• DS_0174.jpg
  • ds_0774.jpeg
  • DS_0147.jpg
  • ds_0808.jpeg
  • ds_0275.jpg
  • ds_0493c.jpg
  • ds_0515.jpg
  • ds_0787.jpeg
  • DS_0156.jpg
  • ds_0673.jpeg
  • DS_0193.jpg
  • ds_0852.jpg
  • DS_0001.jpg
  • ds_0394.jpg
  • ds_0907.jpg
  • ds_0765b.jpeg
  • ds_0488.jpg
  • ds_0473.jpg
  • ds_0676.jpeg
  • DS_0116.jpg

A la veille de la rencontre entre le Stade Rennais et le FK Krasnodar, Rémi Cabella a décidé de lancer les hostilités.
ds 0286Le Stade Rennais est en quête de son premier succès en Ligue des Champions. Déjà éliminé de la compétition, le club breton affronte le FK Krasnodar à l'extérieur ce mercredi dans une rencontre décisive pour l'avenir européen des Rennais. En cas de succès, les Bretons pourraient entrevoir un potentiel reversement en Ligue Europa. Cette rencontre sera également l'occasion de retrouver un ancien pensionnaire de Ligue 1 en la personne de Rémy Cabella. L'ancien joueur de l'Olympique de Marseille, évoluant en Russie depuis l'été 2019, a d'ailleurs lancé les hostilités en conférence de presse.

"Ces derniers temps Rennes a plus de mal. On veut les laisser dans leur trou car c’est un match très trés important pour nous. Ils sont dans un moment difficile donc il faudra en profiter." Le match est lancé.

Défait mardi sur sa pelouse du Roazhon Park face à Chelsea (1-2), le Stade Rennais a été puni dans les dernières minutes de la rencontre sur un but d'Olivier Giroud. Un but faisant suite à une perte de balle au milieu de terrain.

ds 0315Une défaite cruelle sous le signe d'un manque d'expérience du très haut. C'est du moins ce qu'a laissé entendre le défenseur des Blues, Kurt Zouma, en prodiguant un conseil au jeune milieu de terrain de Rennes, Eduardo Camavinga.

"Parfois, il faut balancer quand vous êtes derrière. Nous, c’est ce qu’on fait des fois. Quand il y a la pression, vous perdez les ballons et but direct. À chaque fois, c’est comme ça. C’est arrivé contre le PSG pareil"

Un conseil qui n'a clairement pas été reçu positivement par l'entraîneur du Stade Rennais, Julien Stéphan, qui a tenu à recadrer le défenseur français de Chelsea.

"J’en ai pensé qu’il nous ont donné quasiment le même ballon en première mi-temps. Il faut toujours tout analyser. Je n’ai pas entendu dire qu’il y avait également la même situation pour nous. La seule vérité, c’est qu’ils nous ont punis et pas nous. Je ne pense pas que Lampard demande à ses défenseurs de dégager"a déclaré Stéphan.

Au sortir de la victoire de Chelsea face à Rennes ce mardi en LdC (1-2), Kurt Zouma a offert un debrief du match à Eduardo Camavinga.
ds 0216Le Stade Rennais a bien failli grappiller un nouveau point mardi soir en match de groupe de la Ligue des champions. Malheureusement pour eux, les Rennais ont craqué sous la pression et ont encaissé le but de la défaite dans les arrêts de jeu (1-2). Une panique qu’a bien noté Kurt Zouma. Le défenseur des Blues est d’ailleurs venu en parler avec son compatriote et néanmoins adversaire du soir, Eduardo Camavinga.

"Parfois, il faut balancer quand vous êtes derrière. Nous c’est ce qu’on fait. Quand il y a de la pression, vous perdez les ballons et but." Silencieux, Camavinga a écouté le debrief du défenseur londonien qui avait visiblement étudié les derniers matchs du Stade Rennais avant de l’affronter : "A chaque fois c’est comme ça. C’est arrivé contre le PSG."
Eduardo Camavinga aura sûrement retenu la leçon pour le prochain match de Ligue des champions. Une compétition que les Rennais ne poursuivront pas au-delà de la phase de poules puisqu’ils sont irrémédiablement distancés par Chelsea et le FC Seville. En revanche, la Ligue Europa reste toujours envisageable puisque Rennes et Krasnodar sont à égalité de points (1).

