• DS_0116.jpg
  • ds_0580c.png
  • ds_0486g.jpg
  • ds_1335.jpg
  • ds_1633.jpg
  • ds_0475.jpg
  • ds_1699.jpg
  • ds_0999.jpg
  • ds_0998.jpg
  • ds_1222.jpg
  • ds_0479.jpg
  • ds_1818.jpg
  • ds_1993a.jpg
  • ds_2298.jpg
  • ds_1800.jpg
  • ds_1893c.jpg
  • ds_1014.jpg
  • ds_1528.jpg
  • ds_1181.jpg
  • ds_0812.jpeg
Amical

13 Juillet 2024

Découvrez le groupe Rouge et Noir pour le stage à Dinard . Gauthier Gallon Geoffrey Lembet Steve Mandanda Mathys Silistrie Abdelhamid Ait Boudlal Lorenz Assignon Rayan Bamba Guela Doué Jonathan Do...

Actualité

13 Juillet 2024

La LFP est toujours en discussions pour trouver qui sera le prochain diffuseur de la Ligue 1. Parmi les propositions, une d’entre elles a tout de même l’air de se démarquer, celle de DAZN. Une...

Mercato

13 Juillet 2024

Lorenz Assignon plus que jamais sur le départ. Sous contrat avec le Stade Rennais jusqu’en 2027, le défenseur droit de 24 ans, prêté à Burnley en seconde partie de saison, attire l’attention de l’AS...

Mercato

12 Juillet 2024

Alors que le Stade Rennais devrait enregistrer sa première recrue la semaine prochaine, le mercato des Rouge et Noir continue de s’agiter dans le sens des départs. Sans surprise, Désiré Doué suscite...

Mercato

12 Juillet 2024

Très intéressé par l’espoir rennais de 19 ans Désiré Doué, le Bayern Munich a envoyé une première proposition autour de 35 M€ bonus compris, refusée par le club breton . Les jeunes talents français...

Actualité

12 Juillet 2024

Lors du collège de L1 samedi dernier, des présidents de club ont pointé les coûts de fonctionnement de la Ligue de football professionnel. Le sujet sera de nouveau abordé vendredi . Même si elles...

Actualité

11 Juillet 2024

Le football français est plongé dans une crise sans précédent et son président Vincent Labrune est dans la tourmente alors qu’aucun contrat de droits TV n’a été signé à un mois de la reprise de la...

Anciens

10 Juillet 2024

S’il n’a pas mentionné son futur club et que l’AS Roma n’a pas encore annoncé la signature, Enzo Le Fée a officialisé, ce mercredi 10 juillet, son départ du Stade Rennais . Ce n’était plus un secret...

Actualité

09 Juillet 2024

Le nouveau directeur sportif de Rennes, Frédéric Massara, a indiqué mardi craindre que l'incertitude persistante sur les droits de retransmission de la Ligue 1 ne devienne sportivement dramatique...

Actualité

09 Juillet 2024

À un peu plus d’un mois du début du championnat de Ligue 1 de football, le nouveau directeur sportif du Stade Rennais a assuré que "l’équipe sera forte", avec "l’Europe" pour objectif, rappelle la...

Actualité

09 Juillet 2024

La Ligue 1 n'a toujours pas trouvé de solutions concernant l'acquisition de ses droits TV. Une crise sans précédent qui pourrait provoquer des sacrifices importants . Alors que la reprise de la...

Actualité

08 Juillet 2024

Frédéric Massara, récemment nommé à la tête du Stade Rennais, a partagé ses ambitions pour le club breton . L’ancien directeur sportif de l’AC Milan a souligné son engagement à aider le club à...

Actualité

08 Juillet 2024

Décevant dixième de la Ligue 1 édition 2023-2024 et donc non qualifié pour l'Europe, le Stade Rennais FC visera mieux, et même beaucoup mieux la saison prochaine. Dans un long entretien accordé au...

Actualité

08 Juillet 2024

Nouveau dirigeant du Stade Rennais, Frédéric Massara s’est longuement exprimé sur le nouveau projet rennais, ce lundi soir . Pour les médias du club, l’ancien directeur sportif de l’AC Milan a...

Actualité

08 Juillet 2024

Frederic Massara (55 ans), nouveau directeur sportif du Stade Rennais FC, a accordé un long entretien au site officiel du club breton, ce lundi soir. Passé par l'AC Milan, le nouvel homme fort du...

Mercato

08 Juillet 2024

Le Mercato estival a commencé depuis près d’un mois et le Stade Rennais n’a pas enregistré un grand nombre d’arrivants au sein de son effectif. La prochaine prise de fonction de Frédéric Massara...

Mercato

08 Juillet 2024

Avec bientôt plus de 50 M€ de joueurs vendus, le Stade Rennais va pouvoir amorcer la phase 2 de son intersaison : l'arrivée de ses premières recrues . Enzo Le Fée en partance pour l’AS Rome contre...

Mercato

08 Juillet 2024

Chelsea est très intéressé par un jeune joueur à fort potentiel de Rennes. Les Blues en ont même fait leur priorité de l'été . A seulement 19 ans, Désiré Doué s'impose comme un des plus grands...

Pas d'albums Panini pour l'Euro 2024

Topps a récupéré le marché des vignettes autocollantes pour l'Euro, où Panini était roi jusqu'alors. Dans l'album, des équipes non qualifiées et de grands joueurs oubliés.

ds 2110

C’est une tradition pour beaucoup. Faire son Panini et chercher à tout prix à le compléter lors des grandes compétitions sportives est un petit plaisir pour les fans de ballon rond.

Acheter des paquets chez le buraliste, les ouvrir et découvrir avec joie que, dans le lot, des cartes complètent notre collection. Cette petite satisfaction nous était alors jusqu’alors offerte par Panini, partenaire de l’UEFA depuis près de 45 ans.

Mais les choses changent pour l’Euro 2024, qui se déroulera du 14 juin au 14 juillet en Allemagne. Topps, une entreprise américaine, a créé la surprise en récupérant le juteux marché des vignettes à coller. Et ce n’est pas forcément pour le meilleur.

