du club, de la ville et conseille des lieux à visiter (le Parlement, les portes mordelaises, l’Opéra, etc.) Il est aussi question de street-art, de Jeanne Mas ou encore de la culture tifo du Roazhon Celtic Kop, le principal groupe de supporters rennais.

Les tifosi des Rossoneri pourront également se régaler avec la spécialité locale : la galette-saucisse. En partenariat avec le restaurant Léon le Cochon, le Stade rennais va offrir ces petites merveilles rennaises, aussi simples que délicieuses, à tous les fans milanais présents dans la capitale bretonne. La dégustation se tiendra sur le Mail François-Mitterrand, où les Italiens doivent se rassembler avant la rencontre.

Souvenirs Milanais : Les "bads et goods trips" des supporters

ds 1893a

Les esprits chagrins ne peuvent pas comprendre. Ils ne peuvent pas comprendre ce qui pousse des milliers de gens à quitter la capitale bretonne pour voir un match de foot à l’autre bout de l’Europe. Il n’y a peut-être rien à comprendre! Il y a peut-être juste à apprécier la passion, l’engagement, l’amour du ballon rond. Ce 15 février, environ 10 000 supporters rennais sont partis le cœur léger à Milan pour soutenir leur équipe. Ils ont défilé en cortège vers le stade de San Siro. Ils ont festoyé jusqu’au bout de la nuit dans les bars milanais. Ils ont joué aux palets sur la place du Duomo, découvert la gastronomie culinaire et les monuments. Ils ont enfin chanté "qui ne saute pas n’est pas rennais", devant la "Scala" et ont dégusté un "spritz" à la Terrazza aperol ou le long du canal.

ds 1893b

En revenant de leur virée milanaise, la défaite était oubliée, bien oubliée. Les Rennais préféraient repasser en boucle leur excursion en terre italienne. Ils revivaient les vivats du San Siro, les longues nuits dans les boîtes où le "just can’t get enough" enflammait le dance floor. Elle était loin la débâcle rennaise. Beaucoup enfouissaient dans les limbes de leurs mémoires cette déroute milanaise sur le score de 3 à 0. Ils aimaient mieux se souvenir de leurs nombreuses épopées, bonnes ou mauvaises. Ils se racontaient longtemps leurs anecdotes et parfois leurs dé…boires ! L’un est tombé d’un arbre, heureusement, sans gravité.

ds 1893c

Il est vivant, il est vivant!, chantaient d’ailleurs ses copains, après la chute !
Un autre a plongé la tête première dans une piscine milanaise sans fond. Il en est ressorti avec un gros pansement. On n’avait pas de douche dans notre chambre, expliquait un de ses camarades. C’était le seul moyen de se laver… Ici où là, ils ont été nombreux à conter les exploits de nos supporters. Ils relataient notamment les péripéties de l’un d’eux à la scoumoune tenace. Son vol a été annulé au dernier moment.Il a pris le bus pour venir jusqu’à Milan où son Airbnb a été tout simplement supprimé!

Certains ont été toutefois moins malchanceux. Ils ont retrouvé leurs potes et parfois leur carte d’identité à l’hôtel Rosa Grand où était logée la direction du Stade rennais. D’autres ont été arrosés par une gardienne d’un immeuble, après avoir arrosé eux-mêmes… ses plantes. Bref, vous l’aurez compris?! Les Rennais ont vécu une migration insolite et bon enfant, mais surtout festive, saluée par tous les journaux italiens. Le spectacle était souvent dans la rue, à défaut de l’être dans le stade. "On est chez nous, criaient-ils dans les rues et le stade de Milan. Ils sont revenus chez nous sans trop de bobos !

ds 1893d

La presse Italienne se moque des Rouge et Noir

La Gazzetta dello Sport s'est lâchée au moment de commenter la prestation des joueurs du Stade Rennais lors du barrage d'Europa League contre l'AC Milan (0-3) jeudi.

ds 1895

Entre la série de victoires et l'invasion de dix mille supporters rennais, les suiveurs de l'AC Milan s'attendaient à une autre opposition, jeudi, en barrages de l'Europa League. Mais les Rossoneri n'ont fait qu'une bouchée des Rouge et Noir (3-0). Et La Gazzetta dello Sport s'en est donné à cœur joie dans son édition de vendredi, au moment de commenter la prestation des Bretons...

Kalimuendo, "sympa, le costume de fantôme pour le carnaval"
Ainsi, Arnaud Kalimuendo a hérité de la plus mauvaise note (4) avec ce commentaire acide : "Sympa, le costume de fantôme pour le carnaval (de Milan, qui a lieu en ce moment). Présenté comme le danger numéro un mais il n'a pas tiré une fois au but et est toujours tombé dans le panneau du hors-jeu. Remplacé rapidement et c'est tant mieux". Vous trouvez ça dur ? Ibrahim Salah a eu droit à 5,5 accompagné d'un "Ce n'est pas Mo et ça se voit". Désiré Doué, lui, a été élu meilleur rennais de la partie (note de 6,5) avec ce commentaire : "San Siro, à 18 ans, ne lui fait peur. Le seul avec un peu de c...". Sans pitié, La Gazzetta !

S.G.S.B.

SGSB

Boutique de Mumbly

Boutique

Cantine de Mumbly

Cantine

Hébergé par

Reglyss.bzh

Free Joomla templates by Ltheme