• ds_1220.jpg
  • ds_1724.jpg
  • ds_0998.jpg
  • ds_0669.jpeg
  • DS_0012d.jpg
  • ds_0640.jpeg
  • ds_1490.jpg
  • ds_0419a.jpg
  • ds_1754.jpg
  • ds_1050.jpg
  • ds_1824.jpg
  • ds_2035.jpg
  • ds_1215.jpg
  • ds_0807.jpeg
  • ds_0330.jpg
  • DS_0150.jpg
  • ds_1679.jpg
  • ds_0383.jpg
  • ds_1528.jpg
  • ds_2095.jpg
Amical

13 Juillet 2024

Découvrez le groupe Rouge et Noir pour le stage à Dinard . Gauthier Gallon Geoffrey Lembet Steve Mandanda Mathys Silistrie Abdelhamid Ait Boudlal Lorenz Assignon Rayan Bamba Guela Doué Jonathan Do...

Actualité

13 Juillet 2024

La LFP est toujours en discussions pour trouver qui sera le prochain diffuseur de la Ligue 1. Parmi les propositions, une d’entre elles a tout de même l’air de se démarquer, celle de DAZN. Une...

Mercato

13 Juillet 2024

Lorenz Assignon plus que jamais sur le départ. Sous contrat avec le Stade Rennais jusqu’en 2027, le défenseur droit de 24 ans, prêté à Burnley en seconde partie de saison, attire l’attention de l’AS...

Mercato

12 Juillet 2024

Alors que le Stade Rennais devrait enregistrer sa première recrue la semaine prochaine, le mercato des Rouge et Noir continue de s’agiter dans le sens des départs. Sans surprise, Désiré Doué suscite...

Mercato

12 Juillet 2024

Très intéressé par l’espoir rennais de 19 ans Désiré Doué, le Bayern Munich a envoyé une première proposition autour de 35 M€ bonus compris, refusée par le club breton . Les jeunes talents français...

Actualité

12 Juillet 2024

Lors du collège de L1 samedi dernier, des présidents de club ont pointé les coûts de fonctionnement de la Ligue de football professionnel. Le sujet sera de nouveau abordé vendredi . Même si elles...

Actualité

11 Juillet 2024

Le football français est plongé dans une crise sans précédent et son président Vincent Labrune est dans la tourmente alors qu’aucun contrat de droits TV n’a été signé à un mois de la reprise de la...

Anciens

10 Juillet 2024

S’il n’a pas mentionné son futur club et que l’AS Roma n’a pas encore annoncé la signature, Enzo Le Fée a officialisé, ce mercredi 10 juillet, son départ du Stade Rennais . Ce n’était plus un secret...

Actualité

09 Juillet 2024

Le nouveau directeur sportif de Rennes, Frédéric Massara, a indiqué mardi craindre que l'incertitude persistante sur les droits de retransmission de la Ligue 1 ne devienne sportivement dramatique...

Actualité

09 Juillet 2024

À un peu plus d’un mois du début du championnat de Ligue 1 de football, le nouveau directeur sportif du Stade Rennais a assuré que "l’équipe sera forte", avec "l’Europe" pour objectif, rappelle la...

Actualité

09 Juillet 2024

La Ligue 1 n'a toujours pas trouvé de solutions concernant l'acquisition de ses droits TV. Une crise sans précédent qui pourrait provoquer des sacrifices importants . Alors que la reprise de la...

Actualité

08 Juillet 2024

Frédéric Massara, récemment nommé à la tête du Stade Rennais, a partagé ses ambitions pour le club breton . L’ancien directeur sportif de l’AC Milan a souligné son engagement à aider le club à...

Actualité

08 Juillet 2024

Décevant dixième de la Ligue 1 édition 2023-2024 et donc non qualifié pour l'Europe, le Stade Rennais FC visera mieux, et même beaucoup mieux la saison prochaine. Dans un long entretien accordé au...

Actualité

08 Juillet 2024

Nouveau dirigeant du Stade Rennais, Frédéric Massara s’est longuement exprimé sur le nouveau projet rennais, ce lundi soir . Pour les médias du club, l’ancien directeur sportif de l’AC Milan a...

Actualité

08 Juillet 2024

Frederic Massara (55 ans), nouveau directeur sportif du Stade Rennais FC, a accordé un long entretien au site officiel du club breton, ce lundi soir. Passé par l'AC Milan, le nouvel homme fort du...

Mercato

08 Juillet 2024

Le Mercato estival a commencé depuis près d’un mois et le Stade Rennais n’a pas enregistré un grand nombre d’arrivants au sein de son effectif. La prochaine prise de fonction de Frédéric Massara...

Mercato

08 Juillet 2024

Avec bientôt plus de 50 M€ de joueurs vendus, le Stade Rennais va pouvoir amorcer la phase 2 de son intersaison : l'arrivée de ses premières recrues . Enzo Le Fée en partance pour l’AS Rome contre...

Mercato

08 Juillet 2024

Chelsea est très intéressé par un jeune joueur à fort potentiel de Rennes. Les Blues en ont même fait leur priorité de l'été . A seulement 19 ans, Désiré Doué s'impose comme un des plus grands...

