• ds_1632.jpg
  • ds_0523d.jpeg
  • ds_0920.jpg
  • ds_0381.jpg
  • ds_1545.jpg
  • ds_0280.jpg
  • ds_0946.jpg
  • ds_1223.jpg
  • ds_0728.jpeg
  • DS_0049.jpg
  • ds_0353.jpg
  • ds_1572.jpg
  • ds_0492.jpg
  • ds_1853.jpg
  • ds_0431.jpg
  • ds_1592.jpg
  • ds_0486c.jpg
  • ds_0705.jpeg
  • ds_0838.jpg
  • DS_0183.jpg

Bourigeaud et Theate ont bien été piqués par le coach et ça a fonctionné

Le coach rennais est resté évasif quant aux raisons précises de ce choix tactique ou disciplinaire. Toutefois, il semble que ces ajustements étaient temporaires puisque Bourigeaud et Theate ont tous deux eu leur chance durant cette confrontation importante contre Nantes.

ds 2063

Arthur Theate a également apporté sa pierre à l’édifice en remplaçant Jeanuel Belocian au poste de latéral gauche peu avant la fin du match. Sa présence sur le terrain lors du troisième but rennais témoigne de l’importance accordée par Stéphan à l’état d’esprit collectif et à la performance globale du groupe.

Julien Stéphan a insisté sur cet esprit d’équipe tout en soulignant la nécessité pour ses joueurs de confirmer leurs bonnes dispositions lors des prochaines rencontres. Le message adressé à Bourigeaud et Theate semble avoir été entendu : leur implication fut déterminante pour assurer une victoire convaincante face à un rival régional.

Rennes se relance dans la course à l'Europe et fait mal à Nantes

En s'imposant 3-0 à La Beaujoire, Rennes s'est relancé dans la course à l'Europe et est remonté, provisoirement, à la 7e place de la L1. Les Canaris, eux, ratent une occasion dans la lutte pour le maintien.
ds 2061

L'enjeu était palpable pour les deux équipes et le spectacle, à un moment aussi triste qu'une tribune Loire vide, en a pâti. Entre des Nantais engagés dans la lutte pour le maintien et des Rennais en course pour l'Europe, ce derby de la Bretagne s'est montré décevant jusqu'à l'heure de jeu, jusqu'à ce que la supériorité rennaise ne se matérialise. Après trois défaites de rang de L1, les joueurs de Julien Stéphan ont retrouvé le goût de la victoire chez leurs rivaux (3-0) pour revenir provisoirement à la septième place.

Le succès rennais a été logique dans cette rencontre longtemps chiche en occasions. Le destin de ce match n'est pas venu des pieds de Ludovic Blas, constamment sifflé pour son retour dans son ancienne maison, mais de ceux d'Arnaud Kalimuendo (voir ci-dessous) en seconde période. L'attaquant a marqué (67e), provoqué un penalty transformé par Bourigeaud (76e), et Gouiri a clos le score (90e+1). En première période, la frappe de Désiré Doué aurait déjà mérité meilleur sort au lieu de percuter la barre puis le montant gauche (27e), signe d'une équipe de Rennes plus mordante.

Diminués par plusieurs absences, dont celle de Mathis Abline, les Nantais n'ont su mettre un terme à cette incroyable série de revers à domicile, car leur réveil, symbolisé par cette tête de Mohamed détournée magnifiquement par Mandanda (79e), est intervenu bien trop tard. Avec cette claque, les Canaris ratent l'occasion de faire une très belle opération en bas de tableau, alors que Le Havre et Metz s'affrontent ce dimanche.

Le joueur : Kalimuendo, doublement décisif
Il n'avait plus marqué depuis plus d'un mois, et le nul concédé sur le fil à Lille (2-2), le 10 mars. Déjà buteur à l'aller sur penalty à la toute fin du temps additionnel (3-1), Arnaud Kalimuendo a, cette fois, permis à son équipe de prendre les devants dans cette rencontre. Une reprise du droit à proximité du point de penalty, après un bon centre en retrait de Guéla Doué, a parfaitement lancé les Rennais. L'attaquant a ensuite provoqué un penalty, après avoir été fauché par Alban Lafont sur une ouverture en profondeur. Alors c'est sûr, c'est avec la satisfaction du travail bien fait qu'il a pu sortir, à la 82e minute.

