• ds_0472.jpg
  • ds_1525.jpg
  • ds_1273.jpg
  • DS_0047.jpg
  • ds_0467.jpg
  • ds_1181.jpg
  • DS_0176.jpg
  • ds_0268.jpg
  • ds_0672.jpeg
  • ds_1841.jpg
  • ds_0933.jpg
  • ds_1464.jpg
  • ds_1852.png
  • DS_0074.jpg
  • ds_0906.jpg
  • ds_0494.jpg
  • ds_1211.jpg
  • ds_1417.jpg
  • ds_1022.jpg
  • ds_1338.jpg

Succession de Nemanja Matic suite, si le milieu serbe appartient toujours au Stade Rennais, chaque jour qui nous rapproche de la fin du mercato de l’hiver, le 31 janvier, l’éloigne un peu plus de la Bretagne. Et ce, alors que Rennes s’active en coulisses pour trouver son successeur dans l’axe du milieu de terrain du collectif de Julien Stephan.

ds 1835

Le Stade Rennais poursuit les prospections au milieu de terrain
Autre nom évoqué pour le poste, cette fois depuis Sky en Allemagne, celui d’Orel Mangala, un joueur de Nottingham Forest, mainte fois associé au mercato des clubs français sans qu’il n’est jusqu’ici fréquenté la Ligue 1. Selon le média allemand, le Stade Rennais aurait formulé une offre de 25 millions d’euros pour le recruter. C’est un peu plus que l’estimation de sa valorisation du moment sur le marché des transferts, l’Observatoire du football CIES la chiffrant au maximum de 20 millions d’euros, contre 22 millions d’euros de la part de Transfermarkt.

L’Italie aurait l’avantage sur le dossier d’Orel Mangala
L’international belge de 25 ans évolue en Premier League depuis 2022, après cinq ans passés en Bundesliga, à Stuttgart avec un prêt d’un an à Hambourg. Nottingham Forest a payé l’équivalent de 13 millions d’euros l’indemnité de son transfert et Orel Mangala a, en contrepartie, signé un contrat de quatre ans, qui le lie au club jusqu’en 2026. Selon les estimations anglaises, sons alaire approche les 150 000 euros brut mensuels. Le joueur peut espérer être augmenté cet hiver puisque Rennes n’est pas le seul club intéressé. En Italie, la Juventus mais aussi Naples le suivent, les champions en titre ayant à cet instant une longueur d’avance sur le dossier.

Ce sont 1,81 millions d’euros que le Stade Rennais doit recevoir ce vendredi 19 janvier, depuis l’UEFA. C’est en effet, selon nos informations à Sportune, ce jour que les clubs de la Ligue Europa perçoivent la suite du versement de leur campagne européenne cette saison 2023-2024. A savoir le paiement à la fois des résultats sportifs obtenus dans la deuxième moitié de la phase de groupes et la place au classement final.

ds 1834

Le Stade Rennais reçoit un nouveau paiement de l’UEFA
En l’espèce, le Stade Rennais ayant terminé deuxième de la poule F, derrière le club espagnol Villarreal, cela rapporte au collectif breton 550 000 euros conformément à la grille des primes prévue par l’UEFA. A cela s’ajoutent les primes des performances sur les 4e, 5e et 6e journées de la phase de groupes à l’occasion desquelles les Rouges et Noirs ont signé deux victoires contre les Grecs du Panathinaïkos (3-1) et sur la pelouse du Maccabi Haïffa (0-3). A 630 000 euros la victoire, Rennes prétend à 1,26 millions d’euros en plus.

Prochaine étape à disputer contre l’AC Milan en barrages
Cet argent complète celui déjà reçu en deux occasions cette saison. La première en septembre, que le virement de la prime commune à toutes les équipes de 3,63 millions d’euros, plus la prime au coefficient, de 2,24 millions d’euros. Le mois suivant, le club a enregistré le bénéfice des trois premiers matchs de la phase de groupes et la moitié du marketpool, c’est-à-dire un peu plus de 2 millions d’euros. Au printemps prochain sera payé, soit le bonus de la phase de groupes à 500 000 euros si le Stade Rennais est battu par l’AC Milan, soit 1,2 millions d’euros des huitièmes de finale, s’il se qualifie.

