• ds_0891.jpg
  • ds_0363.jpg
  • ds_0420.jpg
  • DS_0151.jpg
  • ds_0431.jpg
  • ds_0403.jpg
  • ds_0894.jpg
  • ds_0473.jpg
  • ds_0678.jpeg
  • ds_1091.jpg
  • DS_0079.jpg
  • ds_0768.jpeg
  • ds_1014.jpg
  • ds_1170.jpg
  • ds_0469.jpg
  • ds_0393.jpg
  • ds_1015.jpg
  • ds_1037.jpg
  • ds_0434.jpg
  • ds_0597.png

Pour se rassurer, Lille prochain adversaire en championnat du Stade Rennais pourra toujours se dire que les deux seules équipes cette année ayant vaincu les "Rouge et Noir" avaient un nom commençant par L (Lens et Lorient). C’est déjà ça mais ce sera très léger au moment de défier un véritable rouleau-compresseur qui a facilement aplati les rares velléités héraultaises ce dimanche au Roazhon Park, flirtant parfois avec le très haut niveau.

ds 1111 

Au regard de la compo d’équipe alignée par Bruno Genesio, le visage offensif de l’équipe ne laissait guère de doute. Xeka et Majer au milieu et un quatuor Bourigeaud-Terrier-Kalimuendo-Gouiri affuté et ayant l’envie d’effacer le goût amer du nul concédé à Istanbul jeudi. D’entrée, les combinaisons sont multiples et le danger permanent sur les buts de Kamara. Si le premier tir du match est signé Savanier (1'), Benjamin Bourigeaud (7'), Majer (9') puis Kalimuendo (11') règlent la mire avant que l’inévitable Martin Terrier, sur un délice de coup-franc de Lovro Majer n’ouvre la marque d’un coup de tête puissant. La machine bretonne est lancée et Montpellier, venu pour défendre avant de penser à jouer (80 % de possession rennaise à ce moment-là du match !), est très vite sanctionné d’un second but signé Arnaud Kalimuendo, dont la frappe pourtant peu puissante mais parfaitement placée bat Kamara (23', 2-0). Le soleil d’un beau dimanche après-midi, des triangles en veux-tu en voila entre les quatre offensifs qui rendent dingue une défense visiteuse. Tour à tour, Amine Gouiri (26') puis Xeka, d’une superbe frappe qui trouve le montant de Kamara, sont proches du KO parfait. Tout en maîtrise, en donnant une impression de plénitude et de plaisir à jouer, la bande de Bruno Genesio rejoint les vestiaires confortablement, avec ses deux buts d’avance.

Après le repos, Montpellier décide enfin de jouer et s’installe dans le camp rennais, sans être pour autant bien dangereux. La première escarmouche est rennaise, avec un délice de volée enroulée de Benjamin Bourigeaud, à l’entrée de la surface, juste au dessus de la lucarne de Kamara. En face, les anciens de la maison se signalent. D’abord Faitout Maouassa, qui contraint Steve Mandanda à un arrêt réflexe sur un centre-tir puis par Wahbi Khazri qui perd son duel face à l’excellent portier rennais, décisif et efficace au bon moment (68'). Les changements se multiplient alors de part et d’autres et Rennes remet le pied sur le ballon. Benjamin Bourigeaud se procure une nouvelle occasion de marquer mais ne conclut pas. Dans la foulée, Tchato est hanté par la présence de Martin Terrier dans son dos et pousse le cuir au fond de son propre but. Très gentiment, l’arbitre de la rencontre annule le but pour une pseudo poussette du meilleur buteur rennais. Ce n’est que partie remise, Rennes inscrivant enfin le 3-0 par l’autre incontournable du moment, Amine Gouiri, auteur d’une merveille de tir enroulé sur un service du magnifique Martin Terrier (85').

