• ds_0750.jpeg
  • ds_1205.jpg
  • ds_0847.png
  • ds_1470.jpg
  • ds_1437.jpg
  • ds_1830.jpg
  • DS_0025.jpg
  • ds_1711.png
  • ds_1561.jpg
  • ds_1608.jpg
  • ds_0872.jpeg
  • ds_1199.jpg
  • ds_1750.jpg
  • DS_0108.jpg
  • ds_1637.jpg
  • ds_0470.jpg
  • ds_1148.jpg
  • ds_1180.jpg
  • ds_0255.jpg
  • ds_1461.jpg
Amical

13 Juillet 2024

Découvrez le groupe Rouge et Noir pour le stage à Dinard . Gauthier Gallon Geoffrey Lembet Steve Mandanda Mathys Silistrie Abdelhamid Ait Boudlal Lorenz Assignon Rayan Bamba Guela Doué Jonathan Do...

Actualité

13 Juillet 2024

La LFP est toujours en discussions pour trouver qui sera le prochain diffuseur de la Ligue 1. Parmi les propositions, une d’entre elles a tout de même l’air de se démarquer, celle de DAZN. Une...

Mercato

13 Juillet 2024

Lorenz Assignon plus que jamais sur le départ. Sous contrat avec le Stade Rennais jusqu’en 2027, le défenseur droit de 24 ans, prêté à Burnley en seconde partie de saison, attire l’attention de l’AS...

Mercato

12 Juillet 2024

Alors que le Stade Rennais devrait enregistrer sa première recrue la semaine prochaine, le mercato des Rouge et Noir continue de s’agiter dans le sens des départs. Sans surprise, Désiré Doué suscite...

Mercato

12 Juillet 2024

Très intéressé par l’espoir rennais de 19 ans Désiré Doué, le Bayern Munich a envoyé une première proposition autour de 35 M€ bonus compris, refusée par le club breton . Les jeunes talents français...

Actualité

12 Juillet 2024

Lors du collège de L1 samedi dernier, des présidents de club ont pointé les coûts de fonctionnement de la Ligue de football professionnel. Le sujet sera de nouveau abordé vendredi . Même si elles...

Actualité

11 Juillet 2024

Le football français est plongé dans une crise sans précédent et son président Vincent Labrune est dans la tourmente alors qu’aucun contrat de droits TV n’a été signé à un mois de la reprise de la...

Anciens

10 Juillet 2024

S’il n’a pas mentionné son futur club et que l’AS Roma n’a pas encore annoncé la signature, Enzo Le Fée a officialisé, ce mercredi 10 juillet, son départ du Stade Rennais . Ce n’était plus un secret...

Actualité

09 Juillet 2024

Le nouveau directeur sportif de Rennes, Frédéric Massara, a indiqué mardi craindre que l'incertitude persistante sur les droits de retransmission de la Ligue 1 ne devienne sportivement dramatique...

Actualité

09 Juillet 2024

À un peu plus d’un mois du début du championnat de Ligue 1 de football, le nouveau directeur sportif du Stade Rennais a assuré que "l’équipe sera forte", avec "l’Europe" pour objectif, rappelle la...

Actualité

09 Juillet 2024

La Ligue 1 n'a toujours pas trouvé de solutions concernant l'acquisition de ses droits TV. Une crise sans précédent qui pourrait provoquer des sacrifices importants . Alors que la reprise de la...

Actualité

08 Juillet 2024

Frédéric Massara, récemment nommé à la tête du Stade Rennais, a partagé ses ambitions pour le club breton . L’ancien directeur sportif de l’AC Milan a souligné son engagement à aider le club à...

Actualité

08 Juillet 2024

Décevant dixième de la Ligue 1 édition 2023-2024 et donc non qualifié pour l'Europe, le Stade Rennais FC visera mieux, et même beaucoup mieux la saison prochaine. Dans un long entretien accordé au...

Actualité

08 Juillet 2024

Nouveau dirigeant du Stade Rennais, Frédéric Massara s’est longuement exprimé sur le nouveau projet rennais, ce lundi soir . Pour les médias du club, l’ancien directeur sportif de l’AC Milan a...