Joueurs manquants, présence d’équipes qui ne sont pas qualifiées… Des imprécisions gâchent la fête.

Ramenez Panini
Pour la première fois depuis la première édition de l’Euro de football, en juin 1980, ce n’est pas Panini qui commercialise les célèbres vignettes pour l’Euro 2024, mais aussi pour celui de 2028, peut-on lire dans un communiqué de Topps.

Un coup dur pour les fans, très attachés à la célèbre maison d’édition italienne, qui font savoir leur déception sur les réseaux sociaux. Surtout que ce n’est pas qu’une question d’attachement à une marque. À l’ouverture de leur album Topps, les collectionneurs ont rencontré des déconvenues.

"La collection est incomplète. Personnellement, je suis déçu de cette collection", "l’album de Topps est une blague. Bon marché et caricatural. Ramenez Panini", "Un mélange de couleurs et une typographie enfantine… On regrette Panini", peut-on lire sur X (ex-Twitter).

Est-ce la fin de Panini ?
Que les puristes se rassurent. Panini fera son retour dans les kiosques. Dans un communiqué de décembre 2023, la FIFA a officialisé que Panini restera son partenaire exclusif pour les deux prochaines Coupe du monde de football (2026 et 2030).

Les critiques fusent chez les quelques amateurs ayant commencé à remplir leur album. Pour se faire une idée, actu.fr se l’est procuré (non sans mal).

Un album plus cher à remplir
En effet, trouver l’album n’a rien d’évident. Après avoir écumé différents points de vente (maison de la presse, grande distribution, buraliste), impossible de mettre la main sur le précieux sésame. Il a fallu le commander sur Internet pour mettre la main dessus. On a déboursé 5,99 euros pour l’album avec 24 premiers autocollants.

88 pages et 728 emplacements pour nos vignettes. Soit 50 de plus que celui de la Coupe du monde 2022. Plus de vignettes veut dire qu’il faudra débourser plus d’argent pour compléter l’album.

À un euro le sachet de six vignettes, il va effectivement falloir passer plusieurs fois à la caisse de votre buraliste. A minima, il faut acheter 121 sachets pour avoir 728 autocollants entre les mains. Encore faut-il avoir à chaque coup les bons numéros… Et aucun doublon.

À un euro le paquet, il faudra dépenser au minimum 121 euros. Vous comprendrez qu’en réalité la facture risque d’être plus élevée.

Des vignettes sans numéros de page
Sur le papier, rien de bien différent avec Panini. Mais si l’on rentre dans le détail, une première nouveauté apparaît : Topps n’indique pas le numéro de la page ou coller ses vignettes, mais son emplacement.

Par exemple, au dos de la vignette du gardien belge Thibaut Courtois, voici l’indication que l’on nous donne : "BEL 4". Cela veut dire qu’il faut se rendre sur la page de la sélection belge (encore faut-il connaître son numéro) et qu’il occupe l’emplacement 4. Une sacrée perte de temps pour les colleurs compulsifs.

Autre différence avec Panini, on ne connaît pas l’identité des joueurs sur les pages vierges de notre album. Les cases sont numérotées de 1 à 21.

Seuls leur date de naissance, leur taille et leur club figurent. Ce qui laisse une petite marge de manœuvre pour les plus connaisseurs de deviner les joueurs. Sauf que, problème, les rumeurs disent que certains joueurs manquent. Et pas des moindres : Kylian Mbappé.

Pas de Mbappé ?
À la page de l’équipe de France, impossible de retrouver la date de naissance du joueur qui a récemment annoncé qu’il quittait le PSG. Normal, il est capitaine. Et seule la date du capitaine manque à l’appel sur chacune des pages. Dommage, car cela nous aurait permis de vérifier sa présence dans l’album.

Car les rumeurs vont bon train. Selon plusieurs médias belges, l’attaquant français est le grand absent du cahier. Un problème de droit d’images, comprend-on.

Cela pourrait bien être le cas. Dans une liste de joueurs d’une série de cartes parallèles (on vous en parle juste après), Kylian Mbappé n’y est pas…

12 équipes de trop
S’il y a des absents, il y a aussi des invités surprises. Et ils sont venus en nombre. Si 24 nations ont été sélectionnées pour l’Euro 2024, 33 sont représentées dans l’album. C’est simple, neuf barragistes éliminés sont bel et bien présents.

Pourquoi ? Car l’album a été imprimé avant que la phase de barrages ne se termine. Pour rappel, celle-ci s’est tenue jusqu’au 26 mars 2024. Et l’album est commercialisé depuis… le 4 avril 2024.

Des joueurs sans maillots
Ce n’est pas tout. Comme les droits pour l’Allemagne, la France, l’Italie et l’Angleterre sont toujours détenus par Panini, Topps n’a pas le droit de montrer les écussons des fédérations et donc les maillots. Ce ne sera que leurs têtes en gros plan.

Mais Topps assume. Dans les petites lignes de son album, l’entreprise reconnaît avoir commis quelques erreurs.

Vous remarquerez peut-être au fil de votre collection qu'une poignée de nations et d'athlètes ne sont pas représentés comme les autres. Malgré tous nos efforts, certains joueurs ont souhaité ne pas faire partie de cette collection. Topps

Des cartes à jouer… en plus des stickers
Contrairement à Panini, Topps mise sur plusieurs chevaux en même temps. En plus des autocollants de l’album, il y a une série de cartes parallèles à collectionner. Et celles-ci serviront… pour jouer à un jeu intitulé Match Attax.

Les règles sont explicitées dans un dépliant du kit de démarrage vendu séparément de l’album. Attention à ne pas vous faire avoir comme nous, qui pensions avoir entre les mains l’album classique. Avec vos cartes, il faut composer une équipe comme si vous étiez le sélectionneur : 11 joueurs et trois remplaçants.

Puis, vous choisissez la formation de votre sélection sur le terrain. 4-3-3 ou 4-4-2 ? C’est à vous de voir. Sur un plateau, face à un autre adversaire, toutes les cartes sont face retournée. Ils choisissent chacun leur tour de retourner une de leurs cartes. L’un, une attaque, l’autre, une défense. Celle qui a le score le plus élevé l’emporte. Et ainsi de suite.

