• ds_0930.jpg
  • DS_0129.jpg
  • ds_1146.jpg
  • DS_0094.jpg
  • ds_0954.jpg
  • ds_0564.jpeg
  • DS_0023c.jpg
  • ds_1046.jpg
  • DS_0077.jpg
  • ds_0769.png
  • ds_0959.jpg
  • DS_0152.png
  • DS_0062.jpg
  • ds_0603.jpeg
  • ds_0636.jpeg
  • ds_0531.jpeg
  • ds_0664.jpeg
  • ds_0614.jpeg
  • ds_1084.jpg
  • ds_0928.jpg

Engagé dans un combat contre le cancer depuis près de deux ans, Nicolas Holveck se dit "plutôt en bonne forme". Le président du Stade Rennais, qui est depuis en retrait de ses fonctions, a donné des nouvelles rassurantes samedi sur Canal +. "La maladie a sérieusement régressé", assure-t-il, lui qui conserve toutefois un contact quotidien avec Olivier Cloarec, Florian Maurice et Bruno Genesio.

ds 1189

"Je suis plutôt en bonne forme, même si la soirée a été mauvaise avec la défaite de Rennes (à Lorient vendredi, 2-1)." Dans une entrevue donnée en visio sur Canal +, Nicolas Holveck a donné des nouvelles rassurantes sur son état de santé. En retrait de ses fonctions de président du Stade Rennais, le dirigeant breton est engagé dans un combat contre le cancer depuis près de deux ans, qu’il a dès le départ décidé de rendre public.

Les perspectives sont de nouveau très optimistes
Après avoir vécu des moments "très difficiles", notamment lors de l’annonce d’une récidive en avril dernier, il confie aujourd’hui avoir entamé un protocole expérimental d’immunothérapie, sur les conseils du Professeur Khayat à Paris, et assure qu’il va de mieux en mieux. "Je suis ce traitement depuis le début du mois de décembre. J’ai eu les résultats il y a quelques jours et la maladie a sérieusement régressé. Les perspectives sont de nouveau très optimistes", a-t-il affirmé.

Très discret médiatiquement depuis l’annonce de sa maladie, Nicolas Holveck est pour autant toujours impliqué à l’égard du club. "C’est ma bouffée d’oxygène, et je remercie les actionnaires de m’avoir accompagné humainement et personnellement. Je ne suis plus du tout exécutif au Stade Rennais mais je suis en contact quotidien avec Olivier Cloarec (le nouveau président), Florian Maurice (le directeur sportif) et Bruno Genesio (l’entraîneur), avec qui je m’entretiens très régulièrement."

L’ancien directeur général adjoint de l’AS Monaco, vice-président aussi de l’AS Nancy-Lorraine durant plusieurs années, conserve un œil attentif sur le football et compte bien revenir, à terme, aux affaires. "Je continue à être le maximum informé de tout ce qu’il se passe. Il faut rester informé car il y aura une vie après la rémission, quand la maladie sera sous contrôle. Je compte bien revenir encore plus fort et encore meilleur qu’avant."

L'ancien président du Stade Rennais, de 2020 à 2022, a donné ce samedi de bonnes nouvelles sur sa santé alors qu'il avait quitté la présidence du club breton en mai dernier pour se consacrer à son traitement contre le cancer.
ds 1181

En retrait depuis mai 2022, lorsqu'il choisit de se retirer de son poste de président du Stade Rennais pour se consacrer à son traitement contre le cancer, Nicolas Holveck a donné de bonnes nouvelles de sa santé ce samedi sur la chaîne Canal+ Foot. "J'ai intégré un protocole expérimental d'immunothérapie que je suis depuis début décembre. J'ai eu les premiers résultats il y a quelques jours et la maladie a sérieusement régressé. Les perspectives sont de nouveau très optimistes."