Actualité

08 Juillet 2024

Frederic Massara (55 ans), nouveau directeur sportif du Stade Rennais FC, a accordé un long entretien au site officiel du club breton, ce lundi soir. Passé par l'AC Milan, le nouvel homme fort du...

Mercato

08 Juillet 2024

Le Mercato estival a commencé depuis près d’un mois et le Stade Rennais n’a pas enregistré un grand nombre d’arrivants au sein de son effectif. La prochaine prise de fonction de Frédéric Massara...

Mercato

08 Juillet 2024

Avec bientôt plus de 50 M€ de joueurs vendus, le Stade Rennais va pouvoir amorcer la phase 2 de son intersaison : l'arrivée de ses premières recrues . Enzo Le Fée en partance pour l’AS Rome contre...

Mercato

08 Juillet 2024

Chelsea est très intéressé par un jeune joueur à fort potentiel de Rennes. Les Blues en ont même fait leur priorité de l'été . A seulement 19 ans, Désiré Doué s'impose comme un des plus grands...

Featured

Benjamin Bourigeaud cambriolé pendant le match du Stade Rennais face à l'AC Milan

Le cambriolage du milieu de terrain a eu lieu, jeudi 22 février, en pleine rencontre de barrages pour la Ligue Europa au Roazhon Park, face aux Milanais.

ds 1922

Le milieu de terrain du Stade Rennais Benjamin Bourigeaud a été cambriolé, jeudi 22 février, en soirée, à Rennes, indique une source policière, confirmant une information de France Bleu Armorique.

Selon les premiers éléments, personne ne se trouvait au domicile du joueur. Pour l’heure, le montant du préjudice est inconnu.

L’homme du match
C’est donc une soirée contrastée pour l’homme du match retour dans le cadre des barrages de la Ligue Europa face à l’AC Milan. En effet, le capitaine "Bourige" a réalisé un véritable exploit face aux Rossoneri avec un triplé.

Le prix exorbitant du package DAZN révélé

La LFP est toujours en discussions pour trouver qui sera le prochain diffuseur de la Ligue 1. Parmi les propositions, une d’entre elles a tout de même l’air de se démarquer, celle de DAZN. Une proposition, en compagnie probable de BeIN Sports pour les autres matches, qui pourrait rapporter 500 milions à la LFP, mais qui pourrait coûter près de 50 euros par mois aux consommateurs.

ds 2324

Imaginons l’option DAZN est actée par les présidents de clubs. En y ajoutant BeIN ou Prime, les téléspectateurs payeront un abonnement entre 45 et 50€/mois pour les 5 prochaines saisons ? (30-35 de DAZN, 15€ de BeIN) Et le piratage dans tout ça ?

D’après RMC Sport, le pack DAZN est estimé à 30-35 euros et celui de BeIN Sports à 15 euros. Cela devrait en effet coûter aux alentours de la cinquantaine d’euros pour avoir toutes les rencontres de Ligue 1. Un tarif élevé qui fait déjà jaser les amateurs de football français alors que la question des droits TV en effraie plus d’un.

Le train de vie de la LFP fait grincer les présidents de club

Lors du collège de L1 samedi dernier, des présidents de club ont pointé les coûts de fonctionnement de la Ligue de football professionnel. Le sujet sera de nouveau abordé vendredi.
ds 2318

Même si elles demeurent feutrées, des critiques visant Vincent Labrune et la Ligue de football professionnel (LFP) commencent à apparaître en pleine crise d'attribution des droits télévision du Championnat pour le cycle 2024-2029.

Samedi, lors du collège de L1, les offres de DAZN (qui se dit désormais prêt à améliorer ses garanties pour convaincre les clubs), d'un côté, et de l'autre celle de la chaîne de la Ligue associée à la plateforme Warner Bros Discovery distribuée par tous les opérateurs, ont été présentées. Mais outre la question des droits, des voix, dont celle de Laurent Nicollin, président de Montpellier et du syndicat des clubs Foot Unis (pourtant proche de Labrune), ont pointé le train de vie de l'instance.