"Je suis là pour rendre les cartes Topps de l’Euro 2024 encore plus spéciales", déclare José Mourinho, le célèbre entraîneur portugais que s’est payé Topps pour faire la promotion de son produit dans un spot publicitaire.

Un message subliminal à Panini qui n’intègre pas la possibilité de jouer avec ses vignettes ? Ou alors, le fait qu’elles soient si "spéciales" n’a rien d’un compliment.

Et si c’était un problème de gouvernance ?

Les supporters rennais ont créé l'ambiance dans le stade.

ds 2094

Il y a quelque temps, un cadre d’une entreprise expliquait à sa nouvelle recrue rennaise. "Les difficultés viennent toujours de la base, des petites mains", affirmait-il du haut de ses certitudes. Mais n’en déplaise au cador de l’entrepreneuriat, les crises peuvent parfois découler d’un problème de gouvernance, de stratégie et de dirigeants. Face aux mauvais résultats du Stade rennais, cette saison, faut-il jeter le bébé avec l’eau du bain? Florian Maurice, directeur sportif, est-il le seul responsable du marasme (10e au classement général de Ligue 1)? Les joueurs bretons, bien souvent enfants gâtés du football français, sont-ils à blâmer?

"On va devoir mettre beaucoup de choses à plat à l’intersaison. Travailler dur et corriger pour faire une meilleure saison prochaine", déclarait encore hier soir le coach. Cette prise de conscience est louable chez les gens du terrain, chez les petites mains. Mais qu’en est-il des autres responsabilités? Visé, Florian Maurice (qui a acheté une maison à Rennes), semble être la cible idéale…sauf que l’ensemble de ses choix est validé par le conseil d’administration. À Rennes, il n’est sans doute pas un directeur sportif comme les autres. En l’occurrence, il n’a pas joué un rôle clé dans la nomination de l’entraîneur et n’avait pas toute latitude pour les recrutements, notamment en termes de budget.

Faut-il chercher des responsabilités chez Olivier Cloarec? Breton, ancien dirigeant du Rugby club de Vannes, il est sûrement attaché à la Bretagne, au foot, au Stade rennais. Mais lui aussi a-t-il les coudées franches? Suivi comme son ombre par Jacques Delanoë (président du conseil d’administration du SRFC), lors des conférences de presse importantes, il est certainement obligé de rendre des comptes à son mentor et bien plus encore à l’actionnaire.

Un Louis Nicollin

À Rennes, on est loin des présidents comme Louis Nicollin, Bernard Tapie et consorts. À Rennes, on privilégie des profils plus lisses à l’image des membres du conseil d’administration de la SA : Alban Greget (directeur général adjoint du groupe Artémis), Dominique de Charrin (directeur de la trésorerie chez Financière de Pinault) et Marc-Lostie de Kerhor (directeur des investissements d’Artémis). À l’exception de Jacques Delanoë (fidèle parmi les fidèles de François Pinault), ils sont tous Parisiens et issus de grandes écoles : Alban Greget (Essec Business school), Dominique de Charrin (école supérieure de commerce de Montpellier) et Marc de Kerhor (Sciences-Po). "Ils sont sans doute très bons gestionnaires", explique un proche du club. "Mais ont-ils la fibre SRFC ? Ont-ils l’amour du ballon rond?"

Détenu par Artémis (la holding d’investissement de la famille Pinault), le Stade rennais a la chance de disposer d’un actionnaire, presque né en face du Stade rennais. Il bénéficie de l’appui financier d’un grand groupe, bref, il est sain. Mais sa gouvernance est-elle à la hauteur des ambitions de François Pinault?? Le foot doit-il être régi comme une entreprise avec des petits chefs, du reporting et de la communication bien huilée? Certes, la SA à conseil d’administration offre une séparation claire entre la gestion quotidienne de la société, assurée par le directeur général, et le contrôle stratégique, exercé par le conseil. Certes, elle permet de lever des capitaux rapidement et encourage l’investissement sans exposer les actionnaires à un risque financier excessif. Mais le revers de médaille, ce sont des conflits qui peuvent naître entre les membres du conseil, les propriétaires, et la direction, qui peuvent affecter négativement les décisions tactiques et la performance du SRFC…

En Angleterre, la forme de gestion la plus commune en Premier League est la propriété privée, où un individu ou une famille possède le contrôle majoritaire du club. Certaines équipes sont détenues et administrées par des consortiums d’investisseurs ou des entreprises, des sociétés cotées en bourse comme Manchester United et Arsenal. Parfois même, elles sont dirigées tout simplement par les supporters (comme c’est le cas, dans un autre championnat, du FC Barcelone). Faut-il en arriver là? Rien n’est certain. Mais au regard des performances, le problème n’est pas uniquement à l’évidence du côté du terrain.

Steve Mandanda dresse le bilan

Le Stade Rennais se déplace sur la pelouse du Stade de Reims, dimanche soir, dans le cadre de la 34e journée de Ligue 1. Le club breton, qui ne peut plus se qualifier pour l’Europe, espère s’imposer pour terminer en beauté une saison bien décevante et trop irrégulière. Avant cette rencontre, Steve Mandanda s’est exprimé devant la presse. Le portier français du SRFC a dressé le bilan de la saison de son équipe, avant de se projeter sur le prochain exercice.

ds 2092

«?Tout a été fait pour que nous soyons dans les meilleures conditions et que nous terminions le mieux possible. Certaines choses ne s’expliquent pas. Nous, les joueurs, devons tirer les enseignements de cette saison et récupérer pour bien repartir la saison prochaine. Les saisons compliquées ou ratées, cela peut arriver, mais il ne faut pas que ça se reproduise. Il va falloir faire beaucoup mieux la saison prochaine?», a déclaré le gardien de but de 39 ans.

