• ds_1073.jpg
  • ds_1313.jpg
  • ds_1686.jpg
  • ds_0684.jpeg
  • ds_1988.jpg
  • ds_1571.jpg
  • ds_1715.jpg
  • ds_1918.jpg
  • ds_0584.jpeg
  • ds_2014.jpg
  • ds_1977.jpg
  • ds_2123.jpg
  • ds_0493a.jpg
  • ds_1438.jpg
  • ds_0368.jpg
  • ds_1355.jpg
  • ds_0304.jpg
  • ds_2285.jpg
  • DS_0012b.jpg
  • ds_1134.jpg

Un match de Ligue 1 à l'étranger dès la saison prochaine ?

La FIFA pourrait rapidement ouvrir la possibilité aux Championnats domestiques de disputer au moins un match à l'étranger par saison. La Ligue 1 devrait en profiter, notamment aux États-Unis.
ds 2176

C'est une petite révolution qui a eu lieu ces dernières semaines dans un tribunal de New York. Relevent Sports, promoteur d'événements sportifs, qui organise notamment l'International Champions Cup chaque été, avait attaqué la FIFA pour avoir le droit d'organiser des matches de Championnats domestiques européens sur le sol américain.

Ce n'est pas un secret que la Liga aimerait pouvoir délocaliser certaines de ses plus grandes affiches. Pour éviter une jurisprudence trop lourde, la FIFA a accepté un règlement à l'amiable avec la société américaine en évoquant des négociations qui allaient continuer.

Certaines sources proches de l'instance mondiale expliquent ces derniers jours que la FIFA devrait accepter que les ligues puissent disputer au moins un match de leur Championnat hors de leur frontière. La Liga, comme attendu, devrait emboîter le pas très rapidement. La Série A et la Bundesliga également alors que la Premier League semble encore réticente, même si, avec onze clubs sur vingt détenus par des Américains, l'issue paraît inévitable. Attentive aux décisions, la LFP pourrait considérer rapidement l'idée de disputer un match de Ligue 1 aux États-Unis. Dès la saison prochaine ? C'est une possibilité à ne pas exclure.

Un record d'affluence pour la saison 2023/2024

La Ligue 1 a enregistré de nouveaux records d’affluences au terme de cette saison 2023/2024.
ds 2147

Au fil de cette saison 2023/2024 qui marquait le passage à 18 clubs, pas moins de 8,27 millions de spectateurs se sont déplacés pour assister à une rencontre de Ligue 1 (305 matchs comptabilisés sur les 34 journées, hors matchs de Barrages).

L’affluence moyenne en Ligue 1 s’élève à 27 113 spectateurs à la fin de cet exercice, ce qui constitue une hausse de 14% par rapport à la saison 2022/2023. Il s’agit de la meilleure affluence moyenne historique enregistrée par la Ligue 1 ! À noter que 9 clubs sur 18 (OM, PSG, OL, LOSC, RC Lens, FC Nantes, Stade Rennais, Toulouse FC et RC Strasbourg Alsace) terminent avec plus de 25 000 spectateurs de moyenne.

Il ne s’agit pas du seul record pour célébrer cette fin de saison en Ligue 1. Avec un taux de remplissage moyen fixé à 85,4% (+4 points en comparaison avec la saison précédente), la Ligue 1 enregistre sa meilleure moyenne historique en la matière, avec 8 clubs franchissant la barre moyenne des 90% de taux de remplissage (RC Lens, PSG, RC Strasbourg Alsace, Stade Brestois 29, FC Lorient, OM, Clermont Foot 63).

Autre signe d’un engouement grandissant, la Ligue 1 a battu également son record historique du nombre de spectateurs sur une journée de championnat à l’occasion de la 25e journée, avec 32 338 spectateurs par rencontre.

Les deux promus du début de saison 2023/2024 sont les clubs ayant connu la plus forte augmentation de leur affluence moyenne (+75% pour Le Havre AC, + 51% pour le FC Metz), alors que le Stade Brestois 29 (+15%) et le Stade de Reims (+14%) sont ceux dont les affluences ont le plus progressé parmi les clubs déjà présents en Ligue 1 la saison dernière.