La LFP a publié le bilan disciplinaire de la saison 2023-2024 de Ligue 1

ds 2173

Classement des équipes au nombre de cartons jaunes cette saison :

  1. Stade Brestois : 80 cartons jaunes
  2. RC Lens : 77 cartons jaunes
  3. Toulouse FC : 75 cartons jaunes
  4. AS Monaco : 72 cartons jaunes
  5. FC Nantes : 68 cartons jaunes
  6. Montpellier HSC : 67 cartons jaunes
  7. Stade Rennais F.C. et Stade de Reims : 66 cartons jaunes
  8. FC Lorient et LOSC : 65 cartons jaunes
  9. Havre AC et OGC Nice : 62 cartons jaunes
  10. Clermont Foot : 60 cartons jaunes
  11. OM : 57 cartons jaunes
  12. RC Strasbourg Alsace : 56 cartons jaunes
  13. OL et FC Metz : 54 cartons jaunes
  14. PSG : 49 cartons jaunes

Classement des équipes au nombre de cartons rouges cette saison :

  1. AS Monaco : 8 cartons rouges
  2. OL, Clermont Foot, et Havre AC : 6 cartons rouges
  3. OM, SB29 et Montpellier HSC : 5 cartons rouges
  4. OGC Nice et Stade Rennais FC. : 4 cartons rouges
  5. PSG, LOSC, FC Nantes, RC Lens et SdR : 3 cartons rouges
  6. FC Metz et RCSA : 2 cartons rouges
  7. FC Lorient et Toulouse FC : 1 carton rouge

Les équipes ayant commis le plus de fautes cette saison :

  1. Toulouse FC : 501 fautes commises
  2. AS Monaco : 481 fautes commises
  3. RC Strasbourg Alsace : 462 fautes commises
  4. FC Nantes : 448 fautes commises
  5. RC Lens : 445 fautes commises
  6. Stade de Reims : 444 fautes commises
  7. Havre AC : 433 fautes commises
  8. Montpellier HSC : 432 fautes commises
  9. OL : 425 fautes commises
  10. Stade Rennais F.C. : 424 fautes commises

Les équipes ayant provoqué le plus de fautes cette saison :

  1. LOSC : 489 fautes provoquées
  2. Toulouse FC : 448 fautes provoquées
  3. Montpellier HSC : 447 fautes provoquées
  4. Stade Rennais F.C. : 438 fautes provoquées
  5. Clermont Foot : 429 fautes provoquées
  6. OM : 426 fautes provoquées
  7. RC Lens : 424 fautes provoquées
  8. Stade Brestois : 422 fautes provoquées
  9. FC Lorient : 416 fautes provoquées
  10. RC Strasbourg Alsace : 413 fautes provoquées

Les joueurs ayant commis le plus de fautes cette saison :

  1. Arouna Sanganté (HAC), 54 fautes
  2. Vincent Sierro (TFC), 52 fautes
  3. Benjamin André (LOSC) et Facundo Medina (RCL), 51 fautes
  4. Alexandre Lacazette et Ernest Nuamah (OL), 50 fautes
  5. Jordan Ferri (MHSC), Augusto Douglas (FCN) et J-J. Danley (FCM), 48 fautes
  6. Pierre Lees-Melou (SB29), 47 fautes

Les joueurs ayant provoqué le plus de fautes cette saison :

  1. Tiago Santos (LOSC), 87 fautes
  2. Téji Savanier (MHSC), 80 fautes
  3. Dilane Bakwa (RCSA), 75 fautes
  4. Romain Del Castillo (SB29), 58 fautes
  5. Pierre Lees-Melou (SB29), 57 fautes
  6. Muhammed Cham (CF63) et Jonathan David (LOSC), 56 fautes
  7. Désiré Doué (SRFC), 55 fautes
  8. Marvin Senaya (RCSA), 52 fautes
  9. Moussa Al Tamari (MHSC) et Amine Harit (OM), 51 fautes

Les joueurs les plus avertis cette saison en Ligue 1 :

  1. 11 cartons jaunes : Facundo Medina (RCL)
  2. 10 cartons jaunes : Pierre Lees-Melou (SB29)
  3. 9 cartons jaunes : B.André, (LOSC), N.Matic (SRFC, OL), J.Gradit (RCL), L.Brassier (SB29), D.Zakaria et A.Golovin (ASM)

Olivier Cloarec, à la tête du RC Vannes

Le Gourinois Olivier Cloarec ne connaissait rien au rugby lorsqu’il est entré comme partenaire au RC Vannes en 2006. Ce chef d’entreprise discret a su guider avec succès le club vers le professionnalisme.

ds 2183

Lorsqu’on l’invite à mesurer le chemin parcouru par son club, Olivier Cloarec (48 ans) répond « plan de formation », « infrastructures » et « projet de territoire ». « Ce n’est pas le style à tirer la couverture à lui. Il est intelligent, humble et sait fédérer », souligne Olivier Rome, l’un de ses vice-présidents, chef d’entreprise comme lui. À la tête de plusieurs enseignes Intermarché en Bretagne, Olivier Cloarec est arrivé au RC Vannes comme simple partenaire, en 2006, l’année de la montée du club en Fédérale 1. « Je n’aimais pas du tout le rugby, je ne comprenais pas ce sport », explique cet ancien Numéro 10, qui a joué 20 ans au Gourin Football Club.

De retour à Rennes, Abline laisse déjà des regrets aux canaris

Mis en confiance par sa fin de saison au FC Nantes, Mathis Abline brille actuellement avec l'équipe de France U23 au tournoi Maurice-Revello.

ds 2180

Joueur-clé de la fin de saison et du maintien du FC Nantes, Mathis Abline (21 ans) risque de laisser bien des regrets aux Canaris. En effet, si la direction ligérienne était prête à lever l’option d’achat pour le buteur (6 M€), le Stade Rennais a fait jouer sa clause pour récupérer le jeune buteur angevin et l’empêcher de signer définitivement chez l’ennemi.

Une bonne idée du côté des Rouge et Noir, une mauvaise nouvelle pour le FCN aux vues du rendement actuel d’Abline qui a encore brillé sous le maillot bleu mercredi soir.

Abline porte la France à Toulon
Actuellement au tournoi Maurice-Revello (ex-tournoi de Toulon) avec l’équipe de France U23, l’ancien joueur du Havre et de l’AJ Auxerre a marqué les esprits à son entrée en jeu contre le Mexique (2-2) en permettant aux Bleuets de repousser l’échéance d’une élimination précoce.

