• DS_0084.jpg
  • ds_0611.jpeg
  • DS_0115.jpg
  • ds_0321.jpg
  • ds_0660a.jpeg
  • ds_0877.jpeg
  • DS_0018a.jpg
  • ds_0403.jpg
  • ds_0523c.jpeg
  • ds_0329.jpg
  • DS_0102.jpg
  • ds_0554.jpeg
  • DS_0101.jpg
  • DS_0172.jpg
  • ds_0503.jpg
  • ds_0242.jpg
  • ds_0687.jpeg
  • ds_0888.jpg
  • ds_0279.png
  • ds_0966.jpg

Il pourrait être la deuxième recrue de l’été rennais après Steve Mandanda. Le club breton serait prêt à casser sa tirelire pour le défenseur sud-coréen de Fenerbahçe Kim Min-Jae (25 ans). Mais qui est-il ?
ds 0930

1. Double champion de Corée du Sud
Kim Min-Jae a commencé sa carrière en championnat de Corée du Sud en 2015-2016, sous les couleurs du Gyeongju Korea Hydro & Nuclear Power. Il a ensuite rejoint le Jeonbuk Hyundai Motors, avec lequel il a conquis deux titres de champion, en 2017 et 2018. Élu meilleur espoir du championnat en 2017, il s’est ainsi évidemment ouvert les portes de la sélection, à partir du 31 août 2017. Il compte aujourd’hui 40 capes et a marqué trois buts. Le futur défenseur central rennais a également remporté le titre asiatique U23 en 2019.

2. Il connaît Bruno Genesio
Le solide défenseur (1,90 m) a déjà évolué sous les ordres de Bruno Genesio. C’était lors du passage du technicien rennais en Chine, où il a coaché le Bejing Guoan entre juillet 2019 et décembre 2020. Le Sud-Coréen était, lui, arrivé à Pékin en janvier 2019 et y est resté jusqu’en août 2021, avant de rallier la Turquie. Cette connaissance du coach rennais a forcément pesé dans le choix du nouveau patron de la défense rouge-et-noir.

3. Une seule année en Turquie
Après son expérience chinoise, Kim Min-Jae a rejoint l’été dernier Fenerbahçe pour… trois millions d’euros ! Il aura donc disputé une seule saison en Süper Lig, disputant, toutes compétitions confondues, 39 matchs (dont six en Ligue Europa et deux en Ligue Europa Conférence) et inscrit un but. Avec Rennes, il devrait jouer, pour la deuxième saison de rang, la Ligue Europa.

4. Une valeur multipliée par… six !
Depuis le départ de Nayef Aguerd pour West Ham et la blessure d’Omari, absent pour trois mois, et surtout en raison de l’absence de rotation, l’an passé, au poste de défenseur central, Rennes cherchait à renforcer dans ce secteur. Kim Min-Jae devrait être le premier à arriver, mais pas le seul. Pour l’attirer, Rennes a aligné 18 M€ (+ 1,5 M€ de bonus), soit une valeur marchande qui a été multipliée par… six en un an ! C’est évidemment le défenseur le plus cher de l’histoire du Stade Rennais. Le précédent record datait de l’été 2017, avec l’arrivée de Faitout Maouassa en provenance de Nancy contre 7 M€ et 25 % sur la plus-value.

L’homme d’affaires François Pinault, propriétaire du club de football rennais, était présent ce matin, vendredi 15 juillet 2022, à l’entrainement des joueurs, à Rennes (Ille-et-Vilaine).

ds 0931

On l’a vu parler avec les joueurs en début de séance d’entraînement à La Piverdière et en pleine discussion avec le coach, Bruno Génésio. Il a ensuite assisté aux premières minutes de jeu.

Ce vendredi justement, à l’issue de l’entraînement, Bruno Génésio s’est exprimé sur le défenseur central du FC Barcelone, Samuel Umtiti, un temps désiré par le Stade Rennais, qu’il a dirigé à l’Olympique Lyonnais, comme adjoint puis entraîneur principal. « Je regrette les fausses informations divulguées, a-t-il commenté. En aucun cas il n’a passé de visite médicale, et encore moins de visite médicale non-concluante. Cette fausse information est grave pour le joueur et pour nous aussi. […] C’est même un peu vicieux. Je ne sais pas qui a sorti cette info mais c’est regrettable. Je pèse mes mots. »

Avec l’arrivée de Steve Mandanda, le Stade Rennais entend bien passer dans une nouvelle dimension et attirer de nouveaux grands noms.

ds 0934

Steve Mandanda au Stade Rennais. Qui aurait pu imaginer, il y a de cela quelques années, qu’un tel transfert serait possible ? Et pourtant, c’est bel et bien l’international français, champion du monde 2018, qui aura la tâche de garder les buts rennais la saison prochaine. Avec la nouvelle qualification européenne des hommes de Bruno Génésio, le Stade Rennais entend bien passer dans une nouvelle dimension.

Il y avait ici un projet très ambitieux
Lors de sa conférence de presse de présentation, Steve Mandanda a par ailleurs loué les ambitions du club rennais, qui était à nouveau à deux doigts de terminer sur le podium en Ligue 1. « Ça a été un choix mûrement réfléchi. J’ai beaucoup, beaucoup réfléchi par rapport à ma situation qu’on connaissait à Marseille. À côté de ça, il y avait un ici un projet très ambitieux. »

Une ambition que Rennes a su construire au fil des saisons. Après avoir été pendant plusieurs années moqué pour ses résultats moyens et sa tendance à perdre les finales de Coupe, le Stade Rennais est devenu une équipe agréable à voir jouer, crainte par de nombreuses équipes de Ligue 1, voire même en Europe grâce à leurs beaux parcours en Ligue Europa et Ligue Europa Conférence.

Des ambitions concrétisées sur le mercato ?
Le recrutement de Steve Mandanda n’était qu’une énième étape dans le développement du club. En effet, depuis quelques saisons, Rennes est capable d’aller chercher les bons joueurs dans les différents clubs de Ligue 1. On pense notamment à Benjamin Bourigeaud, Martin Terrier, Gaëtan Laborde, Loïc Badé, Alfred Gomis, Nayef Aguerd… Beaucoup de noms qui ne paraissaient pas clinquants à leur arrivée, mais qui ont tous ou presque fait leurs preuves sur le terrain.

Par ailleurs, le Stade Rennais a également très bien travaillé sur le marché européen, en allant chercher des espoirs du football dans différents championnats. C’est notamment le cas de Jérémy Doku, recruté en provenance d’Anderlecht ; mais aussi de Lovro Majer (Dinamo Zagreb), ou encore Kamaldeen Sulemana (FC Nordjaelland), tous décrits comme des « cracks », et qui continuent leur progression au Roazhon Park. Sans parler des joueurs formés localement, comme Eduardo Camavinga, Warmed Omari ou encore Adrien Truffert, tous en équipe de France avec les catégories jeunes ou A.

La récente rumeur liant le Stade Rennais à Samuel Umtiti vient également dans ce sens. Rennes est donc capable d’attirer. Steve Mandanda en est la première preuve lors de ce mercato estival. Et d’autres pourraient bien suivre…

L’AJ Auxerre va enregistrer l’arrivée de Benoît Costil lors du mercato estival. Libre après son départ de Bordeaux, le gardien international va s’engager pour une saison avec le club promu en Ligue 1.
ds 0933

Venu à bout de Saint-Etienne au terme de barrages à suspense, l’AJ Auxerre prépare activement son retour en Ligue 1. Promu dans l’élite après dix ans d’absence, le club bourguignon entend bien y rester. Afin de lutter pour sa survie, l’AJA a réussi à boucler un joli coup lors du mercato estival et va accueillir Benoît Costil.

