• ds_0906.jpg
  • ds_0575.jpeg
  • ds_0465.jpg
  • ds_0695.jpeg
  • DS_0074.jpg
  • ds_0573.jpeg
  • ds_0555.jpeg
  • DS_0033b.jpg
  • ds_0478.jpg
  • ds_0480.jpg
  • ds_0403.jpg
  • ds_0780.jpeg
  • ds_0806.jpeg
  • ds_0459.jpg
  • DS_0042.jpg
  • ds_0729.jpeg
  • DS_0095.jpg
  • ds_0650.jpeg
  • ds_0499.jpg
  • DS_0197.jpg

Au regard "du risque avéré de troubles à l’ordre public", le match de football de Ligue 1 qui opposera le Stade rennais football club (SRFC) au Angers sporting club de l’Ouest (SCO) dimanche 6 mars 2022, à Rennes, sera strictement encadré, annonce la préfecture.

ds 0735

« Au regard du risque avéré de troubles à l’ordre public », le match de football de Ligue 1 qui opposera le Stade rennais football club (SRFC) au Angers sporting club de l’Ouest (SCO), dimanche 6 mars 2022, à Rennes, sera « strictement encadré », annonce le préfet, d’Ille-et-Vilaine, Emmanuel Berthier.

Forces de police pleinement mobilisées
Il a pris par arrêté des dispositions d’encadrement des supporters du SCO à l’aller et au départ du Roazhon Park, par les forces de l’ordre. Un point de rendez-vous obligatoire sera fixé. Dans l’enceinte et aux abords du stade, « la possession, le transport et l’utilisation de fusées, artifices de toute nature et tout objet pouvant être utilisé comme arme » seront interdits. « Les forces de police seront donc à nouveau pleinement mobilisées, à l’occasion de cette rencontre sportive classée à risque », pour assurer la sécurité de tous.

Pour son déplacement à Montpellier vendredi (21 h), pour le compte de la 26e journée de Ligue 1, le Stade Rennais devra une nouvelle fois composer avec de nombreuses absences, notamment celles de Tait, Sulemana et Badé. Jérémy Doku et Jonas Martin seront en revanche de retour dans le groupe.

ds 0733

Bruno Genesio a commencé par les bonnes nouvelles ce jeudi, à l’heure d’aborder l’état de forme de ses joueurs, qui affronteront vendredi (21 h) Montpellier, pour le compte de la 26e journée de Ligue 1. L’entraîneur des Rouge et Noir a annoncé deux retours pour cette rencontre : celui de Jonas Martin, qui a purgé contre Troyes son match de suspension, et celui de Jérémy Doku, de retour de blessure. L’ailier belge, qui a enchaîné les soucis physiques cette saison, est enfin apte à rejouer. « Évidemment, des précautions ont été prises, souligne Genesio. Il n’est pas à 100 %, il manque un peu de rythme, mais au niveau de ses blessures et de l’aspect athlétique, il n’y a plus de problème. »

En revanche, Lorenz Assignon, Kamaldeen Sulemana, Lesley Ugochukwu, Romain Salin, Loïc Badé, et Jérémy Gélin sont toujours à l’infirmerie. Flavien Tait également : « Il a repris partiellement avec nous mais ne pourra pas être dans le groupe. On verra la semaine prochaine comment il évolue. »

La durée d’indisponibilité pourrait en revanche être beaucoup plus longue pour Kamaldeen Sulemana, qui souffre d’une blessure qui s’apparente à une « petite fissure d’une vertèbre ». Le staff du Stade Rennais est aussi encore en attente de résultats d’examens complémentaires concernant Loïc Badé pour pouvoir évaluer plus précisément de la durée de l’absence du défenseur central.

Ce vendredi, le Stade Rennais se déplace à Montpellier pour la 26e journée de Ligue 1. S'ils excellent à domicile, les Rennais sont beaucoup plus en difficulté loin de leurs bases. Dans l'Hérault, ils devront se faire violence contre un concurrent direct pour s'affirmer dans la course à l'Europe.

ds 0746

Le Stade Rennais, c'est un peu Dr Jekyll et M. Hyde cette saison. Côté pile, les Rouge et Noir régalent à domicile, avec le deuxième meilleur bilan de Ligue 1 sur leur pelouse (9 victoires, 1 nul, 3 défaites). Côté face, ils perdent trop de points à l'extérieur, avec le 14e bilan seulement hors de leurs bases (3 victoires, 3 nuls, 6 défaites). En déplacement à Montpellier ce vendredi, ils devront faire mentir les statistiques.