Entré en jeu en cours de match, Mathis Abline est d’abord impliqué dans le but de l’égalisation à 1-1 par Edouard Michut (63e) avant d’inscrire le deuxième but français d’une frappe du droit après un contrôle en pivot (77e). De quoi donner des idées à Thierry Henry pour les JO s’il a quelques désistements devant ?

25 euros pour toute la Ligue 1, la LFP défie Canal+

A l'occasion du conseil d'administration de la Ligue de Football Professionnel, la question des droits TV a été au cœur des discussions et évidemment le projet de chaîne unique créée par la LFP a été évoqué.

ds 2166

Décidément, les murs des bureaux de la LFP ont des oreilles, ou bien certains des participants du conseil d'administration ont la langue bien pendue, à moins que finalement les fuites vers certains médias arrangent les équipes de la Ligue. A moins de deux mois de la reprise du championnat de Ligue 1, les grosses têtes de la Ligue de Football Professionnel se réunissaient ce mercredi, en attendant l'assemblée générale repoussée de toute urgence à la fin du mois. Sur la table, le fameux dossier des droits de diffusion de la Ligue 1 dont personne ne semble vouloir. Alors, à en croire L'Equipe, c'est le vieux serpent de mer de la création d'une chaîne par la LFP qui a été évoquée, et avec suffisamment de détails pour que le quotidien sportif évoque un abonnement mensuel autour de 25 euros pour recevoir la totalité des matchs du championnat.

710ME par an pour les clubs de Ligue 1
Il a été question d'environ 540 millions d'euros de chiffres d'affaires en année 1 et jusqu'à un montant de l'ordre de 870 millions d'euros en année 5, la dernière du futur contrat. En moyenne, les revenus seraient d'environ 710 millions d'euros par saison, précise notre confrère Etienne Moatti concernant les sommes que pourraient ainsi se partager les clubs de Ligue 1, sans oublier CVC évidemment. Pour cela, la Ligue de Football Professionnel pourrait s'appuyer sur un diffuseur comme Beinsports, mais aussi sur les fournisseurs d'accès à internet. Cependant, ce projet de chaîne 100% Ligue 1 initiée par la LFP ressemble tout de même à un ultime coup de bluff pour inciter Canal+ à faire une proposition. Car forcément, les 18 clubs de Ligue 1 souhaitent plus que tout renouer le fil du dialogue avec Maxime Saada, lequel n'a jamais masqué sa colère face à l'attitude du football français avec Canal+ lors des derniers appels d'offres.

Al-Khelaifi en vision pour soutenir Vincent Labrune
En attendant, pour éviter que Vincent Labrune se fasse trop secouer, Nasser Al-Khelaifi, qui porte la double casquette de président du PSG et de patron de beIN MEDIA GROUP, est intervenu à distance lors de cette réunion pour demander à l'ensemble des dirigeants de Ligue 1 de faire confiance au président de la LFP dans la gestion de droits TV. Preuve aussi qu'en interne, cela commence peut-être à souffler pour l'ancien dirigeant marseillais, les propos assassins de Daniel Riolo à l'encontre de Vincent Labrune ayant probablement eu un écho retentissant au sein des clubs et des instances.

Pire que Médiapro, l'idée de la LFP balayée

Faute d’accord avec un diffuseur traditionnel tel que Beinsports ou Canal+, la LFP envisage sérieusement de créer sa propre chaîne accessible pour 25 euros par mois afin de diffuser 100 % de la Ligue 1.

ds 2165

Le périlleux dossier des droits TV de la Ligue 1 se poursuit et les nouvelles ne sont pas bonnes, autant pour les présidents des clubs français que pour les consommateurs. A date, il n’existe toujours aucun accord avec un diffuseur pour l’obtention des droits TV du championnat de France pour la période 2024-2029. Malgré des discussions avec Beinsports, DAZN, Canal+ ou encore Prime Video, la LFP n’a pas été en mesure de conclure un accord lors des discussions de gré à gré avec ses différents interlocuteurs. Une situation préoccupante.

Face à l’urgence de la situation, avec un championnat qui reprend au mois d’août, Vincent Labrune et ses équipes envisagent de créer une chaîne 100% Ligue 1 accessible pour 25 euros par mois et distribuée par les opérateurs traditionnels. Une solution qui ne fait pas du tout l’unanimité, d’abord car elle serait moins rémunératrice pour les clubs à court terme et surtout car elle reviendrait très cher au consommateur, qui devrait payer 25 euros pour une chaîne ne diffusant rien d’autre que des matchs de Ligue 1. Pour Daniel Riolo, il n’y a aucun doute : si cette solution est privilégiée et va au bout, alors le football français fonce plus que jamais dans le mur.

« Donc la LFP réfléchi à un plan B droits télé qui semble devoir devenir plan A. La chaîne 100% Ligue 1 a 25 euros sur 10 mois. Même folie que Mediapro en pire. Juste la L1 pour 25 euros par mois. Ok donc là pas de doute, s’ils retiennent cette idée, on va bien dans le mur. Le plan B est quasiment en train de devenir un plan A. Mediapro, c’était 20 euros par mois et on trouvait que c’était hors de prix. On arrêtait pas de le dire, et ils ont pris le mur. On sait qu’en France, nous n’avons pas un public à hauteur de 2 millions de personnes qui sont prêtes à mettre 25 euros par mois. Même 20 euros, les gens ne les mettent pas. Pour mettre 20 euros, tu dois avoir un autre produit à côté comme du foot étranger ou de la Ligue des Champions » a lancé le journaliste de RMC, plus pessimiste que jamais sur la bonne santé financière du football français au vu de la tournure du dossier des droits TV. Rappelons que pour certains clubs de Ligue 1, la part des droits télévisuels représente plus de la moitié du budget total. L’incertitude est donc immense pour les finances des clubs et tout cela alors que ces derniers préparent leur grand oral devant la DNCG.