Sans club depuis son départ de Bordeaux, le gardien de 35 ans va arriver libre à Auxerre. Une fois sa visite médicale passée, l’international tricolore (une sélection) va s’engager pour une saison avec l’équipe entraînée par Jean-Marc Furlan.

Costil à la relance à Auxerre
Après la signature du latéral lensois Brayann Pereira, du prometteur Kays Ruiz et la prolongation de Gauthier Hein jusqu’en 2025, Auxerre va donc réaliser un nouveau coup pendant l’intersaison. Avec l’arrivée de Benoit Costil, l’AJA va mettre la main sur un renfort de poids en vue du maintien.

Si le gardien sort d’un exercice mitigé à Bordeaux marqué notamment par une brouille avec les supporters et la perte de son statut de titulaire, son expérience devrait faire du bien à l’équipe bourguignonne.

 Habitué du haut niveau, Benoit Costil aura donc pour mission d’aider le club à se maintenir en Ligue 1 et même d’exaucer le souhait du propriétaire James Zhou. Au micro de RMC Sport, début juillet, le dirigeant chinois a affirmé ses ambitions pour la saison 2022-2023: "exister en Ligue 1".

Avec l’arrivée d’un gardien de la trempe de l’ancien Rennais et Bordelais, la formation auxerroise semble bien partie pour y parvenir. Etape suivante, la première journée et un déplacement périlleux à Lille. Après Bordeaux, Benoit Costil goûte à la Bourgogne.

Pierre-Emmanuel Bourdeau, coach de la réserve de Rennes, a encensé ses joueurs après la montée en National 2.

ds 0920

La réserve du Stade Rennais a validé sa montée samedi soir en National 2 au terme d'une victoire folle face à Guipry-Messac, avec un succès 7 buts à 4. Alors que les Rennais ont été sacrés champions de N3 dans le groupe Bretagne, ils ont pu compter sur la défaite de la Saint-Pierre de Milizac afin de passer devant au tout dernier moment et de filer en quatrième division. Forcément, le coach Pierre-Emmanuel Bourdeau était fier de ses hommes et il l'a fait savoir après le match, encensant ces derniers.

Les belles paroles de Bourdeau pour ses hommes

"On est passé par des moments difficiles. Ils sont jeunes mais ce sont des bons mecs. Ils sont toujours resté focus sur le jeu et comment gagner les matchs. Ça a été notre fil rouge, à l'image de notre première et deuxième mi-temps ce soir (samedi), on est passé par le jeu. C'est ça le football, c'est ça que j'aime. Certains préfèrent gagner 1 but à 0, moi j'aime gagner 7 buts à 4."

Lovro Majer (24 ans) ne regrette pas du tout d’avoir rejoint le Stade Rennais malgré le scepticisme ayant accompagné ce transfert. Dix mois plus tard, il savoure ses progrès et loue le travail de son entraîneur Bruno Genesio.
ds 0919

Quand il s’est engagé avec Rennes en toute fin de mercato l’été dernier, Lovro Majer (24 ans) a suscité une certaine incompréhension en Croatie. Dix mois plus tard, le milieu de terrain croate ne regrette pas son choix, après une saison accomplie avec le club breton (six buts, sept passes en 36 matchs toutes compétitions confondues).

"En Croatie, il y a beaucoup de joueurs de bon niveau sur le plan technique, mais tactiquement et physiquement, le championnat est incomparable avec la Ligue 1, confie l’ancien joueur du Dinamo Zagreb dans une interview à So Foot. Aujourd’hui, je ne suis plus le même joueur. Je suis arrivé à Rennes à la fin du mercato d’été, ce qui fait donc environ dix mois, et j’ai énormément progressé grâce au club, au staff..."