C'est la première fois que ces reproches sont formulés lors d'une telle réunion. « Il n'y a rien de nouveau, la Ligue a toujours eu un train de vie élevé, rapporte un familier des instances. Avec les droits télé, l'argent tombait automatiquement et en grande quantité, sauf qu'aujourd'hui la source est en train de se tarir. »

Trois axes principaux sont ciblés par quelques présidents, « tels des symboles », dixit un dirigeant : l'achat du nouveau siège de l'instance, les nombreuses embauches au sein de LFP Media, la filiale commerciale de la Ligue, et le salaire de Labrune. Ceux qui aujourd'hui critiquent ces orientations les avaient votées à l'unanimité lorsqu'elles leur avaient été présentées en conseil d'administration ou en assemblée générale...

Un siège flambant neuf mais très cher
À l'étroit dans ses locaux du 6 rue Léo Delibes dans le XVIe arrondissement de Paris, au point d'avoir dû en louer d'autres avenue Kléber, à deux pas, la LFP envisageait depuis plusieurs années de déménager. Elle a un temps prospecté dans l'est parisien, nettement mois cher, mais qui ne convenait pas à tous les dirigeants, avant de jeter son dévolu sur un immeuble de 3 561 m2, situé au 34-36 boulevard de Courcelles, dans le XVIIe arrondissement, en face du parc Monceau où les équipes ont emménagé début juin. Coût de l'acquisition : 120 M€. Avec les différents frais annexes (sans compter les travaux de rénovation), le montant de l'opération atteint les 131 M€ (soit 36 800 € du m2). Le même immeuble avait été acheté 73,1 M€ trois ans et demi auparavant.

Aujourd'hui, ils sont nombreux à se demander si c'était bien nécessaire et raisonnable. Chaque année, la LFP doit rembourser, dans le cadre d'un crédit-bail, 7,3 M€. Pour amortir cette dépense, la LFP perçoit le loyer (1,084 M€ hors taxe par an) du 6 rue Léo Delibes, loué à un cabinet d'avocats. Elle compte aussi générer de nouvelles recettes grâce à son nouveau siège en louant certains espaces à des entreprises et va aussi faire des économies en n'organisant plus ses séminaires avec les clubs (une quinzaine l'an dernier) hors de ses murs.

Près de 160 salariés
Dans le plan d'expansion du foot français, acté lors de la création de la société commerciale il y a deux ans, le développement marketing et commercial du football français a été érigé en priorité. La Liga a souvent été citée en exemple, notamment pour son internationalisation avec l'ouverture de bureaux un peu partout dans le monde. Pour cela, il lui a fallu beaucoup recruter.

C'est ce qu'a fait la Ligue ces deux dernières années en passant de 90 à près de 160 salariés, dont entre 80 et 85 au sein de sa filiale LFP Media en incluant la vingtaine d'employés de Mon petit gazon, un jeu de fantasy football racheté récemment. Les présidents ont commencé à critiquer ce grand nombre d'embauches et les salaires généreux souvent octroyés à des cadres seniors. Dans le contexte actuel, un gel des recrutements prévus est à l'étude et des CDD pourraient ne pas être renouvelés afin de réaliser des économies.

Labrune et son salaire
Pour ses détracteurs, le salaire du président de la Ligue est aujourd'hui le symbole du train de vie coûteux de l'instance. Encore une fois, cette rémunération a été validée par les dirigeants du football français qui ont cru, comme on leur répétait, que leurs droits télé allaient sensiblement augmenter grâce à l'apport de CVC. Le 15 octobre 2020, le conseil d'administration de la LFP lui octroyait un salaire de 30 000 euros brut mensuels sur quatorze mois, soit 420 000 annuels. Ses frais de déplacements, d'hôtellerie et de restauration étant à la charge de la LFP. Et il est prévu qu'en cas de départ, quel que soit le motif, il empoche, comme ses prédécesseurs, deux ans de salaire sur la base des douze derniers mois (bonus inclus).

Avec l'arrivée de CVC et les retombées espérées, l'ex-patron de l'OM voit sa rémunération portée à 1,2 M€ annuel avec un bonus de 3 M€ touché en deux fois. Une analyse des autres ligues européennes avait été réalisée à l'époque et démontrait que le nouveau salaire de Labrune était dans les standards bas de ses homologues européens. Devant la mission d'information du Sénat qui enquête actuellement sur les fonds d'investissement dans le foot, Labrune a assuré qu'en cas de départ, il ne voulait pas bénéficier, dans le calcul de ses indemnités, de sa prime exceptionnelle. Et a assuré qu'un prochain conseil d'administration allait formaliser cet engagement.

La Ligue 1 se retourne contre Vincent Labrune

Le football français est plongé dans une crise sans précédent et son président Vincent Labrune est dans la tourmente alors qu’aucun contrat de droits TV n’a été signé à un mois de la reprise de la Ligue 1.

ds 2317

Les prochains jours seront décisifs pour les clubs français ainsi que pour Vincent Labrune, le président de la Ligue de Football Professionnel. Ce vendredi, une décision doit être prise pour l’attribution des droits TV de la Ligue 1. A un mois de la reprise, on ne sait toujours pas sur quelle chaine sera diffusé le championnat de France. Le collège de Ligue 1 devra trancher entre l’offre de DAZN, qui propose 375 millions d’euros pour huit matchs sur neuf par journée, ou pour la création d’une chaîne de la Ligue associée à la plateforme Warner Bros Discovery et distribuée par tous les opérateurs. Une troisième option est espérée, elle consisterait à miraculeusement voir Beinsports, Canal + ou les deux se positionner à la surprise générale.

En attendant, les clubs de Ligue 1 doivent se serrer la ceinture comme jamais, sans revenus liés aux droits TV ni aucune assurance quant au montant qu’ils toucheront à l’avenir. Dans ce contexte de crise sans précédent, le train de vie de la LFP fait polémique chez les présidents des clubs français. Dans son édition du jour, L’Equipe pointe notamment le siège flambant neuf et très cher de la Ligue de Football Professionnel dans le XVIIe arrondissement ou encore le nombre de salariés important à la Ligue et chez LFP Media (près de 160 salariés en tout). Le point qui crispe le plus est néanmoins le salaire vertigineux du président de l’instance, Vincent Labrune.

Le salaire de Vincent Labrune fait grincer les dents
En 2020, le conseil d’administration de la LFP lui avait octroyé un salaire de 30.000 euros brut mensuels sur quatorze mois, soit un montant total de 420.000 euros par an. Ce salaire a explosé avec l’arrivée de CVC puisque l’ex-patron de l’OM touche désormais 1,2 millions d’euros par an plus un bonus de 3 millions d’euros touché en deux fois. Des émoluments qui font polémique chez les présidents des clubs français au vu du contexte, mais il est toutefois nécessaire de rappeler que ce sont eux qui ont voté le salaire de Vincent Labrune et que s’en plaindre désormais est un brin gênant. Ce ne serait toutefois pas la première fois. Pour justifier un tel salaire, le président de la LFP rappelle régulièrement à qui veut l'entendre que s’il n’avait pas trouvé CVC il y a quelques mois, certains clubs de Ligue 1 auraient sans doute mis la clé sous la porte. Mais s’il veut garder une certaine crédibilité, Vincent Labrune va surtout devoir trouver une solution viable pour les clubs au niveau des droits TV. Et inutile de rappeler à quel point il y a urgence…

Rennes craint des conséquences dramatique pour la L1 en l’absence d’accord pour les droits TV

Le nouveau directeur sportif de Rennes, Frédéric Massara, a indiqué mardi craindre que l'incertitude persistante sur les droits de retransmission de la Ligue 1 ne devienne sportivement dramatique pour le football français.

ds 2320

«L'incertitude des droits TV affecte le foot français en général, ça, c'est sûr. Et je pense que ça peut avoir des conséquences, j'espère pas trop négatives, en général sur le foot, et sur la Ligue 1 et sa visibilité, ce qui serait absolument... très mauvais», a d'abord expliqué le dirigeant lors de sa conférence de presse de présentation.

«J'ai la chance d'être dans un club (...) qui a un propriétaire capable de faire en sorte que le club ne souffre pas», a admis Massara, en référence au milliardaire François Pinault. «On sait qu'on est solides, très solides même», mais si les négociations n'aboutissent pas rapidement, cela «risque de devenir sportivement dramatique», a-t-il alerté.

Un impact sur les caisses du club
À un peu plus d'un mois du début de la saison 2024/2025, la L1 n'a ni diffuseur, ni une idée de la somme que chaque club touchera au titre des droits de retransmission. Après un appel d'offres infructueux en octobre 2023, la Ligue, qui espérait 900 millions d'euros annuels, France et étranger cumulés, en mai dernier, s'est lancée dans des discussions directes avec les principaux acteurs du marché.

Mais la dernière offre en date, de la plateforme britannique DAZN, ne s'élevait qu'à 375 millions d'euros par an pour huit des neufs matches hebdomadaires. «C'est un sujet qui n'est pas négligeable à l'échelle du budget du Stade Rennais et de l'ensemble des clubs», a également souligné Alban Greget, président de son Conseil d'administration des Rouges et Noirs.

Mais «c'est un sujet qui va peut-être moins impacter le Stade Rennais que d'autres», a-t-il reconnu, mettant en avant des revenus en hausse, comme la billetterie ou les sponsors, «qui apportent un vrai soutien» aux finances bretonnes.

«Le Stade Rennais a absolument les moyens de (ses) ambitions cette année», a-t-il encore assuré, même si le club s'est surtout illustré pour l'heure dans le sens des départs, avec le prêt avec option d'achat de l'international suisse Fabian Rieder à Stuttgart et la vente imminente, selon la presse, d'Enzo Le Fée à la Roma.

Objectif l'Europe pour le nouveau directeur sportif

À un peu plus d’un mois du début du championnat de Ligue 1 de football, le nouveau directeur sportif du Stade Rennais a assuré que "l’équipe sera forte", avec "l’Europe" pour objectif, rappelle la présidence.

ds 2319

Frédéric Massara, le nouveau directeur sportif du Stade Rennais, s'est présenté à la presse pour la première fois ce mardi. Ancien directeur du football de l'AC Milan, ce Franco-Italien de 55 ans remplace Florian Maurice, parti pour Nice. Sa feuille de route est simple, construire une équipe compétitive et retrouver l'Europe. "L'équipe sera forte" a-t-il assuré d’entrée.
Le problème, c'est que le Stade Rennais n’enregistre aucune arrivée, contre cinq départs, Alfred Gomis (Palerme), Jeanuël Belocian (Leverkusen), Matthis Abline (Nantes) et surtout Enzo Le Fée (AS Roma) et Fabian Rieder (Stuttgart). "Ces deux départs, c'est ma responsabilité", assure Frédéric Massara qui, à un mois du début du championnat (le 16 août) ne s’inquiète pas : "On échange tous les jours par rapport aux possibilités que le mercato offre. Il y a plein de noms, qui ne sont pas sortis mais qui aujourd'hui pourraient arriver, même rapidement". Et pour le recrutement c’est la Ligue 1 où "on veut regarder en priorité", même si "quelques joueurs pourraient arriver de l'étranger".

Concernant d'éventuels autres départs, "il n'y a aucune discussion en ce moment avec d'autres clubs", concernant Désiré Doué, assure Frédéric Massara qui ajoute qu'Adrien Truffert et Arnaud Kalimuendo sont "deux joueurs sur lesquels on compte". Concernant Arthur Theate, "il y a eu des discussions, on a été très proche de trouver un accord, mais les discussions se sont arrêtées". Quant au joueur préféré des supporters, Benjamin Bourigeaud, "on essayera de le garder" rappelant que "c'est le Stade Rennais qui décide si les joueurs partent et à quelles conditions".

Après la saison moyenne que vient de vivre le Stade Rennais, la tentation est grande de tout changer, notamment la défense tant décriée. Pas pour Frédéric Massara qui "ne pense pas qu'il faut changer la défense de A à Z. Je ne pense pas qu'il faut changer l'équipe de A à Z", même si "on sort d'une saison qui a été moins positive que ce qu'on espérait".

L'abandon de la VAR envisagé

La Ligue 1 n'a toujours pas trouvé de solutions concernant l'acquisition de ses droits TV. Une crise sans précédent qui pourrait provoquer des sacrifices importants.

ds 2315

Alors que la reprise de la Ligue 1 pointe déjà le bout de son nez, le championnat de France n'a toujours pas de diffuseur(s). Les choses se compliquent un peu plus de jour en jour. Récemment, c'est Canal+, via Maxime Saada, qui confirmait que le média ne pourrait pas s'aligner sur le prix demandé. Les solutions sont de plus en plus minces. Outre Warner, beIN Sports ou DAZN, la Ligue de Football Professionnel se demande maintenant si la possibilité de créer sa propre chaine n'est pas la meilleure idée. Concernant les présidents de Ligue 1, on imagine désormais tous les scenarii, comme l'écran noir pour les premières journées ou même la coupure de certaines technologies. Et la VAR est concernée...

La VAR en sursis ?

Lors de quelques mots échangés avec L'Equipe, Jean-Pierre Caillot a en effet avoué que des coupes budgétaires devaient être envisagées. « Le VAR, ça coûte beaucoup d'argent. Est-ce qu'il faut le continuer ? On donne des sommes importantes à plein d'autres familles (joueurs, entraîneurs, syndicats...). On est toujours critiqués, mais on verse beaucoup de contributions. Il y a un moment, il faut que tout le monde se serre la ceinture. Il n'y a pas que les clubs et les présidents qui vont assumer. Des clubs avec des capitaux traditionnels n'ont plus les moyens de supporter tout ça. On a aussi une convention avec la Fédération (14,2 millions d'euros minimum sur les droits télé). Il faut peut-être en rediscuter. Ce qui était prévu avec un certain budget ne peut pas être identique aujourd'hui. C'est en chef d'entreprise que je réagis. À partir du moment où tu es en crise ou que tu peux l'être, il faut remettre en question ce qui a été fait par le passé », a notamment indiqué le président du Stade de Reims, peu optimiste donc sur ce qu'il pourrait se passer dans les prochaines semaines pour une Ligue 1 qui pourrait être amenée à faire des économies à plusieurs niveaux.

Les promesses de Frédéric Massara pour le mercato

Frédéric Massara, récemment nommé à la tête du Stade Rennais, a partagé ses ambitions pour le club breton.
ds 2314

L’ancien directeur sportif de l’AC Milan a souligné son engagement à aider le club à poursuivre son développement, en exploitant les forces existantes, notamment la solidité des actionnaires, un club structuré et des joueurs de qualité. Massara a affirmé que la priorité est de constituer une équipe compétitive. Il a insisté sur l’importance d’une grande organisation de jeu, en complément des qualités techniques et physiques des joueurs. Sous la direction de Julien Stéphan, qui reste à la tête de l’équipe, le club vise à produire des performances de haut niveau pour satisfaire les supporters.

Le Stade Rennais est réputé pour son centre de formation, et Massara entend capitaliser sur cette force. Il a évoqué le projet de développement des jeunes talents, tout en maintenant un groupe compétitif. Cette approche vise à redonner au club sa place en Europe après une saison décevante. Plusieurs jeunes joueurs, comme Jeanuël Belocian et Désiré Doué, ont été nominés pour le Golden Boy 2024, illustrant le potentiel du vivier rennais.

Frederic Massara annonce la couleur pour le marché de l'été

Décevant dixième de la Ligue 1 édition 2023-2024 et donc non qualifié pour l'Europe, le Stade Rennais FC visera mieux, et même beaucoup mieux la saison prochaine. Dans un long entretien accordé au site officiel du club breton, ce lundi soir, Frederic Massara (55 ans), le nouveau directeur sportif des Rouge-et-Noir, a dévoilé sa principale ambition pour l'exercice à venir.

ds 2313

"La priorité est d’avoir une équipe forte. Le Stade Rennais F.C. a toujours été compétitif. Ça passera bien sûr par les qualités techniques et physiques des joueurs, mais une grande organisation de jeu a toujours donné de grands résultats. Je suis sûr qu’avec notre coach, on arrivera à produire de grands matchs et donner de la satisfaction à tous les supporters", a lancé le dirigeant transalpin.

L'objectif est de construire l'équipe la plus forte possible
Ce dernier s'est ensuite confié sur le mercato estival rennais et a affiché sa grande sérénité sur le sujet. "Les échanges sont quotidiens. Il est encore un peu tôt pour dire que des joueurs vont arriver dans quelques jours mais on travaille sur plusieurs dossiers bien évidemment. Nous sommes confiants quant au fait de trouver les joueurs qui combineront bien avec l’effectif actuel", a fait savoir l'Italien.

"L’effectif est incomplet car plusieurs joueurs sont encore avec leur sélection. Que l’on ait des éléments dans des sélections nationales, c’est une bonne nouvelle mais il est vrai que ça nous aide un peu moins pour construire l’équipe. Cela va venir et nous sommes confiants encore une fois dans le fait de faire des choses intéressantes. Il y aura des opportunités jusqu’au dernier jour. L’objectif est de construire l’équipe la plus forte possible, faire venir des joueurs qui vont servir au collectif aux meilleures conditions possibles. S’il faut être patient pour construire un effectif qui apporte des satisfactions, on le sera", a conclu Frederic Massara.

Frédéric Massara juge la Ligue 1

Nouveau dirigeant du Stade Rennais, Frédéric Massara s’est longuement exprimé sur le nouveau projet rennais, ce lundi soir.

ds 2312

Pour les médias du club, l’ancien directeur sportif de l’AC Milan a notamment annoncé la couleur pour le mercato estival. Mais ce n’est pas tout. Questionné sur la qualité du championnat de France, le Transalpin de 55 ans n’a pas manqué de saluer la L1 et les nombreux talents présents en son sein.

«Il produit énormément de talents. C’est la raison pour laquelle tout le football européen regarde la Ligue 1 avec une attention particulière. Les joueurs français s’adaptent très bien aux autres championnats, ils ont toutes les qualités. Avoir la possibilité de pouvoir venir aujourd’hui travailler en France et de vérifier directement tout le talent qu’exprime le territoire était pour moi une grande occasion que je voulais saisir», a ainsi lancé le natif de Torino.

Frederic Massara justifie son choix de rejoindre le Stade Rennais

Frederic Massara (55 ans), nouveau directeur sportif du Stade Rennais FC, a accordé un long entretien au site officiel du club breton, ce lundi soir. Passé par l'AC Milan, le nouvel homme fort du board du SRFC a pris son temps pour expliquer son choix de rejoindre les abords du Roazhon Park.

ds 2311

"Le Stade Rennais F.C. a une grande réputation en Europe, il a été capable de révéler de nombreux et excellents joueurs qui évoluent au top niveau du football mondial. C’est un club de tradition qui a beaucoup d’ambition. Lors des échanges que j’ai eus avec la famille Pinault, Alban Gréget et Olivier Cloarec, j’ai tout de suite apprécié l’ambition et la volonté de faire quelque chose de très important. Durant ces entretiens avec les dirigeants, je me suis retrouvé dans cette volonté de travailler et cette envie de rendre quelque chose au territoire, à la ville et à la Bretagne. On travaille tous ensemble dans cette direction", a fait savoir le dirigeant transalpin.

Il y a toutes les conditions pour réussir
L'Italien, intronisée le 10 juin dernier, ne s'en cache pas, il arrive au Stade Rennais FC avec de très grandes ambitions.

"Je vais faire le maximum pour aider le club à grandir encore et poursuivre le projet. J’ai la certitude que l’on peut faire du bon travail, il y a toutes les conditions pour réussir : la force des actionnaires, un club solide et des joueurs de qualité. On est bien positionné pour faire quelque chose qui plaise à la ville et aux supporters", a ajouté Frederic Massara.

Quel avenir pour Mathis Lambourde après son accident mortel ?

A l'origine d'un accident mortel de trottinette du côté de Rennes, Mathis Lambourde (18 ans) voit sa carrière mise entre parenthèses.

ds 2310

S’il est considéré comme l’un des plus gros Espoirs du centre de formation du Stade Rennais, le prometteur Mathis Lambourde (18 ans) est particulièrement dans la tourmente actuellement après avoir provoqué un grave accident de la route.

En effet, l’attaquant de l’équipe de France U18 – finaliste du Mondial U17 en novembre dernier en Indonésie - était le conducteur de la trottinette qui a percuté mortellement une piétonne le 18 juin dernier dans les rues de Rennes.

La justice tranchera le 23 août du sort de Lambourde
Mathis Lambourde sera convoqué devant le tribunal correctionnel le 23 août prochain, poursuivi pour « homicide involontaire ». Placé sous contrôle judiciaire, le jeune homme a vu aussi quelques charges aggravantes ajoutées à son dossier comme une « violation manifestement délibérée d’une obligation de sécurité ou de prudence » (ils étaient deux sur la trottinette !) et « défaut d’assurance ».