Les nouveaux ballons de la Ligue 1 et de la Ligue 2

Comme pour la saison qui vient de se terminer, les ballons des deux championnats seront floqués de la marque de Décathlon pour la saison 2024-2025.

ds 2162

Kipsta fournira pour la troisième saison d’affilée les ballons des Championnats de France de Ligue 1 et de Ligue 2. Ce mardi, la marque de Décathlon et la Ligue de football professionnelle (LFP) ont dévoilé les ballons que les joueurs retrouveront lors la saison 2024-2025. Pour la Ligue 1, le ballon à dominante blanche offre quelques éclairs noirs mais aussi rouges et bleus. Kipsta indique que les noms des champions de France sont annotés sur ce nouveau ballon « répartis selon leur zone géographique sur le territoire national ».

Pour le ballon de la Ligue 2, les motifs sont presque les mêmes, à la différence près que les couleurs sont vertes et jaune fluo sur un fond vert pétrole.

La LFP indique que ces ballons ont été "cocréés avec des footballeurs amateurs et professionnels des clubs de Ligue 1 et de Ligue 2 BKT et qu’ils disposent du label Fifa QUALITY PRO."

La Ligue précise que ces ballons à la pointe de la technologie sont « une amélioration renforcée des technologies déjà employées par la marque ». Aussi, la forme des douze panneaux thermocollés a été retravaillée de manière à « accroître encore davantage la stabilité de trajectoire et la restitution de vitesse ».

Ces ballons seront utilisés à chaque journée de championnat, à l’exception d’un ballon collector pour la journée de championnat dédiée aux Défenseurs de l’Enfance. La Ligue indique que le ballon du trophée des Champions, qui opposera Paris à Monaco en août, sera dévoilé prochainement.

Le championnat de Ligue 2 2024-2025 débutera le samedi 5 août, une semaine avant la Ligue 1.

La LFP ne regarde pas les dépenses

La Ligue de Football Professionnel est plus que jamais sous le feu des critiques. L'instance n'arrive toujours pas à trouver preneur concernant les droits tv de la Ligue 1 et de la Ligue 2

ds 2221

La LFP est empêtrée dans la question des droits tv et commence à franchement inquiéter. Vincent Labrune n'arrive pas à trouver preneur, alors que BeIN Sports n'est plus très chaud à l'idée de dépanner le football français. Il se dit même que face à l'ampleur de la crise, la Ligue pourrait créer sa propre chaine. En attendant d'en savoir plus, la LFP continue de s'enliser dans la polémique. Et cette fois-ci, cela concerne son futur déménagement... Le siège de l'institution ne se trouvera en effet plus au 6 rue Léo Delibes dans le 16e arrondissement de Paris mais au 34-36 boulevard de Courcelles dans le 17e.

Ces dernières heures, Christophe Bouchet a d'ailleurs été l'auteur d'un post assez acerbe sur le sujet via son compte X. En cause ? Le prix déboursé par la LFP, jugé exorbitant alors que la Ligue a plus que jamais du mal à négocier pour les droits tv du championnat de France. « En juin, donc, la LFP va déménager... coût de l'opération pour cet immeuble : 130 millions d'euros, soit plus de 40.000 €/m2. Vous avez bien lu = 40.000 euros. A ce prix, il y aura du marbre et la vue sur le parc Monceau. Utile pour négocier les droits tv ? », a indiqué l'ancien président de l'OM, assez stupéfait par l'image renvoyée par la Ligue de Football Professionnel. Alors que Vincent Labrune espérait négocier la Ligue 1 pour 1 milliard d'euros, le montant final en sera très loin. Si jamais les droits trouvaient preneurs à un montant acceptable, ce qui ne parait plus si sûr au fil des semaines. Et ce n'est pas le récent départ de Kylian Mbappé au Real Madrid qui arrangera quoi que ce soit.

Pinault débute sa révolution

Ulcéré par la mauvaise saison de Rennes, le propriétaire François Pinault a décidé de faire bouger les lignes.

ds 2158

Rennes change le président de son conseil d'administration. Après 12 ans au sein du conseil, Jacques Delanoë cède sa place à Alban Gréget, Directeur Général Adjoint d’Artémis, société patrimoniale de la famille Pinault, et administrateur du Stade Rennais F.C. depuis 2018. Ce changement fait suite à la volonté de François Pinault d’instaurer des changements après le dernier exercice conclu par une piteuse 10ème place en Ligue 1, bien loin des ambitions de podium affichées en début de saison.

François Pinault rend un dernier hommage à Jacques Delanoë, ex-président de Rennes
"Jacques a été un précieux relai pour moi et un important appui pour les dirigeants du club ces dernières années. Je l’en remercie très chaleureusement. Ce passage de témoin au sein du Conseil d’Administration s’opère dans un cycle de progression du Stade Rennais F.C. et d’investissements importants pour favoriser son développement sur le long terme et, à travers le club, le rayonnement de notre ville et de notre région" a remercié le propriétaire du Stade Rennais dans le communiqué transmis par le club. De son côté, Jacques Delanoë salue son bilan : "À un moment où le nouveau centre de la Piverdière sort de terre et où d’autres grands projets sont à l’étude, le club dispose de tous les atouts pour embrasser avec confiance son avenir." Il occupera prochainement la présidence du futur fonds de dotation du SRFC.

François Pinault veut offrir un stade de 45.000 places

Le Stade Rennais ne sera pas européen la saison prochaine, mais le club breton veut être ambitieux. François Pinault, le propriétaire de Rennes, propose de financer la construction d'un nouveau stade de 45.000 places.

ds 2156

Avoir à sa tête l'un des hommes d'affaires les plus riches de la planète a des avantages, et cela tombe bien, c'est le cas du Stade Rennais. François Pinault est en plus un vrai amoureux du club, et de la Bretagne, et il ne laissera donc jamais tomber son équipe. Même si cette saison, son équipe n'a pas eu les résultats à la hauteur des attentes, finissant à une médiocre 10e place de Ligue 1 alors que l'équipe visait clairement une place européenne. Il n'empêche, le patron du groupe Kering souhaite toujours développer les structures du Stade Rennais et c'est pour cela qu'il a demandé à la mairie de la capitale bretonne de pouvoir construire son propre stade de 45.000 places et à ses frais. Mais du côté de la municipalité, on est toujours favorable à une augmentation de la capacité du Roazhon Park, même si cette fois, c'est le contribuable qui va payer.

Le stade payé par le propriétaire, Rennes peut grandir vite
Dans Ouest-France, le propriétaire du Stade Rennais en dit un peu plus sur son projet de nouveau stade. "On discute avec la Ville, avec la maire de Rennes, Nathalie Appéré. La question qui se pose c’est celle de l’augmentation de notre capacité d’accueil du public. Y parviendra-t-on par l’extension du stade actuel ou par la création d’un nouveau stade ? Entre rénover le stade existant ou en construire un neuf, la ville examine toutes les options, c’est normal. Nous, on dit que pour avoir un nombre de places suffisant, il faut un nouveau stade. Il se trouve qu’il y a une friche industrielle disponible, à La Barre-Thomas, où se trouvait la première usine Citroën, de l’autre côté de la rocade. On pourrait l’acquérir pour y construire un nouveau stade, de 45 000 places. L’architecte Jean Nouvel – c’est un ami – est prêt à se mobiliser sur ce projet. Ce nouvel investissement serait totalement financé par ma famille", explique François Pinault, dont la fortune est estimée à 31 milliards d'euros.

Pinault prêt à faire cadeau d’un stade de 45 000 places

François Pinault affiche de grandes ambitions pour l’avenir du Stade Rennais. Le milliardaire envisage tout particulièrement la construction d’un nouveau stade de 45 000 places.

ds 2157

Le Stade Rennais paraît à un tournant. Outre les changements de dirigeants, son propriétaire, François Pinault, souhaite développer les infrastructures du club. Le milliardaire souhaiterait faire construire un nouveau stade : "On discute avec la Ville, avec la maire de Rennes, Nathalie Appéré. La question qui se pose, c’est celle de l’augmentation de notre capacité d’accueil du public. Y parviendra-t-on par l’extension du stade actuel ou par la création d’un nouveau stade ? Entre rénover le stade existant ou en construire un neuf, la ville examine toutes les options, c’est normal. Nous, on dit que pour avoir un nombre de places suffisant, il faut un nouveau stade. Il se trouve qu’il y a une friche industrielle disponible, à La Barre-Thomas, où se trouvait la première usine Citroën, de l’autre côté de la rocade. On pourrait l’acquérir pour y construire un nouveau stade de 45 000 places. L’architecte Jean Nouvel – c’est un ami – est prêt à se mobiliser sur ce projet. Ce nouvel investissement serait totalement financé par ma famille", a-t-il expliqué dans Ouest-France.

Arena Pinault ou extension du Roazhon Park, ce qui se joue en coulisses

Le propriétaire du Stade Rennais, François Pinault, rêve d’un stade de 45 000 places. Une enceinte qui pourrait être construite par son ami, le célèbre architecte Jean Nouvel, à quelques centaines de mètres du Roazhon Park. La mairie est contre, elle propose d’agrandir le stade actuel pour un potentiel gain d’au moins 10 000 places.

ds 2155

Au cœur de l’été 2023, la Ville et les dirigeants du Stade Rennais se sont livrés à un jeu de dupe. Dans la torpeur du mois d’août, Olivier Cloarec avait allumé la première mèche en évoquant le besoin « d’aménager le Roazhon Park » pour répondre à « un taux de remplissage très important ». À l’époque, le projet d’un nouveau stade à Rennes « n’est pas à l’ordre du jour », selon le président du Stade Rennais.

La mairie, qui est propriétaire du Roazhon Park, ferme la porte dans un premier temps. Avant de l’ouvrir début septembre : « J’entends le souhait évoqué par les dirigeants. Nous allons continuer à travailler sur le projet d’extension, auquel je ne suis pas fermée, pour voir si des choses sont possibles. » Pour la maire de Rennes, Nathalie Appéré, une chose est sûre : « L’avenir du Stade Rennais se construit au Roazhon Park. »

Jean Nouvel comme architecte ?

L’information n’a pas encore fuité mais, en coulisses, le club a déjà lancé une étude pour construire un nouveau stade. Un projet privé, révélé par Ouest-France début octobre, qui pourrait voir le jour sur l’ancien site industriel de la Barre Thomas, à quelques centaines de mètres du Roazhon Park, de l’autre côté de la rocade. Les premiers contacts informels avec la Ville, à ce sujet, ne dateraient que du mois d’août.

Un stade de 45 000 places minimum.

À quoi pourrait ressembler ce nouveau stade ? Dans une interview à Ouest-France François Pinault donne les grandes lignes : « On discute avec la Ville, avec la maire de Rennes, Nathalie Appéré. La question qui se pose c’est celle de l’augmentation de notre capacité d’accueil du public. Y parviendra-t-on par l’extension du stade actuel ou par la création d’un nouveau stade ? Entre rénover le stade existant ou en construire un neuf, la ville examine toutes les options, c’est normal. Nous, on dit que pour avoir un nombre de places suffisant, il faut un nouveau stade. »

Le milliardaire breton poursuit : « Il se trouve qu’il y a une friche industrielle disponible, à La Barre-Thomas, où se trouvait la première usine Citroën, de l’autre côté de la rocade. On pourrait l’acquérir pour y construire un nouveau stade, de 45 000 places. L’architecte Jean Nouvel – c’est un ami – est prêt à se mobiliser sur ce projet. Ce nouvel investissement serait totalement financé par ma famille. »

Un chantier qui se chiffrerait en centaines de millions d’euros. À titre de comparaison, le Groupama Stadium de Lyon, construit entre 2012 et 2016, a coûté 410 millions d’euros pour une capacité de 59 186 places. Plus modestement, le projet de stade de 15 000 places à Brest est évalué à 105,6 millions d’euros.