9
En s'inclinant face à Rennes, Nantes a perdu pour la huitième fois d'affilée à domicile en Championnat, la neuvième toutes compétitions confondues. Un triste record dans l'histoire des Canaris.

Un supplice qu’on a mal vécu

Le président du SRFC s’est exprimé après la défaite calamiteuse de son équipe samedi soir face à Toulouse au Roazhon Park (1-2). Les mots sont forts, puisqu’il parle de prestation honteuse, indigne. Il attend une réaction des joueurs durant le derby, samedi prochain à Nantes.

ds 2052

Olivier Cloarec, le président du Stade Rennais n’est pas homme à hausser le ton. On le lui reproche parfois d’ailleurs. Samedi soir après la défaite contre Toulouse il n’a pas mâché ses mots après la prestation "indigne" des joueurs. "La deuxième mi-temps c’était un vrai supplice. On l’a mal vécu, on l’a fait savoir aux joueurs. On est sans voix devant le comportement de l’équipe. Ce soir c’est dur d’avoir des explications. À domicile, avec le soutien des supporters, dans une semaine particulière en plus (référence au décès de Nicolas Holveck), c’est invraisemblable, c’est honteux", martèle le président Cloarec.

Le derby tombe bien
Lui et Florian Maurice sont donc allés dans le vestiaire à l’issue de ce match catastrophique, proche du néant pour hausser le ton. "Avant de parler et d’objectif, il faut montrer un autre état d’esprit. Il y a un match qui se profile à Nantes qui va tenir à cœur aux supporters, au président que je suis, aux joueurs, au staff. Il faut montrer autre chose avant de parler de résultats"

Le derby tombe à point, comme vecteur de remobilisation d’un groupe sans âme, sans caractère ou si peu et qui aura désormais bien du mal à aller chercher une 7e qualification européenne. "Arrêtons de parler d’objectif, gagnons des matchs déjà. Avant le match, on se disait Lens et Reims ont perdu, c’est à nous de gagner des matchs. Si on ne gagne pas de match, on ne peut rien ambitionner."

Ne pas être européen serait un échec
Cette ambition rappelée par le RCK avant le match en tribune Mordelles sur une banderole : "L’Europe n’est pas une option, mais une obligation". Ça risque de devenir une illusion. "Évidemment c’est un objectif affiché en début de saison, ça fait six ans qu’on est européen, on a le budget pour ça, une équipe qui a été montée pour ça. Ne pas l’être serait évidemment un échec", ajoute le président Cloarec, mais pour lui le bilan attendra la fin de saison. "On assumera. Ce qui est paradoxal, difficilement perceptible, ce sont ces sauts de niveau d’un week-end à l’autre. C’est invraisemblable de montrer un visage aussi différent. On fera le bilan à la fin, mais la saison n’est pas finie, je veux qu’on défende plus haut plus fort les couleurs du Stade Rennais."

Julien Stéphan tient le même discours quand il dit qu’il est "hors de question de finir la saison en roue libre". Pression maximale pour le derby face à des Nantais qui jouent leur maintien.

Scandaleux et indigne, le Stade Rennais a touché le fond contre Toulouse

Il y a encore deux semaines, tout roulait pour le Stade Rennais, revenu au contact des places européennes et qualifié pour les demi-finales de la Coupe de France. Plus dure serait la rechute. Les Bretons viennent d’enchaîner quatre défaites d’affilée, dont la dernière, samedi soir à la maison contre Toulouse, au terme d’une prestation "proche du néant", a fustigé l’entraîneur Julien Stéphan.

ds 2051

"C’est une catastrophe, on n’a rien proposé dans le jeu, dans l’envie, s’est lamenté le défenseur Arthur Theate après la rencontre. C’était une purge, et il va falloir avoir un sursaut d’orgueil, parce que ce qu’on a fait c’est scandaleux."

Liquéfié dans tous les domaines
Les Rennais ont pourtant ouvert la marque assez rapidement, par Désiré Doué (20e), mais ils ne se sont jamais remis de l’égalisation de Casseres dans la foulée (22e). Le reste du match n’a été que souffrance. "Ça s’est liquéfié dans tous les domaines. D’abord dans le jeu où il n’y a quasiment plus rien eu, dans le domaine, également, de l’agressivité, de l’intensité, on a perdu énormément de duels. C’est un très mauvais match", a cinglé Stéphan.