"Je ne suis plus du tout exécutif au Stade Rennais mais je suis en contact quotidien avec Olivier Cloarec, Florian Maurice et Bruno Genesio"

Nicolas Holveck

Nicolas Holveck affirme également continuer à suivre le Stade Rennais. "C'est ma bouffée d'oxygène, et je remercie les actionnaires de m'avoir accompagné humainement et professionnellement. Je ne suis plus du tout exécutif au Stade Rennais mais je suis en contact quotidien avec Olivier Cloarec (le nouveau président), Florian Maurice et Bruno Genesio, avec qui je m'entretiens très régulièrement. C'est vrai que ça fait beaucoup de bien dans l'accompagnement de mon quotidien dans la maladie."

"J'ai regardé beaucoup de matches, j'ai passé beaucoup de coups de téléphone à des présidents en France, à des clubs à l'étranger. Je continue à être le maximum informé de tout ce qu'il se passe. Il faut rester informé, car il y aura une vie après la rémission, quand la maladie sera sous contrôle. Je compte bien revenir encore plus fort et encore meilleur qu'avant. Cette épreuve, je crois, va m'aider à l'être."

Ce vendredi soir, Arthur Theate et Jérémy Doku se sont inclinés 2-1 sur la pelouse de Lorient. Le défenseur a joué toute la rencontre tandis que l’ailier est entré peu avant l’heure de jeu.

ds 1191

Et sa montée a rappelé à Jonatan MacHardy, consultant pour RMC Sport, que le Belge était trop peu décisif. En effet, il n’a inscrit que cinq buts et réalisé six passes décisives en 72 rencontres pour le compte du club breton. Cette saison, il n’a inscrit qu’un but en Coupe de France. Sinon ses statistiques sont nulles.

Ce qui donne du grain à moudre pour les consultants : “Jérémy Doku est à mon sens un flop énorme. 27 millions d’euros. Il est arrivé pour une première saison encourageante avec des statistiques dégueulasses. Bon, on ne parle pas de la seconde saison, mais là cette saison, il n’a pas marqué un but, pas fait une passe décisive. C’est un scandale. À ce prix-là, c’est un très gros flop”, confie MacHardy.

”Même si Genesio essaie avec lui, parce que sa valeur marchande est énorme, ça ne passe pas dans son jeu. Il sait que c’est un investissement lourd pour le club et qu’il faut le faire jouer pour le valoriser pour au moins le revendre”, poursuit son collègue.

Pour Olivier Cloarec, président exécutif et directeur général du Stade rennais, le derby breton entre Lorient et Rennes, ce vendredi (21h, 20e journée de L1) est l’occasion de revenir dans l’un des nombreux clubs où il est passé depuis 25 ans. Portrait d’un passionné à sa façon.
ds 1175

Dans quelques semaines Olivier Cloarec, président du Stade rennais, fêtera ses 50 ans dont la moitié passée dans le milieu du football à tous les postes et dans de nombreux clubs. Si le changement de dizaine sera soir de fête et que certains le surnomment "Cloclo" une chose est sûre: on ne le verra pas danser sur les tables. L’homme est de nature discrète mais surtout efficace. "Il est très sérieux, très consciencieux, confie Michel Jestin, ancien président de Brest et Vannes qui a travaillé dix années avec lui dans ces deux clubs. C’est un homme de confiance." "Il m’a appelé un matin à 5h40, raconte Olivier Cloarec. Il m’a dit: 'si je rachète Vannes est-ce que tu me suis?'"

Responsable du marketing au Stade brestois le finistérien est alors nommé directeur général du club morbihannais, "mais on était six salariés et 200 bénévoles pour faire tourner la boutique". Nous sommes en 2008. Le VOC passe de National en Ligue 2 et se retrouve un an plus tard à la surprise générale en finale de coupe de la Ligue face au Bordeaux de Yoann Gourcuff pour une punition 4-0. Mais l’essentiel est ailleurs, "dans les aventures humaines", se souvient Cloarec. "Les accolades, les regards, la joie dans le vestiaire après la victoire en demi-finale à Nice (1-1, 4 tab 3) m’ont plus marqué, ajoute-t-il. Et surtout la saison suivante lors du maintien à Metz qui du coup rate la montée en Ligue 1 dans un stade Saint-Symphorien à guichets fermés."

