• ds_0374.jpg
  • ds_0223.jpg
  • ds_0740.jpeg
  • DS_0112b.jpg
  • DS_0023f.jpg
  • ds_0414.jpg
  • DS_0125.jpg
  • ds_0493b.jpg
  • ds_0919.jpg
  • ds_0547.jpeg
  • DS_0196.jpg
  • ds_0341.jpg
  • DS_0114b.jpg
  • ds_0359.jpg
  • ds_0542.jpeg
  • DS_0023h.jpg
  • DS_0204.jpg
  • ds_0964.jpg
  • ds_0703.jpeg
  • ds_0373b.jpg

Libre de tout contrat depuis son départ des Girondins de Bordeaux Benoît Costil continue sa préparation.
ds 0902

"Ça fait quelque chose d’avoir Benoît Costil avec nous"

C'est avec le Vannes Olypique Club que l'ancien portier bordelais suit sa préparation. Hier, il était présent sur les terrains d'entraînement du VOC pour le plus grand bonheur des gardiens du club.

Ces derniers se sont exprimés sur les suites du VOC : "Ça fait quelque chose d’avoir Benoît Costil avec nous. Mais au-delà de ça, ce sont des moments de partage très intéressants et enrichissements pour nous de par ses conseils et son expérience" indique Joris Tonnel jeune gardien du club.

Samuel Umtiti, le défenseur du FC Barcelone, est bel et bien suivi de près par le Stade Rennais. Le champion du monde a échangé avec Bruno Genesio. Mais si le coach du SRFC est favorable à sa venue, l’état physique de l’ancien Lyonnais ne fait pas l’unanimité au sein du club.

ds 0935

Viendra, viendra pas ? Alors que la défense centrale est désormais le secteur de jeu prioritaire en termes de recrutement, surtout après l’arrivée de Steve Mandanda dans les buts, Samuel Umtiti est l’une des pistes les plus avancées, avec celle menant au Sud-Coréen Kim Min-Jae. Le joueur du FC Barcelone a d’ailleurs échangé avec Bruno Genesio, qui avait été son entraîneur à l’Olympique Lyonnais durant la deuxième moitié de saison 2015-2016 et l’avait côtoyé plusieurs années avant cela en tant qu’adjoint.

Il n’a pas passé de visite médicale
« Tous les joueurs qui correspondent au profil que l’on recherche m’intéressent. Forcément, c‘est un joueur que j’apprécie beaucoup, que j’aime beaucoup », a concédé Genesio au terme de la séance d’entraînement ouverte au public à Dinard ce jeudi 7 juillet. Mais si l’entraîneur rennais est favorable à la venue du champion du monde 2018 avec l’équipe de France, c’est apparemment moins le cas de la cellule de recrutement dirigée par Florian Maurice, inquiète de son état physique. Victime de problèmes physiques récurrents au genou depuis 2018, Umtiti n’a joué que 35 matches avec le Barça lors des trois dernières saisons, et un seul en 2021-2022.

« Il y a des interrogations, comme vous le savez, sur son état physique pour l’instant, a dévoilé Genesio. J’ai eu des échanges avec lui qui m’ont rassuré. Mais pour juger, c’est le terrain qui nous le dira. On fait le point régulièrement. Je comprends que pour le club, ça puisse être quelque chose qui freine le dossier. Quand il y a des gens qui travaillent dans un domaine qui voient une multitude de matches, qui analysent une multitude de données, c’est normal de leur faire confiance pour le recrutement, car ce n’est pas mon travail premier. Soit on a un fonctionnement, on s’y tient et on le respecte, soit on ne le fait pas, mais ça ne sert à rien d’avoir un organigramme bien défini. »

Selon nos informations, Umtiti n’a passé aucune visite médicale pour le Stade Rennais, contrairement à ce qu’ont avancé certaines rumeurs. Le dossier semble donc sérieusement se refroidir, pour preuve le club aurait relancé différentes pistes de défenseurs centraux.