Pinault veut son méga stade

François Pinault veut devenir propriétaire du stade où joue son club, le Stade Rennais. La Ville ne pourrait-elle pas lui vendre l’actuel Roazhon Park ? L’idée trotte dans la tête de certains responsables de la municipalité.

ds 2090

François Pinault veut devenir propriétaire de l’enceinte où joue son club, le Stade Rennais ? C’est en partie ce qui motive sa volonté de construire à Rennes, un nouveau stade, dont la maire, Nathalie Appéré, ne veut pas entendre parler. Les deux personnalités les plus puissantes de la capitale bretonne vont donc devoir trouver un terrain d’entente.

La Ligue 1 est vendue, BeIN Sports lâche 700 millions d'euros

Après des mois de négociation, BeIN Sports, presque contraint et forcé, a signé un gros chèque pour récupérer les droits TV de la Ligue 1. Il ne manque qu'un accord avec Canal+, distributeur et diffuseur, pour valider tout cela.

ds 2105

La chaine qatarie, qui était quasiment la dernière et donc seule solution pour sauver le football français d’une énorme crise financière, a accepté de lâcher 700 millions d’euros pour les droits télévisuels de la Ligue 1 en France, annonce RMC Sport. Un énorme effort financier de la part de beIN Sports, qui a été poussé par des pressions politiques à investir alors qu’elle essayait d’aller chercher l’équilibre financier en réduisant ses achats de droits ces dernières années. Loin des fastes des premières années avec de lourdes pertes. Mais devant le retrait de Canal+, l’offre insuffisante et même retirée par DAZN, et la proposition très légère d’Amazon pour garder un match ou deux, le choix ne pouvait plus être que BeIN Sports. Dans un secteur concurrentiel normal, la chaine sportive aurait alors profité de cette position de force pour faire baisser le prix au maximum, mais cela ne sera pas le cas. Ainsi, la somme de 700 millions d’euros va être lâchée par la chaine qatarie, et ce sera selon RMC uniquement pour les droits de la Ligue 1 en France.

Canal+ a encore un gros pouvoir de nuisance

Cela signifie que, sauf si l’accord comprend déjà les droits à l’étranger, peuvent s’ajouter à ces 700 millions d’euros, le montant des droits TV à l’international, qui vont aussi être gérés par BeIN normalement. Le montant pourrait passer de 80 à 200 millions d’euros, c’est du moins ce qui se disait ces dernières semaines. Si ce dernier point reste à éclaircir, il y a tout de même un dernier obstacle à franchir. Cet investissement copieux de la part de BeIN ne sera possible que si un accord est trouvé avec son distributeur pour éviter de trop importantes pertes. L’idée est de parvenir à placer deux matchs sur Canal+, qui serait alors à la fois le distributeur et le diffuseur, et devrait donc payer un certain montant à BeIN. Cela permettrait à la chaine qatarie de limiter la casse financièrement. L'idée est de rester raisonnable dans les pertes évidentes que vont provoquer l'achat des droits, et de ne pas donner l'impression de jeter l'argent par les fenêtres. Il reste à savoir ce qu’il se passera si Canal+ venait à se montrer ferme ou très gourmand, et empêchait le deal de se finaliser.

En attendant, le premier accord est trouvé, et cela va désormais discuter entre les deux chaines concernées pour le finaliser définitivement à l’heure où le championnat de Ligue 1 ferme ses portes pour cette saison ce week-end.

Un gros chantier s’annonce au mercato d’été

Le Stade Rennais, qui ne jouera pas la Coupe d’Europe pour la première fois depuis 2018, va procéder cet été à une refonte de son effectif, en y ajoutant notamment davantage d’expérience et de puissance athlétique. De nombreux départs et arrivées sont pressentis, dans un marché des transferts qui sera aussi impacté par l’Euro et les JO. Voici les premières tendances.

ds 2082

Il est un peu tôt pour savoir à quoi ressemblera le Stade Rennais 2024-2025, mais une quasi-certitude : l’effectif va beaucoup bouger. Le staff et la direction, qui sauf rebondissement devrait toujours compter Florian Maurice, vont déjà rencontrer les joueurs d’ici la semaine prochaine pour faire le point.

Mandanda, Seidu, Le Fée, Matusiwa, Gouiri, a priori Terrier, devraient rester. Désiré Doué, Kalimuendo, Yildirim, Salah sont partants. Theate, Truffert, Wooh ont des envies d’ailleurs et ne seront pas retenus. La gestion du cas Omari va aussi occuper les esprits.

Quid de Blas, de Bourigeaud ? De toute façon, quels que soient les désirs des joueurs, tout dépendra déjà des offres sur la table, et de la capacité des éventuels acquéreurs à s’aligner sur les salaires, qui sont élevés à Rennes.

Des contacts ont eu lieu pour Mikautadze
Le budget sera moindre sans les recettes de l’Europe (perte estimée entre 15 et 20 millions d’euros), mais il y aura quand même des moyens conséquents, notamment grâce aux ventes. L’attractivité du club ne sera pas nulle.

La ligne défensive pourrait être totalement refondée. Une partie de l’attaque aussi. Parmi les cibles envisagées, des discussions ont eu lieu, selon nos informations, pour faire venir le buteur de Metz Georges Mikautadze, sous contrat à l’Ajax jusqu’en 2028. Il était déjà surveillé de près l’été dernier.

Du côté des joueurs prêtés, on voit mal Assignon, dont les relations avec Stéphan étaient fraîches, revenir et rester à Rennes. Nantes a décidé de lever l’option d’achat à 6 millions d’euros pour Abline : reste à savoir si le SRFC activera la clause de rachat (entre 1,5 et 2 millions d’euros) avec l’idée potentielle de le transférer plus cher ailleurs...

"Il faudra modifier certaines choses par rapport aux manques constatés, faire un point précis sur l’effectif, a lancé dimanche Julien Stéphan. Le mercato décidera aussi qui sera sollicité ou pas. Il sera un peu particulier, il n’est pas certain que l’Euro et les JO permettent de le décanter rapidement, mais ce sera une période importante pour le club."

