• ds_0394.jpg
  • ds_0647.jpeg
  • ds_0358.jpg
  • ds_0892.jpg
  • DS_0112c.jpg
  • ds_0925.jpg
  • DS_0012f.jpg
  • ds_0742.jpeg
  • DS_0188.jpg
  • DS_0012e.jpg
  • ds_0617.jpeg
  • ds_0635.jpeg
  • pr_0005.jpg
  • ds_0697.jpeg
  • DS_0006.jpg
  • ds_0790.jpeg
  • ds_0246.jpg
  • ds_0313.jpg
  • ds_0465.jpg
  • ds_0580e.png

Ce mercredi 21 septembre, le SRFC annonce avoir engagé le milieu de terrain portugais Xeka, qui était sans club depuis l'expiration de son contrat avec Lille à la fin de la saison dernière. Il vient remplacer numériquement Baptiste Santamaria, blessé à la cheville et absent pour plusieurs mois.

ds 0985

Depuis la blessure de Baptiste Santamaria face à Auxerre il y a une dizaine de jours, qui va éloigner le joueur des terrains pendants plusieurs mois, le Stade Rennais s'activait pour lui trouver un remplaçant. C'est chose faite puisque le club annonce, mercredi 21 septembre, le recrutement du milieu de terrain portugais de 27 ans Xeka, qui était sans club depuis la fin de son contrat le 30 juin dernier. Il signe pour deux saisons.

Le joueur, qui peut évoluer milieu récupérateur ou relayeur, évoluait à Lille depuis cinq saisons, où il a disputé plus de 140 matchs, dont 10 en Ligue des Champions. Il avait été prêté à Dijon lors de la saison 2017/2018.

Pour Florian Maurice, directeur technique du Stade Rennais F.C : « C’est un milieu complet qui connaît la Ligue 1 et qui a été champion de France avec Lille il y a 2 saisons. Nous recrutons donc un excellent joueur, capable de récupérer des ballons, de se projeter vers l’avant et de marquer des buts, de la tête ou du pied.

C’est un milieu moderne qui va beaucoup nous apporter. Il est expérimenté, enregistre des matchs de Ligue des Champions et d’Europa League, même si dans un premier temps il ne pourra pas jouer la coupe d’Europe avec nous. On espère bien se qualifier pour qu’il puisse y participer dès le mois de janvier !

J’apprécie également sa personnalité, son caractère, sa grinta, et son état d’esprit de gagneur. C’est important d’avoir ce profil dans notre effectif aujourd’hui, notamment après la blessure de Baptiste

 

Il est certainement le dossier qui a le plus agité l’été du Stade Rennais. Retour sur les négociations menées par les Rouge et Noir avec Kim Min-Jae, et leur échec final.

ds 0970

Un nom a particulièrement animé la chronique lors de ce mercato estival 2022 : le Coréen Kim Min-Jae. Pendant plus d’un mois, il ne s’est pas passé une journée sans que l’on entende parler du défenseur central de Fenerbahçe. Et pour cause, il était la cible prioritaire du Stade Rennais.

Joueur référencé âgé de 26 ans, que Bruno Genesio avait connu en Chine, il cochait toutes les cases recherchées par le SRFC pour recomposer la charnière centrale. Mais le dossier a capoté après de longues semaines, le joueur signant finalement à Naples. « Sur certains dossiers, on s’est peut-être acharnés. On voulait aller au bout du bout, et derrière, ça n’a pas fonctionné. Donc il y a toujours de la frustration par rapport à ça », commente Florian Maurice, le directeur technique.

Le club avait entamé les démarches pour la scolarisation des ses enfants
Sa frustration est bien légitime, puisqu’à un moment, toutes les planètes ont semblé s’aligner pour sa venue. Lors du stage à Dinard, début juillet, Bruno Genesio avait même publiquement expliqué qu’il était « confiant » pour l’arrivée de Kim Min-Jae, qui souhaitait venir en Bretagne. Le club avait même entamé les démarches pour scolariser ses enfants et trouvé du matériel adéquat à son arrivée…

Et puis, l’affaire a basculé, comme cela arrive de plus en plus dans la sphère du football, en raison de la multiplication des intermédiaires et autres agents, qui compliquent la réalisation des transferts internationaux. Ce cas Kim Min-Jae restera comme l’un des grands échecs de ces dernières années à Rennes, sans que le club n’ait vraiment quelque chose à se reprocher. Arthur Theate et Joe Rodon sont ensuite arrivés, pour composer une charnière dont on attend désormais beaucoup au Stade Rennais.