À l’issue de l’entraînement ouvert au public à Dinard ce jeudi 7 juillet, le coach des Rouge et Noir a évoqué le dossier du défenseur central sud-coréen du Fenerbahçe Istanbul qui semble en très bonne voie.

ds 0904

Le dossier menant au défenseur central sud-coréen Kim Min-Jae semble en bonne voie du côté du Stade Rennais. C’est en tous les cas ce que semble dire Bruno Genesio, le coach des Rouge et Noir, qui a avoué, jeudi à l’issue de l’entraînement ouvert au public à Dinard, qu’il était « confiant » sur sa venue à Rennes. « Je sais que ça évolue dans le bon sens mais tant que ce n’est pas signé, je reste prudent. »

Genesio le connaît bien
En revanche, le coach a réfuté les rumeurs selon lesquelles le défenseur central du Fenerbahçe Istanbul dans le viseur de Florian Maurice était déjà à Paris. « Il a repris l’entraînement donc il ne peut pas être à Paris, sauf pour faire du shopping. Kim, je le connais bien, je l’ai eu un an et demi à Beijing. C’est un joueur dans un profil différent mais qui correspond aussi aux qualités que l’on recherche à ce poste. »

Si le défenseur central du Fenerbahçe est courtisé par plusieurs grands clubs, dont l’OM qui ne fera pas deux cadeaux la même semaine à Rennes après avoir lâché Steve Mandanda libre, le SRFC a un avantage en la personne de son coach qui connaît donc bien le joueur de 25 ans (40 sélections avec la Corée du Sud) qu’il a entraîné en Chine. « Je savais déjà qu’il avait l’intention d’évoluer en Europe, ce qu’il a fait en jouant au Fener. C’est un garçon ambitieux, international, qui a envie d’aller le plus haut possible. C’est un projet pour lui qui est une marche supplémentaire », confirme Bruno Genesio qui devrait se réjouir avant la fin du stage d’une deuxième recrue.

Un nouveau renfort en défense pour Amiens ! Ce jeudi, le club de Ligue 2 a officialisé la signature de Jérémy Gélin pour les deux prochaines saisons. Le joueur de 25 ans évoluera pour la première fois de sa carrière à ce niveau. Formé au Stade Rennais, il est apparu à 64 reprises en Ligue 2 sous le maillot breton et arrive libre.

ds 0895

La saison dernière, Gélin était prêté en première division belge, à Antwerp, où il a notamment disputé la Ligue Europa. Son expérience ne sera pas de trop pour le groupe de Philippe Hinschberger en Picardie.

Le Stade Rennais a officialisé, mercredi, la signature de Steve Mandanda. Le gardien de but emblématique de l’Olympique de Marseille s’est engagé pour deux saisons avec le club breton.
ds 0890

Une figure, une légende, et les termes ne sont pas exagérés : avec le départ à Rennes de Steve Mandanda, son capitaine et recordman des matchs disputés, l’OM a tourné mercredi une page de son histoire, laissant le gardien s’offrir une probable dernière aventure en Bretagne.

Après une saison où Alfred Gomis n’a pas donné entière satisfaction dans la cage rennaise, l’entraîneur Bruno Genesio avait jugé "primordial d’avoir un gardien expérimenté" : le voilà servi avec l’arrivée du champion du monde 2018, âgé de 37 ans, qui s’est engagé pour deux saisons.

De l’autre côté, le président marseillais Pablo Longoria a confirmé à Mandanda que l’arrivée d’Igor Tudor en remplacement de Jorge Sampaoli n’allait pas changer son statut, celui d’un portier mis en concurrence avec l’Espagnol Pau Lopez, venu de Rome, en juillet 2021.

Notre priorité à ce poste
Sa situation la saison dernière lui ayant sans doute paru un peu biaisée - il n’a joué que 20 matchs toutes compétitions confondues -, Mandanda a donc choisi de quitter le club qu’il incarnait et dont il était le capitaine, pour avoir plus de certitudes et de temps de jeu, avec peut-être l’équipe de France et le Mondial-2022 (21 novembre-18 décembre) dans un coin de la tête.

Le Stade Rennais a sauté sur l’occasion pour s’offrir une recrue prestigieuse. "C’est un joueur de top niveau. C’est important d’avoir pu l’attirer à Rennes, comment Florian Maurice, le directeur technique du SRFC, sur le site du club. On estimait qu’il remplissait tous les critères que l’on recherchait pour pouvoir accompagner le projet rennais et l’équipe. On a atteint notre objectif, il était notre priorité à ce poste".

Un leader naturel
Le champion du monde 2018 a soulevé six trophées avec l’OM entre 2010 et 2012, la dernière période faste du club, avec un championnat (2010), trois Coupes de la Ligue (2010, 2011, 2012) et deux Trophées des champions (2010, 2011).