On a repeint la tribune de Francis Le Blé ensemble
A Vannes, le bureau est un Algeco où le chauffage fait parfois la grève. Les premiers mois, il n’y a pas de laverie pour les maillots des joueurs dont certains comme Pascal Delhommeau ont connu la Ligue des champions. L’heure est à la débrouille. "Il a baroudé, souligne Michel Jestin. Il a une vraie expérience et connaît le foot. Je suis fier et heureux pour lui qu’il soit aujourd’hui à ce poste." Quinze ans plus tard, le quotidien et les réalités économiques sont forcément différents pour ce père de trois garçons qui échange 5-6 fois par jour avec François Pinault, actionnaire des Rouge et Noir.

Le plaisir d’évoquer le parcours du président du Stade rennais arrivé de Dijon il y a deux ans est le même chez Pascal Robert, directeur général du Stade brestois, avec qui il a travaillé de 2004 à 2008. "Il est président de Rennes aujourd’hui ce n'est pas rien mais je suis sûr qu'il n'a pas oublié qu'à l'époque on avait repeint nous-même avec nos pinceaux la tribune VIP du stade Francis Le Blé pour qu'elle ressemble à quelque-chose. On faisait vraiment tout."

De stagiaire à président
La main à la pâte, une habitude naturelle pour ce petit-fils de boulanger: "Olivier il a les vraies valeurs, poursuit Pascal Robert. Il est apprécié de tous et surtout il ne change pas alors qu'il pourrait prendre le cigare. Mais s’il est là où il est, ce n'est pas du hasard. C'est aussi qu'il sait faire. C'est un gros bosseur." Même s’il ne parle pas beaucoup, ses multiples expériences s’accompagnent d’un lot d’anecdotes qu’il distille avec parcimonie. Olivier Cloarec a connu presque tous les postes dans le milieu professionnel et même évolué sur le carré vert. "Je ne vais pas vous raconter que je n’ai pas été joueur pro à cause d’une grave blessure comme certains, sourit-il. Mais je jouais à l’hermine concarnoise en DHR et PH jusqu’au jour où je me suis fait une double fracture à six semaines de mon mariage!" Après la noce en béquille, l’avenir s’écrira en coulisse et au bord des terrains.

C’est par un moment-clé, provoqué, que le Breton exilé à Strasbourg pour ses études va découvrir le foot pro. "Après un DESS de droit je devais réaliser un stage dans le cadre de mon Master de marketing et gestion du sport. Personne n’avait encore réussi à le réaliser au Racing. Je me suis mis ce défi mais je n’ai jamais eu de réponse. Je me suis donc déplacé au siège du club et à l’accueil je suis tombé sur Claude Le Roy qui m’a dit: ‘Cloarec c’est breton, qu’est-ce que vous venez faire ici?’" On ne saura jamais si le sorcier blond aura pesé dans la décision mais l’étudiant est embauché pour six mois comme stagiaire. Il y restera jusqu’en 2004, date à laquelle il traverse la France pour se poser à Brest aux côtés du président Jestin. Merchandising, billetterie, communication… le natif de Pont-l’Abbé connaît le terrain ce qui lui permet de parler le même langage que bon nombre de salariés au Stade rennais.

C'est une référence en France à son poste
"Olivier est méthodique et très calme, témoigne Loïc Désiré, responsable recrutement du Racing Club de Strasbourg qui a connu Cloarec à Vannes et dont il est désormais un ami proche. Il n'a pas besoin d'élever la voix pour se faire entendre. Il dit lui-même qu'il n'aime pas le conflit mais vous imaginez bien qu'à son poste dans un grand club comme Rennes, il en gère tous les jours. Dans la discrétion sans que çà sorte. Il aime le foot, c’est un vrai passionné qui en connait toutes les ficelles et je peux vous dire que c'est en matière de transfert, un fin négociateur. Il n’est pas du tout carriériste mais de par ses multiples expériences dans tous les domaines d'un club, pour moi c'est une référence en France à son poste."