Le milieu de terrain rennais Benjamin Bourigeaud, à qui il restait un an de contrat, a été officiellement prolongé jusqu'en juin 2026.
ds 0973

L'avenir de Benjamin Bourigeaud (28 ans) était une incertitude de l'été à Rennes, car le milieu offensif présent au club depuis 2017 avait d'abord dans l'idée de vivre une nouvelle expérience après un exercice 2021-2022 riche, alors qu'il lui restait un an de contrat. Mais il n'a pas été arraché à Rennes et il a prolongé de trois ans, soit jusqu'en juin 2026.

Devant la presse au lendemain du mercato, le président exécutif directeur général du Stade rennais Olivier Cloarec a donné son sentiment.

ds 0972

Êtes-vous satisfait du mercato du SRFC ?

Oui, on est satisfaits. On avait un cap avec Bruno et Florian en avant-saison, des profils et des postes identifiés, et on est satisfaits du recrutement qu’on a fait. Ça a été très très long.

Avec une fin de mercato compliquée…

On s’aperçoit qu’au fil des années, les fins de mercato sont de plus en plus complexes. On l’a vu encore ce matin quand on ouvre les journaux, un nombre de cas va crescendo. Il y a une excitation sur les derniers jours de moins en moins maitrisable.

Vous n’avez finalement pas pris de milieu de terrain supplémentaire. Pourquoi ?

On est obligés de s’adapter au marché. On avait une stratégie au début, on voulait recruter un milieu box-to-box. En fonction de l’évolution du marché, on s’est penchés sur un attaquant supplémentaire, en l’occurence Amine Gouiri. De cette opportunité, on a décidé de changer de système de jeu, en adéquation avec le coach. On a estimé qu’avec 5 milieux pour 2 postes, la concurrence était suffisante. On a pris cette décision là aussi dans le but de donner du temps de jeu à nos jeunes issus du centre de formation, Désiré Doué et Lesley Ugochukwu.

Ce qui était très improbable, c’était ce chassé-croisé entre Amine Gouiri et Gaëtan Laborde, parti à Nice.

Oui, comme je l’ai dit, on avait un plan en début de mercato, mais on est obligés de s’adapter au marché. En l’occurence pour Gaëtan, il a été sollicité par l’OGC Nice. Il est venu nous voir, on n’avait aucune volonté de le laisser partir, mais le marché en a décidé un peu autrement. On s’est posés tranquillement avec Gaëtan, on a discuté, et il a choisi le projet niçois. Dans le même temps, on a eu l’opportunité d’Amine Gouiri, et on l’a saisie.

La bonne nouvelle, c’est que vous avez réussi à conserver les cadres que sont Benjamin Bourigeaud et Hamari Traoré.

C’était la volonté du club qu’on avait actée, un de nos objectifs majeurs. Le mercato, c’est acheter, vendre, mais aussi conserver. C’est au moins aussi difficile de garder nos meilleurs éléments, surtout au sortir d’une saison comme la saison dernière. On est vraiment très contents de les avoir conservés. C’est très important pour nous dans la construction et la pérennité du club.

Ce mercato s’inscrit-il dans les ambitions européennes du club ?

L’ambition c’est toujours d’être européen à la fin de la saison. Tous les clubs, lorsqu’on finit un mercato, on est plutôt contents des choix faits. Maintenant, le résultat, on le saura dans quelques mois. À mi-saison, on pourra faire un point pour voir si c’est plutôt réussi ou non. Le résultat final, ce sera en fin de saison. Si on atteint nos objectifs, le mercato aura été réussi.

Vous terminez avec le plus jeune effectif de Ligue 1.

Oui, un effectif très jeune, mais ce n’est pas quelque chose qui nous fait peur. On parle souvent d’expérience, mais elle n’est pas forcément liée qu’à l’âge du joueur. Amine Gouiri a 22 ans mais quelques saisons de Ligue 1 derrière lui, il a marqué quasiment 30 buts en Ligue 1. Il est jeune certes, mais a de l’expérience. Je crois que l’Ajax Amsterdam a eu d’excellents résultats sur le territoire et national et en Europe, avec une équipe très jeune.