Huis clos partiel du Roazhon Park pour le premier match de la saison 2024-2025

 

La tribune Mordelles basse du Roazhon Park sera fermée pour le premier match de Ligue 1 de la saison 2024-2025. Elle est sanctionnée pour l’utilisation de fumigènes par des supporters lors de Rennes - Lens.

ds 2106

Huis clos partiel au Roazhon Park ! La tribune Mordelles basse sera fermée pour le premier match de Ligue 1 de la saison 2024-2025. La commission de discipline de la Ligue de football professionnel (LFP), qui a rendu son verdict mercredi soir, a pris cette décision pour sanctionner l’« usage d’engins pyrotechniques et jets d’objets » par des supporters du Stade Rennais lors de Rennes - Lens.

Le minimum jusqu’à la fin

Il y a un devoir d’exigence. Des supporters viennent nous voir à Reims. Il faudra être professionnel et très motivé pour le match. Nous sommes salariés du club et la moindre des choses est de donner le maximum jusqu’à la fin?», avait affirmé le coach rennais, Julien Stéphan. Mais une fois de plus, l’entraîneur n’a pas été entendu par ses joueurs. Les Rouge et Noir se sont inclinés devant les Rémois, ce dimanche sur le score de 2 à 1, au stade Auguste Delaune.

ds 2087

Comme à chaque fois, les Rennais sont bien rentrés dans la rencontre. À la 9e minute, Enzo Le Fée n’arrive pas à mettre le ballon au fond de la cage adverse, malgré un bel enroulé et une combinaison soignée. Trente minutes plus tard, ses coéquipiers se procurent deux belles actions. Gouiri voit sa frappe contrée, Désiré Doué trouve le petit filet et Terrier le gardien rémois (37e et 42e). Comme souvent cette saison, les Bretons manquent de réussite. "On a une première mi-temps de qualité, maîtrisée avec des occasions. On ne valide pas nos temps forts", a résumé Julien Stéphan. Même son de cloche chez Adrien Truffert. "On a bien entamé le match, on a eu des situations, mais on n’a pas su les concrétiser."

En seconde mi-temps, les Rennais concèdent un penalty par Désiré Doué, transformé par le capitaine Yunis Abdelhamid. Les Bretons s’en vont vers une nouvelle défaite et subissent une seconde fois la loi des Rémois à la 81e minute, avec une volée de Sergio Akieme. D’un magnifique coup franc, Fabian Rieder sauve toutefois l’honneur rennais en nettoyant la lucarne rémoise. Peu usité durant cette saison, il réussit à combler le manque d’efficacité offensive bretonne, dans toutes les dernières minutes. "Il y a une trop grande différence entre la première période et la seconde en termes de production collective, d’intensité, de volume de courses. Nous avons beaucoup de domaines dans lesquels on a décliné après le premier coup dur", a expliqué Julien Stéphan, en tribune de presse.

Le Stade rennais termine à la 10e place. "Depuis un mois et demi, on a des difficultés à être performants dans les deux secteurs de jeu, contrairement à janvier, février et mars. On va devoir mettre pas mal de choses à plat à l’intersaison. On va devoir beaucoup travailler et corriger pour faire une meilleure saison prochaine. Il faudra de la constance. On doit rester très solidaire et très uni à l’intérieur du club. Ce sera essentiel pour rebasculer sur un cycle plus convaincante, plus régulière et plus aboutie." Résumé du match en vidéo.

Le service de communication du Stade rennais a tenté de se rassurer comme il peut, hier pour la der des ders. "Ce fut une année difficile pour les Rouge et Noir qui ont malgré tout connu un passionnant barrage d’Europa League face à l’AC Milan et une demi-finale de Coupe de France contre le PSG. On reviendra plus fort".

L’équipe rennaise : Steve Mandanda (c), Alidu Seidu, Christopher Wooh, Warmed Omari, Adrien Truffert, Azor Matusiwa, Benjamin Bourigeaud, Désiré Doué, Enzo Le Fée, Amine Gouiri, Martin Terrier.

L’équipe rémoise : Yehvann Diouf, Yunis Abdelhamid (c), Sergio Akieme, Emmanuel Agbadou, Abdoul Koné, Teddy Teuma, Marshall Munetsi, Amadou Koné, Junya Ito, Keito Nakamura, Oumar Diakité. Photo du Stade rennais.

