• ds_0870.jpg
  • ds_0355.jpg
  • ds_0360.jpg
  • ds_0350.jpg
  • ds_0605.jpeg
  • ds_0333.jpg
  • ds_0674.jpeg
  • ds_0307.jpg
  • ds_0749.jpeg
  • ds_0391.jpg
  • DS_0033a.jpg
  • ds_0934.jpg
  • DS_0098.jpg
  • ds_0521.jpg
  • ds_0386.jpg
  • ds_0612.jpeg
  • DS_0019.jpg
  • DS_0050.jpg
  • ds_0844.jpeg
  • DS_0129.jpg

ds 0634

Le Stade Rennais F.C. a pris acte de la décision de la Commission Fédérale de Discipline à la suite de l’utilisation d’engins pyrotechniques introduits par certains de ses supporters le 2 janvier 2022 à Nancy, à l’occasion du 16e de finale de Coupe de France. Une sanction financière significative a été adressée au club, en complément d’une interdiction de déplacement au Parc des Princes dans le cadre du match Paris SG / SRFC programmé le vendredi 11 février 2022.

Contrarié de ne pas pouvoir compter sur le soutien de ses supporters à Paris et sanctionné par des comportements inadaptés d’une minorité, le Stade Rennais F.C. rappelle que l’usage d’engins pyrotechniques sont interdits dans les stades et passibles d’une amende de 15.000€ et de 3 ans d’emprisonnement.

Les supporters ayant acheté leur billet sur le site du club seront remboursés dans de brefs délais.

Ce dimanche (17h, sur Canal+ Sport), Rennes reçoit Brest au Roazhon Park pour le compte de la 23e journée de Ligue 1. Voici les compos probables et les absents des deux équipes.

ds 0633

Beaucoup d'absents pour Bruno Genesio qui doit toujours faire sans ses Sénégalais Hamari Traoré et Alfred Gomis. Romain Salin et Flavien Tait sont incertains, Jérémy Gélin, Jérémy Doku et le jeune Ugochukwu sont sur le flanc. Respectivement pour trois et six semaines.

Les absents du côté de Rennes : H.Traoré, A.Gomis (CAN), Salin, Gélin, Ugochukwu, Doku, Tait (blessés).

Belaïli première dans un derby ?
Star de la fin du Mercato et remplaçant de Romain Faivre parti à Lyon, Youcef Belaïli pourrait faire ses débuts avec Brest. Au rayon des absents, on retrouve Lucien Agoumé (suspendu) ainsi que le gardien Sébastien Cibois et l'ailier Romain Del Castillo.

Les absents du côté de Brest : Agoumé (suspendu), Cibois, Del Castillo (blessés).

Rennes : Alemdar - Assignon, Omari, Aguerd, Truffert - Bourigeaud (cap.), Martin, Majer - Sulemana, Laborde, Terrier.

Brest : Bizot - Pierre-Gabriel, Chardonnet (cap.), Hérelle, Duverne - Belaïli, Magnetti, Belkebla, Honorat - Le Douaron, Mounié.

Pour le derby breton qui se jouera dimanche 6 février, à 17 h, entre le Stade Rennais et le Stade Brestois, le préfet souhaite interdire la venue de supporters brestois à Rennes. Le ministère de l’Intérieur va rendre sa décision, elle sera connue dans la nuit de vendredi à samedi.
ds 0627
 
La venue des supporters brestois à Rennes, dimanche 6 février 2022, pour le derby breton face au Stade Rennais est suspendue à décision du ministère de l’Intérieur. En début de semaine, la division nationale de lutte contre le hooliganisme, qui relève de la direction centrale de la sécurité publique, a classé le match Stade Rennais – Stade Brestois comme à risque en raison du contentieux entre les deux équipes​.
 
Match classé au niveau 4, « un risque élevé »
« Sur une échelle de 1 à 5, le match est classé au niveau 4, c’est-à-dire un risque élevé, indique la préfecture. À Rennes, aucun match n’a dépassé le niveau 3 au cours de la saison en cours. » La balle est désormais dans le camp du ministère de l’Intérieur, à Paris.
 