L’international croate Lovro Majer a annoncé qu’il resterait au Stade Rennais cette saison, mercredi après la victoire contre Brest (3-1).
ds 0978

C’est une excellente nouvelle pour le Stade Rennais. Sollicité par plusieurs clubs européens lors du mercato, Lovro Majer a annoncé qu’il resterait au club breton cette saison. « Je vais rester à Rennes, il n’a pas été question de partir, je veux faire une belle saison ici », a déclaré l’international croate, mercredi après la victoire dans le derby contre le Stade Brestois (3-1).

Arrivé l’été dernier du Dinamo Zagreb contre 12 millions d’euros, le milieu de terrain de 24 ans s’est imposé dans l’équipe de Bruno Genesio. La saison passée, Majer a inscrit six buts et délivré huit passes décisives en 29 matchs de Ligue 1. Victime d’une fracture du nez à l’entraînement le 17 août, il a manqué deux matchs mais a été titularisé lors des trois autres rencontres disputées par Rennes en ce début d’exercice.

International espoir, souvent surclassé, l’attaquant de 22 ans a tardé à se détacher de l’étiquette de « nouveau Benzema ». Après deux saisons à Nice, il arrive à Rennes avec l’ambition de poursuivre sa progression et de se rapprocher de l’équipe de France qu’il convoite.

ds 0977

En ce dernier jour de mercato, le Stade Rennais se montre très actif sur le marché des transferts. Arrivé ce jeudi matin à l’aéroport de Rennes, Amine Gouiri va en effet s’engager dans les prochaines heures avec les Rouge et Noir, en provenance de Nice. Quelques éléments de portrait concernant la prochaine recrue rennaise, qui va devenir le transfert le plus cher de l’histoire du Stade Rennais avec une transaction estimée à 28 M€ (2M€ de plus que Doku).

1. Un homme réservé, qui mène une vie simple

Troisième d’une famille de cinq enfants, Amine Gouiri est le fils d’une mère au foyer et d’un chauffeur. Il passe son enfance à L’Isle-d’Abeau (Isère), au sud-est de Lyon. Pas très scolaire, il arrête l’école en troisième, sans pour autant être un agitateur en classe. Timide, réservé quand il n’est pas avec les siens, il s’épanouit sur les terrains de foot, où il est le premier arrivé, le dernier parti. C’est sur le gazon qu’il force sa nature et se révèle expressif… uniquement quand il marque, ce qui arrive souvent. Une fois sa carrière professionnelle lancée, le Franco-Algérien (son père est né sur l’autre rive de la Méditerranée) garde son caractère. Encore aujourd’hui, il mène une vie simple, est volontiers casanier. Selon son propre aveu, il n’est d’ailleurs jamais sorti en boîte de nuit.

2. Longtemps surnommé « le nouveau Benzema »

Après avoir fait ses classes à Bourgoin-Jallieu (Isère), le club voisin de son lieu d’habitation, il est repéré par plusieurs clubs, mais finit par choisir l’Olympique Lyonnais, en raison de la proximité géographique. Le meilleur buteur de la Danone Nations Cup (coupe nationale U13) y franchit les paliers à vitesse grand V, régulièrement surclassé. Il fait sa première apparition en CFA (ex-N2) à 16 ans, en Ligue 1 et en Ligue Europa à 17 ans. De quoi lui attribuer rapidement le surnom de « nouveau Benzema » : même poste, même club, même temps de passage, même origines algériennes. Une dénomination dont il s’est rapidement détaché. « Au début, quand on me comparait à lui, j’étais trop content, c’est un des meilleurs attaquants du monde quand même. Mais au bout d’un moment, c’est bon, chacun est différent, chacun son parcours. Les gens disaient tout le temps “le nouveau Benzema, le nouveau Benzema”, c’était un peu lassant à la longue, j’avoue. Ils disaient ça parce qu’on avait un peu le même style de jeu, il sortait du centre de formation de l’OL aussi. Lui, c’est Karim Benzema, et moi, je suis Amine Gouiri », cadre-t-il dans un entretien fleuve à Onze Mondial .