Série noire à l'extérieur
Le Stade Rennais n'a plus connu la victoire lors de ses cinq derniers déplacements : quatre défaites consécutives en Ligue 1 (Monaco, Lens, Clermont et Paris) et la piteuse élimination à Nancy début janvier en coupe de France. Comment expliquer ce grand écart entre les résultats à domicile et à l'extérieur ? La réponse du latéral Birger Meling : "C'est un peu normal, parce qu'ici au Roazhon Park on a toujours nos supporters avec nous. Avec l'ambiance qu'il y a ici, on est tellement forts... C'est notre stade, notre maison, on est toujours bien ici. Après on a besoin de trouver une clé pour faire la même chose à l'extérieur."

Le public, ou plutôt son absence à l'extérieur, est une raison qu'avance aussi Bruno Genesio, qui admet chercher une explication aux deux visages rennais : "Il peut y avoir plusieurs explications. Ce que je vois, c'est qu'on a souvent mené au score à l'extérieur et on s'est fait reprendre. On peut penser que c'est peut-être l'aspect mental avec le public, la pression, même si ces derniers temps il n'y a pas eu beaucoup de public. Est-ce qu'on est trop joueurs ? Est-ce qu'au contraire on est trop prudents ? C'est difficile à expliquer. Mais en tout cas les chiffres parlent, sur les quatre derniers matchs et le parcours que l'on a à l'extérieur. Il faudra remédier à ça si on veut être en fin de saison dans nos objectifs."

Gardiens peu décisifs, manque d'efficacité dans les deux surfaces
Le rouleau-compresseur rennais du Roazhon Park s'exporte mal, c'est un fait. Contrairement à d'autres équipes, comme Nice et Nantes notamment, Rennes ne peut pas, ou trop peu, compter cette saison sur un gardien capable de l'aider à préserver un score cette saison. Comme le souligne le média spécialisé Coparena, avec un gardien "dans la moyenne" au niveau de ses performances, Rennes serait 4e de Ligue 1, à deux points de la 2e place.

Mais la Ligue 1 ne se gagne pas sur les stats, et Bruno Genesio met aussi en exergue un manque d'efficacité plus global à l'extérieur : "J'ai vu cette stat, après c'est toujours difficile ce que représente un point gagné par le gardien ou pas. On a eu aussi beaucoup de situations offensives que l'on a pas converties pour tuer le match : à Troyes, à Monaco, à Bordeaux... C'est un ensemble de choses. Ce qui est certain c'est que l'on doit être plus efficaces dans les deux surfaces, ça c'est sûr. On manque d'efficacité, et plus à l'extérieur qu'à domicile."

Le coach rennais attend aussi de son équipe qu'elle soit capable, lorsqu'elle est en difficulté d'obtenir le match nul hors de ses bases : "Ca ne nous empêche pas de dormir, mais on sait qu'on doit être plus réguliers. Parfois même un point, à l'extérieur, plus un point, plus un point... On s'aperçoit qu'on serait bien contents de les avoir pris à Lens, à Paris, à Clermont, à Monaco." En effet, cette saison, Rennes est l'équipe qui obtient le moins de matchs nuls en Ligue 1 (4 matchs nuls en 25 journées), à égalité avec Nice... et Montpellier, son adversaire ce vendredi.

L’entraîneur de Montpellier, Olivier Dall’Oglio, a déclaré en conférence de presse que Mihailo Ristic et Mamadou Sakho seraient forfait pour la réception de Rennes en championnat ce week-end. Ces absences s’ajoutent à celle de Stephy Madvididi, dont son retour est espéré dans deux à trois semaines.

ds 0757

"Les absences font partie d’une saison, bien sûr on préfrère avoir tout le monde. Mais maintenant, on passe à autre chose et on travaille avec les joueurs qui sont en place, on n’a pas le choix et on a pas le temps", a déclaré le coach montpelliérain.

Le Stade Rennais, futur adversaire de la Paillade en championnat, est sorti largement victorieux de son opposition face à Troyes, ce week-end. Bruno Génésio, en conférence de presse, ne s’emballait pas:

ds 0730

« C’est un bon match, avec des buts et du jeu. Et notre petit temps faible habituel qu’on a su passer sans encombres. Donc je suis plutôt satisfait, même si je regrette qu’on ait encaissé un but sur le seul tir cadré […]. À la mi-temps, le match aurait dû être réglé. Mais il y a du mouvement, des tas de choses intéressantes dans notre jeu, on ne va pas faire la fine bouche […] C’est intéressant de voir qu’on peut compter sur tout le monde. Ce soir, on avait neuf joueurs absents sur blessure, ça laisse pas mal d’espoirs pour la saison parce qu’on va bientôt reprendre les matches tous les trois jours. Quand on voit les écarts dans cette course à l’Europe, chaque semaine les positions risquent de changer. Il ne faut pas s’affoler ni se croire arrivés. »

Olivier Dall'Oglio, l'entraîneur du MHSC, veut s'appuyer sur la victoire à Lorient.Olivier Dall'Oglio, l'entraîneur du MHSC, veut s'appuyer sur la victoire à Lorient.

ds 0727

Après la défaite du match aller (2-0), le coach montpelliérain aborde la réception des Bretons, vendredi à 21 h, à la Mosson avec un petit air de revanche.