Dans les couloirs du Roazhon Park, Son président Olivier Cloarec n’avait pas de mots assez durs pour parler de ce qu’il a vu. "On a montré un visage indigne du Stade Rennais, on ne méritait rien d’autre qu’une défaite, a-t-il lâché, dépité. On est sans voix devant le comportement de l’équipe, c’est dur d’avoir des explications. C’est honteux ce qu’on a montré."

Scotché à la 9e place du classement, potentiellement dépassé par l’OL qui reçoit Brest ce dimanche soir, Rennes entrevoit le spectre d’une saison blanche, loin des ambitions affichées au vu de la qualité de l’effectif et du recrutement effectué l’été dernier (Blas, Le Fée, Seidu, Matusiwa…).

"Si on joue comme ça, comment voulez-vous qu’on accroche l’Europe ?, s’est interrogé Theate. Il faut se réveiller et après on verra bien." Les Bretons vont désormais enchaîner deux derbys pour tenter de se remettre à l’endroit, à Nantes puis face à Brest. Julien Stéphan attend de son équipe "du caractère, au moins, qu’elle montre de la personnalité et surtout plus de résilience dans les moments difficiles". Il faudra au moins ça pour ne pas tout gâcher.

Stade Rennais - TFC à guichets fermés

Samedi, à 21h00, le TFC sera sur la pelouse du Stade Rennais pour la 29ème journée de Ligue 1.
ds 2050

Cette rencontre se jouera à guichets fermés puisque la billetterie du club breton ne propose plus aucune place en vente. Ce sera la troisième rencontre consécutive qui affiche complet pour le SRFC. En effet, 28 615 et 28 610 personnes s'étaient rendues au Roazhon Park pour soutenir les hommes de Julien Stéphan contre Lorient et l'OM. Le TFC est prévenu, l'ambiance sera belle samedi soir pour pousser les Rennais.

La programmation des matches de L1 contre Toulouse et Nantes est connue

On connaît la date du match de Ligue 1 de la 29e journée entre le Stade Rennais et Toulouse au Roazhon Park. Ce sera le samedi 13 avril à 21 h. Le derby Nantes - Rennes, comptant pour la 30e journée, aura lieu le samedi 20 avril à 17 h.

ds 2010

La LFP a communiqué ce jeudi 21 mars la programmation de la 29e journée de Ligue 1, avec Stade Rennais - Toulouse FC. Les Rouge et Noir recevront au Roazhon Park les Violets le samedi 13 avril à 21 h, match diffusé sur Canal + sport 360 et Canal+ Foot.

Cette réception de Toulouse fera suite au déplacement à Monaco, prévu le dimanche 7 avril à 17 h 05. Après la trêve internationale, le Stade Rennais enchaînera donc trois voyages, à Strasbourg le dimanche 31 mars à 17 h 05, au Parc des Princes contre le PSG pour la demi-finale de Coupe de France le mercredi 3 avril à 21 h 10, et donc à Monaco le dimanche 7.

Après la réception de Toulouse, le SRFC ira disputer le derby à La Beaujoire, contre Nantes. Ce match de la 30e journée de Ligue 1 se tiendra le samedi 20 avril à 17 h, en direct sur Prime Vidéo.

Changement de plan notable pour Stéphan avant Marseille

Après s’être fait reprendre dans les dernières minutes dimanche dernier face à Lille, le Stade Rennais va recevoir ce week-end l’Olympique de Marseille pour le compte de la 26ème journée de Ligue 1.

ds 2003

Après deux matchs nuls à Paris et à Lille, ainsi qu'une défaite contre Lorient, Rennes aspire à retrouver le chemin de la victoire en Ligue 1 avant la trêve internationale.

Theate incertain
Julien Stéphan doit faire face à l'absence de Mahamadou Nagida, dont la saison est terminée, ainsi que de Fabian Rieder et Enzo Le Fée, qui ne sont pas encore opérationnels. De plus, Arthur Theate, touché à l'arrière de la cuisse lors du match contre Lille, est incertain pour la prochaine rencontre. Le défenseur belge ne s’est pas entraîné de la semaine en raison d’un souci musculaire qui n’est pas une déchirure.