Lui n’imaginait pas une telle destinée. "Je n’ai jamais rêvé d’être président et ce n’est pas un aboutissement mais je ne pouvais pas refuser une deuxième fois une sollicitation du Stade rennais", confie-t-il. C’est la première raison pour laquelle il a répondu favorablement à la demande de Nicolas Holveck au début de l’année 2021. La seconde c’est la Bretagne. Très attaché à ses racines, Olivier Cloarec est passé par Guingamp comme stagiaire, Brest, Vannes, Lorient et désormais Rennes. Il ne lui manque plus que Nantes pour être complet. Mais aujourd’hui son cœur ne balancera pas. "Je suis rennais à 100 %, sans ambiguïté", assure-t-il.

Pascal Robert espère qu’il reste une petite place pour le Finistère. "Il est à Rennes mais il a toujours du sang qui coule pour Brest je pense. Brest-Rennes, ce sera la dernière journée. J'espère qu'ils seront déjà en Coupe d'Europe et nous déjà sauvés pour que les retrouvailles soient plus tranquilles." La conclusion d’une saison qui avait débuté par une défaite de Rennes à domicile (0-1) face à de surprenants Lorientais. Ce vendredi soir au Moustoir il y aura comme un air de revanche, et un peu de stress pour le président Cloarec.

Marquée par des affluences record, la première moitié de la saison 2022-2023 de Ligue 1 a vu le Roazhon Park, à Rennes, être l’un des stades les mieux remplis de Ligue 1. Le FC Lorient s’en tire bien également.
ds 1173a

Alors que la mi-saison 2022-2023 de Ligue 1 a été atteinte, la Ligue de football professionnel (LFP) a indiqué, dans un communiqué diffusé ce mardi, que cette première moitié de saison avait été marquée par une affluence record dans ses stades.

Selon la LFP, les chiffres de l’affluence moyenne (23 773 spectateurs par match), comme du taux de remplissage moyen (81 %) et du nombre total de spectateurs (plus de 4,5 millions) sur les 190 premières rencontres de la saison, constituent des records pour le championnat. L’affluence affiche une progression de 12 % par rapport à la saison 2021-2022 et de 5 % par rapport à 2019-2020, la dernière saison pré-covid-19.

ds 1173b

Le Moustoir septième
Au niveau des clubs bretons, le Stade Rennais se distingue en présentant la septième plus forte affluence (27 542 spectateurs par match en moyenne), mais surtout le quatrième meilleur taux de remplissage (94 %) du championnat, derrière le Paris SG (99 %), Lens (98 %) et Strasbourg (97 %), et à égalité avec Marseille. Porté par son très bon début de saison, le FC Lorient affiche un très bon taux de 88 % de remplissage (7e de L1), pour une affluence moyenne de 14 816 personnes (12e de L1). Avec ses 11 705 spectateurs (15e de L1) pour 77 % de remplissage (12e de L1), le Stade Brestois est plus loin.

ds 1173c

 

La Fédération française de football (FFF) va demander à l'International Board, gardien des règles du jeu, l'autorisation de sonoriser ses arbitres en Ligue 1.
ds 1171

"Le Comité exécutif a pris la décision d'écrire à l'Ifab (International football association Board) pour demander l'autorisation que la France soit fédération expérimentale pour la sonorisation des arbitres du début à la fin du match", a déclaré Eric Borghini, président de la Commission fédérale des arbitres.

