• DS_0106.jpg
  • ds_0855.jpg
  • ds_0532.jpeg
  • ds_0236.jpg
  • ds_0252.jpg
  • DS_0200a.jpg
  • ds_0330.jpg
  • DS_0051.jpg
  • ds_0523c.jpeg
  • DS_0019.jpg
  • ds_0241.jpg
  • DS_0165.jpg
  • ds_0414.jpg
  • ds_0402.jpg
  • ds_0594.jpeg
  • ds_0698.jpeg
  • ds_0801.jpeg
  • ds_0495.jpg
  • ds_0403.jpg
  • ds_0509.jpg

Le PSG vient d’inaugurer sa quatrième tunique en collaboration avec Jordan. Un maillot blanc avec des liserés rouges qui va être utilisé pour la première fois pour la réception de Rennes ce vendredi.

ds 0675

Si la réception de Rennes ce vendredi dans le cadre de la 24e journée de Ligue 1 va permettre au PSG de se préparer pour le choc face au Real, il va aussi servir de premier test grand nature pour la quatrième tunique parisienne. Comme indiqué par Le Parisien, les joueurs parisiens joueront avec ce maillot fourth contre l’équipe bretonne ce vendredi soir. Les féminines, qui recevront Dijon au Camp des Loges, devraient elle aussi arborer la tunique blanche aux liserés rouges.

Alors que cette huitième collaboration avec Jordan arrive en pleine controverse, le Collectif Ultra Paris ayant fustigé la « perte d’ADN » du club parisien et son obnubilation « par les ventes de maillot », les demandes pour cette nouvelle tunique ont tout de même explosé, mettant à mal la boutique en ligne du club de la capitale dès le jeudi après-midi. Au final, la plupart des personnes voulant posséder ce nouveau maillot ont pu commander au fur et à mesure sur le store et la boutique en ligne de Nike.

Le maillot, faisant référence aux uniformes de la célèbre équipe de basketball, les Chicago Bulls, aura deux flocages, un pour la Ligue des Champions avec des chiffres dessinés par l'équipementier et un pour La Ligue 1 imposé par la LFP, cette dernière permettant seulement de choisir la couleur.

En attendant, le CUP devrait faire part de sa frustration lors de cette réception de Rennes. Les dirigeants parisiens espéreront donc que l’utilisation de ce maillot fourth ne crispe pas encore plus les ultras parisiens.

À la veille de PSG/Rennes, l’entraîneur rennais Bruno Génesio était en conférence de presse. Il a parlé, entre autres, du sentiment d’aller au Parc des Princes pour affronter le PSG, de la valeur du match de demain pour les Parisiens et de leur état d’esprit pour cette rencontre.

ds 0674

Ce vendredi, le PSG accueille Rennes pour le compte de la 24e journée de Ligue 1. En conférence de presse d’avant-match, Bruno Génésio a donné son ressenti et celui de ses troupes sur le déplacement au Parc pour affronter le club parisien. « C’est toujours un plaisir d’aller jouer au Parc, dans un superbe stade et une superbe ambiance. C’est certainement l’un des seuls matchs dans la saison où la pression n’est pas sur nous mais sur l’équipe de Paris. Donc on y va avec beaucoup de motivation, beaucoup d’envie, beaucoup de plaisir, mais surtout beaucoup de motivation pour aller leur poser des problèmes possibles. »

« Pour aller prendre des points à Paris, il faut beaucoup d’éléments »
Le technicien français est ensuite revenu sur les besoins d’une équipe pour pouvoir battre le club de la capitale : « Pour aller prendre des points à Paris, il faut beaucoup d’éléments. Il faut faire un match quasi parfait, il faut avoir un petit peu de réussite, avoir un gardien en grande forme ou avoir une équipe du PSG qui pense à autre chose. Personnellement, je ne pense pas qu’ils auront la tête au Real. On a vu contre Lille ce que ça donne lorsqu’ils sont en mode grand match de Champions League. Je pense que demain, ce sera pareil. Il faudra nous être à 100 % de nos capacités et surtout être ambitieux dans le jeu et ne pas se contenter de défendre. »