« L’instruction du dossier est en cours », indique le préfet d’Ille-et-Vilaine, Emmanuel Berthier, également préfet de région. La décision devait être prise rapidement, « avec une publication au Journal officiel probablement dans la nuit de vendredi et samedi ».
 
Concrètement, on saura samedi matin si les supporters pourront faire le déplacement à Rennes le lendemain dimanche. « Notre souhait est de retrouver des matchs de football apaisés. »

Le derby breton entre le Stade Rennais et le Stade Brestois dimanche 6 février à 17 h à Rennes au Roazhon Park a été classé à risque par la division nationale de lutte contre le hooliganisme. Selon nos informations, le Ministère de l’Intérieur devrait interdire le déplacement des supporters Brestois à Rennes.

ds 0615

Le derby breton entre le Stade Rennais et le Stade Brestois dimanche 6 février à 17 h à Rennes au Roazhon Park a été classé à risque par la division nationale de lutte contre le hooliganisme.

Le Stade Brestois s’est réjouit hier soir, sur son compte Twitter, que ses supporters allaient se déplacer en masse à Rennes dimanche 6 février à 17 h pour le derby Breton de ligue 1 contre le Stade Rennais. Hier soir, lundi 31 janvier, n’y avait d’ailleurs plus une place à vendre dans le parcage visiteur du Roazhon Park qui peut contenir plus de 1 500 supporters.

Hooliganisme
Sauf que la venue des supporters Brestois à Rennes n’est pas du tout acquise. Lundi soir, la division nationale de lutte contre le hooliganisme, qui relève de la direction centrale de la sécurité publique, a classé le match Stade Rennais – Stade Brestois comme à risque en raison du contentieux entre les deux équipes​. Un communiqué précise que les modalités d’organisation de cette rencontre sont actuellement en cours de définition, afin d’assurer la sécurité des publics dans l’enceinte du Roazhon Park et aux alentours​.

Selon nos informations, le Ministère de l’Intérieur devrait interdire purement et simplement la venue des supporters Brestois à Rennes. La décision pourrait être prise ce mardi ou mercredi.

Quatrième buteur du Stade Rennais, Adrien Truffert s'est arrêté au micro de Prime Vidéo Sports afin d'évoquer la prestation des Rouge et Noir contre les Girondins. Le latéral gauche affirme être heureux du visage affiché par son équipe :

ds 0682

"C'était le match parfait. Un bon match pour rebondir après la petite mauvaise série que l'on a eu. L'équipe a fourni les efforts ensemble et ça a payé. Il faut continuer comme ça à ne rien lâcher. [...] On a bien fait les choses en première période pour ouvrir le match. Le rouge nous a peut-être aidé aussi. Ça remet toute l'équipe en confiance, des attaquants aux défenseurs, puisqu'on n'a pas non plus pris de buts et c'est important. [...] On n'a jamais perdu nos ambitions pour être honnête. On a eu une mauvaise passe, mais ça arrive. On doit se remobiliser, continuer comme ça, pour monter le plus haut possible."

Bruno Genesio s'est exprimé au micro de Prime Vidéo Sports à l'issue de la victoire de son équipe contre les Girondins de Bordeaux. L'entraîneur du Stade Rennais est satisfait de la prestation de son groupe face au FCGB :

ds 0581

"On est satisfait, d'abord, parce que l'on se devait de réagir. On était sur une série de trois défaites en championnat et surtout avec un match contre Lens, lors duquel, nous n'avions pas montré notre visage habituel dans le jeu. C'était important de réagir et on l'a fait. On peut relativiser par rapport à l'opposition, mais ça n'est jamais évident de marquer six buts et de le faire comme on l'a fait, avec beaucoup de sérieux, dans la majorité du temps. On est satisfait mais c'est à confirmer dès dimanche prochain.