Football Manager 2024 prédit la fin de saison

A trois journées de la fin de la Ligue 1, le Stade Rennais espère encore accrocher une place européenne. Cet objectif est-il atteignable selon Football Manager 2024 ? Le résultat est surprenant.

ds 2114

A trois journées de la fin de la Ligue 1, le Stade Rennais est à quatre points de la 6ème place, qualificative pour la coupe d'Europe et à seulement deux points de la 7ième place, potentiellement qualificative pour l'Europe en cas de victoire du PSG en finale de la Coupe de France.

Voir le Stade Rennais hors des places européennes serait une réelle déception, compte tenu de l'effectif et des attentes de l'équipe. Le Stade Rennais va affronter des profils très différents en cette fin de saison.

D'abord face au FC Metz, à la lutte pour le maintien. Puis face au RC Lens en course pour l'Europe et un clair adversaire direct. Enfin, lors de la dernière journée, les coéquipiers de Martin Terrier se déplacent sur la pelouse d'un Stade de Reims en très grande difficulté.

Pour l'occasion, nous avons effectué 100 simulations des rencontres restantes sur Football Manager pour définir le classement final des hommes Julien Stephan.

Les résultats des prédictions de football manager 2024 pour le Stade Rennais
Classement final

  • 8ème : 13 fois
  • 9ème : 47 fois
  • 10ème : 40 fois

Le match face au RC Lens décisif
Lors de ses trois dernières rencontres, le Stade Rennais affronte un FC Metz normalement prenable même si déterminé en jouant le maintien et un Stade de Reims complètement en roue libre. Le match face au RC Lens semble donc une finale pour l'Europe, pourtant Football Manager n'imagine aucun scénario dans lequel le Stade Rennais finirait, ne serait-ce, que 7ème.

Quelle que soit l'issue de la saison, elle aura été décevante

Le Stade Rennais se déplace à Metz ce samedi (19h) pour la 32e journée de Ligue 1. En conférence de presse ce jeudi, Julien Stéphan a concédé que la saison rennaise était "décevante". Le club est 9e de Ligue 1 et espère encore accrocher l'Europe d'ici la fin de saison.

ds 2075

Le Stade Rennais a chuté dimanche dernier à domicile contre Brest (4-5). Une défaite à domicile qui abîme l'espoir d'une nouvelle qualification européenne. À trois journées de la fin du championnat, les Rennais sont 9e (42 points) et devront compter sur des faux pas des concurrents pour arracher un ticket. La 6e place (occupée par Lens, 46 points) est qualificative pour l'Europe et la 7e (occupée par Marseille, 44 points) pourrait le devenir si Paris remporte la Coupe de France ou si Lyon (8e, 44 points) termine dans le Top 6.

Mais ce mince espoir ne masque pas l'éloignement avec les ambitions de début de saison, quand Florian Maurice annonçait que Rennes voulait "faire mieux que la saison précédente", terminée à la 4e place du championnat. Julien Stéphan a concédé ce jeudi en conférence de presse que l'écart entre les objectifs de départ et la situation actuelle n'était pas forcément évidente pour ses joueurs : "Oui, je sens que ça pèse. Il y a une difficulté à vivre ça. Il faut être honnête et transparent aujourd'hui : quelle que soit l'issue de la saison, ce sera une saison en deçà des attentes et ça aura été une saison décevante, il faut dire les choses."

C'est arrivé à tous les clubs ces dernières années de rater une saison
Mais l'entraîneur rennais ne veut pas s'apitoyer pour autant : "Maintenant, quand on dit ça, qu'est-ce qu'on fait derrière pour rebondir ? C'est certainement ça le plus important. C'est dans ce moment-là que le club doit se trouver aujourd'hui, c'est arrivé à tous les clubs ces dernières années de rater une saison. Ce n'est pas pour autant que le projet et les ambitions s'arrêtent. On va faire le maximum pour terminer de la meilleure manière possible. J'espère qu'il y aura et l'énergie et la qualité collective sur le terrain pour pouvoir bien terminer cette saison. Et puis après ce sera le temps du bilan."

Une sortie cinglante d’un cadre après Brest

Défait 5 buts à 4 ce dimanche à domicile dans un match magistral (31e journée de Ligue 1) par un Stade Brestois en pleine bourre, le Stade Rennais a vécu une après-midi cauchemardesque. Une grande désillusion qui n’a pas manqué de faire réagir un joueur important de l’effectif de Julien Stéphan.

ds 2068

Une prise de parole à chaud qui risque de faire des dégâts dans le vestiaire du Stade Rennais. À l’issue de ce derby breton impressionnant entre Rennes et Brest, qui a vu les pensionnaires du Roazhon Park s’incliner dans les dernières minutes du match, un homme a fait parler de lui au sortir de la rencontre : Benjamin Bourigeaud. Élément majeur de la formation de Julien Stéphan, le numéro 14 des Rouge et Noir s’est emporté après cette gifle à domicile.

