• ds_0925.jpg
  • ds_1660.jpg
  • ds_1529.jpg
  • ds_1080.png
  • ds_1039.jpg
  • ds_2319.jpg
  • DS_0023c.jpg
  • DS_0020.jpg
  • ds_1595.jpg
  • ds_0874.jpg
  • ds_1355.jpg
  • DS_0033d.jpg
  • ds_2120.jpg
  • ds_0740.jpeg
  • ds_1908.jpg
  • ds_0365.jpg
  • ds_1266.jpg
  • ds_0419a.jpg
  • ds_1892.jpg
  • DS_0107.jpg
Amical

13 Juillet 2024

Découvrez le groupe Rouge et Noir pour le stage à Dinard . Gauthier Gallon Geoffrey Lembet Steve Mandanda Mathys Silistrie Abdelhamid Ait Boudlal Lorenz Assignon Rayan Bamba Guela Doué Jonathan Do...

Actualité

13 Juillet 2024

La LFP est toujours en discussions pour trouver qui sera le prochain diffuseur de la Ligue 1. Parmi les propositions, une d’entre elles a tout de même l’air de se démarquer, celle de DAZN. Une...

Mercato

13 Juillet 2024

Lorenz Assignon plus que jamais sur le départ. Sous contrat avec le Stade Rennais jusqu’en 2027, le défenseur droit de 24 ans, prêté à Burnley en seconde partie de saison, attire l’attention de l’AS...

Mercato

12 Juillet 2024

Alors que le Stade Rennais devrait enregistrer sa première recrue la semaine prochaine, le mercato des Rouge et Noir continue de s’agiter dans le sens des départs. Sans surprise, Désiré Doué suscite...

Mercato

12 Juillet 2024

Très intéressé par l’espoir rennais de 19 ans Désiré Doué, le Bayern Munich a envoyé une première proposition autour de 35 M€ bonus compris, refusée par le club breton . Les jeunes talents français...

Actualité

12 Juillet 2024

Lors du collège de L1 samedi dernier, des présidents de club ont pointé les coûts de fonctionnement de la Ligue de football professionnel. Le sujet sera de nouveau abordé vendredi . Même si elles...

Actualité

11 Juillet 2024

Le football français est plongé dans une crise sans précédent et son président Vincent Labrune est dans la tourmente alors qu’aucun contrat de droits TV n’a été signé à un mois de la reprise de la...

Anciens

10 Juillet 2024

S’il n’a pas mentionné son futur club et que l’AS Roma n’a pas encore annoncé la signature, Enzo Le Fée a officialisé, ce mercredi 10 juillet, son départ du Stade Rennais . Ce n’était plus un secret...

Actualité

09 Juillet 2024

Le nouveau directeur sportif de Rennes, Frédéric Massara, a indiqué mardi craindre que l'incertitude persistante sur les droits de retransmission de la Ligue 1 ne devienne sportivement dramatique...

Actualité

09 Juillet 2024

À un peu plus d’un mois du début du championnat de Ligue 1 de football, le nouveau directeur sportif du Stade Rennais a assuré que "l’équipe sera forte", avec "l’Europe" pour objectif, rappelle la...

Actualité

09 Juillet 2024

La Ligue 1 n'a toujours pas trouvé de solutions concernant l'acquisition de ses droits TV. Une crise sans précédent qui pourrait provoquer des sacrifices importants . Alors que la reprise de la...

Actualité

08 Juillet 2024

Frédéric Massara, récemment nommé à la tête du Stade Rennais, a partagé ses ambitions pour le club breton . L’ancien directeur sportif de l’AC Milan a souligné son engagement à aider le club à...

Actualité

08 Juillet 2024

Décevant dixième de la Ligue 1 édition 2023-2024 et donc non qualifié pour l'Europe, le Stade Rennais FC visera mieux, et même beaucoup mieux la saison prochaine. Dans un long entretien accordé au...

Actualité

08 Juillet 2024

Nouveau dirigeant du Stade Rennais, Frédéric Massara s’est longuement exprimé sur le nouveau projet rennais, ce lundi soir . Pour les médias du club, l’ancien directeur sportif de l’AC Milan a...

Actualité

08 Juillet 2024

Frederic Massara (55 ans), nouveau directeur sportif du Stade Rennais FC, a accordé un long entretien au site officiel du club breton, ce lundi soir. Passé par l'AC Milan, le nouvel homme fort du...

Mercato

08 Juillet 2024

Le Mercato estival a commencé depuis près d’un mois et le Stade Rennais n’a pas enregistré un grand nombre d’arrivants au sein de son effectif. La prochaine prise de fonction de Frédéric Massara...

Mercato

08 Juillet 2024

Avec bientôt plus de 50 M€ de joueurs vendus, le Stade Rennais va pouvoir amorcer la phase 2 de son intersaison : l'arrivée de ses premières recrues . Enzo Le Fée en partance pour l’AS Rome contre...

Mercato

08 Juillet 2024

Chelsea est très intéressé par un jeune joueur à fort potentiel de Rennes. Les Blues en ont même fait leur priorité de l'été . A seulement 19 ans, Désiré Doué s'impose comme un des plus grands...

Championnats nationaux : qu’implique la réforme votée par la FFF ?

La Fédération française de football a entériné, ce samedi lors de son assemblée générale à Nice, la réforme des championnats nationaux. En 2025-2026, le National 2 sera resserré à trois groupes de 16 clubs, et le National 3 sera réparti en huit groupes de 14.
ds 0914

1 Quelle réforme a été votée par la Fédération ?
Lors de son assemblée générale, ce samedi, la fédération française de football a entériné sa réforme des championnats nationaux. À 81,09 %, les membres de l’instance ont opté pour l’option 1/3/8 : un groupe de National, trois groupes de National 2 et huit groupes de National 3. Au total, les championnats nationaux passeront ainsi de 250 à 178 équipes. Dans le détail ? Lors de la saison 2025-2026, si le National reste inchangé à 18 clubs, le National 2 passera à trois groupes (contre quatre actuellement) avec 16 clubs par groupe, soit 48 clubs au total (contre 64 jusque-là).

