• ds_0963.jpg
  • ds_0913.jpg
  • DS_0026.jpg
  • DS_0155.jpg
  • ds_0456.jpg
  • ds_0304.jpg
  • ds_0544.jpeg
  • ds_0762.jpeg
  • DS_0171.jpg
  • ds_0346.jpg
  • ds_0556.jpeg
  • DS_0023e.jpg
  • ds_0345.jpg
  • ds_0290.jpg
  • ds_0951.jpg
  • ds_0587.png
  • DS_0069.jpg
  • ds_0412.jpg
  • ds_0620.jpeg
  • ds_0660b.jpeg

Face au risque de succession de saisons à rallonge, le syndicat des footballeurs professionnels français a appelé à une "refonte en profondeur" du calendrier international.

ds 0871

L’UNFP, syndicat des footballeurs professionnels français, a appelé vendredi à une "refonte en profondeur" du calendrier international, s’insurgeant face aux risques inhérents à "une interminable saison".

L’Union nationale des footballeurs professionnels affirme dans un communiqué qu’il est "urgent de revoir en profondeur le calendrier international", appelant à « une refonte en profondeur et des solutions collectives », en vue d’« assurer la protection de la santé des joueurs et accorder des périodes de repos total plus longues ».

La France dispute quatre matches en onze jours
Le syndicat épingle particulièrement le rassemblement international du mois de juin, où quatre rencontres sont programmées pour les sélections en un laps de temps réduit, une conséquence de la programmation en hiver de la Coupe du monde au Qatar, qui densifie l’agenda de la rentrée.

"Pour la première fois de son histoire, l’équipe de France dispute quatre matches en onze jours", rappelle l’UNFP. "L’avis est unanime, les joueurs sont éreintés, usés par une interminable saison, des matches tous les trois jours de plus en plus fréquents et des périodes internationales – toujours plus longues – qui ne font qu’aggraver la situation".

L’équipe de France comme les autres sélections dispute en ce moment la Ligue des nations, avec une troisième rencontre vendredi à Vienne contre l’Autriche. Face à l’enchaînement de matches, le sélectionneur Didier Deschamps a procédé à une large revue d’effectif, avec 10 changements entre le premier et le deuxième match, une première dans son mandat.

L’ancien gardien de Chelsea et d’Arsenal sera présent, mercredi 15 juin 2022, en compagnie d’anciens joueurs du Stade Rennais, pour un tournoi de golf au profit de l’école de foot de l’AGL-Drapeau.

ds 0868

En activité ou retraité du football de haut niveau, ils sont nombreux à avouer une passion pour la petite balle blanche. Petr Cech fait partie de ceux-là. Mercredi 15 juin, l’ex international tchèque sera présent pour un tournoi de golf au domaine du Bois-Guy à Parigné, près de Fougères (Ille-et-Vilaine), où il sera l’ambassadeur de l’évènement.

C’est lors d’un dîner entre l’ancien portier de Chelsea et Michaël Linhoff, propriétaire du domaine que l’esquisse du projet a débuté. « On partage certains centres d’intérêt comme celui de l’environnement, souligne le propriétaire des lieux. Notre golf écologique allant dans ce sens, on s’est dit pourquoi pas. »

Ce tournoi n’aurait pas pu avoir lieu sans le concours de Christophe Lollichon, ami des deux protagonistes. « C’est un réel plaisir d’organiser cet évènement parce que c’est avant tout une histoire de personnes », explique l’ancien entraîneur des gardiens du Stade Rennais.

D’anciens du Stade Rennais sur place
Sont attendus sur les tees de ce parcours niché sur le domaine du Bois-Guy, des anciens Rouge et Noir tels Mickaël Pagis, Michel Sorin, Romain Danzé, Erik van den Boogaard. « Malgré un emploi du temps chargé, ils n’ont pas hésité à répondre favorablement à l’invitation, précise Christophe Lollichon. L’idée est de partager un moment en dehors d’un terrain de foot avec Petr au milieu. »

Lors de ce rendez-vous qui se veut convivial, le public pourra être présent. « Les spectateurs seront les bienvenus, indique Michaël Linhoff. Des créneaux horaires leur seront proposés pour aller sur le parcours. » Pour les selfies, autographes et autres, il faudra attendre la fin du tournoi.

Des fonds pour les jeunes footballeurs
Les fonds récoltés de ce tournoi iront pour l’école de foot de l’AGL-Drapeau. « On parle beaucoup de l’équipe première mais il ne faut pas oublier la base, observe Christophe Lollichon, qui n’est autre que le conseiller sportif du club. On veut se donner les moyens d’aller encore plus loin. Notre but est de voir grandir nos gamins sportivement et humainement. Et si possible pour certains, d’aller tutoyer une carrière de footballeur. »

Si rien n’est sûr pour le moment, il n’est pas impossible que ce genre de manifestation se réitère à l’avenir. Toujours dans le but de soutenir des associations.