Agacé, Benjamin Bourigeaud dézingue ses coéquipiers
Sur les nerfs, l’ailier rennais a tiré sur ses coéquipiers, les qualifiant « d’abrutis » gardant un goût amer après cette déconvenue. Le principal intéressé a parlé sans vergogne. « C’est inadmissible de prendre cinq buts à domicile. Il n’y a pas de mots. On a fait trop de conneries aujourd’hui pour espérer mieux. On est des abrutis, tout simplement. On revient dans le match 4-4 et on va gâcher le travail qu’on a fait pendant ce match », a-t-il soufflé, frustré.

Bourigeaud a réitéré ses propos en indiquant que rendre une copie de la sorte était inacceptable. « Ce n’est pas possible de sortir un match comme ça. Dans un derby, on doit montrer des valeurs, il nous a manqué cette rage de ne pas prendre de but », a-t-il glissé, plein de regrets.

Avec cette défaite, l’Europe s’envole pour le Stade Rennais
Les Bretons peuvent s’en mordre les doigts. Ce derby contre Brest était l’occasion rêvée pour les Rouge et Noir de recoller au classement et de distancer ses principaux concurrents dans la course à l’Europe : Lyon, Marseille et Lens. Cependant, cette débâcle contre Brest tombe mal pour Julien Stephan et vient contrecarrer ses plans d’accession à l’Europe. Relégué à la neuvième place après cette déroute, les Rennais voient leurs chances de se qualifier pour une compétition européenne s’amenuiser. Si le Stade Rennais veut s’accrocher à son rêve européen, il devra montrer un tout autre visage pour espérer mettre un terme à cette spirale négative (5 défaites sur les 6 derniers matchs toutes compétitions confondues) et tenter de valider son ticket pour une Coupe d’Europe. Nul doute qu’une réaction significative est attendue par les supporters rennais le 04 mai prochain contre Metz à l’extérieur.

Un choix de Stéphan pointé du doigt après le derby

Le Stade Rennais a peut-être définitivement dit adieu à une qualification européenne la saison prochaine. Défaits face aux voisins brestois au terme d’un match riche en rebondissements, les Rouge et Noir calent au classement. Après le derby, une décision de Julien Stéphan a une nouvelle fois été remise en cause.

ds 2069

Après six saisons de suite passées en coupe d’Europe, cet exercice 2023-2024 de Ligue 1 ne devrait pas réserver le même sort aux coéquipiers de Benjamin Bourigeaud. Irréguliers et après avoir concédé un écart trop important avec les premières places du classement en début de saison, les Brétilliens accusent le coup. Hier, malgré l’importance du derby face à Brest, les Rennais se sont inclinés dans les ultimes minutes du temps additionnel de la rencontre (4-5). Résultat des courses, le SRFC rétrograde à la 9ème place du classement de Ligue 1, toujours à quatre points de la 6ème place détenue par le RC Lens. Si, évidemment, tout n’a pas été parfait dans cette rencontre, un joueur n’a particulièrement pas été à la fête.

Rechute pour Omari
Le jeune défenseur central formé au Stade Rennais a concédé bien des critiques depuis le début de la saison. Souvent dépassé, parfois revivifier, Warmed Omari ne fait pas l’unanimité au sein du club breton et de ses supporters. Encore le week-end dernier face à la formation finistérienne, Warmed Omari a été aligné au côté d’Arthur Theate au sein de la charnière centrale rennaise. Après une entame de match fantastique de son équipe, Warmed Omari est celui qui a permis aux Brestois de revenir à hauteur des Rennais dans la rencontre en inscrivant un but contre son camp à l’entame de la seconde mi-temps. Qui plus est, au sein d’une défense loin d’être dominante, Warmed Omari et ses coéquipiers ont concédé cinq buts au Roazhon Park.