Le coach a presque dessiné en une phrase les profils qu’il espère, et pour lesquels il va devoir s’accorder avec son directeur sportif : "Il faudra avoir plus d’expérience, de maturité, de puissance, en gardant la qualité technique comme base essentielle. Comme l’ont fait Lyon et Monaco. Si on veut se battre avec ces clubs-là, il faudra être capable de garder un maximum de bons joueurs et pouvoir en attirer. Mais là, je me pose des questions sur des choses que je ne maîtrise pas…"

Une fin de cycle qui interroge

Après avoir été européen durant six années de rang, le Stade Rennais est assuré de ne plus jouer l'Europe à l'issue de cette saison 2023-2024. Alors que le club breton visait le Top 4 en début d'exercice, ses nombreux manques l'ont rattrapé. Les Rouge et Noir vont maintenant devoir se remettre en question. Et s'offrir un lifting plus ou moins prononcé. Avec les questions que cela engendre.

ds 2081

C'est un échec. Il n'y a pas d'autres mots possibles après cette saison. Après six années consécutives en Europe, le Stade Rennais devra se passer de compétition continentale pour rythmer le cœur des semaines lors du prochain exercice. Le nul contre Lens (1-1) dimanche a mis fin à ses espoirs. Un coup d'arrêt fracassant pour le projet du club breton aux ambitions de Top 4 affichées en début de saison. "Ça fait partie de la vie d'un club. On a échoué. (…) On doit se remettre en question pour avancer", a lancé dans Ouest-France Arnaud Kalimuendo, dont l'avenir pourrait s'écrire loin de la Bretagne.

Comme pour la situation de Kalimuendo, les questions sont cependant légion après ce revers cinglant. Une révolution va-t-elle avoir lieu au sein du club breton aussi bien en coulisses que dans l'effectif ? Quels joueurs vont rester ? Le Stade Rennais a-t-il les reins assez solides pour vivre une année sans Europe et repartir de l'avant ? Certaines réponses seront apportées à ces interrogations dans les prochaines semaines. Mais il faudra faire preuve de patience pour savoir si le club rouge et noir n'a pas mis un terme à sa période la plus faste avec cette saison commencée par des rêves de C1 et si décevante au final.

Ce sera une période importante pour le club
Une chose est sûre alors qu'il reste un match pour conclure cet exercice 2023-2024 : l'été qui arrive sera en tout cas charnière pour le Stade Rennais. Car des changements plus ou moins profonds sont attendus. Si Julien Stéphan semble être assuré de continuer sur le banc rennais après avoir prolongé jusqu'en 2026 en mars dernier, la situation est un peu plus floue pour le directeur technique Florian Maurice au coeur des critiques et notamment sur le dernier mercato où il n'a pas renforcé l'axe de défense. Alors qu'il était sur le départ en novembre avant de décider finalement de rester, L'Equipe le dit "éprouvé" et annonce que des proches de François Pinault militent pour Bruno Cheyrou.

Dans les tous cas, le visage de l'équipe bretonne devrait elle s'offrir un lifting alors qu'une fin de cycle est évoquée dans les travées du Roazhon Park. Quelques minutes après la fin du match contre Lens, Stéphan a ainsi mis les points sur les i. "C'est certain que ce sera une période importante pour le club", a glissé le coach dans des propos repris par le quotidien régional de référence en Bretagne. "Il faudra avoir plus d'expérience, de maturité, de puissance aussi, en gardant la qualité des joueurs, la qualité technique, comme base essentielle." Si tous les secteurs vont être plus ou moins concernés par cette remise en question indispensable, la défense est notamment la plus concernée.

Un mercato animé en perspective
Si les Bretons dans l'ensemble ont affiché beaucoup trop de limites pour tenir leur rang, l'arrière-garde rennaise a cristallisé les frustrations tout au long de cet exercice. Ses errances et sa fragilité ont plombé le Stade Rennais. Et après s'être montré inactif pour renforcer l'axe cet hiver, ce sera assurément le chantier numéro 1 de Florian Maurice cet été. Mais la mission sera peut-être plus corsée que lors des marchés des transferts récents.

Sans Coupe d'Europe à son tableau, le Stade Rennais va être moins attractif pour certains profils. Il faudra alors se montrer à nouveau rusé pour réussir à séduire. Mais si du sang neuf est attendu pour relancer le club, tout n'est pas à jeter non plus. Et les dirigeants bretons vont devoir réussir à conserver les éléments clefs pour ne pas repartir d'une feuille blanche même si l'exercice 2022-2023 avait déjà montré quelques limites avec une qualification européenne arrachée à la dernière journée. "Il faudra être capable de garder un maximum de bons joueurs et pouvoir en attirer, sinon ça va être compliqué de lutter", annonce Stéphan, qui cite Lyon et Monaco comme modèles à suivre.

L'idée reste de toute manière de garder ses aspirations. Alors que le désir de François Pinault de construire un nouveau stade a été révélé par le Mensuel de Rennes en début de mois, le Stade Rennais compte poursuivre sa progression. Et cherchera donc cet été à démontrer que cette saison n'est que la fin d'un cycle mais pas la fin des ambitions en Bretagne. "Les gens savent aussi que ça peut faire partie de la vie d'un club. En même temps, il ne faut pas s'en satisfaire, mais très vite être en capacité de rebondir, de repartir, de redéclencher des choses et en modifier d'autres pour retrouver des objectifs importants la saison prochaine", conclut Stéphan. Mais pour cela, l'été sera bien encore un peu plus déterminant, à plus d'un titre.

Après une saison ratée, l'heure du bilan et des questions

La saison du Stade Rennais s'est achevée brutalement dimanche soir au Roazhon Park. Le match nul concédé face à Lens (1-1) a mis fin aux minces espoirs bretons d'accrocher l'Europe. Après un dernier déplacement sans enjeu à Reims dimanche prochain, Rennes finira au mieux 8e, au pire 10e. Loin des ambitions de Ligue des champions du mois d'août. Un sacré échec qu'il faudra assumer pour rebondir.
ds 2079

Pour la première fois depuis 2017-2018, il n'y aura pas de soirées européennes au Roazhon Park la saison prochaine. C'est la fin d'une période dorée inédite pour le club et rare pour le foot français (seul le PSG fait mieux sur cette même période) de six qualifications continentales de suite pour les Bretons. Forcément, la déception était de mise dimanche soir au coup de sifflet final du nul contre Lens (1-1) sans pour autant se transformer en colère. Il n'y a pas eu de sifflets du public au moment du tour d'honneur des joueurs. Peut-être car cet échec final n'est finalement pas brutal, mais prévisible au vu de la première partie de saison manquée. Peut-être aussi "car les supporteurs ont perçu qu'au moins sur la deuxième partie de saison, il y a eu un engagement total des joueurs et qu'il y a quand même un parcours sur cette période qui mérite d'être souligné", a déclaré Julien Stephan.