Olivier Sorlin met un terme à sa carrière de joueur et débute en tant que coach au CSFC. Il portait les couleurs du club depuis quatre saison.

ds 0866

Ça y est. À 43 ans, Olivier Sorlin raccroche les crampons. Ce week-end contre la réserve de Bourg-en-Bresse, le milieu défensif a officiellement tiré sa révérence. Mais le natif de Saint-Etienne ne sera jamais très loin des terrains. Après plus de 600 matches en pro entre Montpellier, Rennes ou encore Évian, il évoluait depuis quatre ans chez les amateurs de Cluses-Scionzier en R1. Dès la saison prochaine, il reprendra la tête de cette même équipe qu'il connait sur le bout des doigts. Le club dévoilera les détails de son staff dans la semaine.

Après le match nul face à l’Ukraine jeudi, les Bleuets ont tenu à offrir leur maillot à leurs adversaires, dont le quotidien a été chamboulé par la guerre contre la Russie.

ds 0857

Accrochés par l’Ukraine jeudi (3-3) lors de la dernière journée des éliminatoires à l’Euro 2023 qu’ils disputeront, les Bleuets n’en ont pas oublié l’essentiel : la solidarité.

Ils ont ainsi offert leur maillot aux joueurs ukrainiens de la sélection des moins de 21 ans, touchés par l’invasion russe et la guerre qui ravage leur pays depuis le début de l’année 2022. Et c’est Eduardo Camavinga qui s’est mué en porte-parole des Bleuets : "Nous savons qu’il y a actuellement une mauvaise situation et c’est un cadeau pour tout le monde, a-t-il expliqué en anglais dans le vestiaire de ses adversaires du soir. Avant d’ajouter : Nous espérons que la situation va s’arranger."

Ce nouveau geste traduit à nouveau toute la solidarité du monde sportif envers leurs homologues ukrainiens.

Les très probables nominations de Laszlo Bölöni et Pierre Dréossi aux postes d'entraîneur et de directeur technique ont surpris à Metz. Les deux hommes, qui ont déjà collaboré par le passé, auront pour mission de ramener les Grenats en Ligue 1 dès l'année prochaine.
ds 0852

Incrédules pour certains, moqueurs pour la plupart : les agents et autres proches du FC Metz ont tous été stupéfaits par l'arrivée prochaine de Laszlo Bölöni sur le banc. À 69 ans, il effectue son retour en France, plus de dix ans après l'avoir quittée.

L'ancien entraîneur de Nancy (1994-2000), Rennes (2003-2006), Monaco (2006) et Lens (2011) ne figurait pas parmi les favoris pour prendre la succession de Frédéric Antonetti, dont le départ a été officialisé jeudi. C'est pourtant lui qui a été préféré à Jean-Louis Garcia (qui n'a gagné que trois matches sur quinze avec la filiale belge de Seraing la saison dernière), Emilio Ferrera (sous contrat avec La Gantoise), Patrice Garande (libre) ou encore Omar Daf (toujours lié à Sochaux mais très demandé).

Un duo qui se connaît bien
Nouveau conseiller du président Bernard Serin (71 ans), Lucien D'Onofrio (66 ans) a choisi le Roumain, avec qui il a déjà travaillé au Standard Liège (2008-2010). Sans contrat depuis son départ du Panathinaïkos en mai 2021, sur une 5e place en championnat de Grèce, Bölöni devrait être officiellement nommé dans les prochaines heures.

D'Onofrio, qui pilote désormais Metz, Seraing (où il a placé Carlos Freitas comme directeur sportif) et Génération Foot, a également tranché en ce qui concerne le directeur technique des Grenats. Selon nos informations, il s'agira de Pierre Dreossi.

Un temps pressenti, le Belge Michel Preud'homme aurait souhaité un champ d'action plus élargi que celui proposé par des Lorrains qui ont mis tout leur avenir entre les mains d'hommes d'expérience. Dréossi, 62 ans, a déjà travaillé avec Böloni du côté de Rennes (2003-2006) et plus récemment au Pana (2020-2021). Ancien joueur de Lille, Sochaux, Nice, du PSG et de Cannes, il a déjà occupé des fonctions de dirigeants au LOSC, à Rennes (où il fut même un temps entraîneur et manager) et au PFC.

Ce vendredi, le Stade rennais a communiqué sur la politique d’abonnement pour la saison prochaine. La campagne de réabonnement s’ouvrira du 14 au 30 juin.

ds 0861

Comme annoncé en amont par France Bleu Armorique, la campagne de réabonnement s’ouvrira pour les abonnés du Roazhon Park, le 14 juin prochain. Le club révèle qu’elle se refermera le 30 juin inclus, et s’effectuera en ligne intégralement.

"Les cartes d’abonnement seront dématérialisées (pas de carte d’abonné) et seront disponibles en téléchargement courant juillet seulement. La e-carte d’abonnement sera valable pour tous les matchs de la saison, il n’y aura pas besoin de faire un téléchargement à chaque match comme la saison passée." précise le SRFC.