C'est avec fierté que le FC Fleury 91 vous annonce que le Lionceau U13, Marlon CREANTOR CARCONE, rejoindra à l'été 2026, le club professionnel du Stade Rennais FC.

ds 1827

Natif du Kremlin Bicetre, Marlon a débuté le football en U6 au club de l'Élan Chevilly La Rue. Il a poursuivi ensuite du côté de l'US Villejuif (U7-U8).

A l'été 2019, Marlon a rejoint le FC Fleury 91 et les U9 de Malik Baroudi, avec qui il a ensuite poursuivi en U10. Lors de la saison 2021/2022, il a découvert la catégorie U11 avec Lloyd Bimwala et Fahim Toumi. Marlon a continué la saison suivante avec ces deux mêmes éducateurs (U12R).

Cette saison, le jeune espoir floriacumois fait parti du groupe U13 Régional de Lloyd Bimwala et Thomas Grondin. Il a également découvert le groupe U14 R2 de Jonathan Ngoy.

Christophe Horta (Directeur Délégué) et l'ensemble des membres du FC Fleury 91 présents ont été ravis d'avoir pu accueillir les représentants du Stade Rennais, ainsi que Marlon et sa famille, au Complexe Sportif Auguste-Gentelet de Fleury-Mérogis.

Voici la réaction de Lloyd Bimwala (éducateur U13R) :

Je suis très fier de l’engagement de Marlon qui constitue une première étape pour son cursus. J’aimerais le féliciter pour son accomplissement, car c’est un garçon exemplaire dans cette génération tant sportivement qu’humainement. J’aimerais aussi remercier sa famille qui lui est d'un grand soutien, un grand merci pour la confiance accordée depuis trois ans.

Voici la réaction de Malik Baroudi (éducateur U11 A) :

Ce fut un plaisir de pouvoir travailler avec Marlon pendant ces deux saisons. C'est un jeune joueur qui était très motivé dès son arrivée avec une envie de travailler chaque jour ses points faibles et améliorer ses points forts.

J'ai beaucoup échangé et responsabilisé Marlon, car il avait cette maturité par rapport à d'autres enfants. Son humilité, sa confiance en lui et son travail lui ont permis d'en arriver là aujourd'hui. Je remercie la famille pour leur confiance et lui souhaite le meilleur pour la suite.

Voici la réaction de Fahim Toumi (éducateur U12R) :

Ce mardi, nous avons officialisé la signature de Marlon en faveur du Stade Rennais. Je suis très content et très fier de Marlon, c’est un joueur qui mérite amplement ce qui lui arrive.

Marlon fait parti des joueurs que l'on n'oublie pas, que ce soit humainement ou sportivement. C'est un garçon rempli d’humilité et qui ne cesse de travailler. Je lui souhaite le meilleur. J’en profite pour remercier sa famille.

Le Stade Rennais, actif sur le marché des transferts cet hiver, cherche à renforcer son milieu de terrain mais également sa défense. Alidu Seidu, joueur polyvalent capable d’évoluer en défense centrale ou sur le côté droit, est la cible privilégiée du club breton. Selon Foot Mercato, une troisième offre a été soumise par Rennes pour s’attacher les services du Ghanéen.

ds 1825

Rennes multiplie les efforts pour pallier un éventuel départ de Nemanja Matic et semble confiant dans l’avancée des négociations avec Clermont. La proposition faite serait de 10 millions d’euros assortis d’un pourcentage à la revente. Les dirigeants rennais sont optimistes quant à la conclusion rapide de ce transfert.

Cependant, l’intégration d’Alidu Seidu pourrait être différée car il participe actuellement à la Coupe d’Afrique des Nations avec son équipe nationale. Ses qualités athlétiques et techniques seraient un atout précieux pour Rennes qui a connu quelques fragilités défensives cette saison.

Les heures qui viennent seront déterminantes pour l’avenir d’Alidu Seidu chez les Rouge et Noir. Le joueur, ayant disputé 14 matchs sous les couleurs de Clermont durant la saison actuelle, est au centre des attentions alors que le mercato bat son plein.

Il conviendra donc de suivre attentivement l’évolution de ce dossier chaud du mercato rennais.