Une saison ratée, ça arrive à tous les clubs. Voilà la phrase que l'on entend depuis déjà plusieurs semaines. Si elle est factuellement vraie, elle n'exonèrera pas les dirigeants de faire le bilan d'un exercice 2023-2024 qui aura été éprouvant. Olivier Cloarec et Florian Maurice le feront normalement face à la presse en début de semaine prochaine après le déplacement à Reims lors de la dernière journée. L'année dernière, au même moment du bilan et après une 4e place arrachée lors de l'ultime journée, Florian Maurice était apparu tendu, regard noir et revanchard pour défendre son travail qu'il trouvait exagérément critiqué. Cette fois, beaucoup parmi les supporteurs et les observateurs semblent l'attendre au tournant.

Florian Maurice en première ligne, ne pas exonérer Genesio
Car oui, bien sûr, il est en première ligne. Le directeur sportif a quitté le Roazhon Park rapidement dimanche après avoir pris la parole devant le groupe dans le vestiaire, visiblement touché et faisant part de sa profonde déception quant à la tournure de la saison. Parmi les questions qui attendent des réponses, il y a en premier lieu la constitution de l'effectif. Les recrutements rapides l'été dernier d'Enzo Le Fée et Ludovic Blas et l'arrivée de l'expérimenté Nemanja Matic, le "grand joueur" que le club attendait, avaient été salués par tous à l'époque. Il convient de le rappeler.

Neuf mois plus tard, Le Fée a déçu avant de se blesser en février. Blas n'a jamais vraiment existé au sein de l'équipe et Matic est parti avec pertes et fracas après seulement six mois. Les recrues ne sont malgré tout pas les seules à blâmer. Beaucoup de cadres n'ont que trop rarement été au niveau attendu ce qui a une importance primordiale (Bourigeaud, Gouiri, Terrier, Theate...). Reste que ce mercato d'été n'avait pas dissipé les interrogations sur le non-remplacement de Jérémy Doku par exemple par un profil similaire ou sur la qualité de la défense, une faiblesse pointée du doigt depuis un moment.

"Je ne doute pas de la défense et je pense qu'on va être plus solide à ce niveau-là", prophétisait Maurice début septembre. Les faits lui donnent torts. Des erreurs individuelles parfois grossières ont jalonné et plombé la saison rennaise. Les huit défenseurs actuels de l'effectif ont une moyenne d'âge d'à peine plus de 21 ans et suscitent des doutes légitimes. Le club s'est-il leurré sur leur niveau? Rennes a bien cherché activement des renforts d'expérience mais n'a-t-il pas visé trop haut en tentant des joueurs inaccessibles pour un club de la dimension actuel du Stade rennais (Savic, Lenglet, Nelsson, Morato…)? C'est peut-être aussi une leçon à tirer. Rennes et son environnement ne sont pas aussi attractifs qu'ils espèrent l'être pour cette catégorie de joueurs, l'exemple du départ de Matic vers Lyon et l'OL en étant la preuve cinglante.

Si beaucoup semblent vouloir se payer la tête de Florian Maurice, dans le bilan officiel à venir, il ne faudra pas exonérer de responsabilités le président Olivier Cloarec qui se montre solidaire de Maurice rappelant que les deux hommes travaillent de concert, mais aussi Bruno Genesio. L'ancien coach rennais a sans doute une part de responsabilité non négligeable dans la tournure de la saison. La constitution de l'effectif par Florian Maurice et Olivier Cloarec répond aussi en grande partie à ses demandes dans les profils des joueurs recrutés. Bruno Genesio qui en outre se posait des questions déjà en fin de saison dernière sur son énergie et sa volonté de continuer après un peu plus de deux années réussies. Le péché originel se trouve peut-être en partie là, dans le fait de ne pas avoir senti qu'un cycle avec lui était en train de se terminer.

Vers un statu quo à la tête du club
Et maintenant? "Le plus important c'est de rebondir", pouvait-on entendre dans les couloirs du Roazhon Park dimanche. La suite se fera avec Julien Stephan arrivé en novembre pour "relever le club" comme il aime à le rappeler sans objectif annoncé de classement. Stephan prend toujours bien soin de préciser qu'il a pris la saison en cours de route alors que Rennes était 13e pour mieux défendre ses résultats. Avec lui, de la 16e à la 34e journée, Rennes est la 6e équipe de Ligue 1, la 4e attaque et la 7e défense. Grâce à deux mois de janvier et février marquants, le Stade Rennais a repris vie et espoir, Stephan gagnant aux yeux des dirigeants le droit de continuer.

L'annonce de sa prolongation de contrat jusqu'en 2026 intervient le 25 mars dernier. Depuis cette annonce, l'équipe rennaise a perdu de son rendement. Hasard ou non? L'officialisation a-t-elle été trop précoce alors que rien ne la pressait? La direction voulait envoyer un message de clarté pour l'avenir. Peut-être a-t-elle au contraire envoyé le signal au groupe que le plus dur était fait après être revenu dans la course aux places européennes amenant une décompression et entrainant des matchs sans vie et des défaites piteuses à Strasbourg et face à Toulouse. C'est une piste que les dirigeants rennais n'excluent pas.

Stephan sera donc l'entraineur du Stade Rennais la saison prochaine et rien ne semble indiquer à ce jour d'autres changements. Florian Maurice et Olivier Cloarec devraient eux aussi continuer, preuve que l'actionnaire François Pinault, seul vrai décideur sur ces questions, leur maintient sa confiance malgré les objectifs non tenus.