Beaucoup de joueurs apprécient vraiment de travailler avec lui
Il cite notamment Bruno Genesio comme le grand responsable de ses premiers pas réussis en Bretagne. "Pour moi, c’est un super coach, sans doute le meilleur avec lequel j’ai travaillé depuis le début de ma carrière, honnêtement, assure Majer. C’est quelqu’un qui sait vous mettre dans les conditions idéales, aux entraînements comme lors des matchs, et qui a une approche très moderne du jeu, que ce soit offensivement ou défensivement. Je pense que beaucoup de joueurs apprécient vraiment de travailler avec lui. Le football qu’on propose avec Rennes est clairement celui que j’aime regarder: un football vivant, attrayant, avec beaucoup de buts... Ce n’est que du plaisir."

Sous contrat jusqu’en 2026, l’international croate (7 sélections, 2 buts) n’envisage pas de quitter la capitale bretonne cet été malgré des intérêts suscités par ses performances. "En ce moment, tout va bien, explique-t-il. Je pense que je suis dans une bonne période, que j’ai fait une bonne première saison en France, que les choses se passent bien avec la sélection, mais que je peux aussi encore progresser dans plusieurs domaines."

Un départ pas à l'ordre du jour
"Je sais que plusieurs choses s’écrivent sur mon avenir, mais l’intérêt d’autres clubs, je le prends pour le moment seulement comme une confirmation que je fais bien les choses, conclut-il. Je suis heureux à Rennes, j’aime la ville, le club, je continue d’apprendre le français... Pour le moment, j’ai une ou deux leçons par semaine, mais encore une saison, et je pourrai encore mieux parler la langue."

Affluence moyenne par club, taux de remplissage… Tous les chiffres à retenir côté tribunes pour la saison écoulée en Ligue 1 Uber Eats.

ds 0911

Près de 10 millions de spectateurs ont garni les tribunes des stades de Ligue 1 Uber Eats et de Ligue 2 BKT en 2021/2022 dont 7 800 445 pour les clubs de l’élite ! Lors d’une saison marquée par le spectacle offert sur le terrain, la moyenne de spectateurs par match s’élève à 22 942. Elle augmente même à 24 140 spectateurs lors de la phase retour. Au total, le taux de remplissage a été de 73,9% dans le championnat de France.

L’OM devant le PSG et l’OL
C’est l’Olympique de Marseille qui possède l’affluence moyenne la plus élevée du championnat avec 56 783 spectateurs par match à l’Orange Vélodrome cette saison. L’OM devance le PSG (47 283) et l’Olympique Lyonnais (40 286). Deux autres clubs dépassent les 35 000 spectateurs de moyenne : le RC Lens et le LOSC.

Les affluences par club lors de la saison 2021/2022 :

  1. Olympique de Marseille : 56 783
  2. Paris Saint-Germain : 47 283
  3. Olympique Lyonnais : 40 286
  4. RC Lens : 36 003
  5. LOSC : 35 982
  6. Stade Rennais FC : 26 637
  7. AS Saint-Etienne : 25 805
  8. FC Girondins de Bordeaux : 25 005
  9. RC Strasbourg Alsace : 24 574
  10. FC Nantes : 22 309
  11. OGC Nice : 20 786
  12. FC Metz : 17 465
  13. FC Lorient : 13 201
  14. Stade Brestois 29 : 12 650
  15. Stade de Reims : 12 024
  16. Clermont Foot 63 : 11 720
  17. Montpellier Hérault SC : 11 436
  18. ESTAC Troyes : 9 645
  19. Angers SCO : 8 361
  20. AS Monaco : 5 781

Le Parc des Princes et Gabriel-Montpied les plus remplis
Côté taux de remplissage, on trouve 5 clubs à plus de 90% sur la saison 2021/2022 : le PSG, le Clermont Foot 63, le RC Lens, le RC Strasbourg Alsace et le Stade Rennais FC. L’OM et le Stade Brestois 29 dépassent, eux, les 80%.

Le taux de remplissage par club lors de la saison 2021/2022 :

  1. Paris Saint-Germain : 99%
  2. Clermont Foot 63 : 95%
  3. RC Lens : 95%
  4. RC Strasbourg Alsace : 95%
  5. Stade Rennais FC : 91%
  6. Olympique de Marseille : 87%
  7. Stade Brestois 29 : 83%
  8. FC Lorient : 78%
  9. LOSC : 73%
  10. Olympique Lyonnais : 70%
  11. Angers SCO : 65%
  12. FC Metz : 64%
  13. FC Nantes : 63%
  14. AS Saint-Etienne : 61%
  15. Girondins de Bordeaux : 60%
  16. Stade de Reims : 59%
  17. OGC Nice : 60%
  18. Montpellier Hérault SC : 54%
  19. ESTAC Troyes : 48%
  20. AS Monaco : 47%

(*) Les 20e, 21e et 22e journées de championnat n’ont pas été comptabilisées dans les moyennes, la situation sanitaire ayant imposé des jauges réduites dans les stades pendant cette période de la saison. Les huis-clos totaux n'ont pas non plus été pris en compte.

Le président de l’UEFA, Aleksander Ceferin, ne voit pas de problème dans l’accumulation des matchs et la possible surcharge du calendrier. Selon lui, les footballeurs ne sont pas à plaindre.
ds 0907

Aleksander Ceferin est visiblement irritable lorsqu’on lui parle des calendriers surchargés par les décisions de l’UEFA et de la FIFA. "C’est facile de toujours attaquer l’UEFA et la FIFA, a-t-il regretté dans un entretien accordé à la Gazzetta dello Sport. Le discours est simple. Si tu joues moins, les salaires baissent."

Aujourd’hui, la plupart des meilleurs joueurs mondiaux, indispensables pour leurs clubs comme pour leurs sélections, jouent pas loin de 60 matchs dans une saison. Certains dépassent même allègrement cette barre, comme Sadio Mané et Mohamed Salah, qui ont joué respectivement 67 et 66 rencontres en 2021-22, soit en un peu moins de dix mois.

Les ouvriers dans les usines qui gagnent 1000 euros par mois
"Ceux qui devraient vraiment se plaindre, ce sont les ouvriers dans les usines qui gagnent 1000 euros par mois", a ajouté Ceferin. Peut-être pas la meilleure comparaison possible suite aux nombreuses révélations qui ont mis en cause le traitement réservé aux travailleurs étrangers au Qatar, par exemple, sur les chantiers de construction en vue de la prochaine Coupe du monde.

Les remarques de nombreux entraîneurs, parmi lesquels Jürgen Klopp et Pep Guardiola, n’y changeront donc pas grand-chose. L’UEFA et la FIFA vont continuer d’imposer de nouveaux rendez-vous aux clubs et aux sélections, donc finalement aux joueurs, obligés d’enchaîner les rencontres plus que de raison.

Quinze saisons et 613 matches plus tard, Steve Mandanda a - définitivement - quitté l'Olympique de Marseille, direction le Stade Rennais. Le gardien de 37 ans n'a pas manqué de dire au revoir au peuple marseillais. Touchant.
ds 0905

La fin d'une histoire d'amour entre l'Olympique de Marseille et Steve Mandanda. L'international français aux 34 sélections, 37 ans depuis le 28 mars, n'est officiellement plus un joueur marseillais, et ce après avoir défendu ses couleurs durant quinze saisons et 613 matches toutes compétitions confondues. Il s'est engagé, libre, pour deux saisons, en faveur du Stade Rennais.

L'heure est donc aux adieux pour le natif de Kinshasa, qui sur deux périodes (2007-2016 et 2017-2022), entrecoupées par un passage éphémère à Crystal Palace, aura régalé le stade Vélodrome. Avant d'enfiler le maillot rennais et d'évoluer sous les ordres de Bruno Genesio, Steve Mandanda a adressé un long message d'adieu à ceux qui l'ont côtoyé dans la cité phocéenne.