Malgré ses performances décriées, le défenseur central du SRFC bénéficie de la confiance de son entraîneur qui l’a fait disputer l’intégralité de six des sept derniers matchs de son équipe toutes compétitions confondues. Un choix de plus en plus remis en cause après l’achat d’Alidu Seidu l’hiver dernier pour la somme de 11 millions d’euros. Celui qui évoluait en tant que défenseur central du côté de Clermont avant son achat, n’est aujourd’hui plus du tout utilisé dans ce registre par Julien Stéphan, et même très peu utilisé. Malgré un gabarit de petite taille, Alidu Seidu dispose à n’en pas douter d’une très belle carte à jouer au sein de la défense rennaise. Un avis partagé par plusieurs supporters rennais mais, pour le moment, pas par Julien Stéphan. Lors des trois journées restantes de Ligue 1, assisterons-nous à un replacement d’Alidu Seidu dans l’axe de la défense rennaise aux dépends de Warmed Omari ? Pas certains…

L’énorme coup de gueule de Benjamin Bourigeaud

Au terme d’un match dingue, le Stade Brestois s’est incliné face au Stade Brestois, ce dimanche, lors de la 31e journée de Ligue 1 (4-5). Un scénario qui a eu le don de rendre fou.

ds 2070

Benjamin Bourigeaud, frustré par le scénario de cette rencontre. «On sort frustrés, dégoûtés. C’est inadmissible de prendre cinq buts à domicile. Il n’y a pas de mots. On a fait trop de conneries aujourd’hui pour espérer mieux. Je ne vais pas mâcher mes mots: on est des abrutis, tout simplement. On revient dans le match à 4-4 et on va gâcher le travail qu’on a fait pendant ce match. On a pris cinq buts à domicile, qu’est-ce que vous voulez que je vous dise de plus».

«Franchement, c’est dur. Le public nous a poussé jusqu’au bout. Mais ce n’est pas possible de sortir un match comme ça. Cinq buts chez nous, dans un derby, où on doit montrer des valeurs. Il nous a manqué cette rage de ne pas prendre de but. On a fait un gros travail, on s’est donné au maximum, on a mis quatre buts mais s’il faut en mettre six pour gagner un match, à un moment donné… Donc voilà, c’est compliqué. La saison n’est pas terminée mais aujourd’hui, on a raté quelque chose et on ne peut s’en prendre qu’à nous-mêmes», a ainsi pesté le milieu de terrain rennais. Avec cette défaite, Rennes se retrouve provisoirement septième, sous la menace de l’OL, huitième, qui reçoit actuellement Monaco.

Un match à risques sous haute surveillance

Compte tenu des antécédents entre les ultras du Stade Brestois et du Stade Rennais, le match de ce dimanche a été placé sous haute surveillance par la préfecture. Le déplacement des supporters du Stade Brestois sera particulièrement encadré.

ds 2065

Cela pourrait bien chauffer dans les rues de Rennes, ce dimanche 28 avril 2024, à l’occasion du match opposant le Stade Rennais au Stade Brestois pour le compte de la 31e journée du championnat de Ligue 1. Les autorités craignent des affrontements, alors qu’un « contentieux » de longue date oppose des groupes d’ultras. Des mesures ont été prises afin d’encadrer le déplacement des Brestois et un dispositif de sécurité sera déployé.

Bourigeaud et Theate ont bien été piqués par le coach et ça a fonctionné

Le coach rennais est resté évasif quant aux raisons précises de ce choix tactique ou disciplinaire. Toutefois, il semble que ces ajustements étaient temporaires puisque Bourigeaud et Theate ont tous deux eu leur chance durant cette confrontation importante contre Nantes.

ds 2063

Arthur Theate a également apporté sa pierre à l’édifice en remplaçant Jeanuel Belocian au poste de latéral gauche peu avant la fin du match. Sa présence sur le terrain lors du troisième but rennais témoigne de l’importance accordée par Stéphan à l’état d’esprit collectif et à la performance globale du groupe.

Julien Stéphan a insisté sur cet esprit d’équipe tout en soulignant la nécessité pour ses joueurs de confirmer leurs bonnes dispositions lors des prochaines rencontres. Le message adressé à Bourigeaud et Theate semble avoir été entendu : leur implication fut déterminante pour assurer une victoire convaincante face à un rival régional.