En National 3, huit groupes de 14 clubs vont être créés. Soit un passage de 168 à 112 clubs. Cette option ne prévoit pas, au contraire de l’autre proposition soumise au vote, la création d’une division « Élite régionale », division entre le R1 et le N3. Dans l’option 1/3/8 finalement choisie par la FFF, ce sont les championnats de R1 qui absorberont automatiquement les relégués de N3. ?

Chez les féminines, la pyramide va aussi évoluer. Dès la saison 2023-2024, la D2 passera à un groupe unique de douze (contre deux groupes aujourd’hui, soit 24 équipes). Le texte prévoit également la création d’une Division 3, répartie en deux groupes de douze équipes. « Les équipes réserves des clubs évoluant en D1 Arkema et possédant un centre de formation agréé pourront y participer », précise la Fédération.

2 Quel est l’objectif de cette réforme ?
Cette restructuration des championnats nationaux fait suite au futur passage, à la fin de la saison 2022-2023, de la Ligue 1 et la Ligue 2 à 18 clubs (contre 20 actuellement). Si le National conservera 18 équipes, ce championnat sera automatiquement renforcé par des équipes professionnelles. Ce qui aura de facto des conséquences sur la nature du National 2 et National 3.

D’autre part, l’idée est également de « dégager une élite en resserrant la pyramide pour la rendre plus cohérente sur le haut niveau », indique la FFF. En clair, rehausser le niveau et « répondre au souhait d’évolution des clubs et des ligues concernant le National 3 ».

3 Quel calendrier ?
Plusieurs saisons de transition sont prévues pour finaliser cette réforme. Et ça commence dès la saison prochaine. Ainsi, pour 2023-2024, le N2 sera composé de 56 clubs, répartis en quatre groupes de 14, le N3 de 154 clubs, répartis en onze groupes de 14. Pour la saison 2024-2025, le N2 sera réduit à 48 clubs, en trois groupes de 16 clubs, le N3 de 140 clubs, répartis en dix groupes de 14.

Une interdiction de stade et une amende de 800 euros ont notamment été requises, alors que le jugement a été mis en délibéré au 28 juin

Robert Françoise, père de Noah Françoise, était jugé au tribunal judiciaire de Rennes vendredi, après avoir agressé le directeur du centre de formation rennais Denis Arnaud.

ds 0851

Le 23 avril dernier, après un match de N3 entre Rennes et Brest à la Piverdière, le père du jeune milieu rennais Noah Françoise, Robert, avait agressé le directeur du centre de formation rennais Denis Arnaud qui était venu le saluer. Des personnes avaient dû s'interposer pour les séparer.

Ce vendredi matin, l'affaire a été jugée au tribunal judiciaire de Rennes. Denis Arnaud, toujours marqué psychologiquement après avoir eu 15 jours d'incapacité de travail et une fracture costale, était absent, pas en mesure d'affronter la présence de Rober Françoise selon son avocat, maître Thierry Fillion, qui était aussi celui du Stade Rennais.

Robert Françoise reconnaît un acte "stupide et égoïste"
Robert Françoise a reconnu sa responsabilité dans un acte "stupide et égoïste", en contestant avoir porté des coups. Il a considéré que son fils, au fond, était la victime dans cette histoire, et la juge lui a rappelé qu'il s'agissait plutôt de Denis Arnaud. Robert Françoise a aussi exposé un rapport qui était préalablement conflictuel avec Denis Arnaud quant à la gestion de son fils. Selon lui, Denis Arnaud aurait voulu nuire à la carrière de Noah (18 ans), en suggérant à Landry Chauvin, le sélectionneur de l'équipe de France U19, de ne plus le prendre. Et en cachant à Bruno Genesio la situation du joueur, sous contrat pro jusqu'en 2024.

Maître Fillion a souligné que Denis Arnaud s'inscrivait en faux contre les allégations de son agresseur. L'avocat de l'UNECATEF, Didier Lacombe, a rappelé l'émoi que cette histoire a créé dans la profession, à une époque où les affaires concernant des comportements agressifs de parents sont légion. Le procureur a requis 800 euros d'amende, l'obligation d'un stage de citoyenneté dans un délai de six mois, l'interdiction de contact avec Denis Arnaud et une interdiction de pénétrer dans une enceinte sportive pendant un an. Le jugement a été mis en délibéré au 28 juin.

Le père d’un jeune du centre de formation jugé pour avoir agressé un dirigeant

En avril, le père de Noah Françoise avait frappé le directeur du centre de formation du Stade Rennais Football club Denis Arnaud, qui avait porté plainte

ds 0850

La saison s’est terminée sur une fin heureuse. Menée 3-0 en première mi-temps, l’équipe réserve du Stade Rennais a signé une improbable victoire 7-4 lors de l’ultime journée de National 3, s’offrant un ticket pour monter en National 2. Un moment de bonheur pour l’ensemble des jeunes joueurs qui a permis d’oublier les tracas d’une saison pas comme les autres.

Le 28 avril, au soir d’une défaite face au Stade Brestois, le directeur du centre de formation du Stade Rennais Denis Arnaud avait été pris à partie par le père d’un joueur. Capitaine de la réserve, Noah Françoise avait vu son père frapper le dirigeant pour un motif encore flou. Certaines sources évoquent « la frustration » du père, qui n’acceptait pas que son fils ne soit pas plus intégré au groupe pro emmené par Bruno Genesio.

Le joueur désavoue l’acte de son père
Ce vendredi, le père du jeune joueur sera assis sur le banc des accusés dans la salle d’audience du tribunal correctionnel de Rennes, à la suite de la plainte du dirigeant et de son club. "Je condamne cet incident, indépendant de ma volonté et qui ne reflète absolument pas les valeurs auxquelles je crois et dans lesquels (sic) j’ai grandi", avait déclaré le joueur, désavouant son père. Il n’avait d’ailleurs pas été sanctionné et a poursuivi la saison avec la réserve, le brassard de capitaine toujours au bras. Les entraînements avaient cependant été annulés pendant plusieurs jours au centre de formation.