Kurt Zouma s'est longuement entretenu avec Eduardo Camavinga, mardi après la victoire de Chelsea à Rennes (1-2) en Ligue des champions. Les deux partenaires en équipe de France ont notamment parlé des failles bretonnes.
ds 0225Rennes paie cher sa première en Ligue des champions. Le club breton est déjà éliminé après sa défaite rageante à domicile face à Chelsea (1-2), mardi. Après avoir égalisé en fin de match, ils ont finalement cédé sur un but d'Olivier Giroud après une grosse erreur de Clément Grenier au milieu de terrain.

Une action un peu similaire à l'ouverture du score également consécutive à une perte de balle de Jérémy Doku. Deux munitions offertes aux Blues qui ont offert une discussion tactique intéressante entre deux adversaires d'un soir, Kurt Zouma et Eduardo Camavinga à l'issue de la rencontre.

"Quand il y a la pression, vous perdez les ballons et but. A chaque fois, c'est comme ça."
Pendant deux minutes, le défenseur de Chelsea a expliqué à son jeune coéquipier en équipe de France les failles à combler pour se mesurer au très haut niveau. "Parfois, il faut balancer quand vous êtes derrière, lui indique-t-il. Nous, c'est ce qu'on fait des fois. Quand il y a la pression, vous perdez les ballons et but. A chaque fois, c'est comme ça. C'est arrivé contre le PSG (défaite 3-0 des Bretons il y a deux semaines, ndlr)."

Visiblement très au courant des problèmes actuels des Bretons, Zouma a poursuivi sa discussion en dessinant de grands gestes dans l'espace pour illustrer son propos auprès du jeune milieu de terrain rennais. Ce dernier s'est montré très attentif mais aussi suffisamment vigilant pour ne pas laisser entendre son point de vue devant la caméra présente juste devant lui.

Battus sur le fil par Chelsea (1-2) en fin de match, le Stade Rennais est éliminé de la Ligue des Champions. Juste après la rencontre, Kurt Zouma et Eduardo Camavinga ont échangé des mots où le défenseur a debriefé la rencontre avec le cadet.
ds 0217Eduardo Camavinga n’avait pas encore regagné le vestiaire pour écouter les mots de Julien Stéphan après la défaite du Stade Rennais contre Chelsea (1-2) que le Français était déjà en train de parler du match avec… Kurt Zouma, le défenseur des Blues. Peu après le coup de sifflet final qui a mis un terme au parcours en Ligue des Champions du club breton, le milieu de terrain et son adversaire du soir, compatriote en sélection par ailleurs, ont parlé tactique et faits de match près du tunnel.

Les hommes de Frank Lampard ont puni les Rennais sur deux pertes de balle de Clément Grenier et Jérémy Doku concrétisées par Callum Hudson-Odoi et Olivier Giroud. Deux erreurs qui ne pardonnent pas à ce niveau de compétition et qui trahissent un manque d’expérience au sein de l’effectif Rouge et Noir. Et c’est justement ce qu’a voulu signifier le défenseur de 26 ans au milieu de terrain de 18 ans. Au détour d’une conversation de deux petites minutes, captée par la télé, Zouma a présenté certaines failles du Stade Rennais et distillé ses conseils à Camavinga : "Parfois, il faut balancer quand vous êtes derrière, lui indique-t-il. Nous, c’est ce qu’on fait des fois. Quand il y a la pression, vous perdez les ballons et but. A chaque fois, c’est comme ça. C’est arrivé contre le PSG (défaite 3-0 du SRFC)."

ds 0223La série noire continue pour les Bretons. Crucifié dans le temps additionnel par un but d’Olivier Giroud, le Stade Rennais s’est une nouvelle fois incliné (1-2), comme trop souvent ces dernières semaines. Si ce match n’a pas été une mince affaire pour les Blues de Chelsea, Rennes n’en est pas moins sorti perdant et est ainsi déjà éliminé pour sa première participation en Ligue des Champions. Rien de surprenant lorsqu’on observe les derniers résultats des hommes de Julien Stephan, qui ont essuyé ce mardi une quatrième défaite de rang toutes compétitions confondues. D’autant que cette défaite peut paraître frustrante, si l’on se fie aux deux erreurs évitables de Doku sur le premier but encaissé, puis de Grenier sur le but victorieux de l'attaquant champion du monde.