Série de trois matchs compliqués, absence de joueurs majeurs ou retour de l’ancien Montpelliérain Gaëtan Laborde : Olivier Dall’Oglio affiche son ambition avant de recevoir Rennes vendredi (21 h) à la Mosson en ouverture de la 26e journée.

La victoire devant Lorient a-t-elle fait du bien à votre équipe ?

Le résultat face à Lille (0-1) nous a frustrés. On avait besoin de retrouver un peu de confiance, on avait besoin de se rassurer. Ce match âpre, tendu jusqu’au bout, nous permet peut-être de débuter une série. Il était important de prendre des points avant d’attaquer une grosse série face à des équipes qui jouent l’Europe.

Que devez-vous faire de mieux que lors de votre défaite face à Lille ?

On devra déjà contenir l’attaque de Rennes. Au match aller, on a été secoués. On a été aussi frustrés. À la suite de l’expulsion (Téji Savanier Ndlr), on n’a pas pu se défendre jusqu’au bout.

On aborde ce match avec un petit air de revanche. On veut montrer chez nous qu’avec les armes du moment, on peut réussir. On sera déterminés pour les recevoir. On aura une grosse envie de confirmer notre victoire à Lorient, on aura envie de marquer le coup.

"On a trois matchs face à trois équipes qui sont en forme"

La série de trois matchs face à Rennes, Nantes et Nice peut-elle conditionner la suite de la saison ?

Elle peut conditionner en effet la suite. On a eu cette discussion cette semaine avec les joueurs. On a trois matchs face à trois équipes qui sont en forme, qui jouent vraiment pour quelque chose et visent l’Europe. Cela peut nous donner un élan, comme cela peut nous freiner.

Si on veut avoir la chance d’accrocher ces équipes-là, on ne doit avoir aucune faille dans l’agressivité et la détermination. On ne peut pas passer à côté en termes d’état d’esprit, ni d’organisation. On a pas mal bossé à travers la vidéo et le terrain pour que l’on soit bien réglé, que l’on sache où on veut aller. Sinon, cela sera compliqué.

Depuis la trêve hivernale, votre équipe n’a-t-elle voulu faire mieux au risque de se disperser ?

Le piège est de vouloir faire plus que la simplicité. On peut perdre le fil quand on veut faire mieux. Quand on est jeune et fougueux, on peut avoir plus d’intentions, mais on n’est pas forcément plus efficaces.

On l’a déjà dit, on ne doit pas avoir trop de soucis d’effectif. On ne peut pas inventer l’expérience, les joueurs non plus. On doit faire preuve d’indulgence à ce niveau.

N’existe-t-il pas une frustration d’aborder ces matchs sans plusieurs titulaires ?

Je n’ai pas d’état d’âme, cela fait partie d’une saison. J’aurai préféré avoir tout le monde, mais on passe à autre chose et on travaille avec les joueurs en place. On avance, on optimise le temps pour gagner de l’expérience.

Avec les joueurs, on entretient un état d’esprit. On doit élever notre niveau mental, on doit mieux gérer certains moments difficiles de nos matchs. On reste assez efficace devant le but même si on a moins d’actions dangereuses.

Adaptation, efficacité : êtes-vous surpris par le rendement à Rennes de Gaëtan Laborde que vous allez retrouver face à vous vendredi ?

Je ne suis pas surpris par son rendement. On ne peut pas être surpris par un garçon qui a un tempérament de compétiteur, qui a envie de progresser à chaque entraînement, qui a une rage de gagner et affiche une réflexion dans son jeu.

Avec la maturité, avec les fréquents changements de club, cela n’a pas été un souci pour lui d’aller à Rennes. Il s’est adapté rapidement, il devient l’un des leaders d’un groupe plutôt jeune.

Quand on fait tout ça, que l'on a un gros mental, cela ne peut que marcher. C’est la marque du succès.

Laborde en équipe de France : "C'est pour lui raisonnable d'y penser"

Laborde peut-il envisager de joueur avec l’équipe de France ?

Quand on a un garçon qui marque comme ça, le sélectionneur s’y penche dessus. C’est pour lui raisonnable d’y penser, même s’il y a une forte concurrence. En équipe de France, cela tape haut avec des joueurs qui jouent dans de gros clubs.

Comme Rennes a pris une ampleur européenne, cela le met en meilleure position.