«L’OM c’est ma maison, ma famille, mon club de cœur»
«Marseillais, c’est le cœur lourd et chargé d’émotions que je m’adresse à vous ce soir pour vous dire au revoir. Après 15 merveilleuses années passées à vivre pleinement ma passion à vos côtés, l’heure est venue pour moi de partir. Une page se tourne aujourd’hui, mais chaque moment resteront à jamais gravés dans mon cœur et dans ma mémoire. Je pars fier.»

«Fier d’avoir porté le maillot de l’Olympique de Marseille pendant 15 années. L’OM c’est ma maison, ma famille, mon club de coeur, le club qui m’a permis de devenir l’homme que je suis aujourd’hui. Supporters, votre passion sans limite m’a toujours fait vibrer. Votre amour inconditionnel pour l’OM et le football, n’ont fait que créer des ambiances uniques et inoubliables.»

Les hommages de Villas-Boas, Lopez, Ayew, Harit...
«Supporters, salariés du club, à tous ceux que je n’ai pas eu le temps de saluer avant de partir, je veux simplement vous dire merci. Merci de m’avoir accompagné dans les bons moments et les instants plus difficiles. Olympiens, cette histoire c’est la nôtre et elle ne se terminera jamais,» a conclu Steve Mandanda, en guise d'au revoir. Un message auquel plusieurs de ses anciens coéquipiers ont réagi.

À commencer par son ancien coach, André Villas-Boas. «Bonne chance Steve! Quelle plaisir avoir eu la chance de te connaître. Le plus vite que j’ai vu entre les poteaux. Des magnifiques arrêts je dirais même des impossibles arrêts. Tu à été toujours une inspiration pour moi autant que homme. Force et courage mon ami,» a réagi le coach olympien de 2019 à 2021. Imité par Amine Harit, Maxime Lopez, Rémy Cabella, Bouna Sarr et Florian Thauvin, qui lui ont envoyé de l'amour, André Ayew a lui lâché un «Fenomeno ???? mon capi» et Kevin Strootman un «Legend».

En 2020, Rennes avait cédé Raphinha à Leeds pour 17 millions d'euros, plus 6 de bonus, avec un pourcentage sur une plus-value à la revente, dont la hauteur n'avait pas été dévoilée.

ds 0891

Avec le transfert de l'attaquant brésilien au FC Barcelone pour 58 millions d'euros hors bonus, pour lequel le club catalan a officialisé mercredi un accord avec Leeds, la plus-value tourne autour de 40 millions d'euros. Et l'intéressement de Rennes serait de l'ordre de 5 millions d'euros, qui peuvent être réglés en plusieurs échéances, comme le montant d'un transfert.

Au final, Raphinha, venu du Sporting Portugal en Bretagne en 2019 pour 21 millions d'euros, aura rapporté près de 30 millions d'euros à Rennes, se hissant dans le top 5 des ventes du club breton derrière celles d'Ousmane Dembélé, d'Ismaïla Sarr, de Nayef Aguerd et d'Eduardo Camavinga.

Le champion du monde monte au créneau pour rétablir la vérité et défendre son intégrité physique. Il n’a pas été recalé à une visite médicale pour signer à Rennes.

ds 0901

Samuel Umtiti est sorti de son silence, hier, pour couper court aux rumeurs qui affirment que le champion du monde 2018 ne venait pas au Stade Rennais après avoir été recalé à sa visite médicale. « La vérité finit toujours par arriver ». Son agent espagnol est aussi monté au créneau dans Mundo Deportivo pour dénoncer un mensonge.

Dès jeudi dernier, nous écrivions que Samuel Umtiti n’avait pas passé d’examens médicaux pour s’engager avec le club breton. Une information que nous sommes en mesure de confirmer. Il ne s’agissait donc pas de protéger le joueur et ses soucis au genou, connus de tous, en masquant de soi-disant résultats médicaux négatifs.