Des lacunes dans le jeu que n’a pas manqué de remarquer Kurt Zouma à l’issue de la rencontre. Ce dernier l’a d’ailleurs bien fait savoir à son partenaire d’Equipe de France, Eduardo Camavinga. «Parfois, il faut balancer quand vous êtes derrière. Nous, c'est ce qu'on fait des fois. Quand il y a la pression, vous perdez les ballons et but. À chaque fois, c'est comme ça. C'est arrivé contre le PSG», lui a-t-il indiqué discrètement, ou presque. S’il a écouté attentivement ce qu’avait à lui dire le défenseur des Blues, le jeune milieu de terrain français a quant à lui pris le soin de ne pas répondre à son adversaire du soir devant les caméras d'RMC Sport, ne voulant très certainement pas jeter de l'huile sur le feu en créant quelques polémiques évitables dans une période pour déjà bien délicate pour le club breton.

L’entraîneur du Stade Rennais, Julien Stephan, a décidé de faire confiance à James Léa-Siliki sur le côté gauche, ce mardi (18 h 55), en Ligue des champions face à Chelsea.
ds 0233Pour tenter de se relancer après plusieurs semaines difficiles, Julien Stephan doit faire sans Terrier et Aguerd, blessés ces derniers jours et seulement forfaits ce matin à la publication du groupe des 23 Rennais. L’entraîneur rennais a choisi de revenir à son 4-3-3 et donc d’associer le natif de Saint-Brieuc, Nyamsi, au capitaine Da Silva dans l’axe de la défense. Léa-Siliki prend, lui, en charge l’animation du couloir gauche offensif.

Kanté et Giroud remplaçants
Du côté de Chelsea, Thiago Silva, ménagé samedi en championnat pour lui permettre de digérer le décalage horaire à son retour de sélection, reprend sa place en défense.

En revanche, N’Golo Kanté et Olivier Giroud sont remplaçants. Alors que l’attaquant français a de nouveau évoqué la possibilité d’un départ en janvier pour trouver du temps de jeu avant l’Euro, l’entraîneur Frank Lampard avait assuré lundi qu’il était « important ».

RENNES. A. Gomis - H. Traoré, Da Silva (cap.), Nyamsi, Truffert - Nzonzi - Doku, Bourigeaud, Camavinga, Léa-Siliki - Guirassy. Entraineur : Julien Stephan.

CHELSEA. E. Mendy - Azpilicueta (cap.), Zouma, Thiago Silva, Chilwell - Jorginho, Kovacic - Hudson-Odoi, Mount, Werner - Abraham. Entraineur : Franck Lampard.

En conférence de presse d’avant-match de Ligue des Champions, Benjamin Bourigeaud et Julien Stéphan se sont présentés devant la presse. L’occasion de répondre à la presse avant la réception du géant anglais Chelsea appellant à un retour de la confiance et plus de férocité.
ds 0244Julien, ce match face à Chelsea peut-il être la belle occasion pour vous relancer , d’avoir un déclic ?
Le déclic, il faut aller le chercher en nous, en ayant la volonté de s’améliorer dans un certain nombre de domaines qui faisaient notre force au départ. Il faut que l’on soit plus engagés, plus féroces. Au match aller, il y avait eu de la qualité dans le jeu même si le résultat n’avait pas été bon.

Vendredi face à Bordeaux, vos joueurs avaient-ils déjà la tête à ce match européen ? Que penses-tu de Chelsea ?
Je ne pense pas que Chelsea était dans les têtes lors de notre défaite contre Bordeaux, non. Notre mauvais match ne s’explique pas par là. Concernant Chelsea, ils sont dans une grosse dynamique, ils prennent très peu de buts et en marquent beaucoup. Des joueurs internationaux de partout, y compris sur le banc, des joueurs qui brillent en sélection quand on fait appel à eux, à l’image d’Olivier Giroud. On savait que ce serait un très gros morceau, qui luttera probablement pour le titre en Premier League.