"C’est un joueur complet. Il a une grande expérience du haut niveau, ajoute Florian Maurice. Il est très efficace sur sa ligne, dans les airs, dans la gestion de la profondeur et au-delà de ça, c’est un leader naturel. Peu de joueurs ont son expérience. Il a gagné des trophées. Il a vécu de grandes choses. Il va nous apporter au quotidien".

Le Bayern Munich a envoyé une première offre au Stade Rennais pour son jeune attaquant Mathys Tel, 17 ans, à qui il reste deux ans de contrat. Le montant n'a pas fuité.
On savait le Bayern Munich attentif au marché des jeunes français et voici une preuve supplémentaire avec l’intérêt affirmé pour recruter à l'attaquant du Stade Rennais Mathys Tel, 17 ans
.

ds 0889

Une première offre envoyée à Rennes
De sources allemandes, le Bayern Munich a avancé ses pions ces derniers jours pour recruter l’attaquant du Stade Rennais sous contrat jusqu’en 2024. Les dirigeants bavarois ont officialisé leur intérêt avec une première offre envoyée à Rennes, sans que le montant ne filtre pour le moment.

Fraîchement champion d’Europe U17 avec l’équipe de France, Mathys Tel (12 participations en pro cette saison), se retrouve devant un choix important. Au Bayern Munich, le natif de Sarcelles pourrait avoir de la place alors que Robert Lewandowski n’en démord pas de ses envies de rejoindre le FC Barcelone. Si le Polonais venait à voir son vœu exaucé, il resterait Eric-Maxim Choupo-Moting et Sadio Mané comme concurrents pour évoluer en point alors que Joshua Zirkzee (2001), de retour de prêt d’Anderlecht pourrait partir à l’Ajax Amsterdam.

 

Il faudra désormais être attentif à la réaction rennaise après cette première offre. Le Stade Rennais semble être fourni offensivement pour démarrer sa saison alors que le club breton a montré un intérêt sur le marché pour certains attaquants ces dernières semaines.

Le Stade Rennais a mis de gros moyens pour convaincre Steve Mandanda de rejoindre ses rangs. Le gardien de but pourra notamment utiliser le jet privé des Pinault.

ds 0888

Selon les informations recueillies par Matthias Manteghetti, ancien journaliste de Canal+, Steve Mandanda s'est vu offrir de belles conditions pour rejoindre les rangs du Stade Rennais. Le portier devrait percevoir 300 000 euros nets par mois, en Bretagne, en ayant la possibilité d'utiliser le jet privé de François Pinault pour "aller voir ses enfants qui devraient rester vivre à Marseille". Le gardien s'est en outre vu promettre une place de titulaire et un contrat portant sur deux ans.

Champion du monde avec l'équipe de France de football en 2018, Steve Mandanda est actuellement à Rennes afin de passer sa visite médicale en vue d'un transfert au Stade Rennais.

ds 0936

Le transfert de Steve Mandanda au Stade Rennais commence sérieusement à se préciser. Ce mercredi 6 juillet 2022, vers 12h, le joueur a été aperçu sur un parking de l’aéroport Rennes-Bretagne, à Saint-Jacques-de-la-Lande.

Le joueur français était aux côtés de Florian Maurice, directeur technique du club, ainsi que d’un photographe, non-loin du théâtre de l‘Air Libre.

Il passe sa visite médicale
Selon une source proche du club, le champion du monde 2018 serait arrivé à Rennes ce mercredi pour passer sa visite médicale à la Piverdière.

L’OM officialise son départ
Ce mercredi 6 juillet 2022, en fin de journée, l’Olympique de Marseille officialisait sur son compte Twitter le départ de Steve Mandanda, après 15 saisons passées au club.

L’OM tient sincèrement à remercier Steve pour tout ce qu’il a apporté au club depuis 2007.
Avec 613 matchs sous le maillot olympien, il est incontestablement entré dans la légende olympienne, peut-on lire dans le communiqué du club marseillais.

Une question de jours…
Si rien n’est encore sûr, l’international français de 37 ans devrait très bientôt signer son contrat avec le Stade Rennais et ainsi officialiser sa venue au club en tant que gardien.

Le Stade Rennais a officialisé, mercredi, la signature de Steve Mandanda. Le gardien de but emblématique de l’Olympique de Marseille s’est engagé pour deux saisons avec le club breton.
ds 0903

Une figure, une légende, et les termes ne sont pas exagérés : avec le départ à Rennes de Steve Mandanda, son capitaine et recordman des matchs disputés, l’OM a tourné mercredi une page de son histoire, laissant le gardien s’offrir une probable dernière aventure en Bretagne.