Doué, Kalimuendo et d'autres sur le départ
Avec quel effectif? Sans Europe, Rennes va-t-il perdre gros en attractivité? "Comment ont fait Lyon, Monaco ces dernières saisons?" répond Julien Stephan. "Si on veut pouvoir se battre avec ces clubs, il faut être capable même sans Europe de garder nos bons joueurs et d'en attirer sinon ça va être compliqué de lutter. Garder une attractivité et des moyens financiers importants, ce sera notre enjeu."

Sauf que Rennes n'est ni Lyon ni Monaco. Des départs potentiellement nombreux sont à prévoir, certains quasi actés comme Désiré Doué, très convoité, ou Arnaud Kalimuendo. Adrien Truffert ou Arthur Theate ont déjà fait l'objet d'approches concrètes lors des précédents mercatos. Pas de sujet en revanche pour Martin Terrier, nous dit-on au club. Enzo Le Fée lui-aussi restera rennais. Quid de Gouiri? Ou de Benjamin Bourigeaud, au club depuis 2017 et qui pourrait s'interroger si des offres intéressantes de l'étranger arrivaient? Mais y aura-t-il des offres à la hauteur? Pour les arrivées, Stephan a déjà son idée sur les profils pour "pallier les manques qu'on a pu voir cette année avec plus d'expérience, plus de maturité, plus de puissance aussi le tout en gardant la qualité technique comme base essentielle". Le travail des prochains mois s'annonce intense pour le Stade Rennais. Rennes le sait. Il sera attendu au tournant.

Un geste déplacé suscite la polémique après Lens

Hier soir, le Stade Rennais a dit adieu à ses espoirs de qualification européenne pour la 7ème saison de suite. Après un match nul insuffisant face au RC Lens (1-1), les Bretons finiront, au mieux, à la 8ème place au classement de Ligue 1. Outre le constat amer de cette saison manquée des Rouge et Noir, un joueur de Julien Stéphan a remis de l’huile sur le feu ce dimanche soir.

ds 2077

Face à une formation artésienne bien désireuse de ne pas céder sa 6ème place en Ligue 1 synonyme d’Europe, Les Bretilliens se sont heurtés à un mur. Avec l’obligation de l’emporter pour conserver un mince espoir de qualification en coupe d’Europe la saison prochaine, le Stade Rennais a échoué pour sa dernière au Roazhon Park. Après une première mi-temps où les deux équipes se sont neutralisées, ce sont les Sang et Or qui ont infligé le coup de massue aux Rouge et Noir en ouvrant le score au retour des vestiaires par l’intermédiaire d’Angelo Fulgini (48’). Alors que les chances de victoire s’effritaient peu à peu, c’est Ibrahim Salah, rentré quelques peu après l’heure de jeu, qui a redonné espoir à tout un peuple en égalisant à une dizaine de minutes de la fin de la partie (82’). Après ce but de renard des surfaces, l’international marocain n’a pas hésité à venir chambrer ses propres supporters.

Un geste révélateur de tensions entre joueurs et supporters
Ibrahim Salah, auteur de quelques fulgurances en début de saison 2023-2024, a peu à peu perdu en temps de jeu au fil de la saison sous les ordres de Julien Stéphan. Très peu utilisé ces derniers temps, l’ancien ailier de la Gantoise a effectué une entrée en jeu mitigée hier face à Lens. Centre raté, contrôle manqué, pourtant, le Marocain a ramené son équipe dans la rencontre en profitant d’une situation brûlante dans la surface de réparation de Brice Samba. En inscrivant son premier but sous la tunique rennaise depuis le 6 février dernier face à Sochaux en coupe de France, Ibrahim Salah, sifflé abondamment quelques minutes plus tôt par ses propres supporters, n’a pas manqué l’occasion de se diriger vers la tribune Mordelles. Sans exulter avec les fidèles supporters rennais, Ibrahim Salah a plutôt demander à ces derniers de se taire en portant sa main sous l’oreille et en poursuivant avec un geste de pince de la main.

Un geste incompris qui n’a pas manqué de faire jaser à l’issue de la rencontre. Bon nombre de passionnés du SRFC n’ont en effet pas digéré cette célébration alors que leur équipe de cœur vient tout juste de tirer un trait sur une qualification européenne…

Un nouveau stade à Rennes en 2030 ?

Troquer le Roazhon Park contre un stade plus grand serait légitime, selon certains supporters. D’autres mettent en garde contre la folie des grandeurs.
ds 2085

Après une saison moyenne et le risque de passer à travers une qualification européenne, la construction d’un nouveau stade, à quelques centaines de mètres du Roazhon Park, sur le site de l’ancienne usine Citroën de la Barre Thomas à l’horizon 2030, est-elle encore d’actualité ? Pour beaucoup de supporters, oui.

Le Stade Rennais, depuis cinq ans, a changé de dimension et un stade flambant neuf de 40 000 places, au lieu des 29 000 actuelles, serait plus en adéquation avec ses nouvelles ambitions. « N’en déplaise à certains supporters, pourquoi ne pas donner à ce futur stade le nom d’un sponsor, propose Jérémy, dimanche, à la terrasse d’un bar, route de Lorient. Je veux que mon club gagne, un jour, le championnat de France. Et, pour cela, il faut de l’argent. »

Le stade actuel sature

D’autres, tout en vantant le charme du Roazhon Park, avec ses tribunes proches du terrain, confirment qu’il faut viser plus haut. « Le stade actuel sature. Il n’y a plus de nouveaux abonnements. Pour les gros matches, contre nos concurrents directs ou les derbys, augmenter la capacité de 10 000 places serait bienvenu. » Certains comptent aussi sur un stade plus grand pour faire baisser le prix des places.