Pourquoi ce parent a-t-il usé d’un comportement si violent ? La question sera évoquée ce vendredi et viendra sans doute faire écho à la pression de plus en plus grande subie par certains dirigeants de la part des parents. "Si on vient pour entraîner des enfants ou former des joueurs dans un club pro ou entraîner des professionnels, ce n’est pas pour se faire molester au bord du terrain. Il y a d’autres moyens que la violence ou l’intolérance. Il y a une vraie réflexion à avoir. Pas que dans le foot", avait déclaré Bruno Genesio après l’incident.

Fougères piège le Stade Rennais

Grâce à un début de match tonitruant, Fougères a dominé les jeunes joueurs du Stade Rennais, ce samedi 19 février (4-3), pour mettre fin à une série de cinq matches sans victoire.
ds 0709
Comme quoi le travail d’analyse porte ses fruits. Pierre-Yves David ne dira pas le contraire. « On avait vu à la vidéo leur début de match contre Plouzané. Dès l’instant qu’ils sont dans la difficulté, ils ont tendance à réciter les choses sans mettre l’intensité mentale suffisante. On a joué là-dessus et on l’a fait de belle manière. » Avec trois buts en 35 minutes…
 
Face à des Rennais amorphes, les Fougerais ne pouvaient pas rêver meilleure entame. Martin (3’), Dupas (4’) puis Gueye (35’) mettaient les locaux sur orbite. Sauf que la réduction du score de Do Marcolino, juste avant la pause, redonnait de l’allant aux Rouge et Noir (3-1, 44’). « On a essayé de s’adapter en deuxième mi-temps avec l’idée d’aller jouer chez eux, expliquait l’entraîneur du Stade Rennais, Pierre-Emmanuel Bourdeau. Mes joueurs ont probablement exagéré du jeu long mais malgré tout on a réussi à revenir. Après, on a été fragile derrière. »
 
Sans doute faisait-il référence à l’expulsion de Bonet, provoquant le penalty transformé de Matondo (4-2, 78’). Le but en toute fin de partie de Dédé Lhomme ne changeait rien à la donne (4-3, 85’). Les Fougerais venaient de mettre fin à une spirale de cinq matches sans victoire. « L’équipe a répondu présente, même si, par moments, tout n’a pas été simple dans certains secteurs », saluait Pierre-Yves David.
 
FOUGÈRES – STADE RENNAIS B : 4-3 (3-1)​.
 
Arbitre : M. Guéguen.
 
BUTS. Fougères : Martin (3’), Dupas (4’), Gueye (35’), I. Matondo (78’sp) ; Rennes : Do Marcolino (44’), Gasnier (68’), Dédé Lhomme (85’).
 
EXPULSION. Rennes : Bonet (78’).
 
FOUGÈRES : Hamelin, Irène, Guéguen, Masson, Emmanuel – Dupas, Mézange – Athéba (Duclos, 79’), Gueye (Mardelé, 83’), I. Matondo (Abrahamian, 83’) – Martin.
 
STADE RENNAIS B : Bonet – Eyoum (Banzuzi, 65’), Dédé Lhomme, Françoise, Nzete – T. Matondo, Nugent (Hesry, 78’) – Diakhaby, Gasnier, Thomelier (Luzein, 62’) – Do Marcolino.

N2, N3, R1, R2, R3, D1 : combien de montées et descentes cette saison ?

Combien de montées et de descentes y aura-t-il cette saison au sein des divisions amateurs de football ? Tout dépend du nombre de descentes de clubs bretons de N2 en N3… On vous explique.
ds 0660a

Pour les équipes de National 2, une seule montée en National et trois descentes en National 3 par groupe sont prévues. Mais ce sont précisément ces trois descentes qui influenceront tous les autres mouvements dans les championnats inférieurs, de façon pyramidale. Tout dépend si une, deux ou trois équipes bretonnes font partie de ces malheureux relégués. Explications.

1. Une relégation bretonne de N2
En National 3 tout comme en R1, l’accession au niveau supérieur est promise aux premiers de leur groupe tandis que la relégation concerne les trois derniers de chaque groupe.

En R2, neuf montées en R1 sont programmées, soit les six premiers de groupe et trois meilleurs deuxièmes. Les descentes en R3 concernent les trois derniers de chaque groupe de R2. Même principe concernant les accessions de R2 en R3 : les champions de chaque groupe (14) ainsi qu’un meilleur deuxième pour arriver à 15 montées. Trois descentes en D1 sont prévues.

Les montées de D1 en R3 sont au nombre de sept pour chacun des Districts 35, 56 et 29 tandis que le District 22 bénéficiera de six montées, pour un total de 27.

2. Deux descentes bretonnes de N2 : nombre de montées impactées
Aucun changement concernant le nombre d’accessions en N2 et N3 (trois). Par contre, le nombre de relégués de N3 en R1 passe à quatre tandis qu’il n’y aura plus neuf montées de R2 en R1, mais seulement huit.

Une montée en moins également de R3 en R2 (plus que 14), ce qui empêchera le meilleur deuxième d’accéder à l’étage supérieur. Même tarif pour le passage de la D1 à la R3 qui ne concernera plus que 26 heureux élus (une montée en moins pour le District 56). Les autres quotas ne changent pas.

3. Trois descentes bretonnes de N2 : nombre de montées et descentes impactées
Si le classement de N2 s’arrêtait ce jour, c’est ce cas de figure qui serait à retenir, Saint-Malo, Vitré et Plabennec étant relégables. Et cela aurait, encore une fois, des conséquences directes sur tous les championnats régionaux et départementaux, en plus de celles décrites dans le cas de figure 2. D’abord sur le nombre de descentes de N3 en R1 qui gonfle à cinq, sur 14 équipes, rappelons-le ! Les malheureux seront nombreux à la fin de la saison.

De facto, le nombre d’accessions de R2 en R1 diminue à sept (six premiers de groupe et seulement un meilleur deuxième). Seraient impactées également les descentes de R2 en R3 (de 18 à 19) puis, de nouveau, les montées de D1 en R3. Ces dernières s’aminciraient à 25 : six pour chacun des Districts 22, 56, 35 et sept pour le District 29.

ds 0660b

ds 0660c

En cas d’augmentation du nombre de descentes ou de diminution du nombre de montées (cas de figure 2 et 3), les critères à prendre en compte, dans cet ordre, sont : les croisements entre équipes d’un même club, le nombre de points au classement final, le nombre de matchs de suspension en championnat, le nombre d’arbitres au club, le nombre d’éducateurs au club, le nombre de licenciés jeunes au club et enfin si le club dispose ou non d’un terrain classé 1/2/3/4.

La FFF a validé le protocole pour les compétitions Ligues et Districts

Alors que le premier tour de la coupe de France arrive rapidement, la FFF a envoyé ce matin le protocole pour les Ligues et les Districts.

ds 0520

Alors que nous fustigions hier soir le fait que les clubs attendaient avec impatience le protocole pour les compétitions de Ligues et de Districts, qui était en cours de validation par la fédération Française de Football, celui-ci vient d’être envoyé aux centres de gestion comme l’a publié notre partenaire Foot-occitanie. Et certaines mesures vont sûrement soulager les clubs amateurs.

Concernant l’accueil du public, il est clairement indiqué que « Le contrôle du Pass Sanitaire doit se faire dans le cadre du nombre de personnes autorisées dans l’enceinte par l’AOP (arrêté d’ouverture au public) à la condition que le stade soit clôturé avec un accès réservé exclusivement à l‘accès des spectateurs venant assister à la rencontre de football (…) Si ce n’est pas le cas, l’accès du public ne sera pas soumis à la détention du Pass sanitaire. »

Pas de port du masque imposé par le protocole Ligues et Districts
Les nombreux stades avec de multiples entrées et sans clôtures ne seront donc pas concernés par le Pass sanitaire. ce qui va être un réel soulagement pour les clubs – notamment en milieu rural – qui n’avait pas la possibilité d’effectuer ces contrôles. L’autre différence avec le protocole des championnats nationaux, c’est le port du masque. « Les collectivités locales ou autorités préfectorales en fonction de la situation sanitaire locale peuvent être amenées à imposer le port du masque » est-il précisé. Mais les Ligues et Districts pourront l’imposer si elles le souhaitent.

Il est inutile de rappeler que tous les joueurs, membres de staff, arbitres et délégués sont soumis au Pass sanitaire pour chaque entraînement ou match comme le précise le protocole. « Chaque club désigne un Référent Covid dont la mission est de vérifier la bonne mise en œuvre de l’ensemble des dispositions du présent protocole et d’être l’interlocuteur privilégié des autorités et des instances sur ce sujet. Il est conseillé d’avoir une Equipe Covid. (…) Un membre de cette équipe Covid doit être présent à chaque entrainement ou match à domicile de son club afin de coordonner le contrôle d’accès sur le site, vérifier l’application et le respect sur le site des mesures sanitaires pendant toute la durée de la manifestation, rappeler les mesures en cas de constatation de non-respect et vérifier les Pass sanitaires pour tous les licenciés accédant au stade. »

Théo Collin (SAM Football) va poursuivre sa progression au Stade Rennais

Jeune gardien U15 du SAM Football, Théo Collin voit son parcours de formation prendre un nouveau virage avec cette signature

DS 0211Un jeune gardien va poursuivre sa formation à Rennes
Par le biais de sa page Facebook, le SAM Football a annoncé la signature de son jeune gardien (U15) Théo Collin au Stade Rennais. Pensionnaire du pôle espoirs de Talence, il est passé par l’ES Saintes avant d’effectuer sa première saison sous les couleurs de Mérignac. Son éducateur cette saison, Rémi Da Cunha, décrit son petit protégé : « Théo est un garçon souriant et travailleur, tre`s investi avec l’e´quipe depuis le de´but saison, il nous a impressionne´, le staff et moi, par ses parades magnifiques et son jeu au pied. C’est un re´gal de le voir jouer dans les buts chaque samedi avec nous. Nous avons maintenant ha^te de le revoir a` l’œuvre cette anne´e apre`s le confinement et pour finir cette saison particulie`re. Je tiens a` le fe´liciter, tout le me´rite lui revient. Cette signature re´compense son travail, en espe´rant que d’autres garc¸ons suivent le me^me chemin dans l’avenir. » confiait-il sur la page Facebook du club. Théo Collin a désormais tout pour continuer à progresser !

Critiquée, la TA Rennes arrête de s’entraîner

Via une dérogation de la mairie, la TA Rennes avait repris l’entraînement. La démarche ayant soulevé un vent de colère chez d’autres clubs de la poule, la TA a décidé de rétropédaler.
DS 0195"Stoppé après six journées, le championnat de National 3 ne devrait pas reprendre avant 2021, mais certains clubs ont retrouvé le chemin de l’entraînement, parmi lesquels les Bretilliens de l’AS Vitré et de la TA Rennes. Samedi, l’entraîneur taïste Jacques Lenormand expliquait, dans nos colonnes, la démarche, permise par une dérogation de la Ville.

"Des attaques mesquines"
Mais après deux séances seulement, la TA a décidé de faire machine arrière d’elle-même, comme le révèle le président Jacques Aubry : Dans un article paru dernièrement, Le Télégramme s’est fait le porte-parole de certains présidents de clubs de N3. Ceux-ci se sont plaints que la TA ait obtenu l’accord de la Ville de Rennes, dans le cadre de son soutien au haut niveau amateur de tous les sports collectifs, pour continuer les entraînements malgré le confinement, avec des conditions très strictes. Bien que déçus par ces attaques un peu mesquines, et face à l’incompréhension de ces présidents, nous avons pris la décision de ne plus reprendre les entraînements. Ce souci d’équité ne sera cependant que partiel, les réserves en N3 des clubs professionnels pouvant continuer à s’entraîner… La TA prend bonne note de ces réactions pour le moins décevantes.

La TA n’est pas un cas isolé
Conseiller municipal délégué aux sports à la mairie de Rennes, Frédéric Bourcier précise : Tout le monde fonce sur la TA, mais ce n’était pas du tout une approche exclusive de notre part. Nous avons mis à disposition nos installations pour neuf équipes : en hand le CPB (N1M et N2F), en basket l’URB (N1M) et l’Avenir (N2F), en volley le REC (Élite M et F), en rugby le REC (F1) et le Stade Rennais (Élite F). Nous avons un service des sports suffisamment structuré pour vérifier que les conditions sanitaires sont bien respectées dans l’utilisation de nos équipements. Les gymnases sont occupés toute la journée par les scolaires et les périscolaires. Nous sommes évidemment capables de reproduire ces bonnes conditions d’utilisation de 18 à 22 heures, pour l’entraînement de nos équipes élites.

La Fédération pourrait faire évoluer son texte
La directive de la Fédération française de football pour les entraînements soumet la reprise au nombre de contrats fédéraux. Or, la TA n’en compte aucun, voilà pourquoi un accord de la Ville lui a été nécessaire. Il existe un texte fédéral précis qui doit être appliqué, même s’il comporte une certaine iniquité puisque tous les clubs ne peuvent pas s’entraîner, relève Philippe Georges, directeur de la Ligue de Bretagne. Les communes ne font que prêter leurs installations. Ensuite, c’est la responsabilité des clubs. À la Ligue de Bretagne, on espère que la Fédération modifiera le texte pour qu’il convienne plus à l’ensemble des clubs qui disputent ce championnat.

Actuellement relégable, comme la TA Rennes, Fougères compte un seul contrat fédéral et n’a pas repris l’entraînement : Les instances doivent se positionner, lance l’entraîneur Pierre-Yves David, et la situation soulève la problématique de la solidarité de l’ensemble des clubs amateurs du même profil que l’AS Vitré, la TA Rennes, Fougères, Milizac, Plouzané… Il faut parler d’une seule voix, c’est à ce titre-là que nous afficherons de la solidarité. Lorsque sur un principe général, tu crées seul une exception, tu te mets en danger parce que tu t’exposes aux autres. Cela doit servir d’expérience.

L’ancien coach de Saint-Malo repousse le débat au-delà des frontières du sport : "Je comprends, s ur le fond, l’envie de s’entraîner. Mais sur la forme, qui sommes-nous pour nous permettre, en N3, d’aller nous entraîner par rapport à l’échelle de ce qui se passe autour de nous, des entreprises qui vont mal, des commerces plus que vacillants… En plus, il ne faut pas oublier qu’en Ille-et-Vilaine, avant le confinement, nous étions le seul département breton soumis au couvre-feu.

À la Fédération de reprendre la parole, mais surtout, vivement que le ballon s’exprime à nouveau.

Les clubs de foot amateur rendent les armes

C’est un fait que tout fan de football aura constaté : des milliers de clubs amateurs qui existaient jadis, ont rendu les armes, pour de multiples raisons. Parmi elles, les nombreuses taxes qu’ils doivent verser aux instances du monde du football.
DS 0192Les clubs de football amateur ont du mal à joindre les deux bouts. Financièrement, il est même de plus en plus compliqué de tenir un budget. "Nous sommes sans arrêt prélevés", peste ce trésorier bénévole depuis 30 ans.

L’année dernière (footbalistiquement parlant), sur une saison qui s’est arrêtée prématurément en raison du Covid, son association a présenté un exercice comptable d’environ 50 000 €. 20 % de la somme (10 000 €) est partie dans les caisses des instances du football. "Cela devient de plus en plus dur à gérer entre les frais d’arbitrage, les frais d’inscriptions, la quote-part sur les licences (19,60 € en Ligue de Bretagne)… Il existe même une taxe lorsque l’on joue chez nous. Jouer à domicile, c’est perdre de l’argent."

"Racket organisé"
Et puis il y a les amendes, qui peuvent paraître absurdes lorsque vous êtes bénévoles. "Si vous n’avez pas assez d’arbitres, c’est 1 500 € la deuxième année par exemple. Si vous manquez une assemblée générale, c’est 40 €…" Eric Thomas, président de l’Association française du football amateur, une structure indépendante de la FFF, n’hésite pas à parler de "racket organisé. Vous avez, d’un côté, une fédération, des ligues et des districts qui vivent très bien. Et de l’autre, des clubs amateurs qui coulent."

Un rapport de la cour des comptes, sur les exercices 2011-2015, pointe un excédant de trésorerie dans les ligues et les districts. Elle conseille même à la FFF de mettre en place des mesures "pour les inciter à utiliser davantage leurs ressources disponibles pour financer le développement du football amateur".

85 millions pour le foot amateur
Pierre Samsonoff, directeur de la Ligue du football amateur à la FFF, parle-lui d’une gestion prudente et saine de l’activité. "Lorsque l’on voit ce qu’il se passe avec le Covid, on ne peut pas faire face à ces charges et aider les clubs sans cette réserve financière. Les réserves financières ont permis aux ligues et au district d’offrir les droits d’engagement cette saison. C’est une action assez significative."

Pas de quoi rassurer le trésorier du club, qui, hormis l’opération deuxième étoile organisée après la victoire française lors de la coupe du monde 2018, ne se souvient pas avoir bénéficié d’une aide financière de sa ligue. "Lors de la saison 2019-2020, la Fédération a pourtant consacré 85 millions d’euros au football amateur (sur un budget de 250)", assure Pierre Samsonoff.

Les clubs de National 3 révoltés contre l’exception rennaise

Alors qu’elle ne dispose d’aucun contrat fédéral, la TA Rennes, en N3, a été autorisée à s’entraîner grâce à une dérogation accordée par la ville de Rennes. Les présidents des autres clubs de la poule crient à l’iniquité.
DS 0185La nouvelle a fait grand bruit dans le Landerneau du foot breton. Alors qu’il ne dispose d’aucun contrat fédéral, le club bretillien de la TA Rennes, en N3, a été autorisé, en plein confinement, à s’entraîner grâce à une dérogation accordée par la ville de Rennes. "Nous n’avons aucun commentaire à faire", a-t-on répondu du côté de la Ligue. Pourtant, cette décision a généré une profonde incompréhension au sein des autres clubs de la poule, les dirigeants y voyant une profonde iniquité.