On pèse le pour et le contre
Si le dossier est « en stand-by », comme le décrivait, lundi, Florian Maurice lors de la présentation à la presse de Steve Mandanda, c’est pour un désaccord entre le coach Bruno Genesio très tenté par le recrutement de l’ancien Lyonnais qu’il connaît bien et Florian Maurice et sa cellule de recrutement plus circonspects. « Il n’y a pas de désaccord, on peut ne pas être d’accord sur certains dossiers. L’échange a toujours été le même avec Bruno. On se connaît depuis assez longtemps pour pouvoir échanger tranquillement, paisiblement, assure le directeur sportif des Rouge et Noir. On pèse le pour et le contre de certains dossiers, pour l’instant ce dossier-là est en stand-by. »

Ces doutes tournent sans doute autour de la capacité du joueur à enchaîner les matches, mais ils ne sont pas validés par un quelconque avis médical. D’ailleurs, Samuel Umtiti a bien repris l’entraînement avec le FC Barcelone.

Le joueur et son entourage ont bien sûr intérêt à rétablir cette vérité, car une visite médicale négative serait dévastatrice pour son avenir alors qu’il n’a joué que 90 minutes la saison dernière.

L'équipe réserve du Stade Rennais évoluera en National 2 la saison prochaine après sa promotion au terme de la saison 2021-2022 dans le groupe Bretagne de National 3.

ds 0892

Champion du groupe, les jeunes Rennais vont donc évoluer en quatrième division la saison prochaine et ils veulent se préparer au mieux afin de ne pas faire l'ascenseur directement. Pour cela, les joueurs de Pierre-Emmanuel Bourdeau vont jouer cinq matchs amicaux, comme l'informe Ouest-France, et le programme est à découvrir ci-dessous. La saison de National 2 débutera lors du week-end du 20-21 août.

Les matchs amicaux de l'équipe réserve du Stade Rennais

  • Samedi 23 juillet : Stade Rennais – FC Nantes B à Ploërmel (15 h).
  • 29-30-31 juillet : Tournoi des centres à Ploufragan
  • Samedi 6 août : Stade Rennais – Saint-Malo, à la Piverdière (16 h)
  • Mercredi 10 août : Stade Rennais – AS Vitré, à la Piverdière (18 h 30)
  • Samedi 13 août : Saint-Lô – Stade Rennais (16 h), lieu non communiqué

Arrivé en 2017, Fabien Lemoine, capitaine des Merlus depuis l’été 2018, ne fera pas partie de l’effectif du FC Lorient cette saison.
ds 0893

Recruté à l’été 2017, Fabien Lemoine, formé au Stade Rennais, ne fera pas partie de l’effectif du FC Lorient cette saison. Le Breton a disputé au sein de l’effectif lorientais 147 matchs. Arrivé alors que le FC Lorient venait de descendre en Ligue 2, le joueur originaire de Fougères aura contribué à la remontée du FCL en première division, puis de l’y maintenir.

La saison dernière avait été ponctuée de plusieurs blessures et le milieu n’avait débuté que 13 matchs (21 joués au total). Les deux parties ont décidé de ne pas resigner pour une saison supplémentaire. Le milieu de terrain était le capitaine des Merlus depuis l’été 2018.

ds 0894

Ses 3 autres frères sont aussi gardiens professionnels

Steve Mandanda est l’ainé d’une famille destinés à être dernier rempart ! En effet, ses trois frères sont également gardiens de but : Parfait, formé à Caen est lancé à Beauvais et voyagera un peu partout à partir de 2010 : Turquie, Belgique, Roumanie ou encore aux Etats Unis. Riffi, lui, a évolué dans les divisions françaises amateurs entre 2011 et 2015. De juillet 2015 à aujourd’hui, il tutoie le monde professionnel avec des passages à Ajaccio, Boulogne, Kongsvinger en Norvège ou encore… Rennes, où il est resté six mois en 2020 en tant que 4ème gardien. Il évolue désormais à Créteil. Over, le petit dernier, ne compte en revanche aucun match professionnel. Il a évolué en National à Créteil et Laval avant de signer à Saint Priest en N2 dont il défend encore les couleurs. Une histoire de famille, on vous dit, où l’aîné a clairement montré l’exemple !

