• ds_0522.jpg
  • DS_0075.jpg
  • ds_0602.jpeg
  • ds_0436.jpg
  • DS_0129.jpg
  • ds_0793.jpeg
  • DS_0105.jpg
  • ds_0963.jpg
  • ds_0266.jpg
  • ds_0289.jpg
  • ds_0392.jpg
  • ds_0309.jpg
  • DS_0124.jpg
  • ds_0712.jpeg
  • ds_0866.png
  • DS_0175.jpg
  • ds_0886.jpg
  • ds_0337.jpg
  • DS_0079.jpg
  • ds_0438b.jpg

Commentateur du championnat espagnol sur beIN Sports, Omar Da Fonseca croit aux chances rennaises mercredi soir en Ligue des champions (21 h) si les Bretons ne se laissent pas endormir par le FC Séville.
DS 0130Qu’est-ce qui se passe à Séville, qui se met à perdre (*) ?
C’est une équipe qui n’a pas de changement de rythme. C’est le style habituel du football espagnol : garder la balle. C’est devenu une idée, une vision extrémiste même ! Séville fait ça très bien, c’est une équipe habile balle au pied, qui a un bon degré de technicité mais elle n’a pas de joueurs qui changent de rythme. De Jong devant, c’est un pivot, pas un buteur qui marque énormément. Ils jouent dans un registre monotone mais ils ne piquent pas. Quand ils ne marquent pas tout de suite, ils ont très peu de variantes. Navas (le latéral droit) est le seul joueur un peu dynamique, imprévisible. Donc c’est une équipe facilement "défendable".

C’est étonnant car Séville a gagné la Ligue Europa, a bousculé le Bayern en Supercoupe d’Europe et séduisait la saison dernière et cet été…
Parce que dans le foot, on n’a pas encore compris que c’est lorsque les choses se passent bien qu’il faut changer ! Au milieu, ils ont fait partir Banega, qui était vieillissant mais ils font venir Rakitic (32 ans) qui a quelques kilomètres au compteur… Ils auraient dû faire venir un avant-centre plus mobile, plus technique, d’explosion. Ils font rentrer tout le temps le grand maigre (Youssef En Nesyri), il fait de bonnes courses mais il n’est pas très résistant, il a des carences pour être un avant-centre qui fait mal. Séville est moins bon que la saison dernière.

Mais lors de la première journée, ils ont fait jeu égal avec Chelsea à Londres. Séville a deux visages ?
J’ai vu le match, par moments, ils ont dominé Chelsea. Quand il faut défendre en ayant la balle, ça, ils aiment, ils savent très bien faire. Mais ils ne voulaient pas attaquer ! Plusieurs fois, ils ont eu la possibilité de "risquer" l’attaque, puis ils revenaient en arrière. Ils combinent tout le temps, n’aiment pas les longs ballons, les gros centres dans la boîte.

Séville reste, selon vous, favori du groupe avec Chelsea ?
Chelsea se doit de finir devant. Et Rennes, moi, j’aime beaucoup. Si Rennes peut amener le match (à Séville) dans un contexte plus physique, avec plus d’impact. Cela contrarie beaucoup les équipes qui aiment construire. Aujourd’hui, le Barça, ils pèsent tous 40 kilos tout mouillés ! Les Rodri, Dembélé, Ansu Fati, Coutinho, les Messi, de Jong. Il y a zéro puissance. Après, si Rennes encaisse le but rapidement… Là… Séville saura cacher la balle.

Quelle est la force de Séville à surveiller pour le Stade Rennais ?
C’est le côté droit, avec Navas et Ocampos. Navas, j’aime beaucoup, un très bon centreur, il peut jouer court, long, se projette tout le temps. Il faut l’étudier. Il n’a pas un dribble bien précis mais il tente tout. Donc il faut lui laisser l’initiative, ne pas lui rentrer dedans car il obtient des fautes. Il aime la friction. A priori, il y aurait le retour de Koundé (le défenseur central international espoirs français), la presse espagnole disait qu’il s’est entraîné hier. S’il joue, il a un jeu de tête magnifique, dans les deux surfaces. Il a un bon timing, une très bonne détente.