L’affaire est bouclée, une nouvelle fois avec maestria et le Stade Rennais enchaîne un quatorzième match sans défaite ! Une série exceptionnelle, qui ne se résume pas qu’à des chiffres mais surtout à une impression de puissance, de maîtrise collective alliées à un talent fou en attaque et une vraie solidité en défense. Ce Stade Rennais-là envoie du lourd et grapille sur Lens et Lorient, qui ont toutes les raisons de s’inquiéter du retour rennais dans le rétro. Avec un déplacement à Lille dimanche prochain après la dernière journée de coupe d’Europe, puis la réception de Toulouse pour bouler cette première partie de saison énorme, avant la coupe du monde, le SRFC a un coup à jouer et un podium, désormais rejoint à la troisième place, sur lequel s’installer pour de bon. Incontestablement, il le mérite et n’a sans doute pas fini de nous épater. Ah oui, petite suggestion au passage à vous, amis lecteurs. Si quelqu’un a le numéro de Didier Deschamps, merci de lui indiquer l’adresse du Roazhon Park ou de lui offrir un abonnement TV pour suivre certains éléments du Stade Rennais, qui ne feraient vraiment pas tâche dans une équipe de France qui ne pourra pas rêver à un grand destin avec uniquement de longs ballons sur Kylian Mbappé. Jouer au foot, c’est mieux et actuellement, c’est sans doute du côté du Roazhon Park que cela se fait le mieux en France. Merci, vraiment, de lui passer le message et à bientôt !

Auteur de son 11e but de la saison (le 8e en L1), dimanche, face à Montpellier, le leader offensif rennais continue sa course (désespérée ?) vers le Qatar.
ds 1051

Les matchs se suivent et se ressemblent désormais pour Martin Terrier, buteur lors de la victoire de Rennes contre Montpellier, dimanche. « Je ne suis pas surpris par sa densité. Il est bien préparé physiquement », lâche juste Bruno Genesio. Depuis la 3e journée, le troisième meilleur buteur de L1 2021/22 (21 buts) est apparu sur la liste des buteurs à dix reprises en seize matchs ! Avec onze réalisations -quatre du droit, trois du gauche, quatre de la tête-, le voilà au-dessus de ses standards, au cœur de la plus longue série d’invincibilité de l’histoire du Stade Rennais (14 matchs).

Ajoutez à cela quatre passes décisives, une combativité incessante, une activité défensive nouvelle depuis août, voici de quoi lui offrir un costume d’épouvantail pour la liste des 23 ou plus de Didier Deschamps, rendue publique le 9 novembre prochain.

Comme Ribéry en 2006 ?
Comme celui enfilé par Franck Ribery, appelé in extremis par Domenech pour le Mondial 2006, après des mois époustouflants à l’OM ? Que peut-il faire de plus pour s’inviter au Qatar ? « Je ne sais pas si je suis dans la meilleure forme de ma vie de footballeur, j’espère que ça sera de mieux en mieux, répond l’intéressé. Mais, oui, je suis bien en ce moment, je veux tout faire pour que ça continue et je veux mieux encore ! Je serai devant ma télé le 9 novembre. Mais il y a deux matchs avant… Qu’on parle de moi, je ne veux pas que ça rentre dans ma tête, pour pas que ça dénature ce que je fais sur le terrain. C’est bien que le coach m’ait laissé sur la fin, même s’il y a eu un peu de déchets, il faut repousser ses limites », lance celui qui a rejoint la légende Alexander Frei, en claquant, déjà, 23 buts sur une année civile.

Selon Reuters, le Qatar a expulsé mercredi des milliers d'ouvriers étrangers travaillant sur les chantiers de la Coupe du monde (20 novembre-18 décembre). D'après les résidents, une douzaine de bâtiments auraient été évacués.
ds 1057

Le lot de polémiques entourant la Coupe du monde au Qatar (20 novembre-18 décembre) n'est pas près de s'arrêter. Selon l'agence Reuters, les autorités de Doha ont évacué mercredi des immeubles de la capitale où logeaient des travailleurs étrangers. Dans un bâtiment qui, selon les résidents, abritait 1 200 personnes dans le district d'Al Mansoura, les fonctionnaires municipaux ont sommé les habitants de partir dans un délai de deux heures.

Nous n'avons nulle part où aller
Désoeuvrés, les travailleurs ont été pris au dépourvu. "Nous n'avons nulle part où aller", s'est indigné un homme en s'adressant à l'agence de presse. Un responsable du gouvernement qatarien s'est expliqué sur la situation en affirmant que ces expulsions "ont été conçues conformément aux plans visant à réorganiser à long terme les zones de Doha. [...] Tous ont depuis été relogés dans des locaux sûrs et appropriés", a poursuivi le responsable. Il a aussi assuré que ces opérations n'étaient pas liées à la Coupe du monde.

Parmi les 3 millions d'habitants du Qatar, environ 85 % sont des travailleurs étrangers.

Alors qu'ils menaient 3-0 sur la pelouse de Fenerbahçe jeudi en Ligue Europa, les Rennais ont concédé le match nul (3-3). La première place de leur groupe se jouera donc lors de la dernière journée.
ds 1048

À 3-0 après 30 minutes de jeu, Rennes pensait avoir fait le plus dur sur la pelouse de Fenerbahçe, jeudi en Ligue Europa. Les Bretons ont pourtant encaissé deux buts dans les dix dernières minutes, concédant finalement le match nul (3-3). Assurée en cas de victoire, la première place du groupe B se jouera finalement lors de la dernière journée.

Le match : 3-3
Habitués des buts en fin de match depuis le début de la saison, comme à Angers dimanche en Ligue 1, les Rennais ont cette fois parfaitement entamé la rencontre. Après une première bonne récupération de Lesley Ugochukwu au milieu de terrain, Flavien Tait a pu lancer sur le côté gauche Adrien Truffert, dont le centre en retrait a été parfaitement repris par Amine Gouiri pour l'ouverture du score (5e).

Pas rassasiés, les Rouge et Noir ont inscrit un deuxième but par Lovro Majer cinq minutes plus tard, mais il a été refusé pour un hors-jeu de Martin Terrier au début de l'action. Ce dernier s'est retrouvé à la conclusion d'un nouveau mouvement rennais à la 13e minute, initié par Hamari Traoré, profitant d'une bonne remise de Gouiri pour tromper le gardien turc.

L'ancien attaquant de Nice s'est enfin offert un doublé à la demi-heure de jeu, à la réception d'un centre en retrait de Benjamin Bourigeaud suite à une attaque rapide rondement menée. Avec un petit peu plus de précision, il aurait même pu inscrire un troisième but juste avant la pause, bien servi par Majer (44e).

Des erreurs qui coûtent cher
Malgré cette efficacité offensive, les Bretons ont quelque peu souffert dans le jeu, laissant le ballon à leurs adversaires la majeure partie du temps. Après une première tentative d'Irfan Kahveci passée juste à côté en première période (13e), la défense rennaise a craqué à la 42e minute sur un coup franc tiré par le milieu turc. Trop laxiste dans son marquage, elle n'a pu que constater la réduction du score d'Enner Valencia, trompant Steve Mandanda de la tête.

Les Rennais ont ensuite mieux maîtrisé les débats en seconde période, ne concédant pas de véritable occasion jusqu'aux dix dernières minutes. Après une faute anodine de Lorenz Assignon, Miha Zajc a trouvé la lucarne de Dogan Alemdar (82e), entré en jeu au retour des vestiaires à la place de Steve Mandanda. Les Turcs ont enfin profité d'une perte de balle de Kamaldeen Sulemana, lui aussi sorti du banc, pour égaliser par l'intermédiaire d'Emre Mor (88e).

Ce match nul concédé dans les derniers instants rebat toutes les cartes dans la course à la première place, qui se jouera jeudi prochain entre ces deux mêmes équipes lors de la dernière journée de la phase de poules. Rennes recevra Larnaca alors que Fenerbahçe ira défier le Dynamo Kiev à Cracovie.

13
Ce match nul permet quand même à Rennes d'enchaîner un 13e match sans défaite toutes compétitions confondues, égalant un record établi la saison dernière à la même période.

Le Stade Rennais a craqué et concédé le nul (3-3) ce jeudi soir sur le terrain de Fenerbahçe lors de la cinquième journée de la phase de groupe de la Ligue Europa, après avoir mené 3-0. Les Bretons laissent passer une occasion de rejoindre directement les huitièmes.
ds 1074

Rennes peut s'en vouloir et c'est un euphémisme. Alors qu'ils menaient tranquillement 3-0 sur le terrain de Fenerbahçe ce jeudi et se dirigeaient vers une qualification pour les huitièmes de finale de la Ligue Europa, les Bretons ont réussi à se faire reprendre en montrant un visage plus que décevant en seconde période. Résultat, un nul terriblement frustrant (3-3). Assurés de sortir de leur groupe avant même le coup d'envoi de cette rencontre, les hommes de Bruno Genesio voulaient l'emporter pour valider la première place. Avec ce résultat, ils restent deuxièmes à égalité de points avec leur adversaire du soir. Tout se jouera à distance lors de la dernière journée jeudi prochain.