"Que les téléspectateurs puissent entendre ce que disent les arbitres serait formidable pour le public"

Eric Borghini, président de la Commission fédérale des arbitres

La FFF a également transmis une "proposition subsidiaire, au cas où l'Ifab ne voudrait ouvrir d'emblée à ce point : que la France puisse être fédération expérimentale pour mettre le son quand il y a des visionnages terrains, pour la VAR (assistance vidéo)", a poursuivi Borghini. "Que les téléspectateurs puissent entendre ce que disent les arbitres serait formidable pour le public", a assuré le dirigeant, également président de la Ligue Méditerranée.

Selon Borghini, les arbitres de Ligue 1 sont "complètement favorables" à la sonorisation, "comme le sont la DA (Direction de l'arbitrage) et la CFA. Stéphane Lannoy, nouveau directeur technique délégué à l'arbitrage professionnel, et Antony Gauthier, nouveau directeur de l'arbitrage, sont parfaitement alignés sur cette idée".

La FFF est suspendue à la réponse de l'Ifab, qui "s'est déjà réunie le 18 janvier (mercredi, NDLR) pour aborder le sujet", conclut Borghini.

Le Breton Eduardo Camavinga se classe dans le top 50 des joueurs présentant la valeur de transfert la plus élevée selon le Centre International d’Etude du Sport (CIES). Kylian Mbappé est sur le podium.
ds 1166a

78 millions d’euros ! Voilà la valeur de transfert d’Eduardo Camavinga selon le modèle statistique développé par l’Observatoire du football CIES. Le Breton du Real Madrid se retrouve à la 42e place d’un classement dominé par l’Anglais du Borussia Dortmund Jude Bellingham (208,2 M€). Son compatriote Phil Foden, qui évolue à Manchester City, est le seul autre joueur à dépasser la barre des 200 millions (200,5M€) alors que Kylian Mbappé se contente de la troisième place (190,7 M€). La durée du contrat de l’international français, prenant fin en 2024, est une raison de cette hiérarchie alors que Bellingham (2025) et Foden (2027) possèdent des contrats plus longs. Mais cela n’empêche pas la star du Paris SG, et Vinícius Júnior qui le suit de près (190,5 M€), de dépasser le serial buteur de Manchester City Erling Haaland (174,9 M€) dont le contrat court pourtant jusqu’en 2027.

ds 1166b

Camavinga dans le top 10 des joueurs de moins de 21 ans
Dans ce type de classement, les jeunes joueurs, dont le potentiel est pris en compte, sont souvent à l’honneur. Le premier trentenaire se classe ainsi à la 38e position. Il s’agit du gardien brésilien de Liverpool Alisson Becker (30 ans, 79,8M€). Eduardo Camavinga, qui a fêté ses 20 ans le 10 novembre dernier, est le 6e joueur de moins de 21 ans avec la plus grande valeur de transfert. L’ancien Rennais est seulement dépassé par Jude Bellingham (19 ans, 208,2 M€), les pépites du FC Barcelone Pedri (20 ans, 170,2M€) et Gavi (18 ans, 147,6 M€), celle du Bayern Munich Jamal Musiala (19 ans, 145,1M€) et le défenseur du RB Leipzig Joško Gvardiol (20 ans, 125,8M€). Le défenseur croate, qui aura 21 ans en fin de mois, surfe sur ses excellentes prestations réalisées lors de la Coupe du monde 2022 au Qatar.

ds 1166c

La Ligue 1 peu représentée, la domination de la Premier League
Dans ce top 100, la Ligue 1 place seulement sept joueurs, dont six du PSG : Kylian Mbappé (190,7 M€), Gianluigi Donnarumma (75,7M€), Achraf Hakimi (71M€), Nuno Mendes (63,7M€), Vitinha (55M€) et Neymar (52,6M€). Seul Lille, avec Jonathan David (49,4M€), est également représenté en… 100e position.