Rennes se relance dans la course à l'Europe et fait mal à Nantes

En s'imposant 3-0 à La Beaujoire, Rennes s'est relancé dans la course à l'Europe et est remonté, provisoirement, à la 7e place de la L1. Les Canaris, eux, ratent une occasion dans la lutte pour le maintien.
ds 2061

L'enjeu était palpable pour les deux équipes et le spectacle, à un moment aussi triste qu'une tribune Loire vide, en a pâti. Entre des Nantais engagés dans la lutte pour le maintien et des Rennais en course pour l'Europe, ce derby de la Bretagne s'est montré décevant jusqu'à l'heure de jeu, jusqu'à ce que la supériorité rennaise ne se matérialise. Après trois défaites de rang de L1, les joueurs de Julien Stéphan ont retrouvé le goût de la victoire chez leurs rivaux (3-0) pour revenir provisoirement à la septième place.

Le succès rennais a été logique dans cette rencontre longtemps chiche en occasions. Le destin de ce match n'est pas venu des pieds de Ludovic Blas, constamment sifflé pour son retour dans son ancienne maison, mais de ceux d'Arnaud Kalimuendo (voir ci-dessous) en seconde période. L'attaquant a marqué (67e), provoqué un penalty transformé par Bourigeaud (76e), et Gouiri a clos le score (90e+1). En première période, la frappe de Désiré Doué aurait déjà mérité meilleur sort au lieu de percuter la barre puis le montant gauche (27e), signe d'une équipe de Rennes plus mordante.

Diminués par plusieurs absences, dont celle de Mathis Abline, les Nantais n'ont su mettre un terme à cette incroyable série de revers à domicile, car leur réveil, symbolisé par cette tête de Mohamed détournée magnifiquement par Mandanda (79e), est intervenu bien trop tard. Avec cette claque, les Canaris ratent l'occasion de faire une très belle opération en bas de tableau, alors que Le Havre et Metz s'affrontent ce dimanche.

Le joueur : Kalimuendo, doublement décisif
Il n'avait plus marqué depuis plus d'un mois, et le nul concédé sur le fil à Lille (2-2), le 10 mars. Déjà buteur à l'aller sur penalty à la toute fin du temps additionnel (3-1), Arnaud Kalimuendo a, cette fois, permis à son équipe de prendre les devants dans cette rencontre. Une reprise du droit à proximité du point de penalty, après un bon centre en retrait de Guéla Doué, a parfaitement lancé les Rennais. L'attaquant a ensuite provoqué un penalty, après avoir été fauché par Alban Lafont sur une ouverture en profondeur. Alors c'est sûr, c'est avec la satisfaction du travail bien fait qu'il a pu sortir, à la 82e minute.

9
En s'inclinant face à Rennes, Nantes a perdu pour la huitième fois d'affilée à domicile en Championnat, la neuvième toutes compétitions confondues. Un triste record dans l'histoire des Canaris.

Un supplice qu’on a mal vécu

Le président du SRFC s’est exprimé après la défaite calamiteuse de son équipe samedi soir face à Toulouse au Roazhon Park (1-2). Les mots sont forts, puisqu’il parle de prestation honteuse, indigne. Il attend une réaction des joueurs durant le derby, samedi prochain à Nantes.

ds 2052

Olivier Cloarec, le président du Stade Rennais n’est pas homme à hausser le ton. On le lui reproche parfois d’ailleurs. Samedi soir après la défaite contre Toulouse il n’a pas mâché ses mots après la prestation "indigne" des joueurs. "La deuxième mi-temps c’était un vrai supplice. On l’a mal vécu, on l’a fait savoir aux joueurs. On est sans voix devant le comportement de l’équipe. Ce soir c’est dur d’avoir des explications. À domicile, avec le soutien des supporters, dans une semaine particulière en plus (référence au décès de Nicolas Holveck), c’est invraisemblable, c’est honteux", martèle le président Cloarec.

Le derby tombe bien
Lui et Florian Maurice sont donc allés dans le vestiaire à l’issue de ce match catastrophique, proche du néant pour hausser le ton. "Avant de parler et d’objectif, il faut montrer un autre état d’esprit. Il y a un match qui se profile à Nantes qui va tenir à cœur aux supporters, au président que je suis, aux joueurs, au staff. Il faut montrer autre chose avant de parler de résultats"

Le derby tombe à point, comme vecteur de remobilisation d’un groupe sans âme, sans caractère ou si peu et qui aura désormais bien du mal à aller chercher une 7e qualification européenne. "Arrêtons de parler d’objectif, gagnons des matchs déjà. Avant le match, on se disait Lens et Reims ont perdu, c’est à nous de gagner des matchs. Si on ne gagne pas de match, on ne peut rien ambitionner."