Après une saison où Alfred Gomis n’a pas donné entière satisfaction dans la cage rennaise, l’entraîneur Bruno Genesio avait jugé "primordial d’avoir un gardien expérimenté" : le voilà servi avec l’arrivée du champion du monde 2018, âgé de 37 ans, qui s’est engagé pour deux saisons.

De l’autre côté, le président marseillais Pablo Longoria a confirmé à Mandanda que l’arrivée d’Igor Tudor en remplacement de Jorge Sampaoli n’allait pas changer son statut, celui d’un portier mis en concurrence avec l’Espagnol Pau Lopez, venu de Rome, en juillet 2021.

"Notre priorité à ce poste"
Sa situation la saison dernière lui ayant sans doute paru un peu biaisée - il n’a joué que 20 matchs toutes compétitions confondues -, Mandanda a donc choisi de quitter le club qu’il incarnait et dont il était le capitaine, pour avoir plus de certitudes et de temps de jeu, avec peut-être l’équipe de France et le Mondial-2022 (21 novembre-18 décembre) dans un coin de la tête.

Le Stade Rennais a sauté sur l’occasion pour s’offrir une recrue prestigieuse. "C’est un joueur de top niveau. C’est important d’avoir pu l’attirer à Rennes, comment Florian Maurice, le directeur technique du SRFC, sur le site du club. On estimait qu’il remplissait tous les critères que l’on recherchait pour pouvoir accompagner le projet rennais et l’équipe. On a atteint notre objectif, il était notre priorité à ce poste".

"Un leader naturel"
Le champion du monde 2018 a soulevé six trophées avec l’OM entre 2010 et 2012, la dernière période faste du club, avec un championnat (2010), trois Coupes de la Ligue (2010, 2011, 2012) et deux Trophées des champions (2010, 2011).

"C’est un joueur complet. Il a une grande expérience du haut niveau, ajoute Florian Maurice. Il est très efficace sur sa ligne, dans les airs, dans la gestion de la profondeur et au-delà de ça, c’est un leader naturel. Peu de joueurs ont son expérience. Il a gagné des trophées. Il a vécu de grandes choses. Il va nous apporter au quotidien".

Un nouveau Dogue prêt à sortir les crocs.

ds 0882

Ce vendredi matin, le LOSC a officialisé l'arrivée de Jonas Martin. À 32 ans, l'ancien Rennais, libre de tout contrat, change de club et s'engage pour deux saisons dans le nord de la France. Après 213 matchs de Ligue 1 avec Montpellier, Strasbourg et le SRFC, le milieu de terrain vient compléter l'effectif lillois en vue du probable départ de Renato Sanches. Pour sa présentation, le principal intéressé s'est montré enthousiaste et respectueux de la procédure : «?Je suis très heureux de rejoindre ce grand club. Je ressens beaucoup de fierté. Le LOSC est un grand club français, avec beaucoup d’ambition, un bel effectif, un grand stade, de beaux supporters. Il y a tout pour réaliser une grande saison.?»

Après l’acquisition des droits TV des compétitions européennes, Canal+ risque de négliger le prochain appel d’offres de la Ligue 1. Une stratégie assumée par le président Maxime Saada, toujours remonté contre la Ligue de Football Professionnel.

ds 0896

Pour la période 2024-2027, il faudra avoir un abonnement à Canal+ afin d'accéder à tous les matchs des compétitions européennes. La chaîne cryptée a en effet raflé les droits TV de la Ligue des Champions, de la Ligue Europa et de la Ligue Europa Conférence, le tout pour 476 millions d’euros par saison. Avec un tel investissement, Canal+ ne fera sûrement pas monter les enchères lors de l’appel d’offres de la Ligue 1 l’année prochaine. Et pour cause, son président Maxime Saada reste marqué par le traitement infligé par la LFP, qui avait privilégié Mediapro.

Canal+ a mis fin à sa dépendance
"L'enjeu était de devenir moins dépendant de la L1. J'ai très mal vécu l'appel d'offres de mai 2018 lorsque nous sommes repartis sans L1 à un moment où nous pouvions difficilement nous en passer, d'où cet accord de sous-licence avec beIN pour récupérer ses deux matchs par journée, a expliqué le dirigeant à L’Equipe. Notre ambition était de faire reposer Canal sur davantage de piliers, je pense que nous avons réussi. Nous ne sommes plus en situation de dépendance absolue à l'un ou l'autre de nos contenus."