En grande forme depuis l'arrivée de Jean-Louis Gasset à sa tête, l'Olympique de Marseille vise maintenant une victoire sur le terrain du Stade Rennais, où il avait été éliminé en Coupe de France. De leur côté, les Rennais ont l'opportunité de rejoindre les Marseillais au classement en cas de succès. Pour ce choc, Jean-Louis Gasset devra se passer de Gigot, Murillo et Rongier.

Ce match est d'une importance capitale pour les deux équipes, car il joue un rôle déterminant dans leur course pour décrocher une place européenne. Les enjeux sont élevés, car une victoire pourrait propulser l'une ou l'autre vers leurs objectifs en compétitions continentales, tandis qu'une défaite pourrait les éloigner de leurs ambitions.

Arthur Theate incertain pour la réception de l’OM

Le défenseur belge devait passer des examens ce vendredi après-midi pour décider s’il pourra tenir sa place dimanche face à Marseille, au Roazhon Park.

ds 1981

Le Stade Rennais reçoit l’Olympique de Marseille dimanche à 17 h 05, trois jours après la qualification de l’OM en quart de finale de la Ligue Europa ; Pour cette rencontre, Arthur Theate, blessé la semaine dernière à Lille, est incertain. « Il passait de nouveaux examens en début d’après-midi, ça décidera s’il peut s’entraîner demain et être aligné dimanche », annonce Julien Stéphan, le coach du SRFC.

Le défenseur belge souffre d’une blessure musculaire mais pas d’une déchirure qui l’aurait éloigné des terrains plus longtemps. Le défenseur belge qui s’est entraîné toute la semaine à part du groupe est retenu avec la Belgique.

L’entraîneur des Rouge et Noir devra aussi faire, une dernière fois, sans Enzo Le Fée et Fabian Rieder qui devraient reprendre après la trêve internationale. Ils ont repris l’entraînement en individuel. "Enzo et Fabian poussent, ils ont une dernière semaine d’entraînement individuel, avant de reprendre l’entraînement collectif la semaine avant Strasbourg", ajoute Julien Stéphan.

Le dernier joueur à l’infirmerie est donc Aboubakar Nagida.

Des mesures pour la venue des supporters marseillais

Comme quasiment à chaque match de foobtall désormais, la préfecture d’Ille-et-Vilaine a pris des mesures pour encadrer la venue des supporters marseillais au Roazhon park, dimanche 17 mars 2024. Le Stade Rennais reçoit l’Olympique de Marseille pour la 26e journée de Ligue 1.

ds 1975

Le Roazhon park sera à nouveau à guichets fermés ce dimanche 17 mars 2024, à 17 h 05, pour le match de Ligue 1 entre le Stade Rennais et l’Olympique de Marseille.

Comme souvent désormais, suite aux nombreux incidents entre supporters ces derniers mois, les autorités craignent « un risque avéré de troubles à l’ordre public ». En prévisions, le préfet d’Ille-et-Vilaine, Philippe Gustin a pris des mesures.

Interdit de s’afficher avec les couleurs de l’OM
Il sera interdit aux supporters de l’OM de s’afficher avec les couleurs du club (écharpe, insigne, vêtement, drapeau…) aux abords du stade, sur le mail Mitterand et dans le centre de Rennes, de 10 h à 22 h. Une interdiction qui ne s’appliquera plus une fois dans l’enceinte du Roazhon park.

Un point de rendez-vous obligatoire est fixé pour les supporters de l’OM avant de se rendre au Roazhon park encadrés par les forces de l’ordre.

Enfin, « la possession, le transport et l’utilisation de tous pétards ou fumigènes, drapeaux et banderoles dont les inscriptions appellent à la provocation, à la violence ou à la haine et tout objet pouvant être utilisé comme projectile sont interdits », indique la Préfecture.

Adrien Truffert et Ludovic Blas seront suspendus pour le déplacement à Strasbourg

Les Rennais Adrien Truffert et Ludovic Blas ont reçu leur troisième avertissement en moins de dix rencontres et seront suspendus contre Strasbourg.

ds 1973

Les Rennais Adrien Truffert et et Ludovic Blas ont reçu un nouveau carton jaune, ce dimanche, à Lille, le troisième en moins de dix matchs. Le défenseur de 22 ans et l’ailier de 26 ans seront donc suspendus (*) pour le déplacement à Strasbourg, le dimanche 31 mars.

* : sous réserve de son passage lors de la prochaine commission de discipline, mercredi 13 mars.

À Lille, un premier tournant

Historiquement, les Rennais ont beaucoup de mal dans le nord.
ds 1974

Après avoir laissé passer une belle occasion de recoller aux places européennes suite à sa défaite contre Lorient, véritable bête noire ces dernières saisons, le Stade Rennais se rend chez une autre bête noire, Lille, avec de nouveau un beau coup à réaliser.

Avec six points de retard sur son futur adversaire, quatrième, les « Rouge et Noir » pourraient, en cas de victoire, revenir à trois petites longueurs des nordistes et donc de la Ligue des Champions, tout en profitant du faux pas de Nice contre Montpellier pour raccrocher au wagon européen.

Au-delà du bilan historique et famélique du SRFC à Lille (trois victoires en 47 déplacements), l’adversité sera d’un tout autre calibre que contre Lorient, comme l’explique Julien Stéphan en conférence de presse : « Lille, c’est l’inverse de ce que nous avons vécu lors du dernier match. C’est une équipe qui presse beaucoup, très agressive avec et sans le ballon, et aussi très performante dans l’utilisation du ballon.

Le Stade Rennais au révélateur
C’est une équipe très en forme qui a confirmé encore hier soir (ndlr : victoire 0-3 à Sturm Graz en Conférence League jeudi) tout le bien que nous pouvions penser d’elle. On se prépare comme nous nous préparons pour les gros matchs. Il faudra faire une performance d’une équipe de niveau européen ».

Si la rencontre à Lille puis la réception de Marseille marquent un véritable tournant dans cette fin de saison, l’entraîneur breton préfère relativiser, tout en concédant l’importance des oppositions à venir, qui pourraient bien être révélatrices des ambitions bretonnes avant le sprint final : « J’ai déjà dit que nous ferions le point après le match de Monaco parce qu’il y a encore un mois, un mois et demi, nous n’aurions jamais imaginé être dans cette position-là avant de jouer le match de Lille.

Mais oui, nous allons être au révélateur de ce que nous sommes capables de faire contre ce genre d’adversaire. Nous avons plusieurs rencontres qui arrivent dans les prochaines semaines qui nous mettrons vraiment au révélateur ». La fatigue, logique, après un mois de février très dense, ne pourra pas plus être tenue comme responsable.

Récupérer pour (ré)enchaîner
Également présent en conférence de presse, Ludovic Blas savoure cette semaine complète de préparation : « Ça fait du bien de se concentrer sur un seul match pendant toute une semaine. Nous travaillons beaucoup plus ».

Et comme son entraîneur, le numéro 11 rennais voit en Lille et Marseille, deux excellents tests : « Nous allons enchaîner deux rencontres qui sont très importantes pour nous. Je pense qu’il faut prendre le revers contre Lorient comme une leçon et un petit coup derrière la tête pour ne pas oublier que chaque équipe est dangereuse et nous remettre dans le droit chemin. Nous avons eu une période excellente et je pense que ça ne peut que nous aider à remettre les pieds sur terre ».

Le football va vite, dans un sens comme dans l’autre, et il ne faut pas oublier d’où (re)vient le Stade Rennais. Mais après une telle série, les espoirs d’Europe sont de retour, et l’appétit vient en mangeant.

Un joueur se confie et se montre confiant avant Lille

Le Stade Rennais est actuellement sur une belle lancée et il enchaîne avec confiance les belles prestations sur la pelouse de ses différents adversaires. Malgré une élimination en Ligue Europa, le club ne se laisse pas abattre et se fraye une place en demi-finale de Coupe de France.

ds 1955

Alors qu’il enchaînait les victoires dans le cadre de la compétition nationale en Ligue 1, le Stade Rennais s'incline face à Lorient la semaine dernière. Une défaite regrettable dans cette ascension sans fin qui hisse le club à la 8e position. Mais les joueurs ne vont pas s’avouer vaincus si facilement ; c’est ce que confie un joueur important de l’équipe avant le match face aux Lillois.