A Istanbul, le quatrième de Ligue 1 a parfaitement démarré en claquant trois buts en une demi-heure. Et même quatre si on compte celui refusé à Majer pour un hors-jeu de Martin Terrier de quelques centimètres (12e). C’est Amine Gouiri qui a trouvé la faille le premier sur un bon service d’Adrien Truffert (5e). Terrier s’est chargé de doubler la mise (16e), avant de voir Gouiri s’offrir un doublé (30e) au terme d’une transition rapide, une des spécialités de cette équipe. Fenebahçe a attendu la fin du premier acte pour se relancer sur une tête d'un Enner Valencia oublié dans la surface (43e).

Le coup de gueule de Bourigeaud
Mais à ce moment-là, Rennes semblait encore assez serein. Même après la sortie sur blessure de Steve Mandanda, remplacé par Dogan Alemdar (52e) à trois semaines du Mondial. Et pourtant, Fenebahçe est parvenu à tout changer. Un coup franc direct de Miha Zajc, sur lequel Alemdar a sa part de responsabilité, a d'abord permis aux Turcs de revenir à 3-2. La pression s'est alors accentuée et les locaux ont fini par égaliser grâce à Emre Mor après une perte de balle à 20 mètres des buts d'Alemdar (88e). "Ce n'est pas un excès de confiance. Mais on doit mieux gérer que ça la fin de match, c'est une faute professionnelle, on est des imbéciles. On va se dire les choses, on n'a pas le droit", a fulminé Bourigeaud au micro de RMC Sport.

C'est donc lors de la dernière journée qu'on connaîtra le premier de ce groupe B. Entre Fenerbahçe, qui défiera le Dynamo Kiev, et Rennes, qui accueillera Larnaca, les Turcs ont pour l'instant l'avantage au goal average général (+4 contre +3 pour Rennes).

En 2018, les Rhumiers avaient livré bataille pour être présents dans les bars et restaurants de Saint-Malo. En 2022, c’est la galette de blé noir qui a été au centre d’une sacrée bataille. Explications.

ds 1049

Vous aviez aimé la Guerre des Rhums en 2018, vous allez adorer celle des galettes saucisses, version 2022 ! Il y a quatre ans, les Rhumiers de Guadeloupe avaient été surpris par leurs concurrents martiniquais qui avaient fait preuve d’un sacré sens de l’anticipation.

Plus d’un an avant l’édition 2018, les Rhumiers martiniquais avaient lancé une véritable offensive auprès des fournisseurs et commerces malouins. Résultat, si les rhums guadeloupéens étaient bien présents à l’intérieur du village de la Route du Rhum, les Martiniquais affichaient très largement leurs couleurs et leur breuvage dans les commerces d’Intra-Muros.

En 2022, c’est une véritable bataille autour de la présence de stands de galettes saucisses sur le village, qui a agité les organisateurs et la ville de Saint-Malo. Afin de favoriser la vie dans les rues d’Intra-Muros, il avait été décidé que l’offre de restauration serait limitée à l’intérieur du village et en proximité.

Deux stands de galette saucisse
Problème, un commerçant ambulant, qui avait pu vendre des galettes saucisses à l’intérieur du village en 2018, a remué ciel et terre pour pouvoir s’installer. Après de longues semaines de discussions sans fin, voire de pressions, il a finalement pu trouver place à l’entrée du village, côté Rocabey.

Installé à quelques dizaines de mètres de là, Bertrand Larcher, patron de l’Atelier de la crêpe, avait lui aussi fait une demande pour être sur le village. Celle-ci avait été refusée il y a quelques semaines. Mais finalement, lui aussi pourra installer un Food-truck et vendre ses galettes à proximité de son école sur le village.

Donc, contrairement à ce qui a pu être affirmé ici ou là, ? "interdiction de vente de produits carnés sur le village", "pas de galettes saucisses car l’emprunte CO2 est trop importante", "priorité aux produits de la mer", il y en aura pour tous les goûts sur le village. Des spécialités bretonnes aux spécialités guadeloupéennes.

L’enseigne de pizzeria Del Arte a lancé dans treize de ses deux cents restaurants un système d’abonnement pour fidéliser ses clients. D’autres franchises y réfléchissent également face à une baisse de fréquentation due, entre autres, au télétravail.

ds 1058

La restauration à la mode Netflix ? L’enseigne française Pizza Del Arte vient de lancer un système d’abonnement pour manger dans ses restaurants. Vous payez 35 € par mois (30 € le premier mois) et vous pouvez déjeuner ou dîner une fois par jour dans un restaurant du groupe, pendant six mois, détaille BFMTV.

Cet abonnement, valable pour une seule personne, donne accès à un seul plat parmi une sélection de cinq pizzas et de deux plats de pâtes à consommer sur place. Boissons et café sont en sus.