On avait peut-être un petit peu oublié, certains fondamentaux d'équipe qui nous ont pénalisé sur certains matchs. C'était l'un des objectifs de cette partie et bien évidement, le deuxième était la victoire. Je pense que l'on a beaucoup mis l'accent sur le jeu, l'équipe. Les buts marqués contre Bordeaux, sont des buts qui dans l'ensemble, sont des buts amenés de collectif, avec beaucoup d'altruisme. C'est ce qui m'a plus dans cette partie.

On avait un petit peu perdu cette volonté de faire les courses, parfois pour être servi et d'autres fois pour libérer l'espace pour un coéquipier. On l'a retrouvé face aux Girondins, avec des permutations entre les excentrés et nos latéraux, ou entre nos excentrés et nos milieux de terrain. On a retrouvé plus de fluidité technique, ce qui nous avait beaucoup pénalisé contre Lens. Il faut encore une fois relativiser car je trouve que l'équipe bordelaise était à un niveau inférieur que celui de Lens la semaine dernière mais en tous cas pour nous, c'est intéressant d'avoir pu retrouver cela.

Je trouvais qu'en début de match, il nous manquait encore cette agressivité offensive pour mieux terminer nos actions. On a bien préparé, bien amené le ballon dans la surface, mais il nous a encore manqué cette attitude de tueur devant le but pour mener au score. On aurait dû très rapidement mené dans ce match et c'est ce qui m'agaçait un petit peu. On a réussi à le faire sur le premier but. Il a mis beaucoup de convictions, d'agressivité. Je pense que ça nous a libéré. Les joueurs avaient peut-être aussi besoin de ça dans cette période qui était un peu plus difficile pour nous."

Le Sénat a adopté, ce mardi soir, l’amendement qui vise à instaurer des jauges proportionnelles dans les stades et les salles de spectacle. En plus des 5000 places actuelles, les clubs pourront ouvrir 50 % des places restantes. Le texte va désormais revenir à l’Assemblée nationale et devra être adopté dans les mêmes termes pour entrer en vigueur.

ds 0583

Une bonne nouvelle pour les clubs français. Alors que le gouvernement avait imposé une jauge à 5000 spectateurs dans les stades, privant ainsi les clubs d’ouvrir leur billetterie de manière plus importante et donc d’une affluence conséquente, le Sénat a décidé de retoquer la loi et d’instaurer des jauges proportionnelles. Le Sénat adopte l’amendement qui instaure des jauges proportionnelles dans les stades et les salles de spectacle : en plus des 5000 places actuelles, les clubs pourront ouvrir 50 % des places restantes.

L’Assemblée nationale aura le dernier mot
Cependant, les clubs professionnels ne peuvent pas encore crier victoire trop vite. Le Sénat, à majorité de droite, ayant validé le texte dans des termes différents, le projet de loi va revenir devant l’Assemblée nationale.

C’est donc là que tout va se jouer. Si l’Assemblée nationale valide finalement cet amendement, alors les jauges proportionnelles pourront être mises en place. Dans le cas contraire, la jauge des 5000 spectateurs pour les stades et des 2000 personnes pour les salles couvertes resteront en vigueur.

Dans un courrier de la Direction technique de l'arbitrage (DTA) de ce jeudi, il est écrit que les contestations de joueurs à l'arbitre des rencontres de Ligue 1 et de Ligue 2 seront plus durement sanctionnées.
ds 0573

Dans un courrier de la Direction technique de l'arbitrage (DTA) de ce jeudi signé par Pascal Garibian, son patron, et que L'Équipe a pu consulter, il est écrit : « La DTA a donné des instructions aux arbitres officiant en L1 et en L2 pour qu'ils luttent fermement contre les contestations de joueurs multiples, peut-on lire dans la lettre. [...]. Ainsi, si les désapprobations véhémentes sont correctement sanctionnées, il a été demandé aux arbitres de sanctionner au moins un des joueurs qui auraient entouré l'arbitre pour contester une décision ou demander une sanction. Dissuasion et discernement seront les outils managériaux des arbitres. »

Trop souvent lors de la première partie de saison, ces scènes de contestation autour de l'arbitre se sont reproduites et ont été dénoncées lors des échanges du groupe de travail sur l'arbitrage.