C’est sûr, la Ligue 1 n’a plus la même importance pour Canal+. A tel point que les matchs ne sont plus diffusés sur sa chaîne principale. "Déjà sur les audiences, la moyenne de nos matchs de L1 cette saison, c'est un rapport de 1 à 3 par rapport à la C1 (533 000 de moyenne contre 1,6 million pour la Ligue des champions), s’est défendu Maxime Saada. Mais le choix de la chaîne de programmation ne joue pas sur ces résultats. Quand nous ne pouvons pas diffuser un Grand Prix de F1 sur Canal+ et qu'on le bascule sur Canal+ Décalé, nous faisons de grosses audiences."

"Quand ils sont intéressés, nos abonnés savent changer de chaîne. On ne dégrade pas une compétition en la positionnant sur Canal+ Décalé, a poursuivi le président. Lorsqu'on est sur un prime du samedi soir, qui est une affiche notoire de la L1, tout le monde sait où la regarder. La même programmation la saison prochaine ? Absolument, avec quelques ajustements. Avec le Top 14, le samedi et le dimanche en prime time sur Canal+ premium, nos audiences et le nombre de fans de rugby progressent. Nous n'avons pas de raison de changer de politique."

Rien de très rassurant pour le football français, qui peut se demander si Canal+ compte participer à l’appel d’offres de la Ligue 1 l’année prochaine. "L'avenir le dira... Cela reste un produit important en télé payante mais nous verrons en fonction des circonstances, du prix et de ce qui se passera à ce moment-là sur le marché français", a prévenu Maxime Saada, prêt à profiter d’une possible absence de concurrence pour récupérer des droits à bas prix.

.

Après sa prolongation de deux saisons à la tête du Stade Rennais, Bruno Genesio a fait le point sur les objectifs de la saison.
ds 0937

1 Sa prolongation
Il me semblait très important pour moi et pour la suite de ma carrière d‘ être à la fois dans un projet sportif ambitieux, intéressant, qui prend place et qui se développe d’année en année, et dans un projet humain qui correspond parfaitement à ce que j’attends (…), a déclaré le technicien du Stade rennais après sa prolongation pour deux saisons.

Dans le métier d‘ entraîneur, on connait la précarité de notre métier car on est presque exclusivement lié aux résultats de l’équipe, a-t-il également reconnu.

2 Ses ambitions pour la saison
On n‘ a pas eu cette discussion-là, ni avec le propriétaire ni avec les dirigeants mais forcément que l’objectif minimum est de se qualifier de nouveau pour une coupe d’Europe, en tout cas c’est le discours que j’aurai avec les joueurs, a-t-il annoncé.

3 Le mercato
Concernant le recrutement, entre trois et cinq recrues sont attendues, a indiqué Bruno Genesio. Le chantier prioritaire concerne la défense centrale avec le départ de Nayef Aguerd à West Ham (Angleterre) et la blessure au pubis de Warmed Omari, qui sera opéré.

Notre charnière titulaire est décimée. On a besoin de deux joueurs à ce poste-là, a reconnu Bruno Genesio, qui n‘ a pas souhaité commenter la rumeur d’une arrivée possible de l’international français Samuel Umtiti en Bretagne.

Autre question centrale de l‘ été, celle du gardien de but, Alfred Gomis, le titulaire de la saison écoulée n’ayant pas donné pleine satisfaction.

Il aurait dû nous permettre de gagner une place ou deux si sur certains matches il avait pu être plus décisif. Il est toujours sous contrat avec nous, on essayera de trouver la meilleure solution pour lui, a dit à son sujet Bruno Genesio, soulignant qu‘ il était primordial d’avoir un gardien expérimenté.

Caen, Fribourg, Augsbourg, Nantes et Aston Villa seront les quatre adversaires du Stade Rennais en matchs de préparation, entre le 20 et le 30 juillet.
ds 0885

Alors que les joueurs du Stade Rennais reprennent l’entraînement collectif, ce mercredi, après deux jours de tests physiques et médicaux, leur programme de présaison est désormais fixé. Après un stage d’une semaine à Dinard, du 3 au 9 juillet, les joueurs de Bruno Genesio, qui s’apprête à prolonger son contrat de deux ans, auront quatre matchs amicaux à leur programme avant de débuter la saison de Ligue 1 par un derby face au FC Lorient, le 7 ou le 8 août au Roazhon Park.

Les matchs amicaux du Stade Rennais

  • Samedi 16 juillet (17 h 30) : SC Fribourg (ALL) - Rennes à Fribourg-en-Brisgau
  • Mercredi 20 juillet (18 h) : SM Caen (L2) - Rennes à Caen
  • Samedi 23 juillet (15 h 30) : FC Augsbourg (ALL) - Rennes à Augsbourg
  • Mercredi 27 juillet (17 h) : FC Nantes - Rennes à Saint-Nazaire
  • Samedi 30 juillet (18 h) : Rennes - Aston Villa au Roazhon Park

L'entraîneur du Stade Rennais Bruno Genesio a signé ce jeudi son nouveau contrat de trois ans, qui le lie au club breton jusqu'en 2025.
ds 0884

Avant son premier point-presse de la saison vendredi après-midi, l'entraîneur du Stade Rennais Bruno Genesio a signé ce jeudi son nouveau contrat de trois ans, qui le lie à Rennes jusqu'en 2025, après un effort financier important du club breton pour le prolonger. Arrivé au printemps 2021, l'ancien Lyonnais avait signé au départ jusqu'en 2023.

Qui aurait parié sur Kipsta, la marque de foot populaire par excellence de Decathlon, pour décrocher le statut de fournisseur officiel du ballon de la Ligue 1 et de la Ligue 2 jusqu’en 2027 ? Pas grand monde. Mais c’était méconnaître le savoir-faire de Decathlon, l’enseigne préférée des Français. Suite de notre immersion, cette fois pour plonger dans les secrets de la conception de ce fameux ballon.

ds 0881

C’est à Tourcoing, cette fois, que ça se passe, au "Kipstadium", ce centre de conception et de développement des produits sports collectifs de l’enseigne, aménagé sur les friches de la Brasserie Terken et de l’ancien dépôt Transpole. C’est là qu’a été conçu, testé et validé le ballon Kipsta, celui qui succédera dès la saison prochaine (et jusqu’en 2027) à la marque allemande Uhlsport sur les pelouses de Ligue 1 et de Ligue 2.

Il faut bien le dire, c’est inattendu. Non pas que cette marque, qui a vu le jour en 1998 après Tribord, Quechua (1996) et Solognac (1997), ne soit pas performante, mais elle est pour le moins connotée. Longtemps, c’est vrai, on a eu cette image de produits destinés aux primo-accédants, aux loisirs, à la famille, jusqu’au niveau intermédiaire. Kipsta, c’était bien pour débuter, pour équiper nos gamins, mais pas pour performer?, convient Frédéric Boistard, patron de Kipsta, l’une des 85 marques en propre de l’enseigne Decathlon.

Mais la stratégie de développement a évolué, quittant peu à peu les rives des années 2000 où Kipsta était considérée en effet comme bonne pour les enfants et le jardin. Si l’ambition reste la même, à savoir satisfaire le plus grand nombre de clients grâce à des produits techniques à des prix abordables, la marque est aujourd’hui en mesure de plaire à des joueurs de football réguliers voire des experts.

"Les gants de Jean-Louis Leca coûtent 45€ en magasin"
Pour élever le curseur de la qualité de ses produits, Kipsta a fait du Decathlon, à savoir : multiplier les partenariats techniques et faire bosser les équipes dédiées. On le sait assez peu, mais une quinzaine de joueurs de Ligue 1 et de Ligue 2 travaillent avec Kipsta, au premier rang desquels on trouve Jean-Louis Leca, le gardien de but du RC Lens, pour les gants, Yannick Cahuzac, l’autre Corse sang et or (désormais retraité), pour les chaussures, Jessy Moulin (Troyes), Quentin Bernard, latéral gauche de l’AJ Auxerre, et d’autres.

Ce n’est pas juste pour faire joli car monter un partenariat d’image avec un produit de mauvaise qualité serait destructeur et la marque le sait. Ainsi, Jean-Louis a développé avec nous pendant plusieurs années les gants avec lesquels il joue. Il a fait tous les tests, a choisi les composants, les grips, etc. Une fois que l’on dispose d’un produit dont on est certain qu’il n’a rien à envier à la concurrence, on le valorise. Et on le propose à la vente à des prix accessibles. Les gants de Jean-Louis Leca coûtent 45€ en magasin, les chaussures de Cahuzac, c’est 50€. ?La concurrence, c’est deux, trois voire quatre fois plus cher. On fait les choses dans l’ordre?, se plaît à dire Frédéric Boistard.

Revenons à nos ballons. Quand l’équipe Kipsta a vu sortir l’appel d’offres de la Ligue de Football Professionnel, elle a sauté sur l’occasion. On était en novembre 2020. Rien n’était prémédité ni vertical. Depuis 2013, elle avait un ballon Kipsta homologué Fifa, depuis 2014 un ballon homologué Fifa Pro. On voyait de temps en temps passer des appels d’offres, mais on ne se sentait pas forcément prêts ni crédibles.

"On voulait être certain de la qualité de notre produit"
Pourquoi se sentir plus crédible en 2022 ? Il faut rembobiner : en 2017, Decathlon avait tenté le pari de ne plus vendre que ses produits maison dans ses magasins. Les clients ont dit non ?au bout de quelques mois, souhaitant continuer à avoir le choix dans les rayons avec d’autres marques. Néanmoins, cette période-là a boosté l’innovation,?poursuit Frédéric Boistard. Si on ne voulait que du Kipsta dans le rayon foot, il nous fallait alors monter encore d’un cran en qualité. Ce que nous avons fait et ce qui nous a permis, sans doute, de légitimer notre candidature à l’appel d’offres de la LFP cinq ans plus tard.

Ainsi, l’équipe Kipsta (55 personnes dispatchées entre le ballon, la bagagerie, la chaussure) s’est lancée dans l’aventure Ligue 1 - Ligue 2 après dépôt de son dossier fin mars 2021 et une réponse favorable quelques semaines plus tard. On voulait être certains de la qualité de notre produit. On a été exigeant. On a noué des partenariats avec des clubs mais aussi des fournisseurs pour avoir les meilleurs matériaux à assembler.

Decathlon a investi de manière conséquente en construisant un laboratoire exclusivement dédié au ballon au sein du Kipstadium. Sur ce site, l’"équipe ballon" (composée d’un chef de produit, d’un ingénieur, d’un designer et d’un retail supplier) dispose des mêmes machines que celles de la Fifa. Une vingtaine de personnes a collaboré à ce projet. On y a fait tous les tests afin d’atteindre un ensemble de standards à respecter pour que la Fifa donne son feu vert et appose son logo Fifa Quality Pro sur un des panneaux du ballon.

Les entreprises françaises doivent-elles se retirer totalement de Russie ?
Par exemple : le ballon doit peser entre 420 et 440 grammes, doit pouvoir être gonflé à 150 % de la pression recommandée sans exploser. Il doit également, lorsqu’il est lâché à 2m de hauteur, rebondir jusqu’à 1,20m?, détaille Romain Da Rocha, chef de produit sur les ballons. Sa pression ne doit pas varier de plus de 10 % trois jours après un gonflage.

Aussi, il ne doit pas se déformer lorsqu’il reste dans le coffre d’une voiture en plein soleil ou lorsqu’il est acheminé dans les conteneurs venus de Chine ou du Pendjab. Pour s’en assurer, le ballon est "shooté" 2 500 fois contre une plaque de béton, située deux mètres plus loin, à la vitesse de 50 km/h afin de vérifier après coup dimensions, pression et sphéricité de l’objet, avec une marge de tolérance de déformation de 1,5 % maximum. On travaille également sur des tests d’absorption d’eau : on pose le ballon dans une petite cuve avec quelques centimètres d’eau, on fait tourner le ballon et on vient l’écraser, ceci plusieurs fois (250), puis on mesure la différence de poids au début et à la fin du test. ?Il ne doit pas être supérieur de 10 % à son poids initial.

C’est parce que les ballons en cuir naturel avaient tendance à se gorger d’eau qu’ils sont désormais constitués de panneaux thermocollés, sans coutures. Un ballon, c’est un gros sandwich : une vessie en caoutchouc, puis des lamelles de textile pour le haut de gamme, puis du PLU, du TPU, de la mousse, etc. ?Ne dites plus jamais qu’un joueur, si talentueux soit-il, "caresse" le cuir…

"Faites essayer cinq ballons Fifa Pro différents à un joueur, chaque avis sera très tranché"
Kipsta est même allé plus loin que les normes Fifa Pro, en testant le ballon avec des machines développées en interne, par exemple à des chaleurs atteignant 66°C, ou alors en mesurant l’abrasion grâce à un impacteur dont le revêtement vient user sa surface?, détaille Romain Da Rocha. Elle a aussi éprouvé la résistance de la valve grâce à une machine qui insère et retire une aiguille pour parer aux fuites sur une centaine de gonflages, soit l’équivalent d’un gonflage hebdomadaire pendant deux ans. On voulait que la résistance de notre ballon soit représentative de la vie qu’il mènera dans un club, et pas seulement au plus haut niveau?, précise Frédéric Boistard.

Si tout est normé, les sensations renvoyées par un ballon labellisé peuvent néanmoins être très différentes d’un modèle à l’autre : Faites essayer cinq ballons Fifa Pro différents à un joueur, chaque avis sera très tranché, pouvant même aller jusqu’à la détestation : celui-là est top, celui-là, je n’en veux pas.

Arrive donc dans la conception du ballon l’aspect sensoriel : bruit, comportement en vol, stabilité de la trajectoire, accroche au terrain, capacité à prendre de l’effet, sont autant d’éléments non normés qui demandent du travail et font toute la différence. On a fait beaucoup de tests en amont avec nos partenaires techniques dans les clubs pour valider l’usage (8 dont trois de Ligue 2), au-delà des normes, ainsi qu’au Kipstadium auprès de testeurs pour avoir des retours directs sur différents ballons et matériaux. ?Chaque retour du terrain est entré dans une base de données puis l’ensemble est recoupé.

Car un ballon, comme un beau vélo finalement, c’est aussi une émotion. Donc un designer. On écoute Sylvain Tilly, designer produit chez Kipsta : Il y a un panneautage à dessiner, des choix de textures à faire, et une partie graphisme à travailler. Pour les 90 ans du championnat de France, on a beaucoup échangé avec la LFP. On voulait raconter une histoire : le nom de chacun des 19 clubs champions de France est inscrit sur le ballon, on voyage du FC Nantes au FC Sète en passant par le CO Tourcoing-Roubaix, Sochaux, le Stade Lillois. On voyage aussi à travers les rivalités. Par exemple, Lille et Lens sont face à face, Nantes et Bordeaux également.

En mains, le ballon est rainuré, ça saute aux yeux : C’est un attrait technique pour améliorer sa trajectoire?, précise Romain Da Rocha. La texture du ballon est volontairement prononcée pour les terrains arrosés sur lesquels jouent les pros. Il accrochera plus chez les amateurs, peut-être trop.

300 ballons officiels distribués à chaque club
300 ballons officiels (dont 20 neige et brouillard?) seront distribués à chaque club professionnel pour la saison 2022-2023. Soit environ 12 000 unités, les mêmes pour la L1 et la L2 (seul le design change légèrement). Kipsta travaille déjà sur une nouvelle version à horizon 2024-2025. C’est complexe parce que dès que tu joues sur un critère parmi les trois principaux (toucher, confort, trajectoire), ça peut déstabiliser les deux autres?, dit Frédéric Boistard. C’est de l’horlogerie fine. Mais on veut le meilleur ballon, on ne veut pas se satisfaire, donc on continue à travailler dessus.

L’équipe le fait avec une grande fierté et une énergie dingue. Kipsta est en train de changer de catégorie. ?Son rêve ? Il est d’ordre qualitatif. Si dans quatre ans, on demande à un footballeur français de citer ses trois marques préférées et qu’on y figure, c’est qu’on aura bien travaillé.

À ce sujet, la rentrée prochaine pourrait marquer une nouvelle avancée. La marque va en effet proposer une chaussure révolutionnaire (d’abord à 1500 unités), co-conçue avec l’entreprise Demgy, à Gétigné, près de Nantes : la Traxium Compressor, faite d’une seule pièce thermoplastique, intégralement terminée dès sa sortie du moule. Plus aucune opération d’assemblage, de vissage ou de collage n’est nécessaire. Plus de perte de matière, une production automatisée et des fibres recyclables plusieurs fois. Cette paire de chaussure bénéficiera d’une garantie de 10 ans contre le décollement de la semelle, quand la majorité des concurrentes ne font pas une saison.

L’écoresponsabilité, comme toutes les marques sous pavillon Decathlon, c’est l’autre virage pris. Kipsta, de façon plus large, proposera 80 % de son offre textile en production écoresponsable en 2022, avec un objectif à 100 % d’ici 2026.

Recherche

Calendrier

Partenaires

Articles

Connexion

Tipeee

Tipeee

S.G.S.B.

SGSB

Cantine de Mumbly

Cantine

Hébergé par

Reglyss.bzh

© 1996 - 2022 www.StadeRennais.Net
© 2022 Da'Squad - L'actu du Stade Rennais

Free Joomla templates by L.THEME