On sait que le match aller a laissé un goût amer, notamment avec des décisions d’arbitrages polémiques. Y-a-t-il de la revanche dans l’air ?
On a été frustrés au match aller sur une décision mais ce n’est plus le moment de revenir dessus. Nous sommes passés à autre chose, je ne suis pas convaincu que ce soit un levier ou la clé pour être bons dans l’utilisation du ballon, dans le jeu que de s’appuyer sur un fait passé. Cela a été suffisamment commenté pour ne pas en rajouter.

Comment redonner confiance à vos joueurs dans ce moment difficile. L’expérience du même passage la saison passée peut-elle servir ?
On a connu une séquence plus compliquée que cette année l’an passé. On doit rester près des joueurs, les accompagner, les rassurer et aussi mettre les difficultés sur la table. Ce n’est pas en tapant sur les garçons que les choses reviennent. Il y a de la qualité dans ce groupe-là, nous l’avons déjà montré. Il ne faut pas paniquer. J’ai l’impression depuis quelques semaines en écoutant ou regardant ici et là que c’est une catastrophe. Non, nous sommes déçus, bien sûr, de ne pas avoir les résultats que nous visons. Nous devons les retrouver par le jeu, par le dynamisme. Ce n’est pas en noircissant le tableau que ça s’arrangera. Nous sommes là, soudés, ensemble, cherchant la solution et avec les joueurs, nous allons la trouver. Demain, nous jouons Chelsea, coleader de Premier League, qui a investi 250 M€ sur le marché des transferts, ce n’est pas rien. Nous chercherons un contenu bien meilleur, notamment sur le collectif, l’intensité.

Quel ressort vas-tu activer dans ta causerie ? Le même que celui utilisé contre Arsenal en 2019 ?
Ce sont deux histoires différentes, des groupes différents, les moments n’ont rien à voir. Pour la causerie de demain, j’en garde l’exclusivité pour mes joueurs. Moi, je veux les rassurer, être en soutien d’eux dans les bons comme les mauvais moments. Une saison est faite de hauts et de bas. Quand les bas se présentent, il faut les affronter et les assumer. Nous allons rester unis, positifs, sans tout noircir bien qu’il faille être objectif notamment sur le dernier match, mettre sur la table ce qui n’a pas été.

Tu as évoqué récemment ton avenir personnel laissant planer un douter possible quant à la suite. Qu’en est-il ?
J’avais déjà parlé de cela il y a deux mois quand tout allait bien et ça n’avait pas été repris plus que cela ni suciter ces réactions que l’on a aujourd’hui avec de moins bons résultats. Je disais qu’après trois ans pour un coach à la tête d’une équipe, on pouvait être à la fin d’un cycle et qu’il fallait alors se poser les questions pour savoir s’il fallait en attaquer un second ou pas. Aujourd’hui je ne le sais pas mais ça ne veut pas dire que je n’en ai pas envie ! Il ne faut pas aller chercher des interprétations là où il n’y en a pas. Je suis dans un très bon club, je suis ravi de travailler avec ces joueurs, avec Florian Maurice et Nicolas Holveck. Je dis simplement que quand on fait ce métier, qui est dur, difficile épuisant mais aussi formidable, il faut avoir l’honnêteté intellectuelle de se poser, avec lucidité, de savoir si on peut continuer ou pas. Je le répète, il ne faut pas y voir quelconque interprétations que ce soit quant à mon avenir. Il conviendra à chacun de vérifier l’information que je vous donne, je l’avais expliqué dans les colonnes de France Football. C’est la stricte vérité.

Penses-tu enfin, que le passage difficile actuel est dû à la digestion du mercato tardif de cette saison ?
Non ! Nous sommes dans l’apprentissage du très haut niveau, avec une expérience unique en Ligue des Champions. Il faut la vivre, la prendre, la digérer ensuite. Nous sommes aussi dans l’apprentissage d’enchainements de matchs tous les trois jours sans nos supporters pour nous offrir ce surplus. Je ne vois pas comment on peut juger un mercato après un mois et demi. Les joueurs ont parfois besoin de plusieurs mois voire d’une année pour s’adapter, il faut leur laisser du temps. Se réfugier derrière ça, je ne trouve pas ça honnête.