La Premier League domine largement ce classement avec près de la moitié des joueurs issus de l’élite anglaise (44/100) devant la Liga (18/100) et la Bundesliga (17/100).

ds 1166d

 

Le grand rectangle vert, terrain de jeu favori des pirates.

ds 1162

Malgré l'effort des autorités pour limiter les retransmissions illicites de matchs en direct, le streaming illégal a visiblement encore de beaux jours devant lui en France. C’est en tout cas ce que montre une étude récente publiée ce jeudi par l’Observatoire du Sport Business. Les données récoltées par le site spécialisé Statista en juillet 2022 sont ainsi claires : 61% des personnes interrogées déclarent avoir regardé du football illégalement dans les six mois précédant l’étude, contre 30% via le streaming légal (les 9% restants n’en ont pas regardé).

Les fans se tourneraient donc majoritairement vers la solution de facilité. Pas vraiment étonnant quand on connaît le fractionnement de l’offre de diffusion du football, et les nombreux abonnements nécessaires pour accéder aux différents matchs. La chasse aux sites illégaux, mais également le blocage de nombreuses plateformes de diffusion clandestines opéré ces derniers mois par l’ARCOM ne parviennent pour le moment pas à endiguer le développement de ces nouveaux "diffuseurs" comme l’IPTV.

Rennes a arraché un succès mérité au bout du bout face à Nice (2-1), lundi grâce à son sauveur Benjamin Bourigeaud. Grosse opération des Bretons, qui reviennent à deux points du podium. Martin Terrier a marqué avant de se blesser.
ds 1161

"Je vais me battre sans relâche", le message positif de Terrier après sa grave blessure
Sur son compte Instagram ce mardi, au lendemain de sa terrible blessure, Martin Terrier a livré sa première réaction: "Hier soir, j'ai vécu un choc au genou droit lors de notre match à domicile qui m'a contraint de sortir du terrain...Aujourd'hui, le diagnostic médical est arrêté et malheureusement il confirme cette blessure tant redoutée."

L'ancien joueur de l'OL devrait être indisponible lors des huit prochains mois en raison d'une rupture des ligaments croisés du genou droit: "J'ai reçu énormément de messages de soutien et je vous en remercie infiniment car ils m'aident à préparer mon prochain combat mais n'en doutez pas: je vais me battre sans relâche pour revenir le plus vite et le plus fort possible. Encore merci à tous pour vos messages chaleureux. Ce qui ne tue pas rend plus fort."

Victime d’une rupture des ligaments croisés du genou droit, mardi face à Nice, Martin Terrier a reçu de nombreux messages de soutien.

ds 1165

Evidemment, son club, son entraîneur en conférence de presse, mais aussi l’équipe de France, répondant à l’annonce du résultat des examens médicaux par le Stade Rennais sur Twitter.

Pour rappel, dans une interview accordée à L’Equipe, Florian Maurice, le directeur sportif du Stade Rennais, expliquait que Martin Terrier, comme Benjamin Bourigeaud, avait été présélectionné par Didier Deschamps pour la Coupe du monde.

Un premier pas qui n’a pas suffi puisque Steve Mandanda était le seul Rennais au Qatar avec les Bleus.

Terrier a inscrit 21 buts et délivré sept passes décisives la saison dernière. Il était déjà 12 buts et 5 passes décisives cette année, soit un des meilleurs bilans français en Europe.

Selon nos informations, Elouan Vivier n’est plus le team manager de l’équipe professionnelle du Stade Rennais. Le club a décidé de se séparer de lui après vingt ans en Rouge et Noir.

ds 1163

Il était un habitué de la Piverdière et un visage bien connu pour tous les suiveurs du Stade Rennais. Elouan Vivier, "team manager" des professionnels, n’est plus en poste au SRFC. Chargé de toute la partie opérationnelle autour de l’équipe première, un poste stratégique, il était celui qui gérait la logistique des pros, de la réservation des hôtels et des transports à la gestion des remplacements sur le banc de touche.

Les habitués du Roazhon Park le voyaient à chaque changement effectué par le staff transmettre le panneau lumineux au quatrième arbitre. Elouan Vivier avait démarré sa carrière en 2003 à la boutique du club, située alors en bas de la place de la mairie. À la fermeture de celle-ci, il avait basculé à la Piverdière et intégré le staff des pros. Il a connu onze entraîneurs et sept présidents.