Capacité trop restreinte

C’est l’argument massue de ses dirigeants : le Roazhon Park et ses quelques 29 000 places est un frein à la croissance du Stade Rennais. « Nous sommes le onzième club français en termes de capacité du stade, argumentait Olivier Cloarec, le président du club en décembre. 29 000 spectateurs c’est trop peu. D’autant plus dans une région où la démographie est aussi dynamique. Si on veut faire grandir le club, on est obligé d’avoir une réflexion autour de cette jauge. »

Rennes métropole gagne 5 000 nouveaux habitants par an. Le Roazhon Park est déjà presque complet tous les soirs de match depuis deux ans. L’engouement autour du club et de ses récents succès a obligé les dirigeants à limiter le nombre d’abonnés à 16 000 sur les 29 000 places que compte le stade. Faisant déjà des mécontents.

La contrainte est aussi financière, surtout à l’heure du fair-play financier. Instauré par l’UEFA, il vise à mieux contrôler les dépenses des clubs européens, qui ont l’obligation de les équilibrer avec leurs recettes.

Pour continuer à grandir et attirer des joueurs capables de lui faire passer un palier, le Stade Rennais doit trouver de nouvelles sources de revenus. La billetterie est un levier. Surtout via le juteux business des loges, notamment pour les entreprises, ou par la création de places VIP supplémentaires. Actuellement le Roazhon Park en compte 2 700.

Seul club de Ligue 1 à posséder son stade, Lyon a fait construire 105 loges et 6 000 places VIP au Groupama Stadium. Il a aussi fait de sa nouvelle enceinte un lieu de séminaires avec un hôtel, des restaurants… Et accueille des concerts géants comme ceux de Coldplay ou Taylor Swift. Un modèle « d’Arena » que le Stade Rennais verrait d’un bon œil.

Modification du Scot et du Plui

La volonté de la famille Pinault est très forte pour construire ce nouveau stade et François Pinault est optimiste sur sa concrétisation : « La discussion va aboutir. Le dialogue avec la maire de Rennes est constructif et serein. J‘espère que nous parviendrons à des conclusions convergentes. »

En coulisses, il se dit pourtant que la famille serait agacée par les blocages politiques au sein de la Ville.? D’autant que le projet se heurte à d’autres écueils. Avant même de s’atteler à la construction, il serait impératif de réaliser les travaux de dépollution de la parcelle. Une opération qui pourrait prendre du temps.

Pour qu’un nouveau stade voit le jour, il faudrait aussi modifier deux documents clés d’urbanisme : le Scot (schéma de cohérence territoriale) et le Plui (plan local d’urbanisme intercommunal). Le Plui actuel, qui définit les règles de construction et d’occupation des sols à l’échelle de la métropole, court jusqu’en 2030. Rennes métropole devrait voter pour le modifier.

Combien paie le club actuellement ?

La municipalité rappelle régulièrement qu’elle a « investi des dizaines de millions d’euros pour rénover et agrandir le Roazhon Park en 2004 ». La note finale de 35 millions d’euros avait été réglée par la Ville et la Région (à hauteur de quatre millions d’euros). Un investissement qui ne serait toujours pas amorti.

Un nouveau stade – même financé à 100 % par le privé – obligerait la Métropole à mettre la main au portefeuille. Au moins pour financer les importants travaux de voirie nécessaires pour permettre d’accéder à l’enceinte.

Dans ce scénario, la municipalité devra aussi régler la question de l’avenir du Roazhon Park. Aucun autre club à Rennes, ou autour, ne pourra se permettre d’assumer le loyer. Et la collectivité ne pourra pas continuer à entretenir un stade qui ne sert pas ou peu.

Actuellement, le Stade Rennais et la Ville sont liés par une convention d’occupation. Elle a été renouvelée en juin 2022 et court sur 20 ans. Le club paie un loyer « fixe » de 341 000 €, auquel s’ajoute une part variable en fonction de son chiffre d’affaires. Pour un total qui oscille entre 800 000 € et un million d’euros.

Une extension d’au moins 10 000 places ?

Face au besoin de place des dirigeants du Stade Rennais, la Ville propose un nouvel agrandissement du Roazhon Park. Elle a commandé une étude en cours de réalisation. L’idée serait de rehausser l’actuelle tribune côté Vilaine. Selon nos informations, l’étude porterait sur un gain d’au moins 10 000 places supplémentaires. Même si certaines sources évoquent des contraintes techniques liées à la proximité de la Vilaine.

Un chantier qui serait forcément très coûteux pour la Ville et ses administrés. À titre d’exemple, à Strasbourg, l’enveloppe allouée en mai 2023 pour rénover et agrandir le stade de 6 000 places, était de à 160 millions d’euros (dont 90,9 % à la charge de la collectivité).

Par ailleurs, des travaux d’ampleur au Roazhon Park impliqueraient pour le club de jouer avec une jauge réduite tous ses matches à domicile pendant une longue période. Avec un manque à gagner financier, pour un club déjà en quête de nouvelles recettes. Un scénario redouté en interne. La perte serait aussi sportive. L’équipe a construit ses récents succès sur un fort engouement populaire lors de ses matches à domicile.