Et la faiblesse sévillane sur laquelle Rennes doit insister ?
Rakitic défend peu, l’autre milieu (Jordan), très "technicos" aussi, non plus. Ce sont des bons joueurs de foot mais ils n’aiment pas gratter les ballons, ils n’aiment pas se salir le short. Si tu les obliges à défendre, à courir, ils sont moins bien dans leur peau. Rennes peut mettre du rythme, de la puissance, alors que Rakitic ne peut plus. Les milieux de Séville préfèrent assister leurs attaquants que leurs défenseurs…

Que valent les joueurs passés par la Ligue 1. Koundé (ex-Bordeaux), vous en avez parlé, mais aussi Ocampos (ex-Monaco et Marseille) et Diego Carlos (ex-Nantes) ?
Diego Carlos, c’est le défenseur très costaud, il est dur sur l’homme. En Espagne, le duo Koundé - Diego Carlos est considéré. Mais tous les week-ends, ils font face à des attaquants qui dribblent. Là, Guirassy pourra les bouger, il fait des appels, garde la balle. Ocampos est le joueur typique qui séduit les spectateurs, les journalistes parce qu’il est dans l’abnégation, il court tout le temps. Chez nous, on dit que c’est un "joueur qui avale vite l’abnégation". Mais il est à la limite de tout… Il n’a pas un vrai toucher, ce n’est pas un joueur très raffiné, son corps n’est pas très élégant.

Et Koundé est une révélation en Espagne…
Ah oui… Nous (à beIN Sports), on a fait déjà des sujets sur lui. Quand tu arrives à convaincre les journalistes, les adversaires, les entraîneurs adverses, tout le monde, ça veut dire quelque chose. En Espagne, ils n’ont pas ce formatage sur le défenseur central qui doit faire un mètre 90. Il est très fort, très facile pour la relance, il est malin, il fait très peu de fautes… Et il a un jeu de tête ma-gni-fi- que !

(*) Deux défaites 1-0 à suivre en Liga, à Grenade et contre Eibar, samedi.

Le Stade Rennais devra se passer des services de Flavien Tait (27 ans) pour le choc de la 2e journée de Ligue des champions mercredi face au FC Séville (21h).
DS 0129Le Stade Rennais n’est pas inquiet. Bien qu’il reste sur des résultats décevants, notamment une défaite à domicile face au SCO d’Angers (1-2), Julien Stéphan aborde le prochain match de Ligue des champions le plus sereinement du monde. A moins que la blessure de Flavien Tait ne commence à le stresser.
Selon Goal, le milieu de terrain ne fera pas le déplacement à Séville pour la rencontre de demain soir en raison d’un justificatif médical. Aucune raison n’est pas avancée mais le spectre du coronavirus hante déjà les supporters du club breton. Nous n’en sommes pas là, mais il s’agit d’un coup dur pour le joueur (27 ans) qui avait du temps de jeu dans l’entrejeu ces dernières semaines.

A quelques jours d’un premier match historique de Ligue des champions, le président du Stade Rennais, Nicolas Holveck s’est élevé de façon ferme et étayée contre la jauge de 1 000 spectateurs dans les stades, comme le Roazhon Park. Un véritable cri d’alarme.
DS 0125Tous les signaux sont au vert au Stade Rennais en ce début de saison, sauf bien sûr l’affluence au stade qui est un véritable point noir…
Je suis tout à fait conscient de la situation sanitaire du pays. Je pense qu’en Bretagne on a été relativement préservé malgré tout. Je reste convaincu qu’à Rennes, où il y a 30 000 places ans le stade, on est tout à fait capable de faire venir 5, 6, 7 000 personnes. Et on l’a démontré.

Comment ?
Personnes mieux qu’un club de foot ne peut tracer les gens qui viennent au stade. On sait exactement qui est assis à quelle place, et qui est assis autour de lui. On a une traçabilité parfaite puisque chaque personne qui vient est identifiée nominativement et on sait où elle s’assoit. Il y a un flux entrant, les buvettes sont fermées. Les gens vont à leur place, ils ne touchent rien puisque c’est nous qui pulvérisons le gel hydroalcoolique dans leurs mains. Le port du masque est obligatoire, on est à ciel ouvert. Le match se déroule, à la fin du match, on les fait sortir par bloc. Il y a un seul flux sortant, pas de croisement.

Aucun risque donc ?
Je reste convaincu qu’un stade n’est pas du tout propice à un cluster. Je pense d’ailleurs qu’il n’y a aucun cluster issu d’un stade de foot. La population a aussi besoin de moments de communion collective, dans le strict respect des mesures barrières. Et j’espère qu’on va se faire entendre et pouvoir accueillir un peu plus de monde au stade, parce que c’est vraiment un cri d’alarme.

Vous êtes remonté ?
On est victime de notoriété et ce n’est pas justifié. On a vraiment montré notre capacité à garantir la sécurité de notre public. Et à lui permettre de vivre un petit moment de plaisir autour d’un match de foot. Maintenant je comprends, la responsabilité des autorités, mais en travaillant ensemble on doit pouvoir progresser. On pourrait, en outre, servir d’exemple positif. Pendant un match, on peut diffuser des messages sur les gestes barrières, sur comment se comporter en collectivité. On doit être cet exemple positif et moi je suis prêt, au Stade Rennais, à être cet exemple positif, pour démontrer qu’on peut continuer à vivre quelques moments de bonheur en prenant le maximum de mesures.

Malheureusement mardi, ce sera 1000 au stade pour le match contre Krasnodar ?

La préfecture d'Ille et-Vilaine a décidé de maintenir la jauge de 1000 supporters maximum dans l'enceinte du Roazhon Park, pour la première rencontre de Ligue des Champions de l'histoire du club face à Krasnodar ce mardi 20 octobre. La billetterie en ligne ouvre ce vendredi à 13h30 pour les abonnés.
ds 0327La première rencontre de l'histoire du Stade Rennais aura donc lieu dans un stade quasiment vide. Crise sanitaire oblige, la préfecture d'Ille-et-Vilaine maintient la jauge de 1000 spectateurs maximum au Roazhon Park pour la rencontre de mardi face à Krasnodar (coup d'envoi à 21h).

Dans un entretien à Ouest-France ce jeudi 15 octobre, Nicolas Holveck avait réclamé la possibilité d'accueillir 7000 spectateurs. Il n'en sera donc rien. Le Stade Rennais a annoncé que la billetterie en ligne pour ses abonnés ouvrirait dès 13h30 ce vendredi 16 octobre sur le site du club. Les staffs et personnels travaillant autour de la rencontre ne seront pas comptabilisés dans la jauge de 1000 personnes.

ds 0321En Ligue des Champions, la rencontre entre le Stade Rennais et le FC de Krasnodar aura lieu ce soir au Roazhon Park, à 21 heures pétantes. Pour marquer l’occasion, les chanteurs et musiciens de l’Orchestre symphonique de Bretagne ont interpreté ensemble l’hymne des champions dans les gradins du Stade et à l’opéra de Rennes (voir la vidéo ci-dessous). “On a plusieurs supporters du club au sein de l’orchestre”, explique Marc Feldman, administrateur de l’Orchestre symphonique de Bretagne sur le site du Stade Rennais.”Beaucoup de musiciens connaissaient déjà l’hymne. Ils ont pris beaucoup de plaisir à le jouer car c’est un peu dans notre style de musique. Il ne leur a pas fallu beaucoup de temps pour répéter. Ça s’est fait en une après-midi. Nos musiciens sont comme les joueurs, ils sont hyper entraînés. Ils possèdent tout ce qu’il faut pour jouer la partition et l’enregistrer directement. Jouer dans la cathédrale du Roazhon Park a été une découverte et un honneur. ” L’orchestre a été devancé le 11 août dernier par le DJ Adjectif (hip hop-électro) qui fut le premier à joueur l’hymne au Roazhon Park (voir le tweet ci-dessous). Il reste désormais à l’écouter en direct la main sur le coeur au Roazhon Park, ce soir, en présence de 5000 supporters.

“En Ligue des champions, explique le supporter Rustam Lev, sur la page Facebook de son club, le FC Krasnodar (prochain adversaire du Stade Rennais dans le groupe E), il faudra se battre sur chaque ballon, sur chaque match. Le reste viendra ensuite tout seul !” Après le tirage, de nombreux joueurs russes ont aussi fait part de leurs réactions. “Rennes, Chelsea et Séville sont de grands clubs avec une longue histoire dans leur pays respectif. Il sera intéressant de jouer contre de si grandes équipes. Nous nous battrons !”, a déclaré le milieu de terrain Kayo, dans les colonnes d’un grand quotidien russe.
DS 0077

“Nous allons rencontrer de solides rivaux, mais il ne pouvait en être autrement en Ligue des champions”, convient le Suédois et milieu de terrain, Viktor Klasson. “Nous avons toutefois de bonnes chances de réussir dans ce groupe.” En revanche, son entraîneur Murad Musaev, pur produit du club russe comme Julien Stéphan, reste prudent. “Chelsea est le grand européen. Le club londonien est ambitieux avec de nombreuses recrues. Le Stade Rennais, seul leader du championnat de France, présente lui un football intéressant (…). Nous faisons nos débuts dans un grand tournoi. Il faut aller étape par étape, gagner de l’expérience et améliorer la qualité de notre jeu. Notre équipe est très motivée. Match après match, nous nous battrons pour le meilleur résultat.”

Difficile pour Krasnodar !

Bon point pour le Stade Rennais. L’ancien entraîneur de l’équipe nationale russe Fabio Capello voit très mal l’adversaire rennais passer la phase finale de la Ligue des Champions. “Ce sera très difficile pour nos Russes de passer au tour suivant”, pense-t-il. Le FC Krasnodar s’est qualifié dans la compétition phare, après être passé par les barrages et avoir battu le PAOK d’Athènes. Il atteint pour la première fois de son histoire ce stade de la compétition

Le FC Krasnodar est un club très jeune (fondé en 2008). Il disputait son 500e match officiel contre les Grecs. Il a été finaliste de la coupe de Russie en 2013-2014 et disputé de nombreuses rencontres en Europa Ligue (qualification notamment pour les huitièmes de finale ). Le FC Krasnodar a fait ses débuts en Premier League russe lors de la saison 2011/12 et a immédiatement pris la 9 e place parmi 16 équipes. Il est la propriété de l’homme d’affaires Sergei Galitsky (53 ans).

Cet entrepreneur, à la tête de la chaine de grande distribution Magnit, a entièrement financé le stade de Krasnodar. Il est propriétaire d’un yacht de 104 mètres de long le Quantum Blue qui navigue parfois dans les eaux françaises. Sa fortune est estimée par Forbes à plus de 4 milliards d’euro, et il est la 25e fortune de son pays.

Julien Stéphan, le coach du Stade Rennais a réagi au tirage au sort de la Ligue des Champions qui voit Rennes hériter de la poule E avec Chelsea, Séville et Krasnodar.

DS 0071

Comment avez-vous vécu ce tirage au sort de Ligue des champions ?
On l’a vécu ensemble avec les joueurs et le staff, on était réunis dans la salle de restauration de la Piverdière, devant la télé. Il y a eu énormément de joie quand on a vu Séville et Chelsea, avec la capacité d’accueillir ces deux grosses équipes européennes au Roazhon Park. En plus, dans ces clubs, il y a deux joueurs qui connaissent très bien le nôtre, Édouard (Mendy, Chelsea) et Joris (Gnagnon, Séville). Et puis il y a une troisième équipe, Krasnodar, habituée des joutes en Europa League, un adversaire aussi de très bonne facture.

C’est un groupe dans lequel le Stade Rennais pourra exister, au moins pour la troisième place.
Je pense sincèrement que les trois autres clubs doivent se dire que leur objectif est de prendre six points contre le Stade Rennais. Nous, il faudra qu’on aille voler un maximum de points, en tout cas qu’on les empêche de prendre six points contre nous. Il y a deux grands favoris logiques et légitimes dans cette poule, c’est Séville et puis Chelsea. Après, il faudra qu’on lutte avec Krasnodar. Mais on va attendre le calendrier, l’ordre des matches est aussi important. En tout cas, il y a la volonté de montrer qu’on n’est pas là par hasard et l’ambition de faire de très bons matches de foot. Et puis aussi la possibilité d’apprendre dans la plus belle des compétitions européennes.

Quelle est votre hiérarchie entre Séville et Chelsea ?
J’ai du mal à hiérarchiser aujourd’hui. Chelsea a fait un recrutement XXL. Ce qu’on ne mesure pas, c’est le temps que ça va prendre, mais quand ce sera le cas, ce sera très fort vu les joueurs qui composent cet effectif et le nombre de joueurs de qualité. Et puis Séville, c’est l’intensité, la qualité technique, le dernier vainqueur de l’Europa League… C’est une équipe capable de faire souffrir par périodes le Bayern Munich en finale de la Supercoupe d’Europe. Ce n’est peut-être pas aussi ronflant que certains grands clubs européens, mais c’est extrêmement fort. La valeur de Séville est peut-être sous-cotée. Vraiment, Séville c’est très fort.

Aviez-vous évoqué des retrouvailles si rapides avec Mendy ?
Oui (sourire). Quand on s’est dit au revoir tous les deux, on s’est dit à très vite en phase de groupes de la Ligue des champions. On s’est tout de suite envoyé le même message après le tirage, en nous disant que c’était écrit.