Retrouver la clientèle du midi
L’offre, lancée en octobre, est disponible dans treize des deux cents restaurants de l’enseigne du groupe Le Duff à Boulogne-Billancourt, Colmar, Lyon, Metz, Rennes et Toulouse. Elle vise avant tout les salariés qui ont déserté les restaurants depuis la pandémie de coronavirus et l’essor du télétravail.

Del Arte n’est pas la première à tenter ce genre d’expérience. Aux États-Unis, Taco Bell propose à ses clients un taco par jour pour 10 dollars par mois. En France, l’enseigne britannique Prêt-à-Manger a lancé il y a quelques semaines l’abonnement Café Pret qui donne accès moyennant 25 € par mois (12,50 € le premier) à cinq boissons par jour.

Pas forcément rentable pour l’enseigne
Interrogé par BFMTV, Bernard Boutboul, spécialiste de la restauration chez Gira Conseils, avoue douter de la viabilité de ce modèle économique. "Je ne vois pas comment ça peut être rentable chez Del Arte. Si j’y vais 2,5 fois par semaine en moyenne, l’enseigne est perdante."

L’offre Del Arte concerne en effet des plats à 8 €. À raison de 2,5 fois par semaine, cela représente un coût de 80 € par mois pour seulement 35 € payés. Le succès repose donc sur les extras hors forfait : boisson, dessert, café… "C’est un concept qui est plus adapté à la restauration à emporter qu’au service à table", estime Bernard Boutboul.

Victime d’une entorse à la cheville samedi devant Lyon, le gardien international suisse est forfait pour jouer dimanche en Bretagne.

ds 1050

Des changements en vue. Aux trois suspendus : Elye Wahi, Maxime Estève et Stephy Mavididi, exclu samedi à la Mosson devant Lyon (1-2), s’ajoutent deux blessés : le gardien Jonas Omlin et le jeune défenseur Enzo Tchato.Le gardien international suisse (4 sélections), qui a passé des examens lundi, souffre d’une entorse de la cheville gauche. Conséquence : il est indisponible pour jouer dimanche (15 h) à Rennes lors de la 13e journée de Ligue 1. Omlin, qui s’est blessé à la 40e minute face aux Lyonnais avant d’être remplacé par Bingourou Kamara, est au repos complet pour une semaine.

Optimisme pour Tchato
Le latéral droit Tchato, qui a ressenti une gêne aux ischios-jambiers de la cuisse gauche devant Lyon (55e), avait le sourire mardi matin pour la reprise de l’entraînement devant une nuée de gamins en vacances. L’IRM, passée lundi, n’a révélé aucune lésion. Concentré dans un travail en salle mardi, il doit reprendre l’entraînement en cours de semaine et il n’est pas exclu qu’il effectue le voyage en Bretagne.

Le défenseur central Mamadou Sakho, absent depuis le 11 septembre et la défaite à Angers (2-1), s’est entraîné à part et n’a pas participé à la mise en place.

Aux changements contraints pourraient se greffer un remaniement tactique. Le nouvel entraîneur Romain Pitau, qui a succédé à Olivier Dall’Oglio en début de semaine passée, étudie la possibilité d’évoluer avec une défense à cinq. L’ancien Stéphanois Falaye Sacko, remplaçant depuis cinq matchs, et Nicolas Cozza évolueraient dans l’axe au côté de Christopher Jullien. Arnaud Souquet et Faitout Maouassa occuperaient les couloirs.

Nordin et Khazri en attaque ?
En l’absence conjuguée de Wahi et Mavididi, Arnaud Nordin et Wahbi Khazri, préférés à Valère Germain, pourraient retrouver une place de titulaire.

Ce n’est pas tout. Le milieu de terrain défensif Joris Chotard, écarté face à Lyon, devrait évoluer devant la défense. L’international Espoir devrait récupérer la place de titulaire, qui est la sienne depuis plus d’une saison, et suppléer le jeune Khalil Fayad. La tendance du mardi sera-t-elle la réalité dimanche au Roazhon Park ?

Recherche

Calendrier

Partenaires

Articles

29 novembre 2022

Connexion

Tipeee

Tipeee

S.G.S.B.

SGSB

Cantine de Mumbly

Cantine

Hébergé par

Reglyss.bzh

© 1996 - 2023 www.StadeRennais.Net
© 2022 Da'Squad - L'actu du Stade Rennais

Free Joomla templates by L.THEME