Mandanda et les Bleus

Un destin international, dès Le Havre, les spécialistes ne s’y étaient pas trompés ! Steve Mandanda honore sa première sélection le 27 mai 2008 contre l’Equateur (2-0), jour de doublé d’un certain Bafé Gomis, avec l’Euro 2008 en ligne de mire. Néanmoins, pas de chance pour le gardien formé au Havre, l’étoile montante Hugo Lloris s’impose dans le but tricolore et le pousse au poste de numéro 2, qu’il occupera pendant plus d’une décennie. Dans le groupe, il est un leader et un élément important dans la vie du groupe. Son état d’esprit et son niveau de performance lui permettent de passer douze ans en Bleu. Avec ses 34 sélections, il est le septième gardien le plus capé de l’histoire en Equipe de France, à égalité avec Grégory Coupet mais aussi la perspective d’un dernier grand événement en novembre prochain au Qatar, au poste de numéro 3 s’il performe en Bretagne. Au mieux, si Hugo Lloris ou Mike Maignan venaient à ne pas être du rendez-vous… Une vraie carte à jouer pour lui, on vous dit !

Une légende de l’OM

Sur la Cannebière, inutile de parler de Pau Lopez, Stéphane Trévisan ou de Stéphane Porato. Même Andreas Kopke, passé par le club au début du siècle, n’évoque pas le dixième d’un frisson en comparaison à Mandanda, vraie légende de l’OM. Arrivé en 2007 dans la cité phocéenne pour concurrencer puis prendre la place de Cédric Carrasso, le gardien né à Kinshasa (Ex-Zaïre, devenu République Démocratique du Congo) va vite mettre tout le monde d’accord. Avec Marseille, il va disputer 613 matchs en pros (dont 152 clean Sheet) et devenir le joueur le plus capé du club. Néanmoins, l’arrivée de Sampaoli en février 2021 pousse Steve Mandanda sur le banc. Malgré le départ du fantasque coach argentin, le nouveau gardien rennais et l’OM décident de se séparer en ce mois de juillet en résiliant son contrat en accord avec Pablo Longoria. Les histoires d’amour finissent mal…

Un passage express à Crystal Palace

A l’été 2016, Mandanda choisit la Premier League pour vivre sa première et à ce jour unique expérience hors France, en s’envolant vers Crystal Palace. Il y dispute son premier match le 23 août 2016 mais ne réussira pas à s’imposer dans ce club à la mentalité et au style so british… Barré par le Gallois Wayne Hennessey, pourtant bien moins fort, Mandanda joue peu. Durant la saison, il ne participe qu’à 10 matchs entre août et novembre 2016 où il ne réalise aucun clean sheet et vis une vraie déception. Ce loupé lui coupe l’envie de PL et un retour à l’OM s’effectue assez naturellement, marquant la fin de son aventure avec les Eagles. Le seul vrai raté d’une carrière très solide !

Steve Mandanda "ll fénoméno"

Ce n’est pas le moindre des surnoms… Avant lui, seul le Ballon d’Or Ronaldo, « do Brasil », eut le droit à pareil surnom. Les supporters marseillais affublent Steve Mandanda qui même surnom, à force d’exploits répétés dans le but olympien et d’un style très spectaculaire. « ll fénoméno », d’un côté à l’autre du terrain, du Brésil à la France.

Recherche

Calendrier

Partenaires

Articles

Connexion

Tipeee

Tipeee

S.G.S.B.

SGSB

Cantine de Mumbly

Cantine

Hébergé par

Reglyss.bzh

© 1996 - 2022 www.StadeRennais.Net
© 2022 Da'Squad - L'actu du Stade Rennais

Free Joomla templates by L.THEME