Séville aussi. Vous étirez le lien naissant entre la capitale andalouse et le Stade Rennais…
Il y a une forme de destin. Ce sera un retour dans une ville où cela nous avait souri quand on y a éliminé le Betis. Mais on ira dans un autre contexte, contre un autre adversaire. Puis c’est vrai que leur parcours en Europa League nous a qualifiés directement pour la phase de poules de Ligue des champions donc on est heureux de les retrouver. Mais on ira aussi en étant le Petit Poucet de cette poule.

Krasnodar, vous connaissez ?
Oui, il y a Cabella et aussi Wanderson. On l’a suivi il y a deux ans. Il y a des éléments de qualité. C’est une équipe qui joue au foot, avec de bonnes idées sur le jeu.

Julien Stéphan a réagi au tirage au sort de la phase de groupes de Ligue des champions, ce jeudi. L'entraîneur rennais s'est dit "ravi" et espère que son équipe jouera avec "beaucoup de bravoure".

DS 0070

Julien Stéphan (entraîneur de Rennes, sur RMC Sport) : "On est ravis parce qu'on va retrouver Édouard Mendy. Au moment de se dire au revoir, on s'était dit qu'on allait se retrouver rapidement. Séville a une grosse expérience européenne et Krasnodar est plus habitué de la Ligue Europa. L'objectif est simple, c'est de prendre de l'expérience. Avec l'avant-dernier coefficient, toutes les équipes espèrent prendre six points contre nous. On essayera de leur en voler un maximum. On essayera de jouer avec beaucoup de bravoure, de donner tout ce qu'on a à donner et de ne rien regretter. Notre début de saison nous donne de la confiance, c'est vraiment encourageant. On jouera avec toutes nos forces et notre énergie, avec l'ambition de procurer du plaisir à tous nos supporters."

Nicolas Holveck (président de Rennes, sur Téléfoot) : "Quand on participe à une compétition, c'est pour bien y figurer, ce n'est pas juste pour participer. Après, est-ce qu'on s'en tire bien ? On tire quand même Séville qui est le tenant du titre de l'Europa League, qui a perdu de peu en Supercoupe contre le Bayern. Et Chelsea qui a fait juste le plus gros mercato de cet été et de très loin. Donc deux très gros morceaux. Après, il y a Krasnodar, qui est une très bonne équipe russe et qui sera notre concurrent direct dans ce groupe. Mais bien évidemment qu'on va essayer d'aller embêter Séville et Chelsea."

Romain Danzé (responsable des relations publiques et du développement de Rennes, sur RMC Sport) : "C'est un petit clin d'oeil du destin parce que c'est le Séville FC qui nous a qualifiés (en atteignant les demi-finales de la Ligue Europa). On retrouvera aussi Edouard Mendy qui vient de rejoindre le club et on va aller visiter la Russie. L'objectif est de passer encore un cap cette année. C'est notre troisième qualification consécutive en Coupe d'Europe. On veut continuer à progresser et à apprendre. On va essayer de prendre des points et on ne refusera pas une qualification."

Le Stade Rennais connaît le nom de ses adversaires pour sa première campagne de Ligue des Champions. Il s'agit du FC Séville, de Chelsea et de Krasnodar. Nicolas Holveck, Julien Escudé et de nombreux supporters ont réagi à ce tirage.

DS 0069

Certains supporters du Stade Rennais se sont peut-être frottés les yeux aux alentours de 18h15 ce jeudi, quand Didier Drogba a sorti d'une boule de tirage la petite bandelette "Stade Rennais" tant attendue. Histoire d'être bien certains de la réalité de ce moment. Rennes figurera dans le groupe E de cette Ligue des Champions, en compagnie du FC Séville, récent vainqueur de l'Europa League, de Chelsea et son mercato XXL, ainsi que du FK Krasnodar, novice dans la compétition. Après avoir battu le Bétis Séville en 2019, Rennes se déplacera donc à nouveau en Andalousie. L'autre belle histoire, c'est le retour au Roazhon Park d'Edouard Mendy, qui vient de signer à Chelsea en provenance de Rennes.

Les réactions
Nicolas Holveck, président du Stade Rennais : "Il y a deux très gros morceaux : Séville, détenteur de l'Europa League et qui en a gagné 4 depuis 2014, ils ont perdu de justesse la Supercoupe (face au Bayern, NDLR) et Chelsea qui a fait le plus gros mercato de l'été et de très loin. Deux mastodontes du football européen. Krasnodar est un club qui boxe dans la même catégorie que nous donc c'est un très beau groupe, avec de beaux challenges et deux grosses équipes à aller chatouiller et un adversaire de notre niveau qu'il faudra maîtriser pour continuer notre route. C'est une fierté d'être parmi les 32 meilleures équipes du football européen. Après il y a un autre sentiment qui m'habite, qui est relatif à la situation sanitaire. C'est un sentiment de déception vis à vis de nos supporters. Malheureusement je crains qu'on ne puisse satisfaire l'ensemble des supporters, qui nous auraient aidé à combattre ces très belles équipes. J'ai une pensée pour eux ce soir. J'espère un miracle : que la situation sanitaire s'améliore, et que l'on puisse mettre un maximum de gens au Roazhon Park dès le 1er match du groupe."

Julien Escudé, ancien rennais, ancien de l'Ajax, ancien du FC Séville, désormais en charge des joueurs prêtés dans le club andalou : "Voir ces deux équipes, Rennes où j'ai passé quatre ans et Séville où je travaille actuellement, se retrouver en Ligue des Champions, la plus belle des compétitions européennes c'est une véritable joie pour moi personnellement. Je pense que Séville a de meilleurs arguments pour pouvoir passer dans cette poule-là. Maintenant voir Rennes se déplacer à Séville, et Séville se rendre au Roazhon Park ça va être une belle affiche et une belle fête je l'espère."

Fabrice Pinel, co-fondateur du site Rouge Mémoire : "Le Stade Rennais a joué 31 matchs de coupe d'Europe à domicile depuis le début de son histoire. Pour disputer le 35e (numéro de département de l'Ille-et-Vilaine), il faudra se qualifier pour les huitièmes de finale. Rendez-vous en huitièmes de finale donc !"

Jean-Félix, supporter du Stade Rennais et habitué de 100% Stade Rennais sur France Bleu Armorique : "Satisfait parce qu'il y a de belles histoires avec le retour de notre ancien gardien Mendy qui va revenir au Roazhon Park, c'était forcément dans un coin de la tête de tous les supporters. Séville, c'est aussi une belle histoire parce qu'ils nous ont indirectement qualifié pour cette phase de poules, et puis le souvenir pour ceux qui ont fait le déplacement là-bas pour la saison 2018/2019 en Europa League. Mais j'ai une pointe d'amertume, il y avait d'autres beaux groupes, celui du Real Madrid et du Shaktar ou encore celui avec Liverpool, l'Ajax et l'Atalanta."

Cyrille L'Helgoualc'h, président du Stade Rennais History Club et directeur du développement du Stade Rennais entre 2017 et 2019 reviendra pour nous sur ce tirage à 8h15 ce vendredi sur France Bleu Armorique.

L’objectif du Stade Rennais, son avis, les retrouvailles avec Édouard Mendy, Séville… Retrouvez la première réaction de Benjamin Bourigeaud après le tirage au sort de la Ligue des champions.

DS 0068

Benjamin Bourigeaud fait partie des nombreux joueurs rennais qui découvriront la Ligue des champions dès la fin du mois d’octobre. Ce jeudi, il a suivi le tirage en direct depuis le centre d’entraînement de la Piverdière en compagnie de l’ensemble des joueurs et staff rennais. Voici ses premières impressions.

Benjamin, c’est un groupe d’apparence plutôt abordable…

Oui mais compliqué quand même. Ça reste la Ligue des champions. Ce sera très difficile. On voulait tirer des gros, on en a. Après on a un coup à jouer et on va le jouer à fond. Puis on va retrouver Édou (Mendy, parti à Chelsea), c’est top.

Y a-t-il un peu de déception de ne pas être tombé sur une poule plus relevé ?

C’est sûr que recevoir Cristiano Ronaldo et Lionel Messi au Roazhon Park aurait été magnifique mais ça va quand même être du lourd.

Ce sera une première pour vous…

Oui et pour beaucoup d’autres. C’est une bonne poule pour une découverte. Puis avec Séville, on va retrouver l’équipe qui nous a aidés à nous qualifier. Au final c’est aussi un peu grâce à eux qu’on est là donc c’est un clin d’œil sympa…

Excepté Mendy, avez-vous un joueur que vous avez hâte de croiser ?

Plutôt un club. Mes amis sont fans de Chelsea donc ils sont contents que les affronte.

Quel est l’objectif ?

L’objectif c’est de profiter pleinement, de prendre de l’expérience. Pour une première aventure, c’est très bien. Krasnodar, ça va être dur là-bas, en hiver, au froid, mais on sera prêt. On a hâte et on sera très content de défendre nos couleurs sur ces terrains-là. C’est un honneur. Le but, c’est de jouer à fond, grappiller le maximum de points pour essayer de se qualifier, c’est sûr. La barre n’est pas non plus trop haute pour une première, c’est bien. Mais maintenant, le tirage est passé et c’est Reims qui nous intéresse.

DS 0067

Pour sa première apparition en Champion's League, le Stade Rennais se retrouve avec les équipes du FC Séville (Esp), du Chelsea FC (Ang) et du FC Krasnodar (Rus).

La fin des tribunes vides en Ligues des champions ? C’est ce que pourrait annoncer l’UEFA. L’instance aurait décidé d’autoriser les spectateurs à assister aux rencontres de Coupe d’Europe, en s’adaptant aux règles en vigueur dans les différents pays européens. Peut-être une bonne nouvelle pour les supporters du Stade Rennais.

DS 0066

Des supporters du Stade rennais pourront-ils assister aux premières rencontres de l’histoire du club en Ligue des champions ? Finalement, peut-être bien. L’UEFA serait sur le point d’ouvrir les tribunes des matches de Ligue des champions. C’est en tout cas ce que croit savoir le journal espagnol ? Mundo Deportivo, ?après l’expérience menée la semaine dernière à Budapest lors de la Supercoupe d’Europe. 20 000 supporters avaient pris place en tribune, dans une Puskas Arena pouvant en accueillir jusqu’à 67 215.

La plus haute instance européenne du football devrait, selon les informations du quotidien espagnol, annoncé lundi la réouverture des tribunes dans les compétitions européennes. En tout cas dans les pays où les autorités locales l’autorisent. Jusqu’à présent, et depuis le Final 8, le huis clos était la norme pour les compétitions UEFA.

Les règles applicables seraient en revanche celles en vigueur dans chaque pays concerné. En France, rappelons que la jauge maximum est actuellement de 5 000 spectateurs, voire seulement 1 000 dans les zones en alerte, alors que le huis clos est toujours de mise en Angleterre ou en Espagne.

Le tirage au sort de la Ligue des champions se tient ce jeudi après-midi, à Genève (17 h). Mais l’UEFA pourrait en revanche n’annoncer le calendrier que vendredi. La première journée est prévue les mardi et mercredi 20 et 21 octobre.

Avec la fin des barrages retour de C1, ce mercredi soir, on connaît la composition définitive des chapeaux pour le tirage au sort de la phase de groupes, ce jeudi après-midi (17 heures), à Nyon.
ds 0344Paris le savait depuis longtemps, son titre de champion de France lui assurait une place dans le premier chapeau lors du tirage au sort de la phase de groupes de la Ligue des champions 2020-2021. Rennes, qualifié directement grâce à la victoire du Séville FC en Ligue Europa, connaissait aussi son sort (chapeau 4), en raison de son faible coefficient UEFA (14,000). Marseille, lui, a dû attendre la fin des barrages retour, pour être certain de ne pas pouvoir intégrer le pot 3.

Les trois clubs français connaîtront la composition de leur groupe de C1 ce jeudi après-midi, peu après 17 heures.

Chapeau 1
Bayern Munich (ALL) 136,000 (*)
Séville FC (ESP) 102,000
Real Madrid (ESP) 134,000
Liverpool (ANG) 99,000
Juventus (ITA) 117,000
Paris-SG 113,000
Zénith St-Pétersbourg (RUS) 64,000
FC Porto (POR) 75,000

Chapeau 2
FC Barcelone (ESP) 128,000 (*)
Atlético de Madrid (ESP) 127,000
Manchester City (ANG) 116,000
Manchester United (ANG) 100,000
Chakhtior Donetsk (UKR) 85,000
Borussia Dortmund (ALL) 85,000
Chelsea (ANG) 83,000
Ajax (HOL) 69,500

Chapeau 3
Dynamo Kiev (UKR) 55,000
Red Bull Salzbourg (AUT) 53,500
RB Leipzig (ALL) 49,000
Inter Milan (ITA) 44,000
Olympiakos Le Pirée (GRE) 43,000
Lazio Rome (ITA) 41,000
FC Krasnodar (RUS) 35,500
Atalanta Bergame (ITA) 33,500

Chapeau 4
Lokomotiv Moscou (RUS) 33,000
Marseille 31,000
Club Bruges (BEL) 28,500
Midtjylland (DAN) 14,500
Borussia Mönchengladbach (ALL) 26,000
Istanbul Basaksehir (TUR) 21,500
Rennes 14,000
Ferencvaros (HON) 9,000

L’excitation en imaginant des affiches de rêve à Rennes, l’espoir d’un tirage clément, l’amertume de tribunes probablement vides… Les supporters rennais passent par toutes les émotions avant le tirage au sort de la Ligue des champions jeudi 1er octobre, auquel leur club participe pour la première fois.

DS 0063

Pour le peuple Rouge et Noir, les rencontres européennes sont une histoire d’incandescence. Réussies, comme lors de la saison 2018-2019, où Rennes était allé jusqu’en 8e de finale de Ligue Europa contre Arsenal, ou ratées comme l’an dernier, où l’équipe avait fini dernière de son groupe. Les récentes campagnes ont donné lieu à des soirées de communion intense dans un stade en ébullition et à des déplacements massifs et très festifs.

Revivre les émotions européennes des dernières saisons
Julien Peschard, 35 ans, enseignant à Paris et supporter depuis son enfance, se souvient ainsi du match contre les Roumains de Cluj, l’an dernier, perdu 1-0 mais salué comme un "acte fondateur", les Rennais n’ayant jamais cessé de pousser alors qu’ils étaient réduits à 10 puis à 9. "Cela a été un scénario incroyable, une communion comme jamais entre l’équipe et le public", se souvient-il.

Romain, 28 ans, qui a grandi à 10 minutes du Roazhon Park et travaille au Portugal, se remémore pour sa part le match perdu 3-1 sur le terrain du Celtic de Glasgow en octobre dernier : "Il n’y avait plus d’enjeu sportif, le match a été compliqué sur le terrain mais quelle fête dans les tribunes !".

Les joueurs rêvent de Messi et Ronaldo
Maintenant que leur club a décroché sa première participation à la plus prestigieuse des compétitions européennes, après des décennies de résultats pas toujours reluisants, la fierté est teintée d’une grande frustration.

Mais la métropole rennaise a été placée en "zone d’alerte renforcée" face à la pandémie de Covid-19 et c’est malheureusement dans un stade presque tout aussi vide que la musique pourrait retentir pour accueillir les plus grands d’Europe lors des premières journées, programmées les 20 au 21 octobre et 27 au 28 octobre.

Qu’à cela ne tienne, les supporters ont déjà réservé leurs soirées depuis des mois. "On a mangé notre pain noir pendant des années, donc on profite", explique Romain.

Le discours est assez similaire au sein de l’équipe, où le staff et les joueurs assurent se réjouir à l’avance quel que soit le tirage. Certains rêvent de se confronter à Cristiano Ronaldo ou Lionel Messi, d’autres de fouler des pelouses mythiques. Mais même sur ce plan, rien n’est acquis. Les impératifs sanitaires pourraient en effet obliger à jouer sur terrain neutre en Pologne, en Hongrie, en Grèce ou à Chypre.

"Ne pas se prendre six fessées"
Pour le tirage, tous les supporters attendent au moins une très grosse affiche, mais pour la suite, les avis divergent.

Les "tout feu tout flamme", appelle de leurs vœux l’un de ces "groupes de la mort" où Rennes n’aurait rien à perdre. Pour emmagasiner de l’expérience et accessoirement garder des forces pour le championnat, afin d’accrocher une nouvelle place européenne après le Covid.

"Nous sommes les petits poucets de la compétition, on veut du gros, du lourd, de gros palmarès avec des stars sur le terrain, des clubs qui nous mettent une valise sur le papier", explique Gurval Guiguen, expert-comptable trentenaire, avant de citer le mot d’ordre d’un personnage du film Les Bronzés : "Oublie que tu n’as aucune chance […] sur un malentendu ça peut marcher".

Et puis il y a les modérés qui rêvent aussi d’une ou deux équipes plus abordables pour entretenir l’espoir d’accrocher au moins la 3e place pour poursuivre en Ligue Europa.

"On ne sait pas quand la Ligue des champions va revenir à Rennes donc autant faire en sorte de profiter le plus longtemps de cette aventure et de ne pas se prendre six fessées pour revenir au train-train du championnat national, piteux et humiliés", explique un supporter.

Tipeee

Tipeee

S.G.S.B.

SGSB

Cantine de Mumbly

Cantine

Hébergé par

Reglyss.bzh

© 1996 - 2022 www.StadeRennais.Net
© 2022 Da'Squad - L'actu du Stade Rennais

Free Joomla templates by L.THEME