Par ailleurs, les directeurs du jeu sont invités à s'appuyer sur les capitaines d'équipes pour faire respecter ces nouvelles consignes et ainsi éviter la multiplication des avertissements.

 

Le géant de la distribution et détenteur des droits de la Ligue 1, Amazon a décidé de faire un petit cadeau à ses abonnés prime n'ayant pas pris le Pass Ligue 1.

ds 0568

En effet, le match Lens-Rennes du samedi 8 janvier à 21h00 sera mis à disposition gratuitement à tous les membres Prime. C'est la deuxième fois que le géant américain propose ce type d'offre, il l'avait déjà fait pour un match opposant Strasbourg à Marseille le dimanche 12 décembre à 17h.

Le Stade Rennais recevra les Girondins de Bordeaux dimanche 16 janvier (13 h) au Roazhon Park. La jauge sera limitée à 5 000 spectateurs. Abonnés et partenaires seront les seuls à pouvoir prétendre à accéder au stade.

 ds 0567

C’est le retour des jauges dans les stades de Ligue 1, pour les trois semaines à venir. Le Stade Rennais se déplacera ainsi à Lens samedi dans un stade Bollaert limité à 5 000 spectateurs. Ce sera également le cas au Roazhon Park la semaine prochaine, pour la réception de Bordeaux (dimanche 16 janvier, 13 h).

Le Stade Rennais a communiqué ce jeudi matin sur les modalités d’attribution de ces 5 000 places. 1 200 seront réservées aux partenaires et 3 800 aux abonnés. « Afin que les conditions d’accueil dans nos salons respectent le protocole sanitaire en vigueur dans le secteur CHR (Café Hôtel Restaurant), le club mettra à disposition 1 200 places pour ses partenaires. Les modalités d’attribution seront transmises à partir du lundi 10 janvier » écrit le club sur son site.

3 800 places pour les abonnés
Les abonnés, eux, auront droit à 3 800 places, ce qui en laissera une majorité sur le carreau. On ne sait pas encore si les places attribuées le seront par tirage au sort ou inscription. Le club communiquera le 10 janvier. « Les abonnés ne pouvant bénéficier de leur(s) place(s) pour ce match seront crédités sur leur compte de billetterie, le 5 février, de la somme correspondante. Celle-ci sera utilisable jusqu’à la fin de la saison pour les différentes échéances en championnat de Ligue 1 Uber Eats (places complémentaires) et/ou en Europa Conference League mais également utilisable lors de la prochaine campagne d’abonnement. »

Le Stade Rennais accueille le Paris Saint-Germain, dimanche 3 octobre. Un match très attendu, mais les supporters grondent face au prix des places, qui grimpe jusqu’à 170 €. Cela n’empêche pas la billetterie d’être prise d’assaut. Après les abonnés, elle sera ouverte au grand public ce mercredi 29 septembre.

ds 0559

La venue du club parisien est toujours un évènement. Dimanche 3 octobre, la perspective de voir les stars du PSG jouer sur la pelouse du Roazhon Park à Rennes fait déjà tourner les têtes, mais la colère gronde sur les réseaux sociaux face au prix des billets, jugé exorbitant. Jusqu’à 170 € en tarif classique, 136 € en tarif réduit (jeunes de moins de 16 ans, lycéens, étudiants, apprentis, demandeurs d’emploi, personnes en situation de handicap) et 102 € pour les « kids », c’est-à-dire les moins de 12 ans.

Ça ne donne pas envie d’aller au stade
"Il y a quatre ou cinq ans, pour un Rennes-PSG, tu avais une place pour 15 € en tribune Mordelles, 5 € pour les enfants », se souvient un supporter rennais, désabusé. « Je suis abonné, témoigne un autre. Pour voir dix-neuf matchs, je paye 155 €. Et là, pour un seul match, la place est à 170 € ! Vous trouvez ça normal ? » Une flambée des tarifs que condamnent beaucoup de supporters.

« C’est pas nouveau à Rennes, et pas que contre le PSG. Avec des prix comme ceux-là, ça ne donne pas envie d’aller au stade, même pour de plus petites affiches », réagit Lucas, un inconditionnel des Rouge et Noir. Certains s’interrogent même pour savoir si le stade sera plein, d’autant plus que l’horaire du match, à 13 h, n’est pas idéal.