Benjamin, du côté des joueurs, comment aborder ce moment plus difficile de la saison ?
Quand on est dans une phase plus compliquée, il faut retrouver ce qui a fonctionné en début de saison. Retrouver de la confiance, avoir une prise de conscience et ne pas tout effacer non plus, corriger les erreurs et avoir un peu plus de férocité que ce que l’on a montré sur les derniers matchs. Quand on enchaîne les mauvais résultats, c’est plus difficile d’être en confiance. On se réfugie dans le travail, on reste positifs et c’est ainsi que l’on sortira de cette spirale négative.

Quel impact à l’absence des supporters sur les performances ?
Dans une phase un peu plus délicate, on a eu cette même période l’an passé et nous avions l’aide des supporters pour nous aider. Il faut aller chercher cela ailleurs. A nous de rester soudés pour sortir de la spirale. Les résultats sont moins bons. Certes, il y a eu des contenus corrects sans gagner. Contre Bordeaux, il n’y avait ni le contenu, ni les trois points. Désormais, c’est ensemble que nous réussirons à sortir de celà. Il faut regagner de la confiance et le plaisir de jouer les uns pour les autres.

Battus par Chelsea dans les dernières minutes, les Rennais ont dit adieu aux huitièmes de finale de la Ligue des champions. Malgré le revers, les points positifs l’emportent dans les têtes rennaises.
ds 0219Dans un stade où seuls les glaçons avaient finalement leur place en tribunes, le Stade Rennais a été éliminé de la Ligue des champions. Le sifflet des rouges-gorges rennais a été logiquement coupé, après quatre journées, un nul et trois revers, deux buts marqués et neuf concédés. Avec un point au compteur, désormais - et c’était l’ambition annoncée -, les coéquipiers de Damien Da Silva joueront leur va-tout lors d’une finale en Russie. Mercredi prochain, ils iront à Krasnodar pour glaner la troisième place du groupe et un ticket pour un printemps 2021 en Ligue Europa. Une victoire ou un nul (sur un score de 2-2) pourraient faire l’affaire… Mais l’élimination est là tout de même, après une nouvelle défaite au cœur d’une série, désormais étendue à dix rencontres toutes compétitions confondues où se promène un seul succès. Pourtant, dans le contenu, Rennes a montré qu’il valait mieux que ce bilan comptable détestable.

Stephan : "J’ai vu ce que j’aime voir de cette équipe"
À l’aller, à Londres, des circonstances abracadabrantesques avaient tué les Bretons cohérents dans le jeu (0-3). Cette fois, Rennes a payé cash sa jeunesse et ses errements sur deux pertes de balles de Doku (22’) et Grenier (90’). Car, après un premier quart d’heure passé sous l’eau, avec un retard constant et une poursuite du ballon, le groupe de Stephan s’est repris. Oui, Hudson-Odoi marque (0-1, 22’), oui, Mount est mis en échec par Gomis (29’). Mais vraiment Rennes a poussé : Bourigeaud et Léa-Siliki (32’), Da Silva d’une tête puissante (41’), Bourigeaud sur coup-franc (45’), Guirassy en se retournant (73’), puis Nyamsi d’un coup de boule capté par Mendy en deux temps (74’) !

Avant d’obtenir une égalisation légitime par Guirassy sur un corner de Bourigeaud (1-1, 85’). "J’ai vu ce que j’aime voir de cette équipe : avec engagement, ambition, travail dans la largeur, de la présence dans la surface. J’ai le sentiment qu’on les a bougé comme cela n’avait pas été le cas pour eux depuis longtemps… On fait honneur à la Ligue des champions. Sur les matchs, hormis Séville, peu de choses a tourné pour nous Le prochain défi, c’est de renouveler ça tous les trois jours", analyse Julien Stephan.

Nyamsi : "De bons signaux"
"On est forcément déçu du résultat, mais il y a eu du positif, il faut rester là-dessus. Dans la cour des grands, il faut se mettre au niveau. On n’a pas à rougir de notre prestation, tout se joue sur de petits détails. On a eu des bonnes séquences de possession. Après Bordeaux (0-1), il fallait une réaction, on a envoyé de bons signaux", ajoute Gerzino Nyamsi, défenseur, qui, pour son retour, en raison de l’absence d’Aguerd, a montré qu’il était un concurrent pour bousculer la hiérarchie. Avec cette nouvelle soirée sans succès, Rennes cherche désespérément son aurore boréale. Pour enfin sortir de cet automne sans lumière.

"Avant de penser au voyage à Krasnodar, on doit aussi faire tourner le compteur en L1", reconnaît le coach rennais. A la Meinau vendredi (21 h), face à Strasbourg, défait neuf fois en onze journées, ce serait une riche idée.

Ce mardi soir le Stade Rennais s’est incliné lors de la 4e journée de Ligue des champions. Les hommes de Julien Stéphan se sont inclinés sur leur pelouse face à Chelsea (2-1). Cette défaite scelle leur élimination dans la compétition continentale.
ds 0318Défaite cruelle pour le Stade Rennais. Les hommes de Julien Stéphan ont cédé dans le temps additionnel après un but d’Olivier Giroud (92’) et se sont inclinés (2-1) sur leur pelouse contre Chelsea.

Le Stade Rennais n’aura pourtant pas démérité ce soir face aux Anglais. Mais les hommes de Julien Stéphan, avec ce troisième revers en quatre matches, sont éliminés de la Ligue des champions. Ils devront tenter d’empocher leur ticket pour la Ligue Europa, la semaine prochaine, à Krasnodar.

Giroud crucifie Rennes
Ce mardi soir, Chelsea a rapidement ouvert le score par l’intermédiaire d’Hudson-Odoi. Servi par idéalement par Mason Mount dans la profondeur, l’ailier anglais a ajusté tranquillement Gomis du pied droit (22’). Après cette ouverture du score, les Rennais n’ont pas baissé les bras. Après un bon travail de Doku sur le côté droit, la frappe de Guirassy à la réception du centre est passée largement au-dessus du cadre.

Puis la tête du capitaine Da Silva, tout en puissance, était bien captée par l’ancien rennais Édouard Mendy (42’). Puis la frappe de Guirassy au premier poteau était bien détournée par le portier de Chelsea (74’). L’ancien de la maison a fait des misères à ses ex-coéquipiers.

L’égalisation est finalement intervenue en toute fin de match. Sur corner, Guirassy a placé une tête victorieuse et redonné espoir à ses coéquipiers (85’). Mais Chelsea a repris l’avantage dans le temps additionnel. La joie rennaise n’aura pas duré longtemps. Gomis repousse une première frappe de Werner mais Giroud saute plus haut sur le deuxième ballon et fait trembler les filets.

Avec un seul point en trois matchs, le Stade Rennais est mal en point en Ligue des champions. Mais à l’heure de retrouver Chelsea ce mardi, les raisons d’être optimiste ne manquent pas.
ds 02411 Mathématiquement, rien n’est joué
Un point sur neuf possibles, c’est maigre pour le Stade Rennais qui a enchaîné un nul et deux défaites lors de ses trois premiers matchs de Ligue des champions. Trop peu pour espérer figurer dans les deux premiers à l’issue de la phase de groupes ? Il est encore trop tôt pour le dire.

Mathématiquement, "rien n’est fait, même si Chelsea et Séville ont pris une bonne option (7 points chacun). Il reste trois matchs et toute la phase retour à faire", explique Romain Danzé, ancien joueur emblématique et aujourd’hui responsable des relations publiques du club.

Le match de ce mardi face à Chelsea au Roazhon Park ressemble d’ailleurs, déjà, à une petite finale. En cas de victoire, les Rouge et Noir reviendraient à trois points des Londoniens. Une défaite, conjuguée à une victoire de Séville face à Krasnodar, condamneraient les deux clubs.

2 Une phase retour plus clémente
Dans son histoire récente, Rennes a déjà réalisé des exploits au Roazhon Park face à des grosses cylindrées. Le 8e de finale de Ligue Europa face à Arsenal en 2019 (3-1) en témoigne. Cela tombe bien, la formation de Julien Stephan reçoit les deux cadors du groupe, Chelsea ce mardi à huis clos et Séville le 8 décembre.

"Malheureusement, on n’aura pas notre public, qui est une partie importante de nos résultats à domicile, concède Danzé. Mais quand vous êtes dans votre stade, dans votre vestiaire, sur votre terrain, vous avez plus de repères, de certitudes et de confiance".

3 Chelsea a montré la voie
Dépassée à Séville (défaite 1-0), la formation de Julien Stephan a su élever, nettement, le curseur à Chelsea. Si la défaite est nette (3-0), Rennes a été plombé par les deux penalties concédés par Dalbert et à l’exclusion de ce dernier avant la mi-temps. "Je les ai trouvés très décomplexés, plutôt à l’aise. On a eu la possession une partie du match en étant très agressif au pressing et en récupérant le ballon assez haut".

Tous les ingrédients pour bien figurer en Ligue des champions. Tous, sauf l’efficacité, l’un des points noirs du club breton lors de ses trois premiers matchs.

4 Camavinga et Maouassa sont de retour
Voilà deux (très) bonnes nouvelles. Victime d’une béquille, Eduardo Camavinga a manqué les déplacements à Séville puis Chelsea. Pas convoqué en équipe de France, il en a profité pour se requinquer. "Ça m’a permis de souffler et de revenir en forme", a expliqué le milieu de terrain des Bleus mercredi dernier. De retour vendredi contre Bordeaux, il devrait, par ses percussions et sa justesse technique, faire un bien fou au Stade Rennais.

Quant au latéral gauche Maouassa, blessé depuis fin septembre à la cheville, il a également, comme Mbaye Niang, fait son retour lors des séances collectives. Trop juste pour la réception de Bordeaux, Maouassa a cruellement manqué dans un secteur où Dalbert n’a apporté aucune garantie.

Hormis Rugani, Rennes est d’ailleurs quasiment au complet. "On joue dix matchs en un mois, c’est une cadence infernale, observe Romain Danzé. Il faudra une rotation entre les joueurs et l’entraîneur pourra, avec un effectif presqu’au complet, faire des choix".

5 La Ligue Europa toujours à portée
On l’a dit, si Rennes perd face à Chelsea, la messe sera sans doute dite pour les 8es de finale de la Ligue des champions. Mais sera toujours en lice pour la qualification en 16e de finale de la Ligue Europa. "Notre finale ne sera pas contre Chelsea", précise d’ailleurs Romain Danzé.

Sous-entendu, si Chelsea et Séville ne jouent pas dans la même cour que les Rennais, Krasnodar est à sa portée. La "finale" aura donc lieu le 2 décembre lors de la 5e journée, avec le déplacement en Russie. S’il était repêché en Ligue Europa, le Stade Rennais aurait réussi sa campagne européenne.

Ce mardi, Rennes affronte Chelsea dans ce qui ressemble au match de la dernière chance en Ligue des Champions.
ds 0232Avec un point au compteur, les Bretons doivent impérativement réaliser un résultat contre les Blues, ne serait-ce que pour continuer à rêver de la troisième place. Mais à quelques heures du match, Julien Stéphan connaît de nombreux pépins dans la préparation de ce choc. En effet, Téléfoot annonce que le coach breton déplore ce mardi midi deux forfaits de taille : Nayef Aguerd et Martin Terrier. Selon le tweet de Saber Desfarge, les deux joueurs sont suspectés d’être contaminés au Covid-19.

"Nayef Aguerd forfait contre Chelsea. Nyamsi pressenti titulaire, ce soir. Julien Stephan convoque le jeune défenseur Lorenz Assignon dans le groupe. Nayef Aguerd et... Martin Terrier absent également! Même cause et même suspicion. La liste des absents s’allonge au Stade Rennais" a publié l’insider de la chaîne. Cela n’a pas été confirmé, mais les deux joueurs devraient être testés et isolés afin de déterminer s’ils sont bien positifs au Covid-19, comme cela semble été craint au sein du staff médical du Stade Rennais.

Les footballeurs du Stade rennais ne seront pas dépaysés lors de leur match de Ligue des Champions à Krasnodar le 2 décembre. Ils retrouveront du granit breton autour du stade.
DS 0213aLe Stade rennais sera un peu en terre bretonne lors de son déplacement à Krasnodar en Russie le 2 décembre prochain. En espérant que cela lui porte chance dans le cadre dans le cadre de la 5ème journée de la Ligue des Champions, après le score de parité 1-1 du match aller.
En terre bretonne… ou plutôt en granit breton. Car le parc de 23 ha qui entoure le stade FK Krasnodar accueille des aménagements réalisés par l’entreprise de Louvigné-du-Désert La Générale du granit qui emploie 130 personnes.
Ils avaient été commandés par le fondateur du club Sergueï Galitski à l’occasion de la Coupe du Monde de football 2018. Le stade n’a finalement pas accueilli de match officiel mais l’équipe d’Espagne a profité de ce bel espace pour s’entraîner tout au long de la compétition.
DS 0213bSix mois de travail
Les grandes esplanades qui bordent le stade ont été réalisées en granit provenant des carrières de Lanhélin (au sud de Saint-Malo). La Générale du Granit a réalisé la découpe et la finition des quelque 14 600 pièces de ce puzzle géant allant de 10 à 250 kg la pièce.
"Ce projet a assuré 6 mois de travail avec un renforcement des équipes dans un contexte incertain, notamment en raison du fait que nombre de municipalités bretonnes préfèrent importer du granit étranger pour leurs aménagements de voirie, alors que la Bretagne dispose de granits de qualité dans son sous-sol."
Bien que l’accès au stade sera interdit aux supporters bretons pour cette rencontre en raison de la crise sanitaire, les hommes de Julien Stéphan ne seront pas seuls, se félicite la Générale du granit dans un communiqué : " Ils seront accompagnés par tous les bretons à travers ce qui fait la renommée de leur territoire, le granit breton, reconnu dans le monde entier pour ses qualités (aéronautique, mécanique de précision...) "

Les stars du club de football de Chelsea ont atterri à Rennes, en fin d’après-midi, ce lundi 23 novembre 2020. Demain, mardi, ils affrontent le Stade Rennais (18 h 55) au Roazhon Park, pour la 4e journée de Ligue des champions. Ils regagneront Londres juste après la rencontre.
DS 0212N’N’Golo Kanté, Olivier Giroud, Thiago Silva, Frank Lampard… Les stars de Chelsea ont atterri à l’aéroport de Rennes, ce lundi 23 novembre vers 17 h 30, en provenance de Londres, à la veille de leur match de Ligue des champions, face au Stade Rennais. Un vol partagé sur les réseaux sociaux du club, et par le défenseur César Azpilicueta.

Hébergés au Domaine de Cicé-Blossac à Bruz
Direction Bruz, ensuite, et le domaine hôtelier de Cicé-Blossac, où les Blues ont pris leurs quartiers, ce mardi soir. Pas d’entraînement de prévu, demain, au Roazhon Park, ils rejoindront la route de Lorient, en milieu d’après-midi, à quelques heures du coup d’envoi prévu à 18 h 55, avant de regagner Londres après la rencontre.

Dans le même temps, les joueurs du Stade Rennais s’entraînaient dans leur centre de la Piverdière, avant un exploit attendu, demain, face à Chelsea, après un nul et deux défaites, lors de la phase aller de cette première Ligue des champions de l’histoire du club.

A la veille de la rencontre entre le Stade Rennais et Chelsea, Frank Lampard a avoué qu’il ne prendra pas cette opposition à la légère.
ds 0231L’heure de la revanche a sonné pour Rennes. Lourdement défaits lors du match aller à Stamford Bridge (3-0), les hommes de Julien Stephan ont l’occasion de se relancer ce mardi face à Chelsea en Ligue des Champions. Si la tâche s’avèrera difficile, le Stade Rennais tentera de réaliser l’exploit afin de croire à une potentielle qualification pour le prochain tour de la compétition. A la veille de la partie, Frank Lampard a avoué toujours se méfier de son futur adversaire en conférence de presse.

"Ils avaient été impressionnants lorsque nous les avions affrontés"
"Je suis pleinement concentré sur le défi de Rennes car ils avaient été impressionnants lorsque nous les avions affrontés à Stamford Bridge. Si nous obtenons un mauvais résultat, nous rendrons les prochains matches difficiles, nous devons donc respecter le jeu. J'ai confiance en l'équipe, même si nous faisons tourner l'effectif. Il est important de garder un équilibre. Il faut avoir le bon feeling et une vraie attitude pour aller encore plus loin. Six victoires, ce serait bien, mais on ne peut pas baisser le niveau. Rennes est une bonne équipe." Le Stade Rennais est prévenu, Chelsea compte poursuivre sur sa lancée.

Tipeee

Tipeee

S.G.S.B.

SGSB

Cantine de Mumbly

Cantine

Hébergé par

Reglyss.bzh

© 1996 - 2022 www.StadeRennais.Net
© 2022 Da'Squad - L'actu du Stade Rennais

Free Joomla templates by L.THEME