Après avoir lâché un précieux point dans les ultimes secondes au Parc des Princes, les Rennais n’avaient d’autre alternative que de s’imposer, peu importe la manière, face au promu troyen. Après avoir pris le tonnerre à Brest, les hommes de Bruno Irles n’ont pas plus apprécié la Bretagne ce dimanche au détour du Roazhon Park.

ds 0717

Privé de nombreux joueurs (Doku, Tait, Sulemana, Martin, Salin, Assignon, Badé) et avec un banc de touche classe biberon où Adrien Truffert était le joueur le plus âgé, le Stade Rennais n’a pas fait de détails même s’il fut moins convaincant dans le contenu autour de l’heure de jeu. Avant, les Bretons s’étaient distingués, notamment lors d’une première demi-heure totalement maîtrisée. Un doublé de Serhou Guirassy (14′ et 20′), d’abord en roublard sur un corner mal repoussé par Gauthier Gallon, le gardien troyen, puis aérien, pour reprendre de la tête un centre génial, de volée, de Birger Meling. Rapidement devant avec deux buts d’avance, les Rennais maîtrisent et Baptiste Santamaria frôle le troisième but mais voit sa tentative repoussée par le portier aubois. Contre toute attente, les Rennais se font surprendre sur un corner troyen, où Ugbo marque, seul au second poteau, face à Alfred Gomis, peu décisif sur le coup (mt, 2-1).

Après le repos, le rythme n’est pas vraiment le même. Rennes se créer deux belles occasions, par Hamari Traoré puis Martin Terrier, mais butte sur Gallon. Le chef d’œuvre arrive un peu plus tard, avec une merveille de troisième but, collectif et parfaitement abouti. Lovro Majer décale très intelligemment Birger Meling, brillant dimanche, qui sollicite Gaëtan Laborde pour le une deux à gauche de la surface. Une-deux parfait et centre en retrait parfait du Norvégien pour Martin Terrier, parfaitement placé. Le break est fait, définitif, et validé dans les dernières minutes par Gaëtan Laborde qui transforme d’une Panenka parfaitement exécutée le premier pénalty de la saison rennaise, consécutive à une grosse faute sur Nayef Aguerd.

Avec cette nouvelle effusion de buts, le Roazhon Park respire et le Stade Rennais reprend son strapontin dans le top 5, plus que jamais prisé avec les résultats du jour. Le rendez-vous de vendredi, à Montpellier, autre équipe pouvant ambitionner l’Europe, sera capital avant la réception d’Angers puis un déplacement très excitant à Lyon. Le programme est costaud, mais aussi passionnant et ce Stade Rennais-là, capable de s’imposer 4-1 sans forcer, devra l’aborder avec détermination, réalisme et si possible, toutes ses forces vives, qui ne seront pas de trop pour rattraper les points perdus en décembre et janvier. Le sprint est définitivement lancé !

Une semaine après sa défaite face au PSG (1-0) sur la plus petite des marges, le Stade Rennais a dominé Troyes (4-1). Découvrez les notes du match du SRFC.

ds 0714

Le SRFC s'offre le promu troyen à domicile

Les joueurs de Bruno Genesio accueillaient l'ESTAC ce dimanche après-midi au Roazhon Park face à 22 967 spectateurs. Et le moins que l'on puisse dire c'est que le Stade Rennais n'a fait qu'une bouchée de l'équipe de Bruno Irles, poussé à la "démission" par les quelques supporters ayant fait le déplacement.

Dominateur lors de la première période, avec une présence à 80 % dans la zone de l'ESTAC, le SRFC prend les devants dès les vingt premières minutes avec un doublé signé Serhou Guirassy, pour son retour dans la compétition en tant que titulaire. En deuxième période, Troyes profite du manque d'efficacité des Rouge et Noir, s'offrant plus d'occasions devant les cages d'Alfred Gomis.

Le Stade Rennais conforte sa place dans le top 5

Une neuvième victoire à domicile qui permet au Stade Rennais de s'emparer de la 5e place en Ligue 1 et d'enfoncer un peu plus Troyes. (17e). " Mes joueurs n'ont pas failli mentalement. On s'attendait à une équipe du Stade Rennais diminuée, mais il y avait onze titulaires sur le terrain et ils nous ont fait mal. J'y ai cru en deuxième période. On encaisse trois coup de pied arrêtés, c'est dommage. On doit gagner plus de duels sur le terrain ", a expliqué Bruno Irles, le coach de l'ESTAC, en conférence de presse d'après-match.

De son côté, le coach du SRFC, Bruno Genesio, se réjouit de la victoire de son équipe, malgré neuf absences pour cause de blessure. " On a réussi à passer sans encombre notre petit temps faible habituel en début de seconde période. Je regrette qu'on ait encaissé un but sur la seule occasion de but. " Sans oublier le grand retour de Serhou Guirassy qui fait plaisir à l'entraîneur. " Il met plus d'agressivité, il a été récompensé de son travail cette semaine. C'est bien pour sa confiance. On voit que l'on peut compter sur tout le monde. Cela laisse beaucoup d'espoir pour la fin de saison. "

Les notes du match SRFC-ESTAC :
Gomis 6 : Le portier rennais a été peu inquiété au cours des 90 minutes, réussissant son retour à la compétition après deux mois d'absence et sa victoire à la CAN avec le Sénégal.

Traoré 8 : Très belle prestation du capitaine Rouge et Noir, très présent dans le bloc offensif et défensif. Bon pressing tout au long du match. Il est impliqué dans l'ouverture du score de Guirassy (14').

Omari 5 : Un manque d'application parfois et qui a peut-être fait défaut et enclenché le but troyen, l'une des seules occasions de l'ESTAC devant le but rennais.

Aguerd 6 : Belle couverture défensive de l'international marocain. Dangereux et a empêché les adversaires de prendre les devants.

Meling 7 : Le latéral norvégien prouve qu'il retrouve sa place de titulaire. Il reprend confiance en lui et regagne son niveau du début de saison. Il a notamment apporté défensivement en deuxième période.

Bourigeaud 6 : Bon match de Benjamin Bourigeaud, qui s'est offert quelques passes décisives.

Malgré les nombreuses absences, le Stade Rennais s’est imposé largement contre Troyes (4-1) au Roazhon Park lors de la 25e journée de Ligue 1. Un succès qui permet aux Rouge et Noir de rester dans les premières places du classement. Guirassy par deux fois, Terrier et Laborde sont les buteurs bretons.
ds 0713
Rennes a bien fait le travail contre Troyes. Les hommes de Bruno Genesio se sont imposés 4-1 au Roazhon Park lors de la 25e journée pour rester dans les premières places de Ligue 1. Guirassy, auteur d’un doublé, Terrier et Laborde sont les buteurs bretons.
 
Guirassy décisif
Auteur d’une première demi-heure de haute volée, le Stade Rennais a logiquement fait plier les Troyens grâce à deux buts de Guirassy à l’affût sur un corner (14e) puis à la conclusion d’un splendide centre de Meling (20e). Deux réalisations qui vont faire du bien à l’avant-centre. Gallon, le portier troyen, a aussi été sollicité et s’est finalement contre le cours du jeu que les joueurs de l’Aube ont réduit l’écart à la suite d’un corner mal négocié par la défense bretonne (40e).
 
La seconde période a été bien plus poussive pour les Rouge et Noir, moins maître des événements même si Troyes ne s’est pas montré bien dangereux. La victoire a été actée en fin de rencontre et de quelle manière !
 
Terrier et Laborde se suivent
À l’issue d’une superbe action collective à une touche de balle, Martin Terrier a poussé dans les filets un centre à ras de terre de Meling, qui s’offrait par la même occasion sa deuxième passe décisive de la soirée.
 
Enfin, petit événement, Rennes a obtenu son premier penalty de la saison sur un accrochage de Salmier sur Aguerd. Laborde ne s’est pas fait prier pour transformer l’essai d’une subtile panenka. Le voilà à 12 buts en championnat, comme Terrier. Un bel après-midi sur les bords de la Vilaine.

Comme l’a confié Bruno Genesio après la rencontre, Martin Terrier était le tireur prévu en cas de penalty. Mais le numéor 7 qui avait déjà marqué le but du 3-1 a laissé à son coéquipier le soin de tirer, ce que Laborde a transformé avec une panenka.

ds 0759

"C’est prévu avant le match." confirme Genesio. "C’est Martin qui aurait dû tirer le penalty, mais je pense que c’est bien (que Laborde ait tiré). Ce geste montre aussi l’état d’esprit de notre équipe. Hamari le capitaine donne le ballon à Gaëtan, Martin accepte sans broncher que Gaëtan frappe. Je trouve que c’est bien ainsi. Ça valide aussi le match de Gaëtan, qui a pu beaucoup presser."

Ce dimanche (15h, sur Prime Vidéo), Rennes reçoit Troyes au Roazhon Park pour le compte de la 25e journée de Ligue 1. Voici les compositions d'équipe probables et les absents pour cette rencontre.

ds 0706

En conférence de presse ce vendredi, Bruno Genesio va faire le point sur les retours possibles. A priori, seul Romain Salin et Flavien Tait peuvent nourrir l'espoir d'être là. Jonas Martin étant suspendu, les options ne sont pas légions dans le cœur du jeu.