Fin août, l’arrivée de Lionel Messi au sein du club parisien a fait grimper les prix des places partout où le PSG se déplace pour venir jouer. « Le PSG tue le football et beaucoup de choses sont déjà trop chères dans ce sport comme le prix de certaines places, des maillots ou des abonnements TV », tranche un autre internaute, sur son compte Twitter.

5 000 places vendues en 35 minutes
Malgré ces critiques, la billetterie est prise d’assaut à l’approche de la rencontre de Ligue 1. Pour les abonnés, elle était accessible en ligne dès lundi, et les 5 000 places sont parties en seulement 35 minutes. Elle sera ouverte au grand public ce mercredi, à partir de 10 h, et l’on s’attend encore à une ruée sur les billets. « Rien de scandaleux, c’est le principe de l’offre et de la demande », estime Cédric.

« Il n’y a pas qu’à Rennes que le prix des places augmente. Que ce soit contre le PSG, Marseille ou Lyon et les grosses écuries européennes, c’est toujours la même chose », observe un habitué, en sachant que les grosses affiches attirent toujours.

Sur les réseaux sociaux, les supporters du PSG estiment que leur club le vaut bien, avec son effectif de rêve : Mbappé, Neymar, Marquinhos… « Sans Paris, on serait comme le Luxembourg, on n’aurait qu’une seule place en Ligue des champions. Paris donne à manger à la Ligue 1 », assure un fan de la capitale, impatient de voir les joueurs du PSG fouler le sol breton, pour ce match très attendu.

Il était l’un des titulaires surprises face à Clermont hier soir, et n’a pas manqué l’occasion qui lui était donnée. Posté en sentinelle, Jonas Martin a fait dans le dépassement de soi pour inscrire le premier but des Rouge et Noir, et relancer la machine. Encore une fois.

ds 0549

C’était le 6 février dernier. Dans la boue, à Lens. Au terme d’un 0-0 pas forcément heureux, un homme avait surnagé dans la gadoue du Nord. Revenu d’une blessure à la cheville, Jonas Martin redonnait l’espoir de le voir enfin endosser un rôle régulier dans l’équipe de Julien Stéphan, et faisait déjà preuve d’un caractère tant recherché à Rennes, au détour d’une brouille avec Yannick Cahuzac. Un mois plus tard, son entraîneur démissionnait, et Jonas se rendait peu à peu à l’évidence, celle de devoir opérer une cheville trop douloureuse.

Passé sur la table d’opération en avril, le milieu de terrain a repris le rythme d’entrainement tout doucement ces derniers mois, en spécifique avec Loïc Badé à Dinard, puis en stage en Espagne, retrouvant des sensations. La confiance, le milieu de terrain l’a semble t-il toujours eu malgré des débuts plus que compliqués avec Rennes. Arrivé en 2019, Martin avait disputé des bouts de matchs face à Brest et Lille, avant d’être titularisé face à Marseille le 29 septembre 2019, puis face à la Lazio Rome en Europa League, le 3 octobre, dernier match avant de devoir tirer un trait sur toute la saison à cause d’un problème à la cuisse.

Car Jonas Martin, c’est seulement 988 minutes de jeu depuis son arrivée il y a deux ans, autant dire une sacrée frustration pour un joueur régulier à Montpellier, Amiens, Séville au Bétis, puis Strasbourg. Sur le banc face à Reims puis Marseille, son heure est enfin venue hier, face à Clermont. « C’était le moment car ça fait 15 jours que je le vois monter en puissance à l’entraînement. Je suis là pour faire confiance aux joueurs qui montrent qu’ils le méritent. » lâchait Bruno Genesio après la rencontre. « On est dans un enchainement de matchs très serré, donc c’est important d’avoir des rotations et donner du temps de jeu à des joueurs qui avaient plus de fraicheur. C’est aussi un joueur expérimenté, qui nous fait du bien. C’est un des joueurs qui a certainement le plus de matchs en Ligue 1 dans l’effectif. Je suis content car il est passé par des moments très difficiles. »