3. Deux saisons pleines avec Nice

Sa rupture des ligaments croisés en 2018 marque un tournant dans sa carrière. Durant son année loin des terrains, il prend du recul sur sa situation, de la maturité aussi. Après 15 matches disputés en trois ans avec l’équipe A de l’OL, il est transféré à l’été 2020 pour sept millions d’euros à Nice. En Côte d’Azur, un nouveau statut l’attend. Il s’y impose rapidement comme titulaire, s’associe plus ou moins bien avec Andy Delort et Kasper Dolberg. Et surtout, affiche des stats impressionnantes : 12 buts, 8 passes décisives en 36 matches la première saison, 12 buts, 10 passes décisives en 43 matches la saison suivante. Il participe même à chacun des 38 matches de Ligue 1 en 2021-2022. Il est uniquement écarté du groupe en cette fin août 2022, et ne participe pas aux rencontres contre Marseille et Lille, en raison de son instance de transfert.

4. Un pilier des équipes de France jeunes

Amine Gouiri n’a cessé de répéter qu’il souhaitait porter le maillot de l’équipe de France. Pour le moment, il n’a jamais été convoqué en A mais a fait les belles heures des sélections jeunes, d’U16 à espoirs. Avec là aussi des statistiques marquantes : 46 buts en 64 matches. Ses prestations (mais aussi celles de son nouveau coéquipier Arnaud Kalimuendo) ont participé à la qualification des Bleuets pour l’Euro espoirs 2023. Il ne pourra cependant pas y participer, car trop vieux au moment de la compétition. Ses prestations restent très suivies en Algérie, où les suiveurs espèrent un changement d’avis de sa part au cas où Didier Deschamps ne tarde trop à le sélectionner.

5. Un leader technique sur le terrain

Si Rennes n’en manquait pas forcément (Doku, Sulemana, Kalimuendo, Terrier), sa nouvelle recrue est un joueur technique, même un leader dans ce domaine. Capable de jouer à gauche ou dans l’axe, son gabarit et sa fréquence d’appui rapide lui permettent d’ajuster son orientation et de déclencher des frappes dans de multiples situations. Bon dans les petits espaces, capable de prendre la profondeur, il possède également une vraie intelligence de jeu. Inspiré par Benzema, Firmino, Lewandowski et Kane, il a cependant des difficultés à défendre. Et manque encore d’expérience européenne (9 matches, 4 buts).

L’arrivée d’Amine Gouiri en provenance de Nice a été officialisée par le Stade Rennais, Gaëtan Laborde, lui, fait le chemin inverse.
ds 0975

Amine Gouiri au Stade Rennais, c’est officiel ! L’attaquant formé à Lyon et qui arrive en provenance de Nice est la nouvelle recrue offensive des Bretons, qui se séparent, dans la même soirée, de Gaëtan Laborde, qui fait le chemin inverse. Les deux clubs ont officialisé cet échange - qui n’en est pas vraiment un - dans la soirée, une heure avant la fin du mercato en France. Attaquant international français chez les Espoirs, Gouiri (22 ans) s’est engagé jeudi pour cinq ans à Rennes.

Mercredi soir, tout juste vainqueur du Stade Brestois (3-1), Bruno Genesio pensait évidemment à cette dernière journée où son effectif allait bouger. Le technicien n’avait rien voulu commenter des rumeurs. Une phrase simplement suffisait à balayer son impatience de connaître les contours définitifs de son groupe. « Le mercato se termine bientôt, ça nous fera le plus grand bien », lançait-il. Cette dernière journée, son directeur technique, Florian Maurice, l’a bien animée !

ds 0974

Si le double deal surprenant entre Rennes et Nice, concernant le départ de Gaëtan Laborde (pour 15 M€) et l’arrivée d’Amine Gouiri (pour 28 M€) devait finalement être finalisé ce jeudi, l’ancien buteur rennais avait déjà rejoint la Côte d’Azur dès mercredi. Gouiri a posé le pied sur le sol breton dans la matinée.

Dans le secteur défensif, le départ de Loïc Badé s’est également accéléré. Sur le banc face à Brest, l’ex-Lensois a pris un avion vers l’Angleterre dans la matinée. Annoncé mercredi proche de Southampton, il devait finalement rejoindre le promu Nottingham Forest, sous la forme d’un prêt avec option d’achat (14 M€).