Problème politique… et écologique

À deux ans des municipales, le problème devient politique. L’opposition de droite s’en est déjà saisie par la voix de Loïck Le Brun (Libres d’Agir pour Rennes) : « Vous avez un locataire qui souhaite devenir propriétaire. Il veut construire le stade de son club non pas pour lui, pas pour son ego, mais pour continuer à faire du Stade Rennais un grand club européen. »

De l’autre côté du spectre politique, certains s’interrogent sur l’impact écologique d’un nouveau stade à quelques pas d’une enceinte qui existe déjà. En France, le secteur du bâtiment représente 23 % des émissions de gaz à effet de serre. Et 75 % du CO2 émis durant la durée de vie d’un bâtiment est concentré sur la phase de construction. Le bilan carbone d’une nouvelle « Arena » serait forcément supérieur à celui d’une rénovation.

Le club, lui, met en avant que son projet est prévu sur des terrains déjà artificialisés, ce qui n’entraînera pas la bétonisation d’une zone sensible.

Pourquoi lancer une chaîne "n'est pas la plus mauvaise solution" pour la LFP

Invité de la matinale de BFM Business, l'ancien directeur du pôle Sports de Canal+ est revenu sur les négociations de la Ligue de football professionnel afin de trouver un diffuseur à partir de la saison prochaine.
ds 2148

Qui diffusera la Ligue 1 l'an prochain jusqu'en 2029? La question n'est toujours pas tranchée et la Ligue de football professionnel (LFP) continue d'âpres négociations avec différents acteurs pour trouver son prochain diffuseur, quelques semaines avant la reprise du championnat de France, le 16 août. L'ancien directeur du pôle Sports de Canal+ Cyril Linette était présent vendredi matin sur le plateau de Good Morning Business pour évoquer la situation qui pourrait se solder par la création d'une chaîne de télévision par la LFP.

"Lancer une chaîne est la solution qui obligerait probablement à passer par le point le plus bas au niveau des montants, relève-t-il. Ce serait donc la solution de crise la plus aiguë pour le foot français."

Mais l'ancien directeur général de L'Équipe perçoit des vertus à travers une telle option. "Quand vous êtes en crise, ça veut dire que vous redémarrez de zéro, vous baissez vos charges, rappelle-t-il. Une entreprise en crise peut aussi se recentrer, revenir sur son 'core business', s'occuper des clients les plus fidèles et affirmés qu'elle a déjà, arrêter de concourir à l'international qui est un vœu pieux. La solution de passer par une chaîne est la plus compliquée d'un point de vue financier, mais pas forcément la plus mauvaise."

Le produit réel ne vaut pas un milliard d'euros
Dans tous les cas, l'ancien directeur général de L'Équipe assure qu'"il y aura du foot pour les fans de foot à la rentrée sur l'un des opérateurs" mais "probablement à un prix beaucoup plus bas que celui qui avait été imaginé."

"L'erreur historique des dirigeants du football français est d'avoir toujours pensé qu'ils pouvaient fixer les prix."
Cyril Linette rappelle ainsi que la Ligue 1 avait davantage une valeur stratégique historiquement. "Dans les années 2010, quand Canal achète très chers les droits du football, ce n'est pas parce qu'il va gagner de l'argent sur le foot, en réalité il en perd, explique-t-il. C'est parce qu'il prive son concurrent du football donc c'est un choix stratégique de Canal, mais que le football français prend comme une forme de valorisation dans l'absolu. Lorsque cet aspect compétitif, qui consiste à priver l'adversaire d'un droit, est beaucoup moins prononcé, on revient à la valeur du produit. Or, le produit réel ne vaut pas un milliard d'euros."

Canal s'est réorienté vers les coupes d'Europe ces dernières années
Cette valorisation est d'autant plus inconcevable à l'heure actuelle qu'après le détachement de la LFP, Canal+ s'est orienté vers les droits des coupes d'Europe dans lesquels elle a investi près d'un demi-milliard d'euros ces dernières années: "C'est colossal, c'est quasiment le montant qu'investissait précédemment Canal dans la Ligue 1." Pour autant, l'ancien directeur du pôle Sports de Canal+ estime que son ancienne maison reste intéressée par l'intégration de matchs de Ligue 1 dans son catalogue, notamment les rencontres du dimanche soir alors que l'Olympique de Marseille ne disputera pas de compétitions européennes la saison prochaine.

L'ex-directeur général de L'Équipe qualifie Canal d'"incontournable", que ce soit dans la catégorie des diffuseurs ou celle des distributeurs, et laisse sous-entendre que c'est une option préférable à Amazon qui était le principal diffuseur de la Ligue 1 la saison passée: "une erreur stratégique colossale" à ses yeux. "Quand on est à la tête d'un business aussi important que le foot, on ne se met pas entre les mains d'une entreprise de Seattle pour laquelle la division contenus est totalement anecdotique, déplore-t-il. Imaginez Amazon, géant mondial du e-commerce et de l'industrie informatique: que pèse la division contenus Prime Video dans Amazon? C'est un petit complément pour les abonnés en fait."

"Que pèse la France pour le grand Amazon et que pèse le foot français à l'intérieur du territoire français pour Amazon? C'est une ligne qui peut être rayée d'un trait de plume dans une réunion financière. Il n'y a pas eu besoin de Jeff Bezos pour décider qu'on pouvait continuer le foot français, mais pas très cher."

Connaissez-vous le Remy Gaillard des annees 1946-1971 ?

Georges Belle, l'imposteur de la Coupe de France a sévit pendant des années ...
ds 2146a

C'est l'histoire incroyable d'un individu qui se faisait photographier chaque année au moment de la remise du trophée de la Coupe de France en compagnie des joueurs et pendant 25 ans.
ds 2146b

De 1946 à 1971, il est parvenu à toucher le trophée, les joueurs et a même réussi à porter le capitaine stéphanois René Domingo sur ses épaules lors de la finale Saint-Etienne-Nancy en 1962.
ds 2146c

Si ses présences répétées ont fini par être remarquées, son nom resta pendant longtemps un mystère.
Il s'appelait Georges Belle.

Amazon et DAZN rappelés en urgence

Le coup de pression mis par Canal+ fait très peur dans les bureaux de la Ligue, alors qu'il faut bien envisager des solutions pour diffuser les matchs si tout venait à capoter. La LFP a rappelé de vieux amis.

ds 2153

Si c’est une partie de poker, alors les différents protagonistes du dossier des droits TV de la Ligue 1 en sont à la rivière, soit le tirage de la carte ultime du plateau. La tension est brutalement remontée d’un cran quand BeIN Sports a fait savoir que, faute d’accord de distribution avec Canal+, elle retirait sa proposition de racheter l’ensemble des matchs pour 700 millions d’euros par saison. Avec les droits à l’internationaux, cela aurait permis à la LFP de sauver la mise et de s’en tirer pour un montant total de 850 ME. Mais le fait que la chaine de Vincent Bolloré freine totalement un éventuel accord de distribution où il faudrait remettre de l’argent, conforte la position de force de Canal+ et fait couler de grosses gouttes de sueur dans le dos de la Ligue et des clubs français.

DAZN et Amazon toujours dans le coup ?
La claque est énorme car Canal+ estime qu’au-delà de 500 millions d’euros pour la totalité des droits à l’année, les diffuseurs seront financièrement perdants, le cap des 2 millions d’abonnés exclusif ne pouvant pas être franchi. Une vision des choses que ne partage bien évidemment pas la LFP. Devant l’impasse qui se met en place et le fait que, plus le temps passe, plus il sera compliqué de lancer une chaine 100 % Ligue 1 au niveau des délais, la Ligue a retrouvé de vieilles connaissances.

En effet, selon L’Equipe, DAZN et Amazon Prime sont toujours intéressés par l’idée de récupérer quelques matchs de Ligue 1 si le prix est abordable. Le « Netflix du sport » avait proposé 500 millions d’euros cet hiver pour récupérer la totalité des droits, avant de retirer son offre devant les hésitations de la Ligue et le fait que le temps allait manquer pour tout mettre en place. L’idée de récupérer un ou deux matchs pourrait toutefois remette tout le monde autour de la table. Même chose chez Amazon, qui a l’avantage d’avoir déjà un dispositif, une plate-forme et des équipes sur le pont. Le géant de la livraison avait fait une offre à 100 millions d’euros pour avoir une grosse affiche et d’autres matchs moins importants.

Des sommes qui ne vont pas permettre d’atteindre le jackpot espéré, mais la pression mise par Canal+ laisse tous les scénarios possibles alors que les différentes acteurs, surtout du côté de la Ligue et des clubs, sont à bout de nerfs.

Canal+ viré, le coup de poker ultime de la LFP

Panique à bord à la Ligue, et c'est bien logique puisque Canal+ n'est intéressé par aucun deal, et que BeIN Sports ne veut pas partir en solo. Un plan B osé voit le jour pour sauver l'opération des droits TV.

ds 2145

BeIN Sports l’a fait savoir et cela a été une véritable douche froide pour Vincent Labrune, la LFP et le football français, mais la chaine qatarie n’a pas envie d’assumer à elle-seule toute la diffusion de la Ligue 1. Car avec la diffusion va le paiement qui pouvait atteindre 700 millions d’euros. Une somme que la chaine sportive n’a absolument pas envie de lâcher sans de grandes compensation, sachant que la recherche de l’équilibre financier était le leitmotiv de BeIN ces dernières années. Et niveau compensation, en tant que distributeur, Canal+ aurait pu permettre d’arrondir les angles, mais la chaine de Vincent Bolloré s’y oppose fermement. Résultat, le deal monté en haut lieu est tombé à l’eau, alors que le championnat de France reprend dans un peu plus de deux mois.

Aller rattraper DAZN ou Amazon par la manche parait clairement impossible pour la LFP, tant les offres des deux candidats étaient basses, et que cela mettrait Vincent Labrune dans une position d’extrême faiblesse pour négocier. Monter une propre chaine de la Ligue pour diffuser le football est une solution de dernier recours qui n’est pas encore envisagée. Selon L’Equipe, le plan B commence à voir le jour, même s’il s’annonce très compliqué, et pas incroyablement rémunérateur. L’idée est de permettre à la chaine promise 100 % Ligue 1 de BeIN Sports de voir le jour, mais avec un accord de distribution trouvé avec chaque fournisseur d’accès à internet (Orange, SFR, Bouygues etc…) et donc sans passer par Canal+ !

Coup de pression sur Canal+, nouvelle tentative
Un court-circuit qui risque de faire très mal aux finances des clubs français, car sans l’appui de Canal+, impossible de s’approcher des 700 millions d’euros ambitionnés, surtout que BeIN pourrait prendre la Ligue 2 en supplément sans rajouter au pot pour compenser de son énorme effort de partir en solo sur ce deal. Il faudrait non seulement trouver un accord avec tous les FAI, mais le faire en urgence, ce qui n’est pas idéal pour négocier. Le but caché de cette chaine sans distribuer officiel, mettre la pression sur Canal+ et faire comprendre à Maxime Saada que le football français peut se passer de lui, quitte à perdre gros sur les prochains droits TV. Suffisant pour faire réagir la chaine cryptée, qui n’a pas l’air de craquer sous la pression ces dernières semaines, mais pourrait prendre un gros risque par rapport à ses abonnés en se passant totalement de Ligue 1 pour les années à venir, y compris sur les chaines qu’il distribue.

S.G.S.B.

SGSB

Boutique de Mumbly

Boutique

Cantine de Mumbly

Cantine

Hébergé par

Reglyss.bzh

Free Joomla templates by Ltheme