Ne pas être européen serait un échec
Cette ambition rappelée par le RCK avant le match en tribune Mordelles sur une banderole : "L’Europe n’est pas une option, mais une obligation". Ça risque de devenir une illusion. "Évidemment c’est un objectif affiché en début de saison, ça fait six ans qu’on est européen, on a le budget pour ça, une équipe qui a été montée pour ça. Ne pas l’être serait évidemment un échec", ajoute le président Cloarec, mais pour lui le bilan attendra la fin de saison. "On assumera. Ce qui est paradoxal, difficilement perceptible, ce sont ces sauts de niveau d’un week-end à l’autre. C’est invraisemblable de montrer un visage aussi différent. On fera le bilan à la fin, mais la saison n’est pas finie, je veux qu’on défende plus haut plus fort les couleurs du Stade Rennais."

Julien Stéphan tient le même discours quand il dit qu’il est "hors de question de finir la saison en roue libre". Pression maximale pour le derby face à des Nantais qui jouent leur maintien.

Scandaleux et indigne, le Stade Rennais a touché le fond contre Toulouse

Il y a encore deux semaines, tout roulait pour le Stade Rennais, revenu au contact des places européennes et qualifié pour les demi-finales de la Coupe de France. Plus dure serait la rechute. Les Bretons viennent d’enchaîner quatre défaites d’affilée, dont la dernière, samedi soir à la maison contre Toulouse, au terme d’une prestation "proche du néant", a fustigé l’entraîneur Julien Stéphan.

ds 2051

"C’est une catastrophe, on n’a rien proposé dans le jeu, dans l’envie, s’est lamenté le défenseur Arthur Theate après la rencontre. C’était une purge, et il va falloir avoir un sursaut d’orgueil, parce que ce qu’on a fait c’est scandaleux."

Liquéfié dans tous les domaines
Les Rennais ont pourtant ouvert la marque assez rapidement, par Désiré Doué (20e), mais ils ne se sont jamais remis de l’égalisation de Casseres dans la foulée (22e). Le reste du match n’a été que souffrance. "Ça s’est liquéfié dans tous les domaines. D’abord dans le jeu où il n’y a quasiment plus rien eu, dans le domaine, également, de l’agressivité, de l’intensité, on a perdu énormément de duels. C’est un très mauvais match", a cinglé Stéphan.

Dans les couloirs du Roazhon Park, Son président Olivier Cloarec n’avait pas de mots assez durs pour parler de ce qu’il a vu. "On a montré un visage indigne du Stade Rennais, on ne méritait rien d’autre qu’une défaite, a-t-il lâché, dépité. On est sans voix devant le comportement de l’équipe, c’est dur d’avoir des explications. C’est honteux ce qu’on a montré."

Scotché à la 9e place du classement, potentiellement dépassé par l’OL qui reçoit Brest ce dimanche soir, Rennes entrevoit le spectre d’une saison blanche, loin des ambitions affichées au vu de la qualité de l’effectif et du recrutement effectué l’été dernier (Blas, Le Fée, Seidu, Matusiwa…).

"Si on joue comme ça, comment voulez-vous qu’on accroche l’Europe ?, s’est interrogé Theate. Il faut se réveiller et après on verra bien." Les Bretons vont désormais enchaîner deux derbys pour tenter de se remettre à l’endroit, à Nantes puis face à Brest. Julien Stéphan attend de son équipe "du caractère, au moins, qu’elle montre de la personnalité et surtout plus de résilience dans les moments difficiles". Il faudra au moins ça pour ne pas tout gâcher.

Stade Rennais - TFC à guichets fermés

Samedi, à 21h00, le TFC sera sur la pelouse du Stade Rennais pour la 29ème journée de Ligue 1.
ds 2050

Cette rencontre se jouera à guichets fermés puisque la billetterie du club breton ne propose plus aucune place en vente. Ce sera la troisième rencontre consécutive qui affiche complet pour le SRFC. En effet, 28 615 et 28 610 personnes s'étaient rendues au Roazhon Park pour soutenir les hommes de Julien Stéphan contre Lorient et l'OM. Le TFC est prévenu, l'ambiance sera belle samedi soir pour pousser les Rennais.

S.G.S.B.

SGSB

Boutique de Mumbly

Boutique

Cantine de Mumbly

Cantine

Hébergé par

Reglyss.bzh

Free Joomla templates by Ltheme