Ludovic Blas revient sur ses erreurs et repart confiant pour la suite de la compétition
Le milieu offensif des Rouge et Noir, Ludovic Blas se confie sur ses erreurs passées et sur sa vision de l’avenir du club. Une vision optimiste qui fait du bien à entendre. Il y a de cela moins d’un mois, le joueur avait subi une polémique importante sur un penalty joué à la place de Martin Terrier, auteur d’un doublé ce jour-là contre Clermont. Blas avait alors raté son penalty et privé l’équipe d’un but supplémentaire. “J’ai fait une erreur, parce qu’il y a des tireurs désignés. Mais c’est derrière moi, c’est fini. ”, dit-il en revenant sur cette polémique. Aujourd’hui, il se montre confiant. “Il n’y a pas de motivation à avoir, elle est directement là. C’est une bonne chose à vivre, on peut tous être contents à la fin. ”

Et “Je ne suis pas quelqu’un qui me prend la tête. [...] Moi, j’apprends plus que je ne subis. Dans ma tête, tout va bien, le plus important, c’est de retrouver le football que j’ai pu montrer avant”, il déclare avec force. Il sait ce qu’il veut et ce qu’il vaut et il compte bien le prouver sur le terrain. Malgré le petit faux pas du club face à Lorient, il aura l’occasion de se relever face à Lille dimanche prochain. “Il faut prendre le revers contre Lorient comme une leçon et un petit coup derrière la tête pour ne pas oublier que chaque équipe est dangereuse et nous remettre dans le droit chemin, car on a fait une période excellente. Ça ne peut que nous aider à remettre les pieds sur terre. ”, confie le milieu de terrain lors d’une conférence de presse.

Les Rennais semblent sur une bonne lancée et les joueurs ne reculeront devant aucun obstacle.

La terrible erreur de Mandanda qui a coûté très cher dans le derby face aux Merlus

Steve Mandanda s'est rendu coupable d'une faute de main grossière lors de la défaite rennaise à domicile face à Lorient ce dimanche. Les Rouge et Noir se sont inclinés, laissant filer les concurrents dans la course à la Ligue des champions.
ds 1934

Terrible erreur de Steve Mandanda. Ce dimanche, le gardien du Stade Rennais s'est rendu coupable d'une grossière faute de main pour offrir sur un plateau l'ouverture du score à Lorient dans le derby breton, à l'occasion de la 24e journée de Ligue 1. Peu avant l'heure de jeu, l'ancien gardien de l'équipe de France (37 ans) a repoussé du genou une tentative de Mohamed Bamba.

Mais le ballon est revenu dans les pieds de Ponceau, qui enchaîne une frappe enroulée. Steve Mandanda s'envole pour repousser la tentative, sauf que l'ex-marseillais relâche le ballon. Il n'en fallait pas tant pour que Bamba profite de l'offrande pour ouvrir le score dans le but vide (0-1, 58e).

Rennes rechute
Cette erreur de Mandanda a précipité la défaite rennaise au Roazhon Park puisque les Merlus ont creusé définitivement l'écart en toute fin de rencontre par l'intermédiaire de Junior Kroupi (0-2, 90e). La réduction du score d'Amine Gouiri dans le temps additionnel (1-2, 93e) n'a pas changé le résultat du match.

Invaincus en championnat depuis le 9 décembre (défaite 1-2 contre Monaco), les joueurs de Julien Stephan concèdent leur septième défaite de la saison en Ligue 1. Un revers qui les laissent scotchés à la huitième place, à sept points du podium. Rennes aurait pourtant pu boucler une belle semaine, après le nul au Parc dimanche dernier (1-1) et la qualification pour les demi-finales de la Coupe de France aux dépens du Puy (1-3).

Lorient éteint Rennes

Une kryptonite à la sauce bretonne.

ds 1935

Pour la quatrième fois d’affilée, le FC Lorient de Régis Le Bris a pris le dessus sur son voisin, le Stade rennais (1-2). La lumière est venue de l’inévitable Mohamed Bamba pour les Merlus. À l’heure de jeu, la recrue hivernale a déclenché une première frappe repoussée par Steve Mandanda, sollicité dans la foulée par Julien Ponceau et coupable d’avoir relâché le ballon, saisi par Bamba pour ouvrir le score et ravir un parcage lorientais au complet (0-1, 59e). Avant le sixième but en Ligue 1 de l’attaquant, il n’y avait pas eu grand-chose à se mettre sous la dent. Le bloc bas des gars du Morbihan a posé des problèmes à des Rennais peu inspirés, malgré les différences effectuées par Désiré Doué, joueur le plus dangereux chez les Rouge et Noir, sans qu’Yvon Mvogo ne plie ou qu’un de ses coéquipiers ne parvienne à profiter de ses centres rasants.