Le sens du timing
Ces deux dernières années n’ont en effet pas été toutes roses pour le robuste milieu. Blessures à répétition, concurrence coriace avec le duo Nzonzi-Camavinga ou incapacité à enchainer les rencontres, tout était propice à une perte de confiance, ou de motivation. Et pourtant. « Il ne faut pas oublier que c’est un mec qui revient de blessure, il s’est fait opérer, et montre l’exemple. » confiait Nayef Aguerd hier soir, encensant son coéquipier. « A l’entraînement je le vois tout le temps à fond. Il donne tout aujourd’hui, il a même fini avec des crampes. C’est ça qu’on veut voir. » Dans l’état d’esprit, Jonas Martin a ces derniers mois montré un visage irréprochable. Très apprécié dans le vestiaire, le joueur de 31 ans incarne donc désormais un titulaire possible, dans un secteur de jeu considérablement remodelé cet été. Nzonzi et Camavinga partis, Baptiste Santamaria a fait son arrivée, officiant tantôt au côté de Flavien Tait lorsqu’il est posté plus bas, tantôt avec Lesley Ugochukwu, jeune joueur de 17 ans sur qui Genesio fonde beaucoup d’espoirs. Titulaires tous les deux à Marseille pour le naufrage des Rennais, ils ont hier soir laissé leur place à un Martin positionné devant la charnière, et épaulé par Tait en phase offensive, Benjamin Bourigeaud se rajoutant en phase défensive. Le tout donnait une prestation plus qu’aboutie pour Martin et son SRFC, auteur d’un carton face à Clermont. Nayef Aguerd le confirme, Rennes a du caractère, et c’est en grande partie grâce à des profils comme ceux de Jonas Martin, combatif et guerrier, à l’image de ce tacle rageur pour rattraper une erreur de Warmed Omari (37e) hier soir. Sur le flanc pendant trop longtemps, le milieu récupérateur entend bien jouer sa dernière carte et incarner plus qu’une solution de rechange pour Bruno Genesio. En fin de contrat en juin prochain, Jonas Martin sait ce qui lui reste à faire, au sein d’une équipe où la concurrence est abordable, et la jeunesse présente pour un tiers de l’effectif.

Hier, il connaissait le bonheur de marquer son premier but avec Rennes face à Clermont, ouvrant un festival auquel il participait plus tard en offrant à Laborde son deuxième but avec le SRFC. La dernière fois que Martin avait trouvé le chemin des filets en Ligue 1, c’était déjà à Rennes, mais avec Strasbourg. Le 2 décembre 2018, Jonas y allait de son doublé sur penalty, et affichait un statut de patron dont le RCSA tirait tous les bienfaits. Presque 3 ans plus tard, et revenu de galères qu’on ne voyait jamais finir, Jonas Martin exultait, au sens le plus strict du terme. Il n’y a qu’à se repasser son explosion de joie suite à la communion d’équipe succédant son but. Un cri pour évacuer la frustration. Un cri de révolte, au meilleur des moments pour le Stade rennais.

L'Observatoire du football (CIES) a fait tourner ses modèles prédictifs pour anticiper le bilan de la saison qui commence en Ligue 1. Résultat : le PSG reprendrait son trône, Saint-Etienne descendrait et le promu Clermont se sauverait.
ds 0543

L'exercice est périlleux mais l'Observatoire du football du CIES (Centre International d'Etude du Sport) prend son risque en essayant dans une étude, lundi, d'anticiper qui sera champion et qui sera relégué dans les cinq grandes ligues européennes à la fin de la saison qui débute.

Les chercheurs suisses ne se hasardent pas à des prévisions de classement sans intégrer de nombreux facteurs de performance à leur projection. « Le modèle statistique utilisé inclut l'expérience des joueurs, les investissements en sommes de transfert pour composer les effectifs, ainsi que les performances des équipes lors des 365 derniers jours », détaillent-ils.