Badé, option d’achat obligatoire en cas de maintien
Certaines sources britanniques font état d’une obligation de lever cette option en cas de maintien du club vainqueur de la Coupe d’Europe des clubs champions en 1979 et 1980. Pour le remplacer, Rennes a vite pris contact avec Lyon pour récupérer Sinaly Diomandé (21 ans). Les négociations sont toujours en cours pour le défenseur ivoirien, lié à Lyon jusqu’en 2025.

Pour alléger encore son effectif (sept arrivées pour 14 départs, dont cinq en prêts), la direction rouge-et-noir a trouvé une porte de sortie à Sehrou Guirassy. En contacts avec Everton et Galatasaray ces derniers temps, l’ex-Amiénois retrouve la Bundesliga, en rejoignant le VfB Stuttgart.

Il s’agit d’un prêt avec option d’achat, estimée autour de 10 M€. Le départ du portier Alfred Gomis, sous contrat jusqu’en 2025, semble, lui, plus compliqué à réaliser. La porte Troyes s’est refermée. Les pistes italiennes, où le Sénégalais a été formé et où il garde une certaine côte, semblent froides.

Benjamin Bourigeaud, en pleine négociation pour une prolongation de contrat au Stade Rennais, est bien parti pour rester chez les Rouge et Noir à l’issue du mercato estival.

ds 0979

Benjamin Bourigeaud est très bien parti pour rester au moins une sixième saison au Stade Rennais. Mardi, nos confrères de France Bleu Armorique indiquaient que le milieu de terrain de 28 ans avait refusé quatre offres durant l’été (Lyon, Nice, Fulham et Nottingham Forrest) et que les discussions avaient repris entre le club et l’entourage du joueur.

Selon nos informations, les négociations avancent très bien et le Stade Rennais s’estime confiant quant à une issue rapide et positive. De son côté, le joueur, qui privilégiait une expérience à l’étranger après ses cinq ans à Rennes, envisage très sérieusement de rester au club, alors que le mercato s’achève jeudi 1er septembre.

Au lendemain de l’officialisation de son transfert, Arnaud Kalimuendo a livré ses premiers mots au site officiel du club.

ds 0941

Son arrivée : Je suis très content, dans la joie. Je suis content de rejoindre le Stade rennais. Ça a pris un long moment, mais c’est un club que j’ai toujours aimé regarder, je suis content de pouvoir évoluer sous les couleurs rouge et noire. Là je me sens totalement prêt, bien préparé. Je suis resté sérieux et j’espère faire mes premières apparitions le plus vite possible.

Rennes : Je suis un très grand fan de football, quelqu’un qui regarde énormément les matchs et l’année dernière j’ai regardé la quasi-totalité des matchs du Stade rennais quand je le pouvais. C’est un football avec un élan offensif, avec beaucoup de prises de risque, quelque chose qui me correspond. Tout donner, c’est quelque chose qui j’aime sur le terrain, ce sont des philosophies qui correspondent à ce que j’aime véhiculer comme message et je n’ai pas hésité une seule seconde quand cela s’est présenté à moi. C’est une équipe qui me correspond totalement donc j’ai foncé.

Lens : Je continue sur ma lancée, c’est pour ça que j’ai décidé de rejoindre le Stade rennais, pour poursuivre mon apprentissage au côté de très grands joueurs. Lens ça a été le football d’adulte, j’ai senti un monde d’écart (avec les équipes jeunes du PSG, ndlr). Même si j’ai eu un temps d’adaptation un peu court, ça m’a fait vraiment du bien de me confronter à la difficulté.

Son profil : Ma qualité de vitesse, de percussion, le sens du but, ce sont des caractéristiques qui font parler de moi. Mon sens de dévotion sur le terrain, je suis quelqu’un qui ne calcule pas forcément mes efforts, pour aider le collectif sur le terrain ou en dehors. J’aime me la donner sur le terrain car il n’y a que comme ça qu’on obtient des résultats. L’année dernière je regardais les matchs et je me disais que jouer avec ce genre de joueurs, que ce soit Jérémy, Sulemana, Gaëtan, ce sont des joueurs qui sont faciles à comprendre. Je suis vraiment très content d’être ici.