Bernard Ségalen (président de Milizac) : "Soit tout le monde, soit personne"
"La question que je me pose est la suivante : pourquoi certains, pourquoi pas nous ?, regrette Bernard Ségalen, le président de Milizac. Je n’irai pas contre les décisions gouvernementales, mais là, des équipes peuvent s’entraîner et il risque d’y avoir un écart physique important lors de la reprise. Attention, je ne jette pas la pierre à la TA, mais j’ai du mal à comprendre ces incohérences alors que Rennes est toujours en zone rouge. C’est soit tout le monde, soit personne".

Un point de vue partagé par l’ensemble de ses homologues. "On doit avoir les mêmes règles, tempête Jérôme Prévost, le président de la GSI Pontivy. Nous n’avons pas fait de demande à la mairie. Comme beaucoup de clubs, même si on trouve cela dommage, on respecte le confinement".
"Vu que plusieurs équipes comme la TA Rennes et les réserves auront plus d’entraînements que nous au moment de la reprise, on en arrive à un championnat complètement biaisé", poursuit Steven Le Plénier, du Stade Pontivyen.

Si ce sentiment fait l’unanimité au sein des clubs dans l’impossibilité de s’entraîner et que plusieurs présidents se sont appelés, aucune action commune n’est pour le moment envisagée. "J’espère seulement que la Fédération et la Ligue nous laisseront un mois entre la reprise des entraînements et le retour à la compétition", glisse Philippe Cousyn, le président lannionnais. Un avis partagé par Guillaume Allanou, qui mise sur une reprise de l’entraînement entre le 15 et le 20 décembre, suivie d’une reprise du N3 mi-janvier. "Cela nous laisserait le temps de refaire une préparation physique de trois-quatre semaines a minima", espère l’entraîneur de la réserve briochine, dont les joueurs n’ont pas non plus le droit de s’entraîner.

D’autres dérogations à venir ?
La décision de la maire de Rennes, proche de Jacques Aubry, le président de la TA, dont le nom était sur sa liste électorale lors des dernières municipales, pourrait-elle créer une brèche ? "On a fait une demande à la mairie de Locminé, reconnaît Hervé Laudic, le président de la Saint-Co. On attend de voir si le maire peut prendre un arrêté nous autorisant à reprendre dans des conditions claires. L’autre point important que je mets en avant, c’est que l’on est encore qualifié en Coupe de France et on risque de reprendre plus tôt que le championnat de N3… Mais on ne connaît pas encore le calendrier qui sera fixé par la Fédération. J’attends de voir".

Même son de cloche du côté de Dinan-Léhon : "Le maire adjoint de Dinan rencontre le préfet des Côtes-d’Armor, mercredi, détaille Serge Lefort, le président du DLFC. Je lui ai demandé de poser la question : pourquoi n’a-t-on pas le droit de s’entraîner alors que la TA, qui est dans le même groupe et qui n’a pas de contrats fédéraux, en a la possibilité ?" Seule certitude pour l’heure, la dérogation accordée à la TA Rennes n’a pas fini de faire du bruit…

Le derby revient au Stade Rennais

Menées 1-0, les filles du Stade Rennais l’ont emporté 3-1, grâce à un but dans les arrêts de jeu. L’épilogue d’un match finalement très disputé face aux voisines du CPB Bréquigny.
ds 2225

C’était un derby, un vrai. Entre l’historique CPB Bréquigny et le grandissant Stade Rennais, dont la section féminine date seulement de trois ans. Un derby entre de (très) proches voisins qui commencent à cohabiter et à se jauger. « J’espère qu’il y aura une belle collaboration entre les deux clubs, glisse Aïnoa Desmons, la coach cercliste. Cela doit permettre de faire évoluer le foot féminin en Bretagne. On n’aura jamais les mêmes moyens que le Stade Rennais, mais il y a de la place pour deux gros clubs au sein de la ville de Rennes ».

La concurrence n’empêche pas la vie en bonne intelligence. Et ça tombe bien, Aurélie Morand, l’entraîneure stadiste, dit la même chose. « Entre nous, éducatrices, il n’y a aucun souci, assure-t-elle. L’idée, c’est de s’appuyer l’un sur l’autre pour que les deux clubs avancent ».

Ça annonce du beau
En ce jour de finale, ce fut d’ailleurs d’un fair-play parfait. Le suspense s’en est même mêlé jusqu’au bout. Revenues à 2-2 sur une tête de Louise Le Bris (83’), les Cerclistes ont pensé emmener leurs adversaires jusqu’aux tirs au but. Elles ont résisté face aux assauts de Bazillais (88’) et Guillot (90’+1). Mais un ultime corner tiré par Olivia Papin, la capitaine de la sélection de Bretagne U15, a été repris au deuxième poteau par Shelsea Petit-Homme et propulsé derrière la ligne par Emma Bazillais (2-3, 90’+2).

C’est ainsi que le Stade Rennais féminin a remporté sa première coupe de Bretagne en foot à onze. « C’est magnifique, la juste récompense du travail accompli cette année, par toutes les joueuses et le staff. Ça annonce du beau pour l’avenir », goûte Aurélie Morand.

Cette quatrième confrontation de la saison est également la plus aboutie de la part des filles du CPB Rennes. Battues 4-0 et 3-1 en championnat de U18 R1, elles s’étaient inclinées 3-0 en amical. « On savait qu’on allait beaucoup défendre. Finalement, c’est nous qui marquons les premières. Comme souvent, on prend un but sur un ballon aérien. C’est dommage de perdre dans les arrêts de jeu, mais c’est le jeu, c’est le foot, c’est une bonne expérience », relate la coach du CPB. Et un derby que l’on retrouvera dans toutes les catégories pendant de longues années.

Anaïs Pautrel, une jeune de Le Ferré aux couleurs du Stade Rennais

Agée de 17 ans et habitant Le Ferré, Anaïs Pautrel a commencé à jouer au football à 6 ans sur les cours de récréation et à l'AGL. Aujourd'hui, elle évolue au Stade Rennais.

ds 1996

Aînée d’une fratrie sportive de trois enfants (foot pour Alexis et athlétisme pour Charline), Anaïs Pautrel, de Le Ferré constitue une sorte de locomotive pour ses cadets.

Lorsqu’à 6 ans, la jeune fille fit connaitre son envie de pratiquer le football à ses parents, Patrick, magasinier pisciniste, et Corinne, infirmière, ceux-ci ne firent pas preuve d’un grand enthousiasme.

J’aurais préféré qu’elle fasse autre chose, avoue le papa. Je ne me sentais pas plus concerné que ça pour l’emmener.

Dans le même temps, Claude Bertrand ouvrait une section féminine à l’AGL. Voyant combien sa fille était motivée et ne voulait jouer qu’avec des filles, Patrick entra en contact avec l’AGL. C’était parti !

Un parcours logique
Après 11 ans de pratique, Anaïs effectue sa première saison en équipe senior au Stade Rennais. Elle a d’abord joué 5 ans pour le club fougerais puis 5 ans pour le CPB Bréquigny, tout en suivant sa scolarité à la section sportive football du collège de Brécey (Manche) sous la férule de Gilles Guyot.

Actuellement en Terminale STMG au lycée Bréquigny pour un métier dans la comptabilité, la jeune fille, de nature plutôt réservée, apprécie le caractère collectif de son sport. Évoluant en n°8 ou 10, l’admiratrice d’Eugénie Le Sommer, Griezmann et Bourigeaud, s’est fait remarquer pour son efficacité : en une quinzaine de matchs, 12 buts et 10 passes décisives.

Recrutée aux journées de détection du Stade Rennais
La saison dernière, Anaïs Pautrel s’est inscrite aux journées de détection pour postuler au sein du club rouge et noir.

Il faut oser, dit-elle, ne pas se mettre de frein.

Recrutée pour ses qualités techniques, sa vision du jeu et ses capacités à jouer vite vers l’avant, la néo-stadiste rennaise s’entraîne trois fois 1h30 ou 2 heures par semaine après les cours, sous la houlette de Clément Bourdeverre.

Louis Pautrel, maire de Le Ferré et conseiller départemental, est fier de sa nièce :

Elle fait son parcours avec humilité que ce soit au Stade Rennais ou lors des animations locales pendant les vacances. À son âge, il faut plutôt prendre du plaisir dans le jeu plutôt que de rêver à des choses qui ne viendront pas.

Ce qui n’empêche pas la jeune fille de rêver devenir professionnelle tout en sachant les difficultés pour y parvenir. Ambitieuse, elle n’oublie pas d’où elle vient et exprime sa reconnaissance à Claude Bertrand qui lui a mis le pied à l’étrier.

Comment les féminines ont pris leurs marques

Romain Danzé, directeur de la section féminine du Stade Rennais FC, a convié les médiaspour faire un point d’étape deux ans après la création.

ds 1681

Le Stade Rennais a inscrit cet été une équipe féminine dans la catégorie sénior, une première depuis… 1976. Romain Danzé, ancien latéral doit chez les pros, a en charge le développement du football féminin au club.

Augmentation du nombre de licenciées

Pour cette saison 2023-2024, le club a vu ses effectifs augmenter fortement, passant de 49 licenciées la saison passée à près de 90 aujourd’hui. Du simple au double, avec la volonté d'"accélérer le développement, de partir avec les plus jeunes joueuses pour s’ancrer dans le paysage du football féminin, en y allant étape par étape". Ainsi, six équipes d’âges différents rayonnent à ce jour au sein de la section : U9, U11, U13, U15, U18 et seniors.

"Ce projet de section féminine n’est pas nouveau, il date de mon cursus de formation et de mon projet de fin d’études au centre de droit et d’économie du sport à Limoges et a ensuite été appuyé fortement par Nicolas Holveck (ancien président du club de 2020 à 2022)", rappelle Romain Danzé.

Objectif progression

La feuille de route est claire : accompagner les filles tant sur le plan sportif que scolaire avec un suivi quotidien. Former les sportives afin de les amener au plus haut niveau possible "avec un encadrement de qualité et des éducateurs et éducatrices diplômées, ayant déjà eu des expériences avec le football féminin".

La création de la section sportive au collège de Cleunay (5e à 3e) va dans ce sens. Les effectifs sont volontairement réduits, notamment chez les seniors avec l’envie "de former et faire confiance aux U18 afin de préparer aussi l’avenir en seniors avec des jeunes du club".

Développement d’infrastructures

Un cheval de bataille nécessaire à la progression des filles et à l’ambition d’évoluer aux niveaux au dessus : pouvoir compter sur des infrastructures de qualité. C’est en ce sens que la ville de Rennes a pu mettre à disposition du club les installations du Moulin du Comte avec deux terrains. "On est très content des efforts de la ville qui nous a permis d’avoir un tout nouveau terrain synthétique, partagé également avec d’autres clubs et d’autres associations de la ville.»

Haut niveau

Franchir les étapes sans aller trop vite, certes, mais avec l’ambition de grimper sur l’échelle du football féminin français. C’est le souhait de Romain Danzé et ça se joue dès cette saison : "Monter l’équipe U18 en U19 National ? C’est une ambition qu’on doit avoir, même si ça sera compliqué".

Chez les seniors, même son de cloche, avec l’envie de monter dès cette saison au niveau régional (R2) pour l’équipe de Division 1. "Le vrai test pour nos seniors c’est le Régional 1, car certaines joueuses de l’effectif viennent de ce niveau. Il faudra aller s’y installer avant d’envisager la suite."

En attendant, en parallèle d’un championnat (D1) qu’elles survolent, les joueuses de Clément Bourdeverre affrontent d’autres équipes lors de matchs amicaux certains mercredis soirs, chez les filles comme les garçons. Une façon de continuer à travailler et progresser.

L’équipe féminine senior accueillera le Stade Brestois (D3F) lors du prochain tour de Coupe de France ce week-end. Une rencontre face à une équipe d’un standing supérieur. Idéal pour avoir un aperçu de ce qui peut les attendre dans les prochaines années.

La section féminine passe à 90 licenciées

La journée d’hier, mercredi, a été marquée par la rentrée de la section féminine. Après deux ans d’existence, la section compte trois nouvelles équipes pour cette saison, les U15, U18 et Seniors. Le point avec Romain Danzé, responsable de la section féminine.

ds 1485

Romain, la feuille de route de la section féminine est jusqu’ici respectée.
Oui, on est très satisfait de ce qui se fait depuis deux ans avec les féminines du SRFC. La première année, 30 jeunes filles de 5 à 7 ans ont rejoint le club. En 2022/2023, le club comptait 49 licenciées avec 4 équipes, jusqu’à 14 ans. Les débuts ont été bons, les premiers résultats et les premiers trophées sont apparus. Les filles sont épanouies et prennent beaucoup de plaisir, l’équipe d’éducateurs fonctionne bien ensemble. Ce qui nous permet de nous projeter sur la saison 2023/2024 avec une nouvelle étape de développement.

Quel est le leitmotiv de la section ?
Le maître mot de tous les éducateurs, c’est prendre du plaisir, que les filles s’épanouissent, qu’elles viennent et repartent avec un grand sourire. Plus on est heureux de venir s’entraîner, plus on a envie de revenir.

Qu’est ce qui se dégage de ce groupe ?
Avoir l’écusson du Stade Rennais F.C. sur le maillot, ça rend fier aussi bien les joueuses que les parents. Que ce soit sur les bords du terrain ou pour les tournois extérieurs, beaucoup de parents font le déplacement pour regarder leur enfant. Ils sont très fiers de faire partie du projet de la section féminine du Stade Rennais F.C., surtout quand on connaît les résultats probants des pros en ce moment.

Mécaniquement, le niveau du foot féminin grimpera en Bretagne.

Ressens-tu une attente ou une curiosité quand les filles se déplacent sur les terrains adverses ?
Cette année, on a participé à beaucoup de tournois sur le territoire régional et un dans le sud de la France. C’est nouveau pour les autres clubs de voir des jeunes filles avec le maillot du Stade Rennais, ils n’étaient pas habitués à ça. Ils sont curieux, ils nous observent beaucoup pour voir comment on fonctionne. Plus il y aura de clubs qui se mettront au football féminin, plus il y aura de joueuses qui auront un bon suivi et un bon accompagnement. Mécaniquement, le niveau du foot féminin grimpera en Bretagne.

Quels ont été les projets de cette intersaison ?
Cette saison 2023/2024 marque une étape supplémentaire dans le développement de la section féminine. Il y aura six équipes avec les ouvertures des équipes U15, U18 et seniors. On va passer à quasiment 90 licenciées. On a recruté trois éducateurs ainsi qu’un entraîneur des gardiens. Une partie des jeunes filles sera intégrée au sein d’une section sportive du collège Cleunay et au lycée de Bréquigny. Il y a un vrai projet de formation et de développement. L’ouverture de l’équipe seniors était très attendue par ceux qui suivent le football féminin, c’est chose faite. La section féminine du SRFC sera désormais basée au Moulin du Comte où la ville construit un terrain synthétique qui sera mis à disposition du club et à d’autres associations.

De voir tout ça se concrétiser sur les terrains, c’est super.

Comment vis-tu ce travail de développement ?
C’est super intéressant de voir le projet évoluer. On est en contact avec beaucoup de clubs voisins, avec les districts, avec la Ligue de Bretagne de Football et les structures scolaires. Il y a énormément de choses à mettre en place. De voir tout ça se concrétiser sur les terrains, c’est super. C’est sûr que l’ouverture de l’équipe seniors va nous donner de la visibilité, il y aura plus d’attentes, mais le but du jeu est que les filles s’éclatent. Les résultats suivront.

Comment avez-vous procédé pour le recrutement ?
On a organisé des journées portes ouvertes. On a fait ce choix pour que cela soit une démarche des filles elles-mêmes, pour permettre aux plus motivées de nous rejoindre. On a refusé de faire du recrutement pur et dur. C’est la meilleure solution que l’on a trouvée pour préserver les clubs voisins.

Dans quelles divisions évolueront-elles ?
Toutes nos équipes, jusqu’en U15, participeront aux championnats garçons au niveau district. Concernant les U18, il y aura une première phase de brassage où ces dernières joueront contre d’autres équipes du département. En fonction de leur niveau, elles pourront soit accéder au championnat régional soit rester en district. L’équipe seniors, quant à elle, débutera en première division de district.

Le Stade rennais lance son équipe féminine sénior cette saison

Deux ans après le lancement de sa section féminine avec des équipes jeunes, le Stade Rennais lance aussi une équipe féminine sénior.

ds 1446a

L’essor des équipes féminines de football se poursuit à Rennes. Dans le sillage de la coupe du monde, qui se déroule actuellement en Australie et en Nouvelle-Zélande, le Stade Rennais a annoncé la création d’une équipe senior féminine pour la saison prochaine. "On discute avec la mairie pour savoir où elles pourront jouer", a déclaré, mardi, Olivier Cloarec, le président du club.

Elles partiront tout en bas de l’échelle
Cette nouvelle équipe devrait établir ses quartiers au Moulin du Comte. Des discussions sont déjà entamées avec la mairie pour trouver un terrain pouvant accueillir les rencontres de championnat. Les seniors viennent ainsi compléter une section féminine (6 - 8 ans) créée il y a maintenant deux ans par le Stade Rennais. "Elle va entamer sa troisième saison. On a six équipes, 90 licenciées", a indiqué le président rennais.

La création de cette équipe est venue remettre au goût du jour les prémices du football féminin au Stade Rennais. Une première formation féminine avait vu le jour, avant de fermer ses portes en 1976.

ds 1446b

Pour cette reprise, les joueuses du SRFC partiront donc tout en bas de l’échelle. "Elles vont commencer en D1 district (niveau départemental). L’idée est de développer le foot féminin dans la région autour du Stade Rennais et on va voir où ça va nous mener. C’est Romain Danzé (responsable des relations publiques et du développement du club) qui en a la charge, il va chapeauter toute la section féminine avec Michel Sorin. Les entraînements vont se dérouler au Moulin du Comte", a développé Olivier Cloarec.

S.G.S.B.

SGSB

Boutique de Mumbly

Boutique

Cantine de Mumbly

Cantine

Hébergé par

Reglyss.bzh

Free Joomla templates by Ltheme