Le TAS a débouté Joris Gnagnon, qui réclamait au FC Séville une indemnité de 4,6 M€ pour avoir résilié unilatéralement ses deux dernières années de contrat.

ds 1830

Ce mercredi, le Tribunal Arbitral du Sport a débouté Joris Gnagnon, qui avait fait appel d'une décision de la FIFA concernant la rupture de son contrat avec le FC Séville. Le club andalou avait décidé de mettre un terme au bail du défenseur central français en septembre 2021 car celui-ci s'était présenté en surpoids à la reprise de l'entraînement et n'était pas parvenu à perdre ses kilos en trop malgré une préparation adaptée. Gnagnon contestait cette décision et réclamait 4,6 M€ au titre de ses salaires impayés.

Il n'a plus joué depuis novembre 2020 !
En décembre 2021, l'ancien Rennais avait rebondi à Saint-Etienne, où Claude Puel lui avait proposé de prendre le temps de se remettre en forme. Mais au bout de six mois sans progrès majeur, et alors qu'il n'avait disputé que deux matches avec la réserve, son contrat à l'ASSE avait été rompu juste avant la relégation du club en L2, en mai 2022. Avec ce verdict du TAS, Gnagnon fait une croix sur une grosse indemnité. A 27 ans, sa carrière est dans une impasse, lui qui n'a plus joué un match de haut niveau depuis le... 15 novembre 2020 (Lucena-Séville 0-3 en Coupe du Roi) !

Le dossier des droits TV de la Ligue 1 a des implications peu connues, mais qui risquent de chambouler pas mal de choses. Le quotidien L'Equipe est en effet impliqué dans le deal via Amazon et pourrait perdre gros si le diffuseur passe à la trappe.

ds 1828

Les semaines passent et le mystère plane toujours concernant la ou les chaînes qui diffuseront la Ligue 1 la saison prochaine. Tandis que Vincent Labrune fait sa cuisine dans son coin, la négociation de gré à gré lui permettant de gérer cela sans l’impératif d’un calendrier, chacun se prépare à la décision finale. Tandis que DAZN fait désormais figure de grand favori pour rafler l’essentiel des matchs de Championnat, la situation de Prime Vidéo, filiale d’Amazon, inquiète. A la fois parce que cette chaîne avait réussi son implantation en Ligue 1, mais également parce que ses équipes sont des figures familières du football, et ont déjà vécu la catastrophe Mediapro. Et selon Emmanuel Paquette, journaliste du média en ligne L’Informé, du côté du quotidien sportif L’Equipe, on espère qu’Amazon ne va pas définitivement abandonner la diffusion de la Ligue 1. Car L’Equipe et Prime Vidéo ont un contrat qui fait le bonheur du quotidien.

L'Equipe gagne de l'argent avec Prime Vidéo

En effet, dans l’urgence de l’accord signé par Prime Vidéo pour récupérer les droits de Mediapro, L’Equipe avait en effet vendu à Amazon des prestations très rémunératrices. « Le géant du commerce en ligne avait en effet choisi sa filiale 21 Production comme prestataire pour commenter et animer les rencontres en multiplex sur son service Prime Video », précise le journaliste, qui parle d’un contrat à plusieurs millions d’euros, lequel s’achèvera automatiquement si Prime Vidéo n’a plus aucun match à diffuser à partir de la saison prochaine. Si depuis ce contrat, L’Equipe a signé avec Skweek, qui diffuse le championnat français de basket, le départ d’Amazon, qui se profile, risque de faire mal. « Même si nous perdions le contrat Amazon, nous pourrions réduire facilement notre voilure car notre structure de coût est très adaptable », relativise un membre de L’Equipe, qui précise que ce sont surtout des pigistes et des intermittents qui bossent sur la Ligue 1. Et dans le meilleur des cas, le quotidien sportif pourra éventuellement bosser avec DAZN. Si ce n'est pas le cas, alors forcément le coût financier sera tout de même musclé.

Ce lundi, le président de Quevilly Rouen Métropole Michel Mallet a annoncé mettre à pied son entraîneur, Olivier Echouafni, à titre conservatoire. L’ancien coach des féminines du PSG n’aura passé qu’une année et demie en Normandie. Arrivé en juin 2022 après le barrage Ligue 2-National remporté contre Villefranche, Olivier Echouafni avait obtenu une onzième place en Ligue 2 la saison passée.

ds 1836

Le Président de QRM, Michel Mallet, a notifié ce lundi 15 janvier 2024 à Olivier Echouafni, entraîneur de l'équipe professionnelle, sa mise à pied à titre conservatoire. L'intérim sera assuré dès aujourd'hui et jusqu'à nouvel ordre par Alain Wathelet, coach adjoint.