Pour l’instant, le Stade Rennais n’a pas communiqué sur les écarts de son jeune attaquant, se contentant de refuser toutes les offres reçues de l’étranger ces derniers jours. Il va sans dire que sa carrière est plus que compromise…

Mathis Lambourde, joueur du Stade Rennais, sera jugé le 23 août

À l’issue de sa garde à vue, Mathis Lambourde, le conducteur de la trottinette qui a percuté mortellement une femme de 51 ans, à Rennes (Ille-et-Vilaine), a été déféré au parquet ce jeudi 4 juillet 2024. Il sera jugé en août prochain pour homicide involontaire.

ds 2299

Mathis Lambourde, le conducteur de la trottinette qui a percuté mortellement une piétonne le 18 juin 2024, à Rennes (Ille-et-Vilaine), a été déféré, ce jeudi matin, au parquet, à l’issue de sa garde à vue, indique le procureur de Rennes. Il sera convoqué devant le tribunal correctionnel à l’audience du 23 août prochain, poursuivi pour « homicide involontaire » et « violation manifestement délibérée d’une obligation de sécurité ou de prudence », ainsi que « défaut d’assurance ».

Sous contrôle judiciaire
Dans l’attente de son procès, le jeune homme, âgé de 18 ans, joueur professionnel au Stade rennais depuis près d’un an, a été placé sous contrôle judiciaire, avec notamment interdiction de conduire tout véhicule terrestre à moteur. Lambourde compte plusieurs sélections en équipe de France des moins de 17 et moins de 18 ans.

L’accident s’est produit sur le mail François-Mitterrand, le 18 juin 2024. Vers 17 h 30, Stéphanie Cadeau, 51 ans, programmatrice du festival des Embellies, marchait sur la partie piétonne du mail pour se rendre à un rendez-vous.

Au niveau du 88, mail François-Mitterrand, près du bâtiment des Chèques postaux de La Poste, elle avait été percutée par une trottinette électrique sur laquelle se trouvaient deux personnes : Mathis Lambourde et son passager, mineur, qui est aussi membre du centre de formation du Stade Rennais.

Transportée, en urgence absolue, au CHU de Rennes, la victime est décédée des suites de ses blessures, le lundi 24 juin.

Mathis Lambourde, joueur du Stade Rennais, poursuivi pour homicide involontaire

Un des jeunes espoirs du football français, Mathis Lambourde sera jugé le 23 août prochain par le tribunal correctionnel de Rennes pour homicide involontaire. Le 18 juin, alors qu’il conduisait une trottinette, il a mortellement renversé une femme de 51 ans.

ds 2298

Ce jeudi 4 juillet, un des meilleurs espoirs du foot français, Mathis Lambourde a été déféré au parquet de Rennes. Ce jeune professionnel sous contrat avec le Stade Rennais est convoqué devant le tribunal correctionnel de Rennes le 23 août 2024 dans le cadre d’une audience en comparution immédiate différée. Âgé de 18 ans, l’attaquant devra répondre de faits d’homicide involontaire.

Décès de Fabrice Devillers, l’ex-directeur commercial du Stade Rennais

Fabrice Devillers est décédé, à l’âge de 51 ans. Il faisait actuellement partie de la nouvelle équipe dirigeante du Vannes OC, aux côtés de Christophe Revel et Benoît Costil.

ds 2296

Il a occupé différentes fonctions de directeur commercial dans plusieurs grands clubs de football de l’Ouest. Au Stade Rennais de 2014 à 2018, et auparavant au FC Lorient. Fabrice Devillers travaillait au développement marketing de ces structures, mais surtout de développer et de faire rayonner leur identité le plus largement possible.

En 2013, il avait notamment organisé la rotation des trois sponsors (Armor Lux, La Trinitaine et B and B Hôtels) affichés à tour de rôle sur le ventre et les poches des maillots des Merlus. Une manière d’optimiser les partenariats commerciaux.

En mars 2018, il avait lancé son entreprise chargée de mettre en lien les annonceurs et les clubs sportifs, au nom de « Hors-jeu ». Fabrice Devillers avait tissé des liens avec de nombreux clubs sportifs de la région.

Fabrice Devillers avait également occupé, à la Fédération française de football, le poste de responsable marketing.

S.G.S.B.

SGSB

Boutique de Mumbly

Boutique

Cantine de Mumbly

Cantine

Hébergé par

Reglyss.bzh

Free Joomla templates by Ltheme