• ds_0393.jpg
  • DS_0191.jpg
  • ds_0580a.png
  • ds_0626.jpeg
  • ds_0899.jpg
  • ds_0464.jpg
  • DS_0114b.jpg
  • DS_0149.jpg
  • DS_0101.jpg
  • DS_0011.jpg
  • DS_0041.jpg
  • ds_0227.jpg
  • ds_0408.jpg
  • ds_0315.jpg
  • ds_0579.jpeg
  • ds_0647.jpeg
  • ds_0305.jpg
  • ds_0686.jpeg
  • DS_0127.jpg
  • DS_0176.jpg

Buteur contre le Stade Brestois mercredi (3-1), Désiré Doué est devenu le premier joueur né en 2005 à marquer dans l’un des cinq grands championnats européens.
ds 0971

Après Mathys Tel, entré dans l’histoire du Bayern Munich grâce à son but en coupe d’Allemagne, un autre jeune issu du centre de formation a réalisé un record, mercredi. Auteur du troisième but rennais dans le temps additionnel lors de la victoire contre Brest (3-1), Désiré Doué est devenu le premier joueur né en 2005 à marquer dans l’un des cinq grands championnats européens.

Un motard de la police a été victime d’un accident mercredi 31 août, en fin de journée, au rond-point d’Alphasis à Saint-Grégoire, au nord de Rennes. Il escortait le bus des joueurs du Stade Brestois vers le Roazhon Park, pour le match face au Stade Rennais. Le policier, blessé au bras, a été transporté à l’hôpital.

ds 0976

Quelques heures avant la rencontre, deux motards de la brigade motorisée urbaine (BMU) du commissariat étaient chargés d’escorter le bus des joueurs brestois depuis leur hôtel jusqu’à la route de Lorient. Lors du transfert, au niveau du rond-point d’Alphasis, à Saint-Grégoire, un des deux policiers, âgé de 52 ans, a été victime d’un accident vers 19 h. Il a chuté sur le sol et a perdu connaissance. Blessé au bras, il a été pris en charge par les secours et conduit à l’hôpital où il a été opéré ce jeudi.

Délinquance routière et escortes
Les motards de la BMU sont chargés de lutter contre la délinquance routière. Ils encadrent aussi les manifestations et effectuent des escortes notamment pour les dons d’organes et les urgences médicales.

Alors que le Stade Rennais recevra le Stade Brestois le 31 août 2022, la préfecture d’Ille-et-Vilaine restreint les conditions de circulation pour les supporters. Ceux qui souhaitent accéder au stade devront rejoindre un point de rendez-vous.

ds 0967

Le Stade Rennais reçoit le Stade Brestois ce mercredi 31 août 2022, à 21 h. Craignant des « troubles à l’ordre public », la préfecture d’Ille-et-Vilaine vient de prendre une série de mesures pour limiter la présence des supporters brestois dans la capitale bretonne.

Ainsi, tous les supporters de Brest voulant accéder au Roazhon Park devront être « munis de contremarques qui leur auront été délivrées au point de rendez-vous obligatoire qui leur sera fixé ».

Restrictions de circulation
Plus généralement, « il sera interdit à toute personne se prévalant de la qualité de supporter du Stade brestois 29, ou se comportant comme tel, d’accéder au stade Roazhon-Park et de circuler ou de stationner sur la voie publique », dans un périmètre aux alentours du stade ainsi que dans le centre-ville de Rennes (1).

Le transport et l’usage de « tous pétards ou fumigènes, drapeaux et banderoles dont les inscriptions appellent à la provocation, à la violence ou à la haine et tout objet pouvant être utilisé comme projectile » est également interdit dans et en dehors du stade.

Déjà, en février 2022, lors d’une précédente rencontre entre les deux clubs, la préfecture avait préféré prendre des mesures en interdisant le déplacement des supporters brestois jusqu’à Rennes.

(1) Périmètre autour du stade délimité à l’ouest, par la rocade ouest (RN 136) ; au nord, par la rue de Vezin ; à l’est, par la rue de Saint-Brieuc et la rue Louis-Guilloux ; au sud, par la Vilaine.