Cette année, le ventre mou serait presque un rêve pour QRM, les Normands se retrouvant 18es avec 5 points de retard sur le premier non-relégable, Concarneau. Ajoutez à cela une élimination de la Coupe de France contre l’Entente Feignies-Aulnoye (N2) et vous obtenez cet au revoir anticipé. L’intérim sera assuré par Alain Wathelet, adjoint d’Olivier Echouafni.

La dure loi de la Ligue 2.

Le rocker écossais a été le premier à se montrer avec des maillots de ses équipes fétiches : l’Ecosse et le Celtic Glasgow.

ds 1826

A la ville, comme à la scène ! La pop star écossaise Rod Stewart incarne toujours à bientôt 79 ans l’icône absolue de l’élégance foot. Tout simplement parce qu’en bon précurseur, il a été dès le début des années 70 le premier à arborer des maillots de ses deux éternelles équipes de cœur, celle de l’Ecosse d’abord, puis ensuite celle du Celtic Glasgow. Alors oubliez les frangins Gallagher d’Oasis et leurs liquettes Man City…

Rockstar avec son groupe The Faces (dont Ron Wood à la guitare), puis en solo, Rod the mod a affiché d’abord sa passion foot en tant que joueur occasionnel d’assez bon niveau, maillot écossais sur les épaules. Parfois affublé dans la vie quotidienne de la tunique foot nationale, une excentricité à l’époque, il l’exhibera aussi sur scène avec fierté. En concert, il inaugure même un fameux rituel consistant à shooter en l’air avec l’aisance de Barthez des beaux ballons qu’il a lui-même dédicacés en offrande vers son cher public !

Star planétaire, le blond hirsute assouvit en tournée sa passion de footeux en rencontrant les cracks du ballon rond qu’il adule et en jouant comme eux dans les plus grands stades du monde, achevant de marier pour de bon la culture foot et la culture rock.

L’amour du maillot du Celtic
Né en 1945 à Londres d’un père écossais, fan d’Hibernian FC, et d’une mère anglaise, Rod a été littéralement biberonné au ballon rond par son daron, ex-joueur amateur et dirigeant de petits clubs, et par des grands frères tout aussi passionnés. A la maison, on supporte Arsenal mais on vénère par-dessus tout l’équipe d’Ecosse.

Poussé par son père qui rêve d’avoir au moins un fils footballeur pro, Rod, qui touche vraiment sa bille (bon milieu axial et capitaine de son équipe scolaire), est testé une semaine à 15 ans en 1960 par le Brentford FC, alors en D3 anglaise. Le club ne rappellera pas… Pas grave ! Le virus de la musique a contaminé l’ado fugueur à la voix déjà éraillée : « Je n’ai jamais été un vrai bon footballeur et je ne pensais pas pouvoir passer pro (…) Et puis la vie de musicien est beaucoup plus cool : je peux à la fois me bourrer la gueule, faire de la musique et le tout en pouvant aussi jouer au football», synthétisera-t-il dans son livre Rod : The Autobiography…

C’est de cette lad culture que naîtra sans doute la foot attitude, prolétaire mais classe, qu’il popularisera ensuite le premier : celle d’une impayable rockstar successful et richissime, adoré du peuple, qui collectionne les top-models, écume les stades avec la Tartan Army, qui se barre des pubs par la fenêtre des chiottes pour ne pas payer ses bières (véridique)… et qui toujours se pavane en maillot de foot de l’Ecosse ou du Celtic !

Car le grand amour club de Rod est évidemment le Celtic Glasgow FC et sa tunique aux rayures blanches et émeraude. Une idylle née en 1971 ou en 1973 (Rod s’est soiuvent contredit sur les dates), au moment où il en pinçait encore pour Manchester United, du fait de nombreux joueurs écossais, tels Dennis Law, Ballon d’Or 1964, qui y jouaient.

La rencontre avec Dalglish
En 2018, Stewart avait raconté son coup de foudre pour les Hoops au Daily Record : « Avec les Faces, le lendemain d’un concert à Glasgow, Kenny Dalglish et Jimmy Johnstone, avec qui j’étais déjà pote, ont frappé à ma porte à 8 heures, ‘Viens t’entraîner avec nous, Rod !’ Je leur ai dit : ‘OK, plus tard’, en allant me recoucher. Je suis allé les rejoindre mais trop tard à Parkhead (Celtic Park actuel, ndlr) à la fin de l’entraînement et ils m’ont présenté à Jock Stein (coach légendaire du Celtic vainqueur de la C1 1967). Jock a éclaté de rire en voyant mes chaussures de ville blanches. Et juste comme ça, je suis devenu un supporter du Celtic : le big man Stein m’avait converti à vie… » Et c’était parti pour le Celtic show !

En musique d’abord, avec You’re in My Heart, chanson sortie en 1977 où Rod accole avec audace Celtic et United (Manchester U) en souvenir de son ex-girl friend, Britt Ekland : « You’re Celtic, United / But baby I’ve decided you’re the best team I’ve ever seen ». Jusqu’à son retour récent en Angleterre, le pas encore Sir Roderick David Stewart avait vécu à Hollywood, jouant longtemps en ligue amateur avec son équipe des LA Exiles composés d’expats anglais et de quelques célébrités comme Billy Duffy, gratteux de The Cult. Evidemment, Rod-le-fétichiste vestimentaire avait imposé trois jeux de maillots : ceux du Celtic à domicile et de Man United ou de Leeds (célèbre dans les seventies pour sa pléthore de grands joueurs écossais, tels Joe Jordan ou Billy Bremner, ndlr) pour les matchs extérieurs !

Le maillot, mais aussi le survêtement ou le coupe-vent
Sinon, à la ville comme à la scène, et toujours avec une rare élégance sportswear très seyante, Rod s’exhibe fièrement avec le maillot Celtic, le survête Celtic, le coupe-vent Celtic, en alternance avec le Scotland bleu sombre. Ses fils sont gentiment emmaillotés Celtic et sur scène, ses jolies choristes l’accompagnent aussi, en polos rayures blanches et vertes sur la poitrine ! Au Celtic Park, Rod dispose à vie de quelques sièges en tribune VIP et le dress code de ses costards incluent souvent du vert (cravates, vestes) et du blanc (chemises).

Familier des joueurs et du board, il aura droit à un tour d’honneur sur la pelouse d’Hampden Park avec la Coupe de la Ligue remportée en 2015 par les Bhoys ! Cet amour excessif, immodéré, lui a valu en novembre dernier un gentil chambrage de son vieux pote Ron Wood dans The Scottish Sun : « Je kiffe aussi le Celtic, mais moi je ne l’enfonce pas dans la gorge des gens (I don’t ram it down people’s throats). Rod, lui, il en parle TOUT LE TEMPS ! » Mais on pardonne cette dinguerie de Rod à le voir fondre en larmes au Paradise (surnom du Celtic Park) après la victoire épique des Hoops sur le Barça en novembre 2012, 2-1 en poule de Ligue des Champions…

Pas sectaire vis-à-vis des Rangers de Glasgow (feu son frère Robert en était supporter), il a balayé la légende racontant qu’il était fan des Gers avant de faire allégeance aux Bhoys : « Je n’ai jamais été supporter des Rangers ! J’ai en effet porté leur maillot au début des années 70. Mais que deux fois, pour des œuvres caritatives. » Point barre ! Aujourd’hui, un peu partout dans le monde, à la ville comme au boulot, chacun peut marcher tête haute, maillot de foot sur les épaules, fier de ses couleurs. Et c’est un peu grâce à Rod Stewart qu’on peut assumer cette football-style fashion…

L'Olympique Lyonnais espère toujours pouvoir recruter Nemanja Matic lors de ce mercato d'hiver. Mais l'offre de John Textor a scandalisé Rennes.

ds 1837

C'est ce lundi que le milieu de terrain serbe du Stade Rennais doit rencontrer les dirigeants du club breton afin de parler de son avenir à court terme. Après son petit tour en train mercredi dernier, Nemanja Matic a fait son retour et l'ancien joueur de la Roma a même fait amende honorable via les réseaux sociaux. Mais cela ne l'empêche pas de toujours vouloir partir pour répondre à la demande de son épouse, laquelle souhaite que ses enfants soient dans une école internationale, ce qui n'est pas le cas à Rennes. Mais si Matic est déjà d'accord à l'Olympique Lyonnais, le club de John Textor a réussi à se mettre à dos la famille Pinault, laquelle a pris comme une vraie provocation l'offre envoyée par l'OL.

Rennes ne fera aucun cadeau à Matic et à Lyon
Evoquant à l'antenne le dossier Nemanja Matic, Grégoire Tallaron a expliqué que Lyon avait transmis aux responsables rennais une proposition nettement inférieure à deux millions d'euros, pour un joueur qui est encore lié jusqu'en juin 2025 avec la formation entrainée par Julien Stéphan. « Le divorce est presque consommé, reste à trouver un point de chute à Matic. Lyon est intéressé et s’est engouffré dans le dossier, mais ce que l’on nous dit à Rennes ce que l’OL a proposé 1 à 2 ME pour Matic, et la réponse c’est : « NON ». Donc il faudra trouver un club pour permettre à Matic de quitter Rennes et de rejouer au football », a précisé le journaliste de la chaîne cryptée en marge de la victoire de Rennes contre Nice (2-0), samedi soir au Roazhon Park. Le milieu de terrain va devoir parler de tout cela lundi avec Olivier Cloarc et Florian Maurice dans 24 heures en espérant trouver une solution qui convienne à tout le monde.

Pour pallier la blessure de longue durée de son gardien Junior Noubi, l'US Fougères vient d'enrôler un ancien gardien professionnel du Stade Rennais, Guingamp ou encore Lorient.

ds 1831

C’est un joli coup réalisé par les dirigeants de l’US Fougères pour pallier la blessure de longue durée (ligaments croisés) de leur gardien Junior Noubi, blessé en sélection avec le Gabon.

Sans club depuis septembre dernier, Romain Salin, 39 ans, ancien vainqueur de la coupe Gambardella (2003) avec Gourcuff, Briand, Faty au Stade Rennais, a répondu favorablement aux dirigeants fougerais, lui qui a disputé près de 300 matchs professionnels.

Des liens entre un jeune Fougerais évoluant au Stade Rennais et le fils de Romain Salin ont permis cette mise en contact.

Un grand voyageur
Né le 29 juillet 1984 à Mayenne (Mayenne), Romain Salin a connu de nombreux clubs. Passé par Le Mans, Rennes, Laval, Lorient, Tours, Guingamp, il a aussi passé six ans au Portugal dans quatre clubs différents (Maio, CS Maritimo, Rio Ave, Sporting Club de Lisbonne).

Au CS Maritimo, il a disputé dix matchs de Ligue Europa et a remporté la coupe du Portugal en 2019 avec le Sporting Club du Portugal.

En juillet dernier, après avoir résilié son contrat avec le Stade Rennais, c’est vers le CS Maritimo qu’il s’est retourné. Mais des raisons familiales l’ont poussé à interrompre sa saison et à rentrer en Ille-et-Vilaine, mettant ainsi fin à sa carrière professionnelle.

Romain Salin sera présenté ce samedi soir 13 janvier lors de la cérémonie des vœux, après la rencontre contre Plabennec.

Comme annoncé précédemment, le gardien et capitaine du Stade Rennais Steve Mandanda a accepté l’offre de prolongation d’une saison du club breton. Il est désormais lié jusqu’en 2025 avec le SRFC, qui l’a annoncé officiellement ce lundi 8 janvier.

ds 1810

C’est une information que nous vous révélions dès samedi 6 janvier : Steve Mandanda était sur le point d’accepter l’offre de prolongation d’une saison que lui avait soumise le Stade Rennais.

C’est chose faite depuis ce lundi 8 janvier, et le club l’a officialisé dans un communiqué : en fin de contrat en juin, le portier de 38 ans continue son aventure en rouge et noir. Arrivé à l’été 2022, Mandanda, qui a été promu capitaine depuis l’arrivée de Julien Stéphane en novembre, compte 520 matches de Ligue 1 depuis le début de sa carrière.