Stabilité dans le « big 5 », sauf en Espagne et en France
Ce modèle prédictif accouche de prévisions très proches des résultats de la saison dernière, sauf en Espagne où le Real Madrid devancerait le champion en titre, l'Atlético de Madrid, et le FC Barcelone, et en France où les pythies de l'Observatoire du football voient le PSG reprendre son leadership devant Marseille et Lyon, le champion en titre lillois devant se contenter du 5e rang.

« En Angleterre, le top 4 serait le même que l'an passé (Manchester City, Manchester United, Liverpool, Chelsea), tandis que l'Inter (champion l'an dernier) devancerait Naples en Italie, où la Juventus ne finirait qu'à la 6e place. En Allemagne, Wolfsburg se classerait 2e derrière le Bayern (champion en titre) ».

Troyes serait relégué avec Saint-Étienne, Brest barragiste
En bas de classement, « l'AS Saint-Étienne est un candidat sérieux à la relégation » en Ligue 1, selon l'Observatoire du football, une projection qui tombe mal alors que la vente du club connaît une nouvelle accélération. « Le néo-promu Clermont Foot sauverait sa peau, contrairement à Troyes, tandis que Stade Brestois serait barragiste. » En Italie, parmi les équipes condamnées selon le modèle, figure Salernitana, le promu qu'a rejoint Franck Ribéry.

Soir de fête au Roazhon Park pour le Stade Rennais qui signe sa plus large victoire en Ligue 1 depuis 1965, en écrasant Clermont 6-0. Les Rennais ont réalisé un match quasi parfait.

ds 0541

Quel match du Stade Rennais ! Coincés dans une spirale de trois défaites consécutives en Ligue 1, les Rouge et Noir ont rebondi de la plus belle des manières, en proposant à leurs supporters une démonstration de football face à Clermont, conclue par une victoire 6-0 (Martin, Terrier, Sulemana x2, Laborde et Tait), la plus large en Ligue 1 depuis 1965.

Des Rennais enthousiastes et enthousiasmants
Face à une équipe clermontoise habituée à faire le jeu, Rennes a d'emblée empêché les Auvergnats de mettre le pied sur le ballon et de relancer de l'arrière : l'équipe a mis en place un pressing constant et étouffant. Sur l'une de ces phases, Jonas Martin récupère le ballon aux trente mètres et obtient un corner, joué rapidement à deux, que l'ancien strasbourgeois coupe de la tête au premier poteau pour tromper Desmas (1-0, 32e). Un Jonas Martin décisif, pas épargné par les blessures, et symbole d'un renouveau dans l'état d'esprit et dans le jeu côté rennais. Quatre minutes plus tard, Benjamin Bourigeaud lance Terrier dans le dos de la défense qui reprend le ballon en première intention et aggrave la marque (2-0, 36e). A la pause, Rennes rentre aux vestiaires après avoir livré sa meilleure mi-temps de la saison.

Et pourtant, elle sera tout de suite effacée par une mi-temps encore meilleure. En deuxième période, le Stade Rennais roule sur Clermont, et marque un troisième but à la 55e sur une action collective d'exception, avec plusieurs passes en une touche de balle, et une conclusion signée Kamaldeen Sulemana qui tacle le ballon devant Desmas (3-0, 55e). Le Ghanéen inscrit dans la foulée un second but, après avoir bien suivi une frappe repoussée de Laborde (4-0, 57e). L'ancien Montpelliérain se joint lui aussi à la fête, en marquant de la tête sur un centre de Jonas Martin (5-0, 64e). Flavien Tait clôt le score d'une superbe frappe de l'entrée de la surface (6-0, 77e). Une superbe soirée pour les Rennais, qui ont réalisé, de loin, leur meilleure prestation de la saison.

Recherche

Calendrier

Partenaires

Articles

Connexion

Tipeee

Tipeee

S.G.S.B.

SGSB

Cantine de Mumbly

Cantine

Hébergé par

Reglyss.bzh

© 1996 - 2022 www.StadeRennais.Net
© 2022 Da'Squad - L'actu du Stade Rennais

Free Joomla templates by L.THEME