Des tarifs spéciaux seront mis en place pour les moins de 12 ans, les étudiants en tribune Groupe Rose haut et Ville de Rennes (tarif de 165€). Une offre spéciale "Ma tribu", pour 2 adultes + 2 jeunes, sera également mise en place.

Les personnes bénéficiant d’un tarif préférentiel avec leur CSE, club ou association devront s’enregistrer préalablement auprès de ces derniers.

Robert Françoise, père de Noah Françoise, était jugé au tribunal judiciaire de Rennes vendredi, après avoir agressé le directeur du centre de formation rennais Denis Arnaud.

ds 0851

Le 23 avril dernier, après un match de N3 entre Rennes et Brest à la Piverdière, le père du jeune milieu rennais Noah Françoise, Robert, avait agressé le directeur du centre de formation rennais Denis Arnaud qui était venu le saluer. Des personnes avaient dû s'interposer pour les séparer.

Ce vendredi matin, l'affaire a été jugée au tribunal judiciaire de Rennes. Denis Arnaud, toujours marqué psychologiquement après avoir eu 15 jours d'incapacité de travail et une fracture costale, était absent, pas en mesure d'affronter la présence de Rober Françoise selon son avocat, maître Thierry Fillion, qui était aussi celui du Stade Rennais.

Robert Françoise reconnaît un acte "stupide et égoïste"
Robert Françoise a reconnu sa responsabilité dans un acte "stupide et égoïste", en contestant avoir porté des coups. Il a considéré que son fils, au fond, était la victime dans cette histoire, et la juge lui a rappelé qu'il s'agissait plutôt de Denis Arnaud. Robert Françoise a aussi exposé un rapport qui était préalablement conflictuel avec Denis Arnaud quant à la gestion de son fils. Selon lui, Denis Arnaud aurait voulu nuire à la carrière de Noah (18 ans), en suggérant à Landry Chauvin, le sélectionneur de l'équipe de France U19, de ne plus le prendre. Et en cachant à Bruno Genesio la situation du joueur, sous contrat pro jusqu'en 2024.

Maître Fillion a souligné que Denis Arnaud s'inscrivait en faux contre les allégations de son agresseur. L'avocat de l'UNECATEF, Didier Lacombe, a rappelé l'émoi que cette histoire a créé dans la profession, à une époque où les affaires concernant des comportements agressifs de parents sont légion. Le procureur a requis 800 euros d'amende, l'obligation d'un stage de citoyenneté dans un délai de six mois, l'interdiction de contact avec Denis Arnaud et une interdiction de pénétrer dans une enceinte sportive pendant un an. Le jugement a été mis en délibéré au 28 juin.

En avril, le père de Noah Françoise avait frappé le directeur du centre de formation du Stade Rennais Football club Denis Arnaud, qui avait porté plainte

ds 0850

La saison s’est terminée sur une fin heureuse. Menée 3-0 en première mi-temps, l’équipe réserve du Stade Rennais a signé une improbable victoire 7-4 lors de l’ultime journée de National 3, s’offrant un ticket pour monter en National 2. Un moment de bonheur pour l’ensemble des jeunes joueurs qui a permis d’oublier les tracas d’une saison pas comme les autres.

Le 28 avril, au soir d’une défaite face au Stade Brestois, le directeur du centre de formation du Stade Rennais Denis Arnaud avait été pris à partie par le père d’un joueur. Capitaine de la réserve, Noah Françoise avait vu son père frapper le dirigeant pour un motif encore flou. Certaines sources évoquent « la frustration » du père, qui n’acceptait pas que son fils ne soit pas plus intégré au groupe pro emmené par Bruno Genesio.

Le joueur désavoue l’acte de son père
Ce vendredi, le père du jeune joueur sera assis sur le banc des accusés dans la salle d’audience du tribunal correctionnel de Rennes, à la suite de la plainte du dirigeant et de son club. "Je condamne cet incident, indépendant de ma volonté et qui ne reflète absolument pas les valeurs auxquelles je crois et dans lesquels (sic) j’ai grandi", avait déclaré le joueur, désavouant son père. Il n’avait d’ailleurs pas été sanctionné et a poursuivi la saison avec la réserve, le brassard de capitaine toujours au bras. Les entraînements avaient cependant été annulés pendant plusieurs jours au centre de formation.

Pourquoi ce parent a-t-il usé d’un comportement si violent ? La question sera évoquée ce vendredi et viendra sans doute faire écho à la pression de plus en plus grande subie par certains dirigeants de la part des parents. "Si on vient pour entraîner des enfants ou former des joueurs dans un club pro ou entraîner des professionnels, ce n’est pas pour se faire molester au bord du terrain. Il y a d’autres moyens que la violence ou l’intolérance. Il y a une vraie réflexion à avoir. Pas que dans le foot", avait déclaré Bruno Genesio après l’incident.

ds 0849

Lovro Majer est un homme qui, à 24 ans, est bien dans ses pompes. Auteur d'une première saison très remarquée en Ligue 1 avec le Stade rennais (6 buts, 8 passes décisives), le natif de Zagreb enchaîne également les minutes avec la sélection nationale. Mardi après-midi, au lendemain du nul entre la Croatie et l'équipe de France (1-1) à Split, il a accepté de se poser une trentaine de minutes pour revenir notamment sur ses premiers mois français et glissé au passage son envie de rester en Bretagne dans les prochains mois : « Je sais que plusieurs choses s’écrivent sur mon avenir, mais l’intérêt d’autres clubs, je le prends pour le moment seulement comme une confirmation que je fais bien les choses. Je suis heureux à Rennes, j’aime la ville, le club, et je veux continuer d'y progresser. »

Olivier Cloarec, le nouveau président exécutif du Stade Rennais FC, annonce que 500 places VIP supplémentaires seront créés au Roazhon Park à l’intersaison. Elles viendront s’ajouter aux 2 200 places actuelles, car il y a une forte demande de la part des entreprises.

ds 0848

Le Stade Rennais FC a de nouvelles ambitions, comme l’a indiqué Olivier Cloarec, dans une interview accordée à nos confrères de TVR, Vincent Simonneaux et Christophe Penvern. "La dimension du Stade Rennais a changé, c’est le fruit du travail de ces dernières années, observe le nouveau président exécutif. Le budget du club est établi pour faire une coupe d’Europe, c’est l’objectif minimal."

Les droits télé et le sponsoring
La majeure partie des recettes provient des droits télé. "Le second poste, c’est le sponsoring, avec les places VIP", explique Olivier Cloarec, en annonçant que 500 places VIP supplémentaires vont être créées dans l’intersaison. Actuellement, le Roazhon Park offre une capacité totale de 30 000 places avec 2 200 places VIP. "Il y a une forte demande des entreprises rennaises, et bien au-delà. Pour nous, c’est une recette financière importante."

À titre de comparaison, Brest dispose de 2 000 places VIP au stade Francis-Le Blé, pour une capacité totale de 15 000 places. À Strasbourg, le stade de la Meinau offre 3 500 places VIP. À Metz, 3 400 places. En Belgique, l’équipe d’Anderlecht joue dans un stade de 30 000 places, avec 3 450 places VIP. "On voit bien qu’on a un déficit, constate le président exécutif, on répond donc à une forte demande."

Limiter à 15 000 abonnés
Concernant la billetterie, la campagne de réabonnement est lancée pour la prochaine saison. "On espère que les abonnés de l’an passé vont se réabonner le plus vite possible. C’est une façon de récompenser les supporters qui sont fidèles au club depuis de nombreuses années, on leur donne la priorité."

Ensuite, le nombre de places pour les abonnés pourrait être limité à 15 000 (la moitié de la jauge du stade) au lieu de 20 000 actuellement, "pour laisser l’opportunité aux supporters rennais qui viennent de très loin de voir leur équipe plusieurs fois dans la saison".

Ces nouveautés ont suscité, pour l’instant, peu de réactions parmi les supporters. Certains s’inquiètent à l’idée de voir le nombre de places abonnés revu à la baisse. "Au final, ce sont les vrais supporters qui mettent l’ambiance dans le stade, pas ceux qui viennent voir deux matchs dans l’année", réagit un inconditionnel du club Rouge et Noir. Un autre considère que les places doivent être "clairement moins chères pour un abonné que pour un VIP ou un match à l’occasion ".

Pas de bronca chez les supporters
L’augmentation du nombre de places VIP ne suscite pas de bronca. "C’est une annonce logique. Si les VIP rapportent, c’est normal de les augmenter comme ceux des concurrents, pour le bien financier du club", réagit ce supporter qui a fait ses calculs : "15 000 abonnés + 2 500 VIP, cela laisse 10 000 places pour ceux qui mettront aussi de l’ambiance…"

Le Stade Rennais, qui pense à se séparer de son gardien titulaire Alfred Gomis, songe à recruter Steve Mandanda. Mais l'affaire est loin d'être simple.
ds 0847

Le Stade Rennais est bien intéressé par Steve Mandanda. Comme révélé mercredi par L'Équipe, et selon les informations de RMC Sport, le club a pris contact pour envisager la venue du gardien historique de l'Olympique de Marseille au cours de ce mercato d'été. Mais le dossier, complexe, suscite du pessimisme à Rennes. La faute à deux obstacles majeurs.

En premier lieu: Steve Mandanda ne souhaite pas, a priori, quitter Marseille. L'international français, âgé de 37 ans, a encore deux ans de contrat à honorer avec l'OM. Son contrat court en effet jusqu'en juin 2024.

Relégué sur le banc en septembre au profit de Pau Lopez, Steve Mandanda a regagné en fin de saison la confiance de son entraîneur Jorge Sampaoli, qui lui a offert plusieurs titularisations dans le sprint final. Le champion du monde 2018 a ainsi bouclé l'exercice 2021-2022 avec 20 matchs au compteur, dont 9 de championnat et 8 d'Europa Conference League. Ce qui a fait dire au président marseillais Pablo Longoria dans l'émission Rothen s'enflamme sur RMC: "Il a un contrat avec le club. C'est un joueur très important. (...) Il y a 20 ans, le poste de gardien était très clair, avec un rôle de deuxième gardien. Depuis cinq ans, la donne n'est plus tout à fait la même".

Rennes veut d'abord trouver une porte de sortie à Gomis
Second problème: Rennes veut d'abord trouver une porte de sortie à Alfred Gomis, son gardien titulaire. Mais le Sénégalais de 28 ans, qui n'a jamais convaincu depuis son arrivée en 2020 en tant que successeur d'Édouard Mendy, dispose d'un gros contrat jusqu'en juin 2025. Ce qui rend plus difficile l'éventualité d'un départ.

L'UEFA a dévoilé le calendrier détaillé de la Ligue des champions, de la Ligue Europa et de la Ligue Europa Conférence pour la saison 2022-2023, marquée par l'organisation de la Coupe du monde au Qatar en novembre et en décembre.

ds 0846

Les dates de la saison européenne 2022-2023 ont été dévoilées par l'UEFA. Coupe du monde au Qatar à l'automne oblige (21 novembre-18 décembre), les dates de la phase de poules de la Ligue des champions, de la Ligue Europa et de la Ligue Europa Conférence sont très resserrées. Par paire de deux, les journées vont s'enchaîner d'une semaine à l'autre, entre le 6 septembre et le 3 novembre.

Le calendrier redevient plutôt habituel pour les phases à élimination directe. Malgré tout, les finales auront lieu un peu plus tard que d'ordinaire: le 10 juin à Istanbul pour la C1, le 31 mai à Budapest pour la C3, le 7 juin à Prague pour la C4.

Le Paris Saint-Germain et l'Olympique de Marseille sont directement qualifiés pour la phase de groupes de la Ligue des champions. L'AS Monaco entre au stade du troisième tour de qualification. Le Stade Rennais et le FC Nantes sont qualifés pour la phase de groupes de la Ligue Europa. L'OGC Nice est quant à lui inscrit aux barrages de la Ligue Europa Conférence.

Les dates majeures de la Ligue Europa et Ligue Europa Conférence

  • Troisième tour de qualification: 4 et 11 août
  • Barrages: 18 et 25 août
  • Phase de groupes: 8 septembre / 15 septembre / 6 octobre / 13 octobre / 27 octobre / 3 novembre
  • Barrages phase finale: 16 et 23 février
  • Huitièmes de finale: 9 et 16 mars
  • Quarts de finale: 13 et 20 avril
  • Demi-finales: 11 et 18 mai
  • Finale Ligue Europa: 31 mai
  • Finale Ligue Europa Conférence: 7 juin
  • Tirage troisième tour de qualification: 18 juillet
  • Tirage barrages: 2 août
  • Tirage des groupes: 26 août
  • Tirage barrages phase finale: 7 novembre
  • Tirage huitièmes de finale: 24 février
  • Tirage tableau final: 17 mars

Lié pour encore douze mois avec le Stade Rennais, Bruno Genesio a évoqué sur RMC Sport la question centrale de sa prolongation en Bretagne.

ds 0862

C'est un club où je me sens très bien

Bruno Genesio persiste et signe. Interrogé ce mercredi par RMC Sport, l'entraîneur du Stade Rennais a réitéré son envie de poursuivre l'aventure sur le banc du club breton, quatrième de Ligue 1 et qualifié pour la prochaine Ligue Europa. En poste depuis mars 2021 et sous contrat jusqu'en juin 2023, le technicien de 55 ans a confirmé à nos confrères des pourparlers avec sa direction en vue de la signature d'un nouveau bail.

“On avance, on est en discussions. Ma priorité est de continuer. C'est un club où je me sens très bien. On travaille chacun dans son domaine, avec Florian Maurice, Olivier Cloarec et Nicolas Holveck. Chacun est à sa place, on travaille ensemble. Parfois en désaccord, mais ça se passe toujours par des discussions et du dialogue. C'est vraiment un confort de travailler dans ces conditions-là, pour un entraîneur d'avoir un directeur sportif compétent et très proche de moi.

Des offres plus alléchantes sur la table

L'ancien coach de l'Olympique Lyonnais poursuit : “J'ai un groupe qui est encore perfectible, avec qui on a fait une très, très bonne saison. J'ai encore envie de les accompagner pour faire encore mieux, si possible, les faire progresser individuellement et collectivement. J'ai une relation privilégiée et particulière avec le propriétaire du club. Cela fait partie des valeurs que j'apprécie. Il y a trois choses très importantes pour faire des choix : le projet sportif, humain et financier. Chacun fait ses choix par rapport à différents arguments. J'ai envie de rester au Stade Rennais pour ça.”