L’entraîneur de l’équipe bretonne a donné son avis sur la valeur de cette rencontre pour les joueurs parisiens : « Ils sont déjà champions. Donc leur objectif est atteint à trois mois de la fin. Leur vrai objectif, c’est la Coupe d’Europe et cette double confrontation face au Real. Donc ils se sont mis en mode compétiteur pour bien se préparer pour ces matchs ; donc la meilleure préparation pour eux, c’est de faire la meilleure rencontre possible face à nous. On sait que demain ça va être compliqué. »

« Ce dont j’ai envie, c’est qu’on montre notre visage, qu’on ne mette pas un bus devant le but et espérer le 0-0 »
Enfin, Bruno Génésio a donné l’état d’esprit de son groupe à la veille du match face à Paris : « On n’y va pas en victime. Gagner au Parc, c’est un exploit, on le sait, vous n’avez qu’à regarder les statistiques. Mais ce dont j’ai envie, c’est qu’on montre notre visage, qu’on ne mette pas un bus devant le but et espérer le 0-0, mais qu’on soit capables de très bien défendre parce que c’est indispensable qu’on soit aussi capables de jouer notre jeu et leur poser des problèmes. »

Rennes avait su le faire au match aller et est, à cette date, la dernière équipe française à avoir battu le PSG le 3 octobre dernier (2-0). Depuis, seul Manchester City a réussi à le faire.

 

ds 0673
Bruno Genesio n'entre pas dans la provocation. L'entraîneur du Stade Rennais a profité de la conférence de presse d'avant-match pour dire tout le bien qu'il pense du PSG, son prochain adversaire en championnat. Le technicien breton a, à l'heure actuelle, réussi l'exploit d'infliger aux Parisiens leur seule défaite depuis le début de la saison en Ligue 1. Mais pour lui, hors de question de manquer de respect au PSG, bien au contraire. "Les résultats le montrent, ils ont déjà 13 points d’avance (sur l’OM). Ils dominent le championnat sans problème, ils ont les meilleurs joueurs et la meilleure équipe. Ils ont les moyens les plus importants et sont calibrés pour gagner la Ligue des champions. Mais Lille a été capable d’être champion la saison dernière, ça montre que tout est possible dans le football. Je ne jalouse pas ce club (le PSG), je dis que c’est tant mieux pour eux et pour les gens qui travaillent là-bas" explique Genesio.
 
L'ancien coach de l'OL a aussi pris la défense des Franciliens sur leurs attitudes. "Contrairement à ce qu’on peut dire parfois, ce sont des gens qui ont un comportement toujours très classe, qu’ils gagnent ou qu’ils perdent, aussi bien les joueurs que l’entraîneur ou les dirigeants. Tant mieux pour eux s’ils ont des moyens colossaux et qu’ils peuvent gagner une Coupe d’Europe. C’est un club français" lâche-t-il avant de défendre Pochettino sur le style de jeu des Rouge-et-Bleus. "C’est quoi un fond de jeu? Ils ont 13 points d’avance et une seule défaite. Evidemment qu’il y a énormément d’attente vu les grands joueurs qu’il y a dans cette équipe. On imagine qu’il suffit qu’ils rentrent sur le terrain pour gagner 4-0. Mais il y a aussi des équipes qui travaillent bien en face. Quand vous jouez contre des blocs bas tous les week-ends, c’est difficile de créer du jeu. Je trouve que l’analyse faite sur le PSG est un peu sévère. On verra ce qu’ils feront en Coupe d’Europe".

Avec le retour de Gomis dans la cage, le Stade Rennais retrouve totalement son arrière-garde solide de l’automne. Après des passages difficiles en janvier et avec l’arrivée des matchs européens dans un mois, la défense rouge-et-noir passe un examen ce soir au Parc des Princes, face à un PSG en mode Ligue des Champions.
ds 0670

Les trois défenseurs cadres partis à la CAN sont enfin rentrés. Sacré champion d’Afrique dimanche dernier - sans avoir joué la moindre minute, notamment parce qu’il a eu le covid en même temps que Mendy, ce qui a laissé la place au n° 3 -, Alfred Gomis a effectué son retour à la Piverdière, jeudi après-midi. Soit un peu plus de 24 heures avant de renouer avec la compétition, au Parc des Princes.