Après vingt années de service, le club a décidé de se séparer de lui. Les deux parties ont trouvé un accord récemment. À Reims et face à Nice hier, c’est son ancien adjoint Nicolas Lesage qui officiait. Sollicité, le club n’a pas souhaité commenter la situation.

Sorti à la 36e minute lundi lors du match Rennes-Nice (2-1, 17e journée de Ligue 1), Martin Terrier souffre d'une rupture des ligaments croisés du genou droit, comme l'a annoncé le Stade Rennais ce mardi dans un communiqué. "Une opération est envisagée prochainement", précise l'actuel quatrième de Ligue 1. Selon L'Equipe, l'ailier pourrait manquer huit mois de compétition.
ds 1160

En football, la vérité du jour n'est pas celle du lendemain. Une semaine après le coup de pression de Florian Maurice auprès de Didier Deschamps, Martin Terrier s'est blessé lundi lors de Rennes-Nice (2-1) à la 36e minute de jeu. Comme l'ont montré les images, il s'agit d'une très grave blessure. En effet, l'ailier de 25 ans, premier buteur de la rencontre, souffre d'une rupture des ligaments croisés du genou droit. "Une opération est envisagée prochainement", précise le Stade Rennais dans un communiqué.

On ne devrait donc pas revoir Martin Terrier sur les pelouses de Ligue 1 cette saison. Selon L'Equipe, l'ancien Strasbourgeois pourrait manquer huit mois de compétition. Il s'agit donc d'un énorme coup dur pour Bruno Génésio. Depuis le coup d'envoi de l'exercice 2022-23, Martin Terrier a marqué 12 fois et délivré 5 passes décisives toutes compétitions confondues. En 2021-22, il avait trouvé le chemin des filets à 21 reprises en L1, participant grandement à la saison réussie du Stade Rennais (4e) en termes de jeu.

"La blessure de Martin est le gros point noir de la soirée, notait Bruno Génésio lundi soir en conférence de presse après Rennes-Nice. Ce n'est jamais très bon quand un genou tourne et gonfle comme ça." Le Stade Rennais va-t-il profiter du mercato hivernal pour le remplacer numériquement ? "Remplacer Martin, trouver des joueurs de cette qualité au mercato, c'est impossible.... Mais il y a des joueurs capables de pallier son absence, ou la possibilité d'un système différent (4-3-3)", a répondu son entraîneur.

Martin Terrier souffre d’une rupture des ligaments croisés du genou droit après sa sortie sur civière face à l’OGC Nice ce lundi 2 janvier au Roazhon Park (2-1). La saison de l’attaquant rennais, qui va être opéré, est terminée.

ds 1159

La saison 2022-2023 de Martin Terrier est officiellement terminée. Le Stade Rennais a confirmé ce mardi 3 janvier que son attaquant, sorti sur civière face à l’OGN Nice lundi soir au Roazhon Park (2-1), souffre d’une rupture des ligaments croisés du genou droit suite aux examens complémentaires effectués par le club en fin de matinée. Le club annonce que son joueur va subit une opération "prochainement".

Un très gros coup dur pour les Rouge et Noir qui perdent leur meilleur buteur depuis plus d’un an (30 buts en Ligue 1 depuis une saison et demie) et leur meilleur élément offensif sur la même période. Terrier avait marqué 12 buts et délivré 5 passes décisives depuis le début de saison en 22 matches toutes compétitions confondues.

Page 1 sur 80

Recherche

Calendrier

Partenaires

Articles

29 novembre 2022

Connexion

Tipeee

Tipeee

S.G.S.B.

SGSB

Cantine de Mumbly

Cantine

Hébergé par

Reglyss.bzh

© 1996 - 2023 www.StadeRennais.Net
© 2022 Da'Squad - L'actu du Stade Rennais

Free Joomla templates by L.THEME