Bruno Genesio révèle avoir eu des offres venues de l'extérieur plus alléchantes, balayées d'un revers de la main. “J'ai envie de prolonger. On est en discussions. Je vais être très franc. J'ai eu des propositions avec des conditions nettement supérieures à celles du Stade Rennais. J'ai refusé. J'ai demandé et obtenu des garanties pour le mercato. Je pense que ça va se faire. On a un propriétaire qui est très, très ambitieux.”

Avant de partir en vacances, Bruno Genesio a accepté de faire un bilan de fin de saison avec la presse locale en petit comité dans les salons du Domaine de Cicé-Blossac. L’occasion pour le coach rennais de retracer une saison un peu folle et de se projeter sur la suite, dès le 28 juin prochain, date de la reprise. Voici donc l’heure des conclusions d’un exercice riche d’enseignements.

ds 0863

Quelles conclusions tirez-vous de cette saison riche en couleurs, terminée à la quatrième place ?

Avant toute chose, nous avons ce que nous méritons. Sur 38 journées, notre place reflète la saison. Nous avons eu des moments exceptionnels. Nous avons battu un record de buts inscrits, de points, de victoires pour le club. Nous avons aussi sans doute un peu surperformé si l’on compare notre classement sportif et celui des budgets, où nous sommes septièmes. La saison reste très positive.

Pouviez-vous faire encore mieux ?

Nous pouvons toujours faire mieux, progresser. Nous avons eu des moments faibles qui nous ont empêché d’aller voir plus haut. On ne s’est jamais reniés, nous avons continué à jouer avec la même philosophie. C’est peut-être aussi ce qui a pu nous coûter des points, parfois car il faut être capables de s’adapter, d’être plus solides. Sur les douze défaites que nous avons enregistrées, je reste convaincu qu’avec plus de maturité dans certaines situations, nous serions parvenus à en convertir au moins cinq en matchs nuls et nous aurions sans doute fini un peu plus haut au classement.

Le bilan serait-il le même si Serhou Guirassy avait trouvé la barre plutôt que marqué et l’équipe terminé à la cinquième place ?

Sur le contenu, le jeu, oui, nous aurions eu les mêmes enseignements, très positifs avec beaucoup de satisfactions. En revanche, sur l’objectif d’être européen, non, nous aurions échoué.?Or une saison est réussie si l’on atteint ce que l’on s’est fixé. C’est le juge de paix. Avec la manière, bien sûr, c’est encore mieux. Je reste convaincu que l’enjeu et les points sont et doivent être une conséquence du jeu et non l’inverse.

Le manque de rotations sur certains postes est-il aussi l’une des causes de ces défaites, à regret ?

Je ne sais pas si ce sont les rotations qui ont pesé. Je constate en revanche que nous avons enregistré nos meilleurs résultats lorsque nous jouions tous les trois jours, avec des onze de départ quasi-similaires. Derrière, oui, sans doute qu’il nous a manqué une rotation, notamment lorsque Nayef Aguerd a été absent.

Classée première au classement du fair-play, votre équipe a-t-elle été trop gentille et l’a-t-elle payé sur certains matchs par manque de vice ?

Je ne pense pas que l’on puisse lier cette place au fair-play à un côté trop gentil, faisant perdre des points. Il s’agit peut-être plus d’une question de mentalité, d’être capable de se faire encore plus mal pour gagner un duel, batailler sur un ballon.

Le mercato va agiter les semaines à venir. On vous imagine déjà au boulot avec Florian Maurice…

Notre premier gros travail est de conserver nos meilleurs joueurs. Cela passe par des discussions avec ceux qui vont être sollicités. A nous de les convaincre qu’ils ont un rôle à jouer au Stade Rennais, qu’ils peuvent encore progresser ici et être heureux et épanouis plus qu’en signant ailleurs. En Angleterre, par exemple, il y a des managers qui ne connaissent même pas le nom des joueurs et les appellent par leur numéro. Dans un transfert, il y a trois parties : nous, le joueur et les éventuels clubs acquéreurs et tout le monde doit y trouver son compte. Il y a forcément des choses avec lesquelles on ne peut, ou ne pourra pas lutter mais à nous d’être convaincants, de prouver qu’être Rennes, ce n’est pas rien. Une cinquième qualification d’affilée en Europe, ça commence à parler, le club est dans une phase ascendante, en progression constante. Ce n’est pas toujours le meilleur choix de vouloir partir et il faut se dire que l’on peut toujours progresser, même en restant dans le même club. Surtout quand celui-ci aspire à aller encore plus haut.

Le poste de gardien sera-t-il une priorité en vue du mercato ?

Plusieurs secteurs et postes sont ciblés et une réflexion est en cours sur le poste de gardien. Sur d’autres postes aussi, cela fait partie de notre travail avec Florian d’anticiper sur ce que l’on peut faire ou améliorer pour l’équipe.

Vous avez apprécié votre trophée de meilleur entraîneur de Ligue 1 ?

Je n’accorde pas plus d’importance qu’il ne le faut aux récompenses individuelles, ce n’est pas trop mon truc même si cela fait bien sûr plaisir mais pour moi, c’est avant tout le collectif qui est récompensé, du staff aux joueurs en passant par tous ceux qui œuvrent au quotidien auprès de l’équipe.

Votre management est ainsi salué. Continuerez-vous à le dispenser de cette même manière, participative, avec les joueurs ?

Il n’y a pas de raison de changer, nous avons bien fonctionné, tous ensemble. Je reste convaincu qu’il vaut mieux être au milieu des joueurs qu’au-dessus mais attention, cela induit des règles à respecter, sur lesquelles je suis intransigeant. Personne n’a jamais lâché cette saison et les joueurs ont été capables de prendre leurs responsabilités, comme après Marseille où nous avons dialogué et où j’ai reconnu m’être trompé sur mes choix, mon approche. La réponse contre Clermont, avec des joueurs qui n’étaient pas forcément attendus, a lancé la dynamique que l’on sait. Le groupe porte les individualités, c’est comme cela que l’on peut réussir à durer.

S’il jouera probablement de nouveau le Top 5 l’an prochain, le Stade Rennais va-t-il également nourrir des ambitions en Europa League ?

J’ai toujours affirmé mon avis d’aller le plus loin possible en coupe d’Europe. Nous l’assumons, sereinement, et je reste convaincu que nous aurions pu aller plus loin cette saison, s’il y avait eu la VAR… Cette compétition a un format qui nous convient bien et nous y serons ambitieux.

Ce dernier but de la saison, signé Serhou Guirassy, avait tout de même des allures de symbole, celui d’un groupe ne lâchant rien, uni…

C’est tout à fait cela. Serhou nous qualifie pour l’Europa League, nous offre cette récompense et cette quatrième place. Il est entré à une demi-heure de la fin, aurait pu faire la « tronche » ou se dire pourquoi tout donner avec un entraîneur qui ne m’aligne pas d’entrée… Non, il est entré avec son envie, sa gnaque, est allé mettre ce coup de tête avec détermination. Les joueurs dans ce groupe n’ont pas eu d’états d’âme, ont donné le meilleur d’eux-mêmes. Nous nous appuierons sur ces valeurs, ce groupe pour poursuivre dans cette lignée la saison prochaine.

Vous serez en fin de contrat en 2023. Où en êtes-vous de votre prolongation et y pensez-vous beaucoup ?

Je suis encore sous contrat un an, je n’ai pas de raisons d’être plus préoccupé que cela. Je me sens très bien à Rennes, je l’ai déjà dit, je prépare la saison prochaine comme il se doit, en étroite collaboration avec Florian, avec qui nous avons le luxe d’avoir une excellente relation qui permet de travailler sereinement, en pouvant se dire les choses. J’ai le privilège de travailler dans un cadre très positif, avec beaucoup d’ambition, un club en pleine progression avec des propriétaires passionnés, à l’écoute et à nos côtés. Comme pour les joueurs, les sollicitations peuvent exister mais je sais aussi ce que j’ai ici. Je ne suis pas carriériste, le sportif et l’humain sont prioritaires pour mon épanouissement et je les ai ici. Démarrer la saison prochaine avec un an de contrat restant ne me dérange pas.

Avec ses rumeurs, ses infos, ses intox, il va rythmer les trois prochains matchs des amoureux de foot. Attention supporters rennais, revoici le mercato ! Les "Rouge et Noir" n’y échapperont pas et seront actifs, avec des objectifs très ciblés côté départs comme arrivées.

ds 0842

Ils s’en vont

Jonas Martin, auteur d’une grosse saison, n’est pas conservé par le SRFC, désireux de faire de la place à Lesley Ugochukwu, formé au club. Le milieu de terrain à la mentalité irréprochable s’en va la tête haute malgré deux premières saisons pourries par les blessures. Jérémy Gélin a lui aussi vécu une saison blanche, suite à une lourde blessure au genou et quitte son club formateur. Son expérience (84 matchs, 1 but) avec les « Rouge et Noir » pourrait lui ouvrir quelques portes assez rapidement. Pépé Bonet part libre, tandis que du côté des retours de prêts, seul Mathis Abline, très en vue au Havre (6 buts, 3 passes décisives), devrait trouver grâce aux yeux du staff rennais. Yann Gboho, James Lea-Siliki, Franck Rivolier et Junior Kadile devraient être invités à trouver un nouveau point de chute.

Ils seront difficiles à retenir

Arrivés il y a cinq ans, Hamari Traoré et Benjamin Bourigeaud sont peut-être arrivés à la fin de l’histoire et ne manquent pas de sollicitations. La Premier League (Brentford) et la Bundesliga (Dortmund, Francfort) font les yeux doux au capitaine de la sélection malienne encore sous contrat jusqu’en 2023.

Auteur d’une immense saison, Benjamin Bourigeaud a séduit la Roma et deux clubs espagnols (Bétis et FC Séville ?) déjà très chauds pour l’accueillir. Le chouchou du Roazhon Park, dont le contrat expire également dans un an, n’a pas encore tranché mais ne cache pas son envie de vivre une expérience à l’étranger. Le Stade Rennais souhaite négocier avec ses joueurs, dont l’avenir est LA priorité du moment. Nayef Aguerd, lui, vient de boucler sa deuxième saison rennaise en montant en grade. Très régulier avec le Maroc, il rayonne et la Premier League le suit de très près depuis déjà un an. West Ham est déjà revenu à la charge mais ne sera pas le seul.

Une très grosse somme (40 M€ ?) sera indispensable pour faire flancher le SRFC, qui a prolongé son défenseur en début d’année passée.

Pour Martin Terrier, un intérêt de Tottenham a été évoqué et il faudra être fort pour résister, même si le joueur n’a, pour le moment, indiqué aucune velléité de départ. Attention néanmoins, nous ne sommes qu’aux prémices d’un été qui s’annonce très long…

Ils devraient rester

Ils sont quelques-uns pour qui l’avenir, sauf grosse surprise, s’inscrit à Rennes. Dans cette catégorie, Baptiste Santamaria, devenu indiscutable et Flavien Tait, tout juste prolongé, sont des évidences. Les jeunes formés au club Warmed Omari, Adrien Truffert et Lorenz Assignon ont également encore à apprendre avant d’aspirer à d’autres cieux. Ils devraient être aussi rennais l’an prochain.

Pour Lovro Majer, la porte est fermée, selon le club. Gaëtan Laborde, auteur d’une grosse saison malgré une fin difficile, est désireux de confirmer. Dogan Alemdar, Birger Meling, Lesley Ugochukwu ou encore Kamaldeen Sulemana devraient eux aussi être en « Rouge et Noir » la saison prochaine et chercher à gagner leur place dans le onze de Bruno Genesio. Jérémy Doku, après une saison quasi-blanche, sera revanchard et ne tient pas à bouger avec le Mondial en novembre tandis que Loïc Badé devra rebondir après une première saison compliquée. Serhou Guirassy, enfin, pourrait être candidat au départ, ne souhaitant pas redémarrer la saison en doublure mais ne partira pas n’importe où. Alfred Gomis, enfin, ne sera pas retenu en cas d’offre et sera mis en concurrence sur la place de numéro 1.

Du lourd en renfort ?

Bruno Genesio ne l’a pas caché, le poste de gardien fait partie des réflexions de l’état-major rennais. Dans cette lignée, Benjamin Lecomte, déjà en contact avec le club depuis plusieurs mois selon nos sources, est une piste très plausible. Ayant côtoyé le nouveau président Olivier Cloarec à Dijon et Lorient, sans temps de jeu à l’Atlético, le gardien international, qui connaît parfaitement la Bretagne, connaît le haut niveau et s’annonce revanchard. Un prêt est envisageable, comme un transfert définitif, Monaco ne comptant pas sur lui. Autre piste venue du sud de la France, Walter Benitez, qui pourrait quitter Nice libre. Une affaire en or sur laquelle beaucoup sont déjà placés. Un profil connaissant la Ligue 1 devrait être privilégié.

En défense, du renfort est attendu dans l’axe, indispensable, surtout en cas de départ de Nayef Aguerd. Jason Denayer serait en contact avec le Stade Rennais, recruté à Lyon par Florian Maurice, et pourrait être le premier renfort du secteur En fin de contrat à Dortmund, Dan-Axel Zagadou serait une superbe affaire, néanmoins coûteuse à la signature. Les relations Dortmund-Rennes pourront-elles aider ? (équipementier commun, transfert dans le passé d’Ousmane Dembélé). Au milieu de terrain également, le Stade Rennais s’affaire à trouver un profil puissant et technique.

Passé par Lyon à l’époque Genesio, Corentin Tolisso coche toutes les cases mais aspire encore à jouer la Ligue des Champions et dispose d’un salaire XXL pour le moment hors de portée. La relation avec Bruno Genesio peut-elle faire pencher la balance ? Cela semble très difficile à imaginer… Morgan Sanson fut évoqué mais n’a pas le profil « puissant » désiré par le club, au contraire de Sekou Fofana (Lens), s’il ne rejoint pas l’Angleterre, comme à un degré moindre, Xeka, libre et désireux de quitter Lille. En cas de départ d’Hamari Traoré, un latéral droit sera prioritaire. Junior Sambia (Montpellier) et Kévin Malcuit (Naples) sont libres, tout comme Djibirl Sidibé.  Faites vos jeux !

Recherche

Calendrier

Partenaires

Articles

Connexion

Tipeee

Tipeee

S.G.S.B.

SGSB

Cantine de Mumbly

Cantine

Hébergé par

Reglyss.bzh

© 1996 - 2022 www.StadeRennais.Net
© 2022 Da'Squad - L'actu du Stade Rennais

Free Joomla templates by L.THEME