Périmètre du centre : rue Legraverend, rue de l’Hôtel-Dieu, rue Lesage, rue du général Guillaudot, rue de la Motte, rue Gambetta, avenue Jean-Janvier, place de la Gare, boulevard de Beaumont, boulevard du Colombier, boulevard de la Tour d’Auvergne, place de Bretagne, mail François-Mitterrand, rue Louis-Guilloux, rue Papu, rue de Brest, boulevard de Chézy.

La tribune Rose Mordelles bas du Roazhon Park a écopé d’un match de fermeture avec sursis, ce mardi soir par la commission de discipline, pour des faits remontant au match contre Marseille, il y a dix jours.
ds 0833

Le Stade Rennais a écopé de 25 000€ d’amende et d’un match de fermeture avec sursis par la commission de discipline de la Ligue de football professionnel (LFP). Cette sanction concerne uniquement la tribune Rose Mordelles bas du Roazhon Park. Il est reproché aux supporters rennais un usage d’engins pyrotechniques et des jets d’objets lors de la réception de l’Olympique de Marseille, le 14 mai à l’occasion de la 37e journée de Ligue 1 (victoire 2-0).

Samedi 21 mai 2022, le Stade Rennais se déplacera à Lille pour la 38e et dernière journée de Ligue 1. Une rencontre décisive, où le club pourrait se qualifier en Ligue des champions en terminant 2e ou 3e. De nombreux supporters Rouge et Noir demandaient à la Ville et au club d’installer un écran géant afin d’être réunis. Le club rouge et noir les a entendus : il sera installé au Roazhon Park.

ds 0870

"Une diffusion du dernier match face à Lille au Roazhon Park, c’est envisageable ?" La communauté des supporters du Stade Rennais est nombreuse depuis le début de la semaine sur les réseaux sociaux à demander un écran géant pour la diffusion du match contre Lille samedi 21 mai. Pour ceux qui ne peuvent se déplacer dans le Nord.

Cette rencontre sera décisive puisque c’est le dernier match de la saison 2021-2022 de Ligue 1. Les Rouge et Noir ont encore une chance de terminer sur le podium et ainsi se qualifier pour la deuxième Ligue des champions de son histoire. Grâce à une différence de buts favorable, le SRFC pourrait conclure la saison à une historique deuxième place. Il faudra un faux pas de ses concurrents. Pour cela, il faut que le club rennais s’impose à Lille, que Monaco et l’OM s’inclinent contre Lens et Strasbourg.

Hashtag sur Twitter
Alors pour ne pas manquer l’événement, de nombreux supporters sollicitent la Ville et le Stade Rennais afin d’avoir un écran géant pour suivre le match. « Strasbourg l’a fait, pourquoi pas nous ? », insistent certains supporters sur les réseaux sociaux. Le match OM-Strasbourg sera diffusé en direct dans le stade de la Meinau. « Ce serait fou ! Ce serait fantastique ! » s’exclament des centaines de twittos. À tel point qu’un hashtag a été créé sur Twitter : #unécranauRoazhonPark. L’idée a été reprise et « likée » des milliers de fois.

Tribune Mordelles
Le Stade Rennais a entendu ses supporters et veut les remercier. Un écran géant sera installé sur la pelouse du Roazhon Park et les spectateurs invités à prendre place dans la tribune Mordelles. Les réservations seront ouvertes à partir de jeudi à 14 h sur le site de la billetterie. « Un évènement gratuit qui nécessitera cependant un billet pour accéder au stade. Ils seront téléchargeables à partir de ce jeudi 19 mai, à 14 h, sur la billetterie en ligne, dans la limite des places disponibles », déclare le Stade Rennais. Les portes ouvriront samedi à 19 h 30. Un bar et des galettes saucisse seront proposés au public.

Samedi 21 mai, Lille-Rennes à 20 h. Ecran géant au Roazhon Park. Ouverture des portes à 19 h 30.

Les matchs comptant pour la 36e journée de Ligue 1 Uber Eats des finalistes de la Coupe de France ont été reportés.
ds 0811

En raison de la participation de l’OGC Nice et du FC Nantes à la finale de la Coupe de France, les rencontres comptant pour la 36e journée de Ligue 1 Uber Eats, OGC Nice-AS Saint-Étienne et FC Nantes-Stade Rennais FC sont reportées au mercredi 11 mai.

Les heures des coups d’envoi seront fixées lors de la programmation de la 36e journée de Ligue 1 Uber Eats.

​L’entraîneur du Stade Rennais va faire son retour au Groupama Stadium ce dimanche 13 mars, près de trois ans après son départ de l’Olympique lyonnais. L’ancien Lyonnais évoque ce déplacement particulier et l’accueil qu’il imagine demain.

ds 0806

Le retour de Bruno Genesio à Lyon est au centre du choc entre l’Olympique lyonnais et le Stade Rennais, dimanche 13 mars (17 h 05) au Groupama Stadium pour le compte de la 28e journée de Ligue 1. Interrogé sur ce retour en conférence de presse, l’entraîneur des Rouge et Noir revient sur ses années lyonnaises et l’importance de match à titre personnel.

Vous faites votre retour à Lyon, près de trois ans après y être parti. Qu’est-ce que cela vous inspire ?

Il y a deux façons de répondre à votre question. La première, c’est de faire de la langue de bois. Mais comme je n’aime pas ça, je vais vous dire ce que je pense vraiment. C’est un match particulier pour moi, je mentirais si je vous disais le contraire. J’ai commencé à jouer à Lyon à l’âge de cinq ans et demi, j’ai été professionnel là-bas, j’ai eu la chance d’être entraîneur pendant trois saisons et demie avec beaucoup de joies et de très bons souvenirs. Évidemment que c’est un match particulier, par le sens de l’histoire que j’ai avec ce club et avec cette ville, puisque je suis né là-bas. Je ne peux pas effacer ces 30 ou 35 ans de vie à Lyon, avec l’Olympique lyonnais.

Après, aujourd’hui, je suis entraîneur du Stade Rennais, je viens à Lyon pour gagner comme on va dans tous les autres stades. Mais ce sera particulier pour moi de me retrouver dans le vestiaire visiteur. Je vais essayer de ne pas me tromper de côté en arrivant (rire) ! »

On a vu la semaine dernière les supporters de Saint-Étienne déployer une grande banderole pour Frédéric Antonetti. Vous n’imaginez pas les Lyonnais faire de même pour vous demain ?

Ça dépend la teneur de la banderole (rire). Cela fait bientôt trois saisons que je ne suis plus à Lyon et j’aimerais honnêtement que l’on cesse avec tous ces clichés. Bien sûr qu’il y a eu des critiques, mais on voit bien que maintenant, c’est inhérent à notre métier et dans beaucoup de clubs. Encore une fois, j’ai aussi connu de beaucoup de très bons moments, y compris avec les supporters, notamment la première saison, avec les gens du club, tous les gens que je connais et qui sont encore au club. Franchement, ce sera un bon moment de les retrouver demain.

Échangez-vous encore avec des employés du club, voire le président ?

Avec quelques-uns, oui. Le président, je l’ai croisé il n’y a pas longtemps puisque j’étais au match de Lyon contre Lille. Il y a beaucoup de respect entre nous parce qu’on a vécu trois ans et demi, ce qui est beaucoup dans un club comme Lyon. On a connu beaucoup de joies, des désillusions aussi. Je l’ai déjà dit, j’ai deux échecs qui m’ont marqué : les deux demi-finales perdues contre l’Ajax Amsterdam (Ligue Europa 2017) et Rennes (Coupe de France 2019). C’est peut-être un signe du destin que je retourne à Lyon pour la première fois en étant entraîneur du Stade Rennais, face à l’entraîneur (Peter Bosz) qui nous avait éliminés avec l’Ajax.

Vous conservez un bilan en Ligue 1 meilleur que vos successeurs. Qu’est-ce que cela vous évoque ?

Pour un entraîneur, les stats sont toujours importantes puisqu’on est jugés sur les résultats. Ça prouve qu’avec mon staff, on a quand même fait un travail correct, même si j’assume l’échec des deux demi-finales qui sont, pour moi, les deux points noirs de mon passage à Lyon. On aurait dû faire mieux. Il y a eu des choses bien, des choses moins bien mais ce n’est pas à moi de juger mon parcours, on peut faire dire ce qu’on veut à tous ces chiffres. Le plus important, c’est que j’ai pris beaucoup de plaisir pendant ces trois ans et demi à Lyon. Même s’il y a eu des moments difficiles, c’est le lot de tous les entraîneurs

On les imagine revanchards après le match aller (4-1)…

Oui, ils l’ont déjà exprimé et je sais comment ça fonctionne, je l’ai expérimenté pendant trois saisons et demie donc je sais très bien tous les leviers qui ont pu être utilisés par le président et le staff. Mais on est prêts.

Au terme d’une demi-finale forte en émotions pour les Nantais, ces derniers se sont qualifiés pour la finale de la Coupe de France, aux dépens de l’AS Monaco. Les Canaris vont avoir le luxe de disputer une fin de saison forte en enjeux, avec des derniers matchs tous très importants. À Rennes, la fin de saison risque d’être difficile à cause de cette qualification.

ds 0775

Avec la qualification du FC Nantes en finale de la Coupe de France, beaucoup d’éléments risquent de changer en cette fin de saison. Alors que la lutte pour les places européennes se veut particulièrement disputée cette saison, l’AS Monaco n’aura plus que la Ligue 1 sur laquelle se concentrer et pourrait prendre de l’avance sur ses concurrents. Rennes est pour le moment en bonne posture, mais devra également lutter jusqu’au bout. À ce propos, les dernières semaines de compétition s’annoncent très intenses quant à la qualification nantaise en finale.

Un derby, puis un choc
Prévu initialement pour le 8 mai prochain, le derby entre le FC Nantes et le Stade Rennais ne pourra pas se tenir à cette date. En effet, il s’agit très exactement du jour choisi pour disputer la finale de la Coupe de France entre les Canaris et les Aiglons de l’OGC Nice. Si la date de report n’a pas encore été communiquée, il se pourrait que la rencontre ait lieu le mardi ou le mercredi de la semaine suivante, soit le 10 ou 11 mai.

Pour les deux protagonistes de la rencontre, la nouvelle n’est pas nécessairement très bonne du point de vue du calendrier. À l’occasion de la 37e et avant-dernière journée de Ligue 1, le Stade Rennais prévoit la réception de l’Olympique de Marseille au Roazhon Park. Une rencontre certainement déterminante pour accrocher ou non une place qualificative pour l’Europe. De son côté, le FC Nantes a rendez-vous avec l’Olympique Lyonnais, le même jour, le 14 mai. Là encore, la rencontre s’annonce cruciale, et l’enchaînement devra être correctement géré pour ne pas passer subitement du rêve au cauchemar.

En avant-première, le Midi Libre publie sur son site internet un entretien avec Gaëtan Laborde avant la rencontre de demain. Avec près de 120 rencontres disputées sous le maillot pailladin, il fera son retour à La Mosson avec le Stade Rennais. En voici un extrait:

ds 0752

“Ce public de la Paillade a toujours été cool avec moi, on a passé de super moments. Ça me fera plaisir de le revoir même si, malheureusement, sur ce match, on sera “ennemis”. Mais ça ne veut pas dire que je ne les apprécie pas, au contraire. J’ai essayé de rendre sur le terrain la confiance que l’on m’a accordée. On avait une équipe joueuse, les gens ont pris du plaisir à nous voir évoluer, moi j’en ai pris à jouer. Tout simplement, ça a roulé. […] Je pense que les gens ont apprécié ma façon d’être, de me battre sur le terrain. J’ai toujours dit que je ne voulais pas partir comme un voleur, ça a toujours été clair avec le président, avec tout le monde. La sincérité, les gens apprécient aussi.”

Et s’il venait à marquer, les choses semblent claires dans la tête de Gaëtan Laborde:

“Je ne célébrerai pas. Après, si c’est à la 95e minute, que ça donne la victoire, avec les émotions… Parfois ça ne se contrôle pas. Mais je ne veux vraiment pas manquer de respect aux supporters, à mes anciens coéquipiers, à la direction qui a été très importante pour moi. Rester simple est normal.“

Après la victoire de Rennes face à Montpellier, Lovro Majer est passé au micro de Prime Video.

ds 0751

"C’était un match très dur du début à la fin. Il y a eu beaucoup de duels, de fautes. C’était intéressant, je pense qu’on mérite cette victoire. On a bien commencé avec deux buts incroyables. C’est difficile de jouer contre eux, c’est une très bonne équipe, surtout chez elle."

Le Croate a ensuite débriefé son but. "C’est bien, je ne sais pas quoi dire, c’est beau de voir ça sous cet angle. C’est notre style de jeu, on aime jouer en une-deux, vite, c’est comme ça qu’on joue. On doit continuer comme ça pour prendre des points."

"On doit restés concentrés, profiter du match, du jeu. Notre jeu est simple, c’est apprécier le jeu, profiter du foot, mettre beaucoup de pression et ne pas oublier de prendre du plaisir."

Pierre Ménès a apprécié le visage du Stade Rennais à Montpellier (4-2). Plusieurs joueurs l'ont particulièrement séduit.

ds 0749

Pierre Ménès a été subjugué par la prestation du Stade Rennais face à Montpellier (4-2) vendredi soir. Sur son site, l'ancien trublion du CFC a dit tout le bien qu'il pensait de l'équipe de Bruno Genesio en mettant en avant quelques individualités :

"Il y a vraiment de jolis joueurs de foot dans cette équipe rennaise. Bourigeaud (un but, une passe décisive), Terrier (un but et un penalty provoqué), Majer (un but et une intelligence de jeu au service d’une technique veloutée, tout ce que j’aime dans le foot)…", a-t-il écrit, avant de tancer un Montpellier trop "Savanier-dépendant" et sans défense.

"Il faut reconnaître que sur ce match, l’équipe de Dall’Oglio était décimée en défense. Quand Sakho n’est pas là, on voit clairement la différence", a-t-il conclu.

Ménès est fan du Stade Rennais
Pierre Ménès a apprécié le visage du Stade Rennais à Montpellier (4-2). Plusieurs joueurs l'ont particulièrement séduit. Sur son site, le polémiste n'a pas manqué d'appuyer sur la qualité de l'équipe bretonne et de ses techniciens.

Incontestablement, la Mosson et son ambiance particulièrement « fleurie » verbalement, doux euphémisme, sa capacité épatante de mémoire démontrée à l’égard de Gaëtan Laborde, qui méritait un tout autre accueil et la qualité, quand même, de son résident, avait tout du traquenard et d’un cadre parfait pour une « super production ». Dans le premier rôle, mieux qu’un Marvel, les « Avengers Rennais », bien décidés à rattraper le temps comptablement perdu en janvier et à remonter le plus vite possible sur le podium.

ds 0745

Pour cela, pas de temps à perdre ! Au gré d’un jeu collectif parfaitement huilé, d’une maîtrise de la balle délicieuse et d’un réalisme, enfin, chirurgical, les joueurs du « Doc Genesio » ne mettent qu’un quart d’heure pour assener deux coups qui font mal aux locaux : d’abord « Iron-Mar » -tin Terrier, de la tête sur un centre d’Hamari Traoré, sur une merveille d’action collective aux allures de passe à dix face aux plots héraultais. Dans la foulée, le Cap’tain Roazhon s’enfonçait dans la surface d’Omlin et trouve en retrait le « Cht’i Running Man » Benjamin Bourigeaud, qui du droit, assomme l’assistance pour le KO ! Bon, 0-2 en un quart d’heure, le plan semble se dérouler sans accroc mais avec Rennes, on ne s’ennuie jamais. Et un bon blockbuster n’a de sens qu’avec un peu de suspens et de show. Du coup, Montpellier, sur deux éclairs d’Oyongo et Wahi, recolle avant la pause, sans trop vraiment savoir comment ni pourquoi… De même que ce public, jadis si prompt à encenser son ex sérial-buteur Gaëtan Laborde, se pense malin à huer un joueur n’ayant jamais triché sous les couleurs de la Paillade. Triste foot d’aujourd’hui, parfois…

Côté terrain, les « Supers-Hérault » rennais livrent une seconde période en réalisme et maîtrise, avec talent et expression collective comme on l’aime. Oui, cette équipe a quelque chose et gagne un match dès qu’elle le décide vraiment face à des adversaires comme Montpellier. Un pénalty, d’abord, logique, pour une faute de Thuler sur Martin Terrier, permet à Gaëtan Laborde d’annoncer les nuages au-dessus de la Paillade, tout en maitrise. Sonnés, les locaux n’abdiquent pas et auront la balle de 3-3 avec une tête de ce même Laborde, sur sa propre barre et dans la continuité, un sauvetage exceptionnel de » Biggie Warrior » Meling sur la ligne. Une sortie au-delà de ses 16 mètres de « Monsieur Alfred » Gomis sonnera le glas des espoirs pailladins avant que « SuperMajer », à l’issue d’un une-deux exquis avec Benjamin Bourigeaud, à l’angle de la surface, ne donne l’avance définitive nécessaire aux Bretons pour repartir avec le pécule précieux des trois points pour lequel ils étaient venus, non sans égratigner sur sa célébration Thomas, caméraman du club qui a découvert pour l’occasion « le câlin croate », sympa mais musclé !

Avec cette nouvelle démonstration et une nouvelle claque collée à un adversaire avec quatre buts inscrits de plus, portant à 51 le total rennais cette saison (seul Paris fait mieux, avec 53), le SRFC a refait son retard et reprend provisoirement la 4ème place en attendant un Strasbourg – Nice dont il y aura obligatoirement un profit à tirer. Qu’on se le dise, les émotions ne sont pas prêtes de s’estomper avec la meilleure super-production bretonne de l’année !

Lovro Majer nous a bien fait rire lors de sa célébration, le caméraman lui n'a pas dû tellement apprécier.

ds 0741

Le Stade Rennais s'est imposé hier sur le score de quatre buts à deux à Montpellier au terme d'un superbe match. Dernier buteur de la rencontre à l'issue d'une merveilleuse action collective, Lovro Majer a trompé d'un beau plat du pied Jonas Omlin mais a surtout fait parler suite à sa célébration. En effet, le "Modric du SRFC" est parti voir le caméraman et lui a poussé cette dernière contre l'oeil. Une scène qui a bien fait rire les commentateurs du match sur Prime Vidéo (et nous aussi).

Le Stade rennais, une machine à spectacle.

ds 0738

En déplacement à la Mosson, les Bretons ont retrouvé le goût du succès à l'extérieur après une petite disette en s'imposant brillamment contre Montpellier (2-4) dans une rencontre très plaisante. Les amoureux de cette merveilleuse saison de Ligue 1 ont rapidement compris que leur assiduité allait être récompensée. Très rapidement, les visiteurs ont donné le ton en prenant les devants avec deux buts dans le premier quart d'heure. Dans les deux cas, le capitaine Traoré a signé une passe décisive. D'abord un centre parfait sur la tête de Terrier, auteur de sa treizième réalisation en championnat (0-1, 8e), puis une passe en retrait bien sentie pour Bourigeaud, dont la frappe n'a laissé aucune chance à Omlin (0-2, 15e). Un récital breton immédiatement stoppé par une reprise croisée instantanée d'Oyongo pour remettre les Pailladins dans le droit chemin (1-2, 19e).

Un début de partie canon et un réveil montpelliérain. Plus agressifs sur les porteurs du ballon bretons, les hommes de Dall'Oglio sont définitivement revenus dans le coup grâce à une inspiration géniale du jeune Wahi, qui a repris un centre de Chotard d'une acrobatie victorieuse (2-2, 41e). La douche froide pour la bande à Genesio, qui a encore une fois encaissé deux buts sur les deux premiers tirs cadrés de l'adversaire. Mais puisque cette équipe rennaise ne sait répondre que par le jeu, elle a remis le bleu de chauffe au retour des vestiaires, et Laborde a transformé un penalty en force dans son ancien jardin pour revenir encore une fois à la hauteur de son compère Terrier avec treize pions (2-3, 52e).

Au-dessus techniquement, Rennes n'a pas toujours brillé défensivement, à l'image d'Omari, alors que Gomis s'est montré décisif en sortant devant Wahi. Omlin, lui, a également retardé l'échéance à une ou deux reprises. Puis, il a assisté impuissant à un nouveau bijou collectif rennais conclu par Majer après une superbe remise de Bourigeaud (2-4, 84e). Les Bretons ont même cru au 5-2 dans la foulée, mais l'arbitre a logiquement annulé un penalty pour une main imaginaire du pauvre Thuler. Reste que le Stade rennais a lancé son week-end de la meilleure des manières, reléguant Montpellier à cinq unités et se posant provisoirement à la 4e place au classement. 

Il paraît que Leicester tremble déjà.

Montpellier (4-2-3-1) : Omlin - Souquet (Makouana, 79e), Cozza, Thuler, Oyongo - Ferri, Chotard (Leroy, 87e) - Mollet (Delaye, 87e), Savanier, Wahi - Germain (Sambia, 79e). Entraîneur : Olivier Dall'Oglio.

Rennes (4-4-2) : Gomis - Traoré, Omari, Aguerd, Meling - Bourigeaud, Santamaria, Martin, Majer (Doku, 90e) - Terrier (Truffert, 80e), Laborde (Guirassy, 75e). Entraîneur : Bruno Genesio.

Les Rouge et Noir se déplaceront chez l’Olympique Lyonnais le dimanche 13 mars à 17 h 05, entre les deux matches du 8e de finale de Ligue Europa Conférence contre Leicester.

ds 0737

Alors que la programmation de plusieurs affiches de la 28e journée de Ligue 1 avait déjà été annoncée, celle concernant le Stade Rennais a été officialisée par la Ligue en cette fin de semaine. Les Rouge et Noir se déplaceront donc au Parc OL le dimanche 13 mars à 17 h 05, pour affronter l’Olympique Lyonnais.

Le SRFC, vainqueur vendredi soir à Montpellier pour le compte de la 26e journée de championnat (2-4), avait étrillé Lyon au match aller (4-1), au terme d’un match accompli, l’un des meilleurs livrés par les joueurs de Bruno Genesio cette saison.

Un calendrier dense
Ce choc retour, important pour la course à l’Europe, interviendra entre les matches aller et retour du 8e de finale de la Ligue Europa Conférence, dont on sait depuis le tirage au sort effectué vendredi qu’il mettra aux prises le Stade Rennais avec les Anglais de Leicester.

Un calendrier dense pour les Rouge et Noir, qui disputeront cinq rencontres en deux semaines, entre le 6 et le 20 mars : réception d’Angers Sco le dimanche 6 mars (15 h), déplacement à Leicester le jeudi 10 mars (21 h), déplacement à Lyon le dimanche 13 mars (17 h 05), réception de Leicester le 17 mars (18 h 45) et réception de Metz le week-end du 20 mars.

 

 


Stade Rennais

Page 1 sur 13

Recherche

Calendrier

Partenaires

Articles

Connexion

Tipeee

Tipeee

S.G.S.B.

SGSB

Cantine de Mumbly

Cantine

Hébergé par

Reglyss.bzh

© 1996 - 2022 www.StadeRennais.Net
© 2022 Da'Squad - L'actu du Stade Rennais

Free Joomla templates by L.THEME