Arnaud Kalimuendo et Benjamin Bourigeaud avaient aussi trouvé le cadre dans un premier acte durant lequel les locaux ont réclamé un penalty pour une main de Julien Laporte, mais la VAR n’est pas venue à leur secours et il a fallu courir après le score. Julien Stéphan a décidé de la jouer ultra-offensive en remplaçant le milieu Baptiste Santamaria par l’attaquant Amine Gouiri, qui a trouvé Mvogo sur son chemin après avoir vu Mandanda sauver le break sur un tir de Pános Katséris. Les Rennais n’ont jamais su imposer une révolte devant un public également endormi. Il aurait pu se réveiller sur le coup de tête de Christopher Wooh passé à côté, il a finalement été achevé par Eli Kroupi Junior, qui a surgi au premier poteau pour sauter sur un centre de Gédéon Kalulu et confirmer le succès lorientais (0-2, 90e). Le but d’Amine Gouiri, auteur d’une frappe bien placée à l’entrée de la surface (1-2, 90e+4), arrivant trop tard pour changer l’histoire. Une très belle opération pour Lorient, qui passe de barragiste à 13e, et un vrai coup d’arrêt pour Rennes, battu pour la première fois en championnat en 2024.

Pas idéal avant de se frotter à Lille et Marseille.

Stéphan désigne les responsables de la défaite et s'en prend aux journalistes

Le coach du Stade Rennais, Julien Stéphan, s'est exprimé après le revers ce dimanche de son équipe lors du derby breton face à Lorient (1-2).

ds 1931

Malgré une nette domination, le Stade Rennais s'est incliné ce dimanche sur sa pelouse contre Lorient (1-2), à l'occasion de la 24e journée de Ligue 1. Avec cette défaite et les autres résultats du week-end, les Rennnais ont reculé à la huitième place au classement? En conférence de presse d'après-match, l'entraîneur rennais, Julien Stéphan, a livré son analyse du match, regrettant le manque d'efficacité de ses attaquants.

"C’était le scénario de match attendu, avec un adversaire qui jouait très bas, quasiment 11 joueurs dans les 30 derniers mètres. Il aurait fallu valider nos temps forts bien avant leur but, pour faire autre chose du match. Après, ils ont encore plus réduit les espaces, et le break a anéanti nos espoirs. Mais on aurait du prendre le score avant, mieux terminer plusieurs situations nettes en première période, avoir plus de présence dans la surface ou de justesse dans le dernier geste. C’est difficile dans le foot de déstabiliser un bloc très bas, et nous n’avons pas une énorme densité athlétique dans la surface pour réceptionner les centres, cela génère des problématiques importants", a-t-il confié dans des propos rapportés par Ouest-France.

Je n’ai jamais parlé d’Europe
Interrogé ensuite sur la course à l'Europe, Julien Stéphan s'en ai pris aux journalistes. "Je n’ai jamais parlé d’Europe, car je sais d’où on vient, je me rappelle de tout, d’où on est parti, 12 points en 12 journées, ce qui était notre mission principale. L’enchaînement de matchs, des efforts, avec un groupe assez jeune, peut peser aussi à un moment. Je reste mesuré, mais comptez sur nous pour nous relever, et bravo à Lorient pour son efficacité, son pragmatisme. Vous voulez aller trop vite en besogne par rapport aux objectifs, et vous êtes les premiers déçus quand il y a une défaite, en pensant que tout est terminé… On parle de choses réalistes aujourd’hui, mais croyez-moi, on a des objectifs très précis entre nous, on est tous ambitieux."

S.G.S.B.

SGSB

Boutique de Mumbly

Boutique

Cantine de Mumbly

Cantine

Hébergé par

Reglyss.bzh

Free Joomla templates by Ltheme