Cadre de l’AS Monaco depuis son arrivée en provenance d’Alavés en 2019, Guillermo Maripán pourrait bientôt quitter le Rocher.

ds 1812

Sous contrat jusqu’en juin 2025, l’international chilien de 29 ans (47 sélections), qui n’a jamais été épargné par les blessures, attise en effet les convoitises durant ce mercato hivernal. Alors que nous vous révélions dernièrement un intérêt du Stade Rennais et un prix de départ fixé à 10 millions d’euros par les dirigeants asémistes, d’autres informations nous sont parvenues.

Ainsi, le solide défenseur (1m93, 80 kg) de l’ASM, qui rêvait initialement de Premier League, a été convaincu par le discours de Florian Maurice et Julien Stéphan, jeudi dernier, et souhaite s’engager avec le club breton. Maripan est la priorité des Rouge et Noir pour stabiliser une défense plus que prometteuse mais qui manque cruellement d’expérience. Pour autant et toujours selon nos indiscrétions, le club de la Principauté hésite désormais à vendre son protégé. Les nombreux départs à la CAN notamment au niveau de la défense monégasque ne peuvent pas être comblés avec le seul Thilo Kehrer. C’est la raison pour laquelle Lilian Brassier est en discussion avec le club de la Principauté

Comme il y a cinq ans, c’est par un derby breton que débute l’aventure coupe de France des joueurs de Julien Stéphan. Lors de la saison 2018-2019, on se souvient de l’inoubliable issue. Alors forcément, même si les hommes ne sont plus les mêmes, exceptés Julien Stéphan, Benjamin Bourigeaud et Adrien Truffert, alors en périphérie du groupe pro, un petit parfum "d’on remet çà" planait sur le Roudourou en ce premier match officiel de l’année 2024.

ds 1819

Pour réécrire l’histoire, Julien Stéphan choisit de mobiliser tout le monde. Gauthier Gallon est ainsi titulaire, Guéla Doué également à droite, tandis que Benjamin Bourigeaud prend place sur le banc, tout comme Fabian Rieder et Bertug Yildirim, que l’on aurait pu imaginer titulaires. Nemanja Matic, lui , n’est pas du déplacement, pas plus qu’Amine Gouiri, blessé. Comme souvent lors d’un premier tour de coupe de France pour une Ligue 1, rien n’est simple lors d’une première période globalement équilibrée. Les occasions franches sont très rares, les approximations techniques beaucoup moins. Bien trop timide et sans réelle liant entre son attaque et son milieu, le Stade Rennais s’en remet à ses latéraux pour apporter un peu de danger. Un centre de Truffert et un autre de Guéla Doué offrent à Désiré Doué, de chaque fois de volée, l’occasion d’ouvrir le marque mais ça passe à côté (15' et 28'). En face, Gauthier n’a pas vraiment d’occasion de se mettre en lumière, même si Warmed Omari lui offre une grosse frayeur avec une relance plein axe heureusement non sanctionnée. Juste avant la pause, Adrien Truffert crochète son défenseur côté gauche avant d’adresser un centre parfait pour Arnaud Kalimuendo, jusque-là invisible, qui décroise sa tête pour ouvrir le score. Dans une rencontre que l’on peut qualifier "de reprise », le SRFC est devant au repos (0-1).

D’entrée en seconde période, El Ouazani est tout proche d’égaliser après s’être débarrassé d’Adrien Truffert mais le ballon passe pas très loin de la lucarne. Les approximations défensives rennaises permettent à Guingamp de continuer à espérer d’autant qu’offensivement, Rennes ne force pas. Ludovic Blas est invisible et Martin Terrier envoie sa première frappe cadrée du match sans danger seulement à la 48'. Les Rennais vont pourtant quand même se mettre à l’abri à la 55'. Une merveille de passe en profondeur parfaitement ajustée d’Enzo Le Fée, jusque-là bien discret, sur un ballon récupéré devant sa surface, trouve Arnaud Kalimuendo, impeccable face à Enzo Basilio pour le doublé (56'). Quelques instants plus tard, profitant de la panique celtique guingampaise, Martin Terrier est tout près de tuer tout suspense mais frappe juste à côté. Disposant d’une marge de deux buts, le Stade Rennais gère plutôt sereinement la dernière demi-heure. Benjamin Bourigeaud, Fabien Rieder et Bertug Yildirim entrent en jeu pour Arnaud Kalimuendo, Martin Terrier et Désiré Doué mais ne se montrent pas vraiment dangereux. Peu de situations intéressantes, de part et d’autres, pour contrarier le destin d’une rencontre scellée, même si Gallon s’offre une belle envolée sur une frappe non fatale de Picard dans les arrêts de jeu.

Avec cette victoire sans grosses frayeurs ni grands enseignements face à un très faible Guingamp, le Stade Rennais enchaîne un second succès de rang et engrange tout de même un peu de confiance et un seizième de finale à disputer dans quinze jours. L’adversaire des "Rouge et Noir » sera connu lundi soir, avec l’espoir d’un bon tirage pour continuer de rêver à une belle aventure en coupe, parenthèse pouvant aussi servir la confiance pour la Ligue 1. Série à poursuivre samedi prochain avec le retour de la Ligue 1 au Roazhon Park face à Nice.

Malgré l’absence de recrues, le Stade Rennais a entamé 2024 par un succès maîtrisé, face à En Avant Guingamp (0-2). Julien Stephan entend enclencher un nouveau cycle jusqu’en juin.

ds 1818

Deux victoires de rang, ça se fête. Les moments de joie ont été tellement rares lors de la première partie de saison que les Rennais ont pris plaisir à aller fêter leur qualification en 16es de finale de la Coupe de France. Un clapping devant leurs supporters au Roudourou pour nourrir la dynamique. "On ne passe de la maladie à la guérison comme ça. On est toujours en convalescence, mais ça vient valider dix bons jours de travail par cette victoire sérieuse, logique, maîtrisée. C’est bon pour les gars, pour la confiance.

En arrivant, on avait connu une première période de sept matchs, où il nous fallait prendre le plus de points possibles, faire le dos rond… Là, c’est le début d’une nouvelle séquence, où on veut poser les fondations collectives de ce qu’on veut faire avec et sans ballon, avec une forme de travail collectif plus aboutie", livrait Julien Stephan, désormais décidé à évoluer avec un 4-4-2, abandonnant son 5-3-2 peu imaginatif sur le plan offensif.

Auteur d’une saison compliquée à l’image de son Rennes, Arnaud Kalimuendo a été décrié depuis le début de saison. Et selon les informations de la presse allemande, cette frustration l’aurait amené à vouloir rejoindre les rangs d’un gros club allemand qui disposerait déjà d’un accord avec l’attaquant de 21 ans.
ds 1811

Rennes est totalement passé à côté de sa première moitié de saison en Ligue 1. Auteurs d’un mercato pourtant ambitieux l’été dernier, les Bretons n’ont pas su se montrer au niveau sous la houlette de Bruno Génésio. Et alors que Julien Stéphan a été intronisé fin novembre pour remplacer le natif de Lyon, le retour de l’ancien coach de Strasbourg n’a pas été salvateur non plus. Dixièmes de Ligue 1, les coéquipiers d’Amine Gouiri ont du pain sur la planche en cette nouvelle année pour aller chercher les places européennes.

Pourtant, 2024 a bien débuté pour les Rouge et Noir. En effet, opposés à leur voisin de Guingamp ce dimanche pour le compte des 32es de finale de Coupe de France, les pensionnaires du Roazhon Park sont allés chercher leur ticket pour la suite de la compétition en s’imposant par deux buts d’écart (0-2). Et alors que l’aventure en Coupe de France continue et qu’il y aura un 16e de finale de Ligue Europa à bien négocier contre l’AC Milan, le Stade rennais aura besoin d’un effectif pléthorique pour mener à bien tous ses projets. Forcément, cela passera par un mercato d’hiver réussi. Et si les dirigeants bretons risquent de se montrer ambitieux dans le sens des arrivées, à l’image du dossier Maripan, ces derniers souhaiteront également conserver leurs meilleurs éléments.

Recherche

Calendrier

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Partenaires

Articles

18 février 2024

Connexion

S.G.S.B.

SGSB

Boutique de Mumbly

Boutique

Cantine de Mumbly

Cantine

Hébergé par

Reglyss.bzh

© 1996 - 2024 www.StadeRennais.Net
© 2022 Da'Squad - L'actu du Stade Rennais

Free Joomla templates by L.THEME