Mais, le statu quo ou l’agrandissement d’environ 5 000 places du Roazhon Park a aussi ses adeptes. « Nous avons un super stade, se réjouit ce supporter. En changer serait du gâchis. Le Stade Rennais, 7e ou 8e au classement, est à sa place. Rennes n’est pas Marseille, ni même Lens. Attention à la folie des grandeurs. »

Un autre sponsor maillot prolonge jusqu’en 2029

Le Stade Rennais a annoncé la prolongation de son partenariat avec le Groupe Blot, sponsor ancien sur le maillot du club. Depuis 2007, le logo de Blot Immobilier orne le dos de la tunique Rouge et Noir, et cette nouvelle entente témoigne d’une relation solide et privilégiée entre les deux entités.

ds 2074

Bolt et le Stade Rennais rempilent pour cinq ans
La continuité du partenariat est étendue jusqu’en 2029 ainsi que l’annonce le club sur les réseaux sociaux. Blot Immobilier est acteur majeur de l’immobilier en Bretagne qui revendique plusieurs corps de métier : habitation, gestion locative, immobilier d’entreprise, cessions de fonds de commerce et emplacements commerciaux.

Le SRFC prolonge ses sponsors sur le maillot
Le montant de cette prolongation n’est pas divulgué. Au début de ce même mois d’avril, c’est avec Samsic, un autre partenaire historique et celui-là majeur puisqu’à l’avant des maillots du club qui a étendu sa collaboration jusqu’à la même échéance du 30 juin 2029.

La diffusion illégale des compétitions sportives est en hausse en 2023

La consommation de compétitions sportives sur des sites de streaming illégaux est en hausse, selon un bilan de l'Arcom publié mardi.
ds 2076

Poussé par les compétitions sportives, le "streaming" illégal en direct est en légère hausse en 2023, notamment via la diffusion de liens sur les réseaux sociaux, selon un bilan publié mardi par l'Arcom. Entre 2021 et 2023, l'Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique (Arcom) note une baisse de 26 % de la fréquentation des directs illégaux, mais observe une légère hausse en 2023 "qui correspond quasi exclusivement à des retransmissions de compétitions sportives en direct."

Le gendarme des médias et du numérique explique cette hausse par l'utilisation de "réseaux privés virtuels (VPN) à des fins illicites" et le développement des services IPTV qui permettent de regarder chaînes payantes à un prix réduit. Il précise que plus d'un internaute sur deux (57 %) ayant des pratiques illicites utilise un VPN et appelle les acteurs du secteur à renforcer leurs mesures de blocage des diffusions illicites.

8,5 millions de Français consommaient du contenu illégal en 2023
Ces deux dernières années, 3 370 noms de domaine liés à des diffusions non autorisées de compétitions sportives ont ainsi été bloqués par la justice ou à la suite d'une notification de l'Arcom.

En janvier 2023, l'Arcom avait annoncé un accord visant à lutter contre les retransmissions pirates de compétitions sportives avec les quatre grands fournisseurs d'accès internet en France et les titulaires de droits sportifs.

Globalement, l'institution observe une diminution du streaming et du téléchargement illégal des biens sportifs et culturels (notamment les films et les séries) de 27 % entre 2021 et 2023, indiquant qu'environ 8,5 millions d'internautes consommaient toujours du contenu illégal l'an dernier, contre 11,7 millions en 2021.

Beinsport et le PSG menacent la Ligue 1

Le dossier des droits TV de la Ligue 1 prend un tout nouveau tournant. Car si la LFP est proche d'un accord, la répartition de l'argent essentiellement apporté par Beinsport risque de faire scandale.

ds 2066

Depuis quelques semaines, la chaîne sportive qatarie fait figure d'énorme favori pour s'offrir les droits TV de la Ligue 1 pour la période allant de 2024 à 2029. Pour l'instant, la Ligue de Football Professionnel n'a toujours pas communiqué alors que le Championnat se termine et qu'on peut légitimement se demander où la L1 sera diffusée la saison prochaine. A en croire les dernières révélations de Daniel Riolo, si le feuilleton s'éternise, c'est que Beinsport souhaite que la répartition des droits TV change et que cela permettre au Paris Saint-Germain de prendre une plus grosse partie de cette enveloppe. Même si évidemment le PSG assure l'essentiel des plus grosses audiences de la Ligue 1 à la télévision, le fait que la chaîne et le club de la capitale ait le même propriétaire risque de faire hurler au scandale. Et le journaliste de RMC d'en dire plus.

Le PSG veut une plus grosse part du gâteau des droits TV

Dans l'After, Daniel Riolo a révélé les dernières rumeurs sur ce sujet forcément très sensible, les 18 clubs de Ligue 1 ayant impérativement besoin de cet argent des droits TV. « Pour La Ligue 1 ça ne va pas être dingo. La grosse tendance, c'est que cela va être Beinsport avec un bout sur Canal+. Mais dans la négociation, ce qui bloque actuellement, c’est que Beinsport dit : « OK on va mettre l’oseille, mais dans la distribution de cet argent, on veut qu’une grosse partie aille dans les poches du PSG. En même temps, c'est normal puisque ça passe de la poche droite à la poche gauche. Je ne trouve pas ça très heureux de la part du PSG de demander ça comme condition, mais c’est peut-être la direction qu’on est en train de prendre. Sur le contrat CVC le gros bout de gâteau, c'est déjà le PSG qui l’a pris et sur les droits TV, on veut casser la traditionnelle répartition. D’un point de vue stratégique, même si je suis le président du Paris Saint-Germain, je trouve cela absurde, car il faut que le championnat soit compétitif. La Ligue 1 l’est cette année pour toutes les autres places, mais pas pour le titre de Champion de France. On n’est pas très loin d’un : » c’est ça ou rien » dans ce dossier », prévient très clairement notre confrère.

De quoi forcément susciter des questions, même si la LFP n'a plus vraiment d'autre choix dans la mesure où aucune autre offre conséquente n'est en mesure de concurrencer Beinsport. D'autant plus que l'on sait déjà qu'il a fallu des interventions au plus haut niveau pour que la chaîne qatarie se penche sur ce dossier. La Ligue 1 sort d'une belle saison, mais les nuages s'amoncellent de nouveau à cause de ce dossier des droits TV qui empoisonne la vie du football français depuis le fiasco Mediapro.

S.G.S.B.

SGSB

Boutique de Mumbly

Boutique

Cantine de Mumbly

Cantine

Hébergé par

Reglyss.bzh

Free Joomla templates by Ltheme