Objectifs : Il y en plein. Le club a envie de grandir, des ambitions. J’en ai. C’est quelque chose qui a matché directement entre nous deux. On va chercher à faire de grandes choses. Il faut chercher à avoir de l’ambition, ne pas se donner de limites. (…) Quand on joue contre Rennes, on sent que c’est une très grosse équipe et on sent que ça fait quelques années que le club est assez stable dans ses résultats. (…) Je suis venu pour faire partie de cette histoire, et écrire la mienne avec le Stade rennais.

L’avant-centre parisien devrait s’engager dans les prochaines heures. Estimé à 25 millions d’euros, son transfert serait le deuxième plus élevé de l’histoire du SRFC. Et aurait des conséquences dans l’attaque rennaise.

ds 0961

Après avoir reçu 55 millions pour Nayef Aguerd et Mathys Tel, le Stade Rennais s’apprête à sortir le chéquier. Il devrait s’offrir dans les prochaines heures les services d’Arnaud Kalimuendo. Selon L’Équipe , confirmé par plusieurs médias, l’attaquant du Paris Saint-Germain devrait rejoindre l’Ille-et-Vilaine ce jeudi, passer sa visite médicale puis signer un contrat de cinq ans avec les Rouge et Noir. Certains détails restaient à finaliser entre les deux clubs mercredi, mais l’opération devrait se chiffrer autour de 25 millions d’euros, bonus inclus, avec un pourcentage à la revente. Tout simplement le deuxième plus gros achat de l’histoire du club, derrière Jérémy Doku (26 millions d’euros).

À 20 ans, 65 matches avec Lens
Arnaud Kalimuendo n’a que 20 ans, mais est déjà un des joueurs forts de la Ligue 1. Barré par une très forte concurrence au Paris Saint-Germain, où il n’a jamais vraiment eu sa chance, il avait été prêté deux ans au RC Lens (2020-2022). Auteur de huit buts et six passes décisives (en 30 matches) lors de la première, il s’était durablement installé comme titulaire indispensable dans les plans de Franck Haise. Avec une amélioration de ses statistiques la seconde, à hauteur de 13 buts en 35 rencontres. En parallèle, il compte 27 sélections en équipes de France jeune. De quoi faire augmenter sa côte sur le site spécialisé Transfermarkt de 1 million d’euros en 2020 à 18 millions d’euros actuellement.

En signant à Rennes, l’avant-centre retrouverait Loïc Badé, avec qui il a joué 28 rencontres lors de leur saison commune en Artois. Il découvrirait l’Europe, lui qui a tout de même participé à 10 rencontres de Youth League (neuf buts, une passe décisive).

Vers un système à deux pointes ?
Le recrutement d’Arnaud Kalimuendo pourrait amener Bruno Genesio à faire évoluer son système pour y intégrer deux pointes. Demandeur d’un important temps de jeu (d’où son départ du PSG), le joueur de 20 ans évolue surtout en 9, voire en soutien d’un avant-centre. Propre techniquement, n’hésitant pas à se déplacer sur la largeur du terrain, il se distingue surtout par son adresse face aux buts. Il possède aussi une expérience des styles de jeu offensifs, de par ses deux années lensoises.

Cette arrivée pourrait provoquer un ou plusieurs départs dans le secteur offensif rennais. Celui-ci se retrouverait très fourni avec également Gaëtan Laborde, Jérémy Doku, Martin Terrier, Kamaldeen Sulemana, Serhou Guirassy, Matthis Abline et Loum Tchaouna. Il reste encore trois semaines avant la clôture du mercato. Et comme le répétait Bruno Genesio samedi dernier : "Cela ne fait pas deux mois que je suis dans le milieu du foot. Je sais très bien que nous ne maîtrisons pas grand-chose jusqu’au 1er septembre."

Jeune Saint-Yvien jouant à l’US Concarneau, Noé Le Page n’a que 13 ans. Pourtant, déjà, il intéresse les grands clubs de foot. À la fin de la prochaine saison, il rejoindra le Stade Rennais. Mais ce parcours fulgurant ne l’empêche pas de garder la tête froide.
ds 0943

"Porter son équipe, avoir une certaine sérénité, avoir un bon jeu au pied, être un vrai 11e joueur"… Lorsqu’on l’interroge sur les qualités nécessaires à un bon gardien de but, les réponses de Noé Le Page résument sa personnalité. Il n’a pas la grosse tête, se met au service des autres, reste serein et veut privilégier sa scolarité.