Les absents du côté de Rennes : Martin (suspendu), Salin, Gélin, Ugochukwu, Doku, Tait (blessés).

Vers un milieu Santamaria – Majer à Rennes
Côté Troyen, la semaine a été marquée par la mise à pied de l'international luxembourgeois Gelson Rodriguez. Bruno Irles pourrait procéder à quelques changements par rapport à l'équipe humiliée par Brest (1-5) le week-end dernier.

Les absents du côté de Troyes : Azamoum (blessé), Metinho, Ripart, Larouci, El-Hajjam, Suk, Domingues (reprise), G.Rodriguez (mis à pied).

Rennes : A.Gomis - H.Traoré (cap.), Omari, Aguerd, Truffert - Bourigeaud, Santamaria, Majer, Sulemana - Laborde, Terrier.

Troyes : Gallon - I.Kaboré, Rami (cap.), Salmier, A.Conté - M.Baldé, Tardieu, Kouamé, Chavalerin - Mothiba, Ugbo.

Rennes a longtemps cru conserver son invincibilité face au PSG cette saison. Finalement battus 1-0 par Paris, Bruno Genesio et son capitaine Hamari Traoré n’ont pu dissimuler leur déception en conférence de presse d’après-match.

ds 0680

Bruno Genesio et ses joueurs ont failli tenir en échec le PSG, mais les Rennais se sont inclinés (1-0) sur un but inscrit dans le temps additionnel par Kylian Mbappé, coutumier du fait. Un scénario difficile à avaler pour le technicien : « Nous sommes une équipe en apprentissage, mais nous devons progresser plus vite, parce que ce n'est pas la première fois. C'est dommage parce que nous avions fait 94 minutes de haut niveau et gâchons un peu tout. Nous nous laissons un peu griser, un peu emballer par la physionomie du match et nos occasions de marquer. Ça n'arrive qu'à nous, c'est vraiment rageant, ça doit nous faire grandir. Nous avons été sanctionnés parce que c’est une grande équipe et de grands joueurs en face. »

Le capitaine breton, Hamari Traoré, s’est lui dit « déçu du résultat. Je pense que nous avons été très bien défensivement. Et offensivement, il y a des situations que nous aurions pu mieux gérer. Donc oui, nous sommes déçus. » Tout comme son entraîneur l’était également pour son groupe : « Je suis très déçu pour les joueurs, nous avons fait beaucoup d'efforts pour bien défendre, difficile d'avoir la lucidité pour faire mieux que ce que nous avons fait, offensivement. »``

Pour Genesio, tout était pourtant réuni pour conserver le point du nul : « À la mi-temps, j'ai mis l'accent sur les ballons que nous pouvions davantage valoriser. J'avais l'impression que nous étions un peu en dedans, timides là-dessus, et c'est ce que nous avons bien mieux fait en début de seconde période et en fin de match. C'est peut-être ce qui nous a grisés. C'est surtout, encore une fois, un problème d'immaturité. Nous devons être capables, dans ces moments-là, de rappeler des joueurs, pour garder un équilibre, voire garder le ballon, ne pas prendre un risque inconsidéré à ce moment du match. » Traoré s’accorde avec son entraîneur sur ce point. « Je suis d’accord avec lui, parce que sur l’action nous devons mieux gérer l’attaque, prendre l’information… Car nous savons que quand nous attaquons, Kylian (Mbappé), Messi restent derrière. Il a raison, mais si l’action aboutit à un but, nous n’aurions pas parlé comme ça. »

Une naïveté sanctionnée
Le latéral droit de l’actuel cinquième de Ligue 1 est ensuite revenu sur le déroulé de l’action du but parisien : « Nous avons un contre, Serhou (Guirassy) met le ballon à Lorenz (Assignon). J’essaie de lui proposer une solution, je fixe et je la mets à Jonas (Martin). Après, je pense que nous devons faire mieux derrière. Enfin, nous devons mieux gérer l’attaque d’abord. Et puis, Paris, il ne leur en faut pas beaucoup marquer un but. Au Parc, à l’extérieur, nous ne devons jamais prendre un contre comme ça. »

Pour autant, ce but tardif n’est pas dû à une saute de concentration selon lui : « Nous avons été très sérieux défensivement, nous avons su garder les ballons dans notre camp et dans le leur avec un peu de possession. Mais nous devons mieux gérer l’équilibre de l’équipe. Il y avait la solution devant, nous essayons de marquer et nous le payons. Certes, ça nous est arrivé quelques fois cette saison, mais il faut le gommer rapidement. Là, nous avons très mal géré cette dernière situation. » De quoi nourrir des regrets après un match aller remporté 2-0 avec maîtrise par Rennes.

La courte défaite face au PSG vendredi (1-0) a eu les conséquences attendues : la 5e place du Stade Rennais ne tient plus qu’à un fil et le podium s’éloigne inexorablement.
ds 0679

Dans ce championnat un peu fou cette saison, chaque victoire ou défaite peut avoir des conséquences rapides au classement, faisant grimper ou glisser une équipe. En perdant face au PSG vendredi soir, sur un but à la dernière minute de Kylian Mbappé, le Stade Rennais se savait menacé et les résultats de la 24e journée n’ont fait que le confirmer.

S’il est toujours accroché à la 5e place qualificative pour l’Europe, le SRFC est désormais à égalité avec Monaco et Lyon à 37 points et plus près de la onzième place de Montpellier (34 pts) que de la quatrième détenue par Strasbourg (41 pts). En perdant un match sur deux depuis quelque temps déjà, les joueurs de Bruno Genesio peuvent même être heureux d’être toujours sur une place européenne.

Faire le plein à domicile

« Sincèrement, je ne me focalise pas sur le classement. Si on fait de belles prestations et qu’on gagne des matches, on sera récompensés, confie Hamari Traoré, le capitaine rennais. Pour l’instant, il reste encore beaucoup de matches, on n’est qu’en février. On fera les comptes à la fin. » S’il est vrai que le classement est encore difficilement lisible, la dynamique des Rouge et Noir n’est pas bonne, avec seulement six points pris sur les dix-huit derniers distribués.

Si on regarde de plus près les statistiques, les Rennais prennent 1,54 point par match en moyenne. C’est plus que la saison passée (1,52 après 38 journées), mais avec déjà neuf défaites (douze l’an passé), le droit à l’erreur est de moins en moins possible. Sans tomber dans des calculs d’apothicaire, le schéma est simple : il va falloir que les joueurs de Bruno Genesio réalisent une série positive s’ils veulent être dans leurs objectifs en fin de saison.

D’ici à fin mai, ils vont notamment recevoir Troyes, Angers, Metz, Lorient et Saint-Étienne, cinq équipes de deuxième partie de tableau. À l’inverse, ils iront à Montpellier, Lyon, Nice, Strasbourg, Nantes et Lille, que des concurrents pour les six premières places. On peut considérer que la réussite de la fin de saison rennaise va passer par deux axes : faire le plein au Roazhon Park face aux mal classés ce qui est le cas depuis le début de saison (8 victoires en 12 matches à domicile, 3e de Ligue 1) et aller faire quelques coups à l’extérieur.

Dans le jeu, les quatre derniers matches incitent à l’optimisme, mais il faut désormais gommer les erreurs chroniques qui polluent la saison rennaise jusqu’ici. « Ça fait partie des matches qui doivent nous faire progresser, mais on doit progresser plus vite », a lancé Genesio après Paris, conscient qu’une cinquième qualification européenne de suite est loin d’être acquise. La qualité de jeu ne suffit pas.

Sans trop briller face à une équipe rennaise plus solide que conquérante, le Paris Saint-Germain s'est imposé grâce à un nouveau pion de Kylian Mbappé dans le temps additionnel (1-0), prenant ainsi sa revanche après la défaite subie à Rennes à l'aller. Le PSG peut désormais se tourner vers la réception du Real Madrid mardi prochain.

ds 0678

À quatre jours du retour de la Ligue des champions au Parc des Princes avec la réception attendue du Real Madrid, le Paris Saint-Germain a pris une revanche sur Rennes (1-0), seule équipe à avoir fait tomber le leader incontesté du championnat de France cette saison. Sans briller puisqu'il a fallu attendre le temps additionnel pour assister au premier tir cadré des gars de Pochettino, une nouvelle fois sauvés par Kylian Mbappé, qui ne sera décidément pas de trop pour rivaliser avec le Real dans la cour des très grands.

Silence et banderoles
Il n’y avait pas besoin de hausser la voix pour commenter le match avec son voisin en première période, le virage Auteuil ayant décidé de faire la grève des encouragements pour manifester son mécontentement. Beaucoup de silence en tribunes, où de multiples banderoles contestataires ont fleuri à partir de la 30e minute de jeu, et un Paris Saint-Germain en quête de certitudes sur le terrain avec Mbappé, Messi et aussi Simons, titulaire pour la première fois en Ligue 1. Mais ce sont des Rennais bien organisés et très disciplinés qui ont été les premiers à se montrer dangereux. Terrier et Laborde ont mal joué le coup pour commencer, avant que Bourigeaud ne manque sa reprise et Santamaria son coup de tête. Pour fissurer le bloc breton, Paris a misé sur de longues séquences de possession, sans beaucoup de succès malgré la bonne volonté de Simons. Il a finalement fallu attendre les traditionnelles accélérations de Mbappé pour mettre le bazar sur le côté gauche. Après un enroulé non cadré, le champion du monde a profité d’une mauvaise relance d’Omari pour trouver le poteau d’Alemdar, bien heureux de voir Meling repousser la tentative de Simons dans la foulée. Messi, discret et très bas sur le terrain, s'est contenté d'un tir contré avant les citrons entre deux derniers messages pour Leonardo, Hamraoui et compagnie du côté d'Auteuil.

Mbappé, comme d'habitude
Le retour des joueurs sur la pelouse et des chants dans la tribune populaire n'a pas changé la face d'une rencontre plus verrouillée que spectaculaire. Le bloc rennais parfois trop bas et le déchet technique des hommes de Genesio n'ont pas aidé les visiteurs à donner le tournis aux Parisiens comme à l'aller. En mal d'efficacité, Rennes aurait pourtant pu prendre les devants grâce à une occasion de Santamaria dès les premières secondes du deuxième acte et sans les interventions bien senties de Verratti dans les pieds de Terrier et Laborde aux abords de la surface. De son côté, le PSG s'est longtemps cassé les dents sur le mur rouge et noir, dirigé d'une main de maître par l'impérial Omari, 21 ans et toujours aussi bluffant. Une solidité pas suffisante pour empêcher Mbappé de manger Aguerd, éliminer Alemdar et faire rugir le Parc pour un but finalement refusé pour un très léger hors-jeu mesuré à l'équerre et au rapporteur à la vidéo.

Si le champion du monde avait manqué deux belles occasions un peu plus tôt, il n'a pas été aidé par les entrants Di María et Wijnaldum pour apporter de la folie dans les rangs parisiens. Pour un peu d'électricité, il a fallu se rabattre sur les petites embrouilles Majer-Paredes et Verratti-Sulemana, puis attendre le temps additionnel et une énorme erreur de Martin, laissant le champ libre aux locaux et à Mbappé de marquer sur le premier et seul tir cadré du match pour le PSG (1-0, 90e+3). Cruel pour Rennes, trop naïf sur la fin et crucifié par la bande de Pochettino qui peut se tourner vers la seule chose qui compte dans la vie du club parisien : la Ligue des champions et la réception du Real Madrid la semaine prochaine.

PSG (4-3-3) : Navas - Hakimi (Kehrer, 83e), Marquinhos, Kimpembe, Bernat (Mendes, 83e) - Paredes (Icardi, 83e), Verratti, Draxler (Di María, 66e) - Messi, Mbappé, Simons (Wijnaldum, 66e). Entraîneur : Mauricio Pochettino.

Rennes (4-4-2) : Alemdar - Traoré, Omari, Aguerd, Meling - Bourigeaud (Sulemana, 80e), Santamaria, Martin, Majer (Truffert, 86e) - Terrier (Assignon, 90e), Laborde (Guirassy, 80e). Entraîneur : Bruno Genesio.

Après la défaite du Stade rennais à Paris, Bruno Genesio est passé sur le plateau de Prime Video.

ds 0703

"On avait parlé de marquage préventif, surtout face à cette d’équipe. C’est encore plus rageant quand ça se produit dans les arrêts de jeu. Je pense qu’on avait plutôt tout bien fait jusqu’alors, voire même on aurait dû faire mieux offensivement, je pense qu’on a eu des situations qu’on aurait dû mieux optimiser. C’est vraiment rageant de repartir sans le point du match nul, sur une erreur comme ça, d’immaturité, de gamin."

"C’est ce que je leur ai dit à la mi-temps, de doser davantage. On avait des situations où on pouvait encore conserver le ballon, pousser nos actions un peu plus loin, et on sent qu’on s’est débarrassés un peu trop vite du ballon sur certaines situations de contre, où on aurait pu leur faire davantage mal. En deuxième mi-temps ça a été un peu mieux même si on n’a pas réussi à marquer. Puis il y a ce fait de jeu en fin de match qui nous coute très très cher. C’est toujours important de prendre un point ici, c’était dans la continuité du match de Brest. Après je n’ai pas grand chose à leur reprocher sur l’ensemble du match, on a fait beaucoup d’efforts. Ce n’est pas facile de défendre comme on l’a fait face à cette équipe. (…) On est une équipe encore jeune, en apprentissage, et je pense que ce sont des matchs qui vont nous faire grandir aussi."

Recherche

Calendrier

Partenaires

Articles

Connexion

Tipeee

Tipeee

S.G.S.B.

SGSB

Cantine de Mumbly

Cantine

Hébergé par

Reglyss.bzh

© 1996 - 2022 www.StadeRennais.Net
© 2022 Da'Squad - L'actu du Stade Rennais

Free Joomla templates by L.THEME