Fébrile la saison passée, le Sénégalais est apparu plus costaud depuis l’été. Il forme avec le capitaine Traoré et Aguerd la base arrière solide du onze de Genesio, qui a loué, après Brest (2-0), ceux qui ont évolué dans cette période sans eux. Les chiffres sont parlants : lors des six matchs disputés sans Aguerd, Rennes a perdu… trois fois en L1 et connu une élimination en Coupe de France, pour six buts encaissés. « Les joueurs qui ont pris le relais ont fait le boulot, ils n’ont simplement pas été récompensés à la fin. On est plusieurs à avoir un rôle de cadre. Je sais avoir un rôle important dans le vestiaire aujourd’hui, je l’assume et essaie de le bonifier », estime le défenseur marocain, revenu aux affaires, comme le Malien Traoré dimanche dernier contre Brest.

Paris en rodage accéléré
À Paris, l’opposition sera évidemment bien autre que face aux Brestois, totalement inoffensifs, dimanche dernier. À quelques jours de leur huitième de finale aller de Ligue des Champions et après la rouste infligée à Lille (5-1), les partenaires de Marquinhos sont en pleine phase de rodage accéléré pour venir le choc face au Real Madrid.

Se trouver sur leur route quand on cherche encore des certitudes, Rennes s’en serait sans doute bien passé. « Pour prendre des points à Paris, il faut quasiment faire le match parfait, un gardien en pleine forme, un peu de réussite… Face à Lille, ils étaient en mode Ligue des Champions. Je ne crois pas qu’ils auront déjà la tête au Real… Ils se sont mis en mode compétiteurs, en mode Coupe d’Europe. On devrait être à 100 % de nos possibilités, mais ne pas faire que défendre », glisse Bruno Genesio, très heureux de pouvoir, à nouveau, s’appuyer sur son noyau dur défensif.

Genesio : « une des charnières les plus performantes de L1 »
« Ce sont des joueurs de qualité, avec beaucoup de talent. Mais je n’aime pas parler de l’adversaire, plutôt de nous. On l’a montré plusieurs fois, on est capable de les mettre en difficulté, notamment cette saison ici à domicile (2-0). On doit y aller avec beaucoup de confiance. Il ne faut pas avoir peur de jouer contre eux ! La L1 est un championnat très, très dur, où chaque erreur se paye cash. Et, face à Paris, il faut être encore plus attentif à la perte de balle. On doit réussir notamment le marquage préventif. C’est un challenge d’aller faire un résultat là-bas », souffle Nayef Aguerd, qui assure aussi que la vitesse de son duo avec Omari devra être alliée avec un peu plus d’anticipation pour être vraiment solide, notamment face aux déboulés de Mbappe.

« On a une des charnières les plus performantes de L1. Quand on analyse les qualités des deux joueurs : au niveau de la vitesse, de la qualité du jeu aérien, pour ressortir les ballons, pour la gestion de la profondeur », livre Genesio.

Avec Gomis et Traoré, Rennes y va pour tenir, mais pas que… Au-delà des menaces venant de partout côté PSG, le souvenir de la seule défaite en L1 de la saison, subie à Rennes (2-0), doit forcément trotter dans les esprits franciliens. Comme un petit supplément de motivation pour écarter de leur chemin les petits Rouge-et-Noir, avant d’aller défier les Merengue de Benzema.

La fiche technique

Arbitre : Benoît Bastien.

RENNES. A. Gomis - H. Traoré (cap.), Omari, Aguerd, Meling - J. Martin - Bourigeaud, Santamaria, Majer, Terrier - Laborde. Entraîneur : Bruno Genesio.

Le Stade Rennais se déplace au Parc des Princes pour affronter le PSG vendredi (21 h), pour le compte de la 24e journée de Ligue 1. Les Rouge et Noir seront une nouvelles fois privés de Flavien Tait, Jérémy Doku et Romain Salin, alors qu’aucune décision n’est encore prise quant à la présence d’Alfred Gomis, attendu ce jeudi à Rennes.
ds 0669
Si le PSG compte plusieurs absents à l’heure de recevoir le Stade Rennais vendredi soir (21 h), pour le compte de la 24e journée de Ligue 1, à commencer par Neymar, les Rouge et Noir ne seront pas non plus au complet pour cette grande affiche. Ni Flavien Tait, ni Jérémy Doku ne sont en effet aptes à retrouver leur place dans le groupe de Bruno Genesio. Flavien Tait est toujours en reprise, il devrait très prochainement retrouver l’entraînement collectif. Jérémy Doku est en progrès et devrait réintégrer le groupe après le match de Montpellier (vendredi 25 février, 21 h)​, a détaillé le technicien.
 
Romain Salin a pour sa part rechuté de sa blessure au mollet. Il sera absent pour trois semaines encore, je pense, prévient Genesio. Jérémy Gélin poursuit sa réathlétisation, qui est en bonne voie.
 
La décision n’est pas prise quant à la présence de Gomis
Vainqueur de la Coupe d’Afrique des Nations avec le Sénégal, Alfred Gomis est attendu à Rennes dans la journée. Il devrait être présent à l’entraînement cet après-midi. Aucune décision n’est encore prise quant à sa présence dans le groupe rennais pour ce déplacement au Parc des Princes. J’attends qu’il arrive pour discuter avec lui, précise Bruno Genesio.

Insuffisamment remis de son entorse de la cheville gauche, Neymar ne sera pas dans le groupe du Paris SG qui recevra le Stade Rennais, vendredi soir en Ligue 1 (21 h).
ds 0668

L’attaquant superstar du Paris SG Neymar est forfait pour le match de Ligue 1 contre le Stade Rennais vendredi, quatre jours avant le 8e de finale aller de Ligue des champions, mardi face au Real Madrid, a confirmé ce jeudi son entraîneur, Mauricio Pochettino.

« Son évolution est très bonne. Il ne pourra pas être dans le groupe pour Rennes. Nous verrons pour Madrid », a déclaré le technicien au sujet du Brésilien, en phase de reprise après son entorse de la cheville gauche subie fin novembre.

Malgré un parcage visiteur vide, une petite délégation de supporters brestois (entre 40 et 100) a fait acte de présence ce dimanche au Roazhon Park. Étaient-ils dans leur droit malgré un prétendu arrêté préfectoral ? Peut-être, car bien qu'il soit daté du 31 janvier 2021, cet arrêté est paru ce lundi, soit le lendemain de la rencontre.

ds 0648

Cette incohérence remarquée par Association nationale des supporters ne devrait, pour autant, pas entrainer de poursuites judiciaires pour les suiveurs du SB29. « Bonne technique pour empêcher les supporters de saisir la justice avant le match. [...] Ils ne pourront pas faire l'objet de sanctions pénales puisque l'arrêté préfectoral n'était pas en vigueur » , écrit Pierre Barthélemy, avocat de l'ANS. En effet, bien qu'un arrêté du ministère de l'intérieur soit paru dans les temps, celui-ci interdisait seulement le déplacement « de toute personne se prévalant de la qualité de supporter du Stade Brestois » . L'arrêté préfectoral paru après le match porte, lui, sur la présence dans le stade. Comment transgresser les règles dans les règles.

Avec les défaites de Nice, Montpellier et Lens, mais surtout les victoires conjuguées de Marseille, Strasbourg et Monaco, le Stade Rennais savait parfaitement ce qu’il avait à faire ce dimanche à 17 heures pour ne pas rentrer dangereusement dans un milieu de classement où il n’a pas sa place. Non, la place du SRFC cuvée 2021-2022, c’est dans le top 5 même si la constance fait cruellement défaut depuis deux mois…

ds 0646

La leçon reçue à Clermont était claire : quand on peut tuer un match, on le tue ! Comme en Auvergne, les Rennais attaquent la partie par le bon bout, ne laissant pas respirer des Brestois en configuration Der Zakarian tous derrière et Mounié, devant… Inoffensifs, les « Pirates » prennent de bourrasques sous les coups de griffes de velours d’un Lovro Majer étincelant pendant 45 minutes de jeu. Martin Terrier ouvre le score mais est justement signalé hors-jeu. Bizot, le portier brestois, réalise de son côté un véritable festival avec cinq arrêts au total lors de ce premier acte totalement rennais mais s’incline sur le coup de tête de Laborde, au départ et à la conclusion d’une action où l’on retiendra le régal de louche sous forme de passe décisive signée Majer. Néanmoins, comme à Clermont, Rennes n’a pas tué le match, malgré une intensité et des mouvements d’une qualité bien supérieur à celle vue lors des dernières rencontres. La volée de Gaëtan Laborde sur une remise de Martin Terrier met Bizot en valeur. Le poteau sauve le héros du 29 de cette première période sur un délice de frappe enroulée de Martin Terrier, copie conforme de son bonbon inscrit à Geoffroy-Guichard cette saison. Miraculé, Brest ne rentre aux vestiaires qu’avec un but dans la besace…

Après le repos, l’entrée de Romain Del Castillo fait frissonner les superstitieux mais l’ancien rennais ne montrera rien de ses 45 minutes passées sur le terrain, si ce n’est une vilaine semelle sur Jonas Martin, lui valant un carton jaune. Franck Honorat et ses amis de l’attaque ne seront guère plus en joie, avec zéro tirs cadrés mais pour autant, faute de s’être mis en difficulté en ne tuant pas le match. Pliant mais ne rompant pas, les Rennais vont faire le dos rond, bien bloquer des adversaires trop faibles pour être inquiétants avant de reprendre le contrôle en fin de partie. Le but de la tête, seul au second poteau, de Martin Terrier, validé par la montre de M.Hamel, met définitivement le SRFC à l’abri d’une déconvenue dans les arrêts de jeu. Celle-ci aurait été totalement injuste mais symboliques des dernières semaines rennaises, faites de regrets et de punitions.

Avec ces trois points, mais surtout beaucoup de belles choses développées, bien que pas sur toute la partie, le Stade Rennais reste cinquième et parfaitement dans le coup sur le plan comptable. Au-delà de ça, le retour d’une très belle connexion Terrier-Laborde-Majer mais aussi entre Majer-Bourigeaud-Santamaria et Martin fut l’une des belles réussites de la journée. En défense, les tauliers Hamari Traoré et Nayef Aguerd, de retour, amènent le surplus de sérénité indispensable et précieux pour la suite, qui reste à confirmer dès la semaine prochaine au Parc des Princes, dans une rencontre où il ne faudra nourrir aucun complexe face au leader du championnat qui aura probablement en mire son rendez-vous avec le Real Madrid la semaine suivante. Un choc à mordre à pleine dents, sans arrières pensées, pour rattraper les points perdus bêtement en route…

Avec le retour à la mène du brillant croate, Majer, les deux buteurs Laborde et Terrier ont signé leur 11e but respectif cette saison en L1 ! Leur entente sera la clé de la saison rennaise.

ds 0645 

Il est de retour ! Et ça fait un bien fou au jeu rennais. Éteint, pour ne pas dire plus, ces dernières semaines, Lovro Majer est redevenu lui-même. Son sens de l’orientation avait manqué au club rouge et noir. Il l’a retrouvé et tout paraît plus simple au cœur du jeu rennais. Passeur, pour la sixième fois cette saison en L1, le cerveau croate a pesé de toute sa vista.

« C’était finalement une bonne chose qu’on n’ait pas de matchs pendant deux semaines. On a discuté, on a travaillé. Certains joueurs ont retrouvé des jambes et de la confiance », apprécie, modeste, ne voulant pas tirer de plans sur le comète, Bruno Genesio. Au premier rang des « profiteurs » de cette renaissance, il y a le duo de buteurs Laborde/Terrier. Les deux en sont désormais à onze buts chacun en L1, sans le moindre penalty !

Genesio : « J’ai retrouvé beaucoup de choses que j’aime »
Pour mémoire, l’ex-Montpelliérain avait déjà score trois fois cet été, avant son arrivée fin août. Il a également claqué à cinq reprises en Ligue Europa Conférence - soit un total de 16 réalisations -, quand l’ex-Lyonnais, lui, réserve son efficacité à la compétition hexagonale. « Leur vitesse, leurs appels, ça prend des espaces, ça voit les situations, ça donne de bons ballons… », souffle, dépité, Michel Der Zakarian, le technicien finistérien, qui a vu Marco Bizot bloquer les tentatives de Laborde (35’, 38’) et Terrier (12’). La barre a été également été léchée par celui qui a fréquenté le centre de formation de Lille (42’). « On a retrouvé beaucoup de principes de jeu offensif. Ce deuxième but est arrivé tardivement pour ma santé. Mais ce que je retiens, en dehors du résultat, c’est le contenu, j’ai retrouvé beaucoup de choses que j’aime dans mon équipe », savoure encore Genesio, très conscient de l’importance de bénéficier de deux gâchettes.

Artisans du collectif
« En général, si vous avez deux joueurs à quinze buts ou plus en fin de saison, vous n’êtes pas très loin du podium. Si on couple ça à une défense plutôt solide, on n’est pas loin de la vérité. Gaëtan avait besoin de ce but à domicile, Martin confirme qu’il franchit des paliers. Ils travaillent beaucoup devant le but. Surtout, ce sont des buteurs qui mettent en avant le collectif. Martin a fait défensivement deux/trois retours importants… Je souligne vraiment cet aspect altruiste de l’un et de l’autre, ce qui ne les empêche pas de briller dans ce collectif », abonde encore le coach rennais, conscient de cette rareté en France. Les Niçois Gouiri (10) et Delort (8), les Strasbourgeois Ajorque (10), H. Diallo (8) et Gameiro (8) et encore les Bordelais Hwang (9 buts) et Elis (8) peinent à suivre.

« C’est bien pour eux, ça fait du bien quand tes attaquants marquent (rires). Je ne me fais pas de soucis pour eux », soulignait, cette semaine, Jonas Martin. « Sincèrement, ils jouent pour l’équipe. Que ce soit Martin ou Gaëtan qui marque, On est content qu’ils le fassent tous les deux et que cela fasse gagner. Il faut continuer comme ça », livre, fier, Hamari Traoré, le capitaine.

ds 0652

« Ne pas prendre de but est un point positif, la première mi-temps aussi. Je trouve que l’on a retrouvé beaucoup de principes de jeu offensifs. On ne les avait pas forcément perdus mais on les a mis en application tout au long de la première mi-temps à part les premières minutes où l’on a été fébrile. En seconde mi-temps, on a eu un peu peur. On a un peu plus reculé mais on a su être solide et laisser passer ce temps faible pour se créer encore des occasions et marquer ce second but, qui est arrivé tardivement pour ma santé. Je suis satisfait du comportement de l’équipe.

Au-delà du résultat, je retiens le contenu. J’ai retrouvé beaucoup de choses que j’aime chez mon équipe. On a beaucoup travaillé et parlé pendant ces quinze jours. Certains joueurs ont retrouvé des jambes et de la confiance. Maintenant, il faut confirmer. On voit bien que c’est un championnat très bizarre. Ce qu’il faut, c’est prendre les matchs les uns après les autres. On va se contenter de savourer cette belle victoire. »

Le Stade Rennais reçoit Brest ce dimanche (17h) au Roazhon Park pour la 23e journée de Ligue 1. En difficulté depuis deux mois, les Rennais doivent l'emporter pour relancer une saison jusqu'ici très cyclique.

ds 0641

Depuis deux mois, le Stade Rennais tourne au ralenti en Ligue 1. Sur les cinq derniers matchs, les Rouge et Noir sont la pire équipe du championnat, à égalité avec Saint-Etienne, avec quatre défaites pour une seule victoire. Difficile de prétendre à une place européenne avec un rythme de relégable. Et pourtant, Rennes est toujours 5e et en lice pour disputer une compétition continentale la saison prochaine. Pour entretenir cette ambition, il faudra néanmoins battre Brest dimanche (17h) au Roazhon Park.

Brest n'a plus gagné à Rennes depuis 1987
Les Rennais trouvent face à eux un adversaire - sur le papier - idéal pour une relance. Brest n'a plus battu Rennes en Ligue 1 depuis 2011, et les Brestois attendent même depuis 1987 une victoire route de Lorient dans l'élite du foot français. Des Brestois, qui soufflent le chaud et le froid ces derniers temps, avec une belle victoire face à Lille il y a deux semaines, avant de chuter face à Nantes en coupe de France.

Si Rennes sera toujours privé de Flavien Tait et de Jérémy Doku, blessés, ils pourront compter sur Hamari Traoré et Nayef Aguerd, de retour de la CAN pour ce derby. De son côté Brest espère que sa recrue phare du mercato hivernal, Youcef Belaïli, sera qualifié à temps pour la rencontre. Brest enregistre aussi le retour de Romain Del Castillo, qui fait craindre à Rennes la "malédiction des ex", puisque le club s'est incliné à Lens et à Clermont sur des buts inscrits par ses anciens joueurs.

Rennes à la relance ?
Malgré la mauvaise passe actuelle, et la nécessité de prendre des points dans la course à l'Europe, le capitaine Hamari Traoré assure que le groupe ne ressent pas de pression particulière : "On a toujours de la pression, avant chaque match il y a de la pression. Il ne faut pas douter, il faut rester lucide, rester soi-même, comme on l'a toujours été : une équipe soudée et solidaire, qui joue ensemble, qui presse ensemble et qui entame bien ses matchs. Il faut retrouver ce qu'on faisait il y a quelques mois. J'ai la certitude que cette équipe va montrer un autre visage. Nos qualités sont toujours là, elles ne sont pas parties. Quelle que soit la manière, on va essayer de gagner ce derby pour nous et nos supporters."

À lire aussi Football : les supporters du Stade Brestois interdits de déplacement à Rennes pour le derby
Avant de se déplacer à Paris la semaine prochaine, le Stade Rennais aura bien besoin des trois points du derby, pour ne pas sortir des cinq premières places qualificatives pour l'Europe.

Pour le derby breton qui se jouera dimanche 6 février, à 17 h, entre le Stade Rennais et le Stade Brestois, le préfet souhaitait interdire la venue de supporters brestois à Rennes. Le ministère de l’Intérieur a rendu sa décision : les supporters brestois sont interdits de déplacement.
ds 0639
 La venue des supporters brestois à Rennes, dimanche 6 février 2022, pour le derby breton face au Stade Rennais était suspendue à décision du ministère de l’Intérieur. En début de semaine, la division nationale de lutte contre le hooliganisme, qui relève de la direction centrale de la sécurité publique, a classé le match Stade Rennais – Stade Brestois comme à risque en raison du contentieux entre les deux équipes​.
 
Un match classé niveau 4
Sur une échelle de 1 à 5, le match est classé au niveau 4, c’est-à-dire un risque élevé, indiquait la préfecture d’Ille-et-Vilaine. À Rennes, aucun match n’a dépassé le niveau 3 au cours de la saison en cours.
 
Comme nous le supposions en début de semaine, le ministère de l’intérieur a interdit le déplacement des supporters brestois en Ille-et-Vilaine, c’est au journal officiel du 5 février. 
 
 
 
 

 

Pas de Bruno Genesio en conférence de presse du Stade Rennais ce vendredi matin : l’entraîneur a un « doute » sur un test covid-19 qu’il a effectué. Sa présence sur le banc pour le derby contre Brest n’est donc pas assurée.
ds 0636

L’entraîneur rennais Bruno Genesio ne s’est pas présenté en conférence de presse ce vendredi matin. Le technicien a un « doute » sur un test PCR pour confirmer ou infirmer son infection à la covid-19… C’est son adjoint, Philippe Bizeul, qui a répondu aux médias, lequel a indiqué qu’il n’y avait pas d’autres cas de covid dans l’effectif.

 

Recherche

Calendrier

Partenaires

Articles

Connexion

Tipeee

Tipeee

S.G.S.B.

SGSB

Cantine de Mumbly

Cantine

Hébergé par

Reglyss.bzh

© 1996 - 2022 www.StadeRennais.Net
© 2022 Da'Squad - L'actu du Stade Rennais

Free Joomla templates by L.THEME