L’OM, ça nous a vraiment surpris
Pourtant, à bientôt 14 ans, ce jeune Saint-Yvien rejoindra le Stade Rennais, à la fin de la saison prochaine. Un "accord de non-sollicitation" vient d’être signé entre ses parents et le club. En clair, aucun autre club pro ne peut le solliciter dans les mois qui viennent.

C’est que Noé Le Page a été très demandé, ces derniers mois. Guingamp, Brest, Lorient, Rennes et même l’Olympique de Marseille se sont intéressés à ce jeune gardien de but, qui évolue depuis 2020 à l’US Concarneau. "L’OM, ça nous a vraiment surpris", confie Carole, sa maman. Mais la raison a justifié le choix final. "À Rennes, le lycée est au sein du centre de formation. On a beaucoup réfléchi, la scolarité était prioritaire".

Une histoire de famille
Le parcours de Noé sur les terrains de foot a commencé, comme pour beaucoup, dès le plus jeune âge. "J’avais 5 ans. Mon père joue à l’AS Saint-Yvi, raconte-t-il. Quand j’étais petit, j’ai évolué un peu à tous les postes. Mais quand j’étais en U8, le gardien qui jouait dans la catégorie au-dessus s’est blessé. J’ai pris sa place". Depuis, il est resté le n° 1, au sein de ses différentes équipes.

Un drôle de clin d’œil familial. "Son père a d’abord été gardien, puis attaquant, puis entraîneur de l’AS Saint-Yvi", sourit Carole. Et, depuis deux ans, Vincent Le Page a remis les gants et garde à nouveau les buts de l’équipe première de l’AS Saint-Yvi.

Saint-Yvi, Concarneau et Ploufragan…
Noé, lui, a quitté le club familial il y a deux ans. "J’avais été désigné meilleur gardien d’un tournoi à Trégunc, se souvient-il. L’année d’après, Jean-Gui (*) est venu me chercher pour rejoindre Concarneau".

Du haut de son 1,82 m, Noé entame donc sa troisième saison dans le club phare du Sud-Finistère et jouera cette saison en U15, équipe qui évolue en Régionale 1. Un parcours mené de pair avec sa formation au sein du Pôle Espoirs de Ploufragan, qu’il a intégré il y a un an. C’est d’ailleurs là qu’il a été repéré par les clubs pros. Un autre épisode de sa belle histoire. Là-bas, avec trois autres jeunes joueurs de l’USC, il partage sa vie entre collège et foot, avec en moyenne une heure et demie d’entraînement par jour. Et le week-end, c’est retour à la maison, pour… jouer avec l’USC.

Un rythme fou
Un rythme un peu fou, auquel il s’est bien adapté. "C’est un peu plus dur pour moi", confie Carole. Pour la petite sœur de Noé, Julie, aussi. "Les deux premiers mois ont été les plus difficiles, physiquement et mentalement, reconnaît Noé. Mais ça va beaucoup mieux".

Ce rythme, le jeune footballeur va le conserver un an encore. Avant le grand saut, en juillet 2023, vers le centre de formation du Stade Rennais. D’ici quelques jours, il ira passer quatre journées là-bas, en guise d’intégration. Et si, à Saint-Yvi, dans la famille et dans le petit milieu du foot local, son parcours ne laisse pas indifférent, Noé conserve sa sérénité. "Je sais qu’il y a peu de chance pour que je sois pro un jour", assure-t-il. Pour lui, là n’est pas l’essentiel. Le foot est une passion, il vit un véritable rêve mais il ne s’enflamme pas.

Le gardien de but international français Steve Mandanda doit s’engager ce mercredi 6 juillet avec le Stade Rennais. Selon nos informations, il va signer un contrat de deux ans, les Rouge et Noir ne payant pas d’indemnité de transfert dans l’opération.
ds 0958
Le transfert de Steve Mandanda de l’Olympique de Marseille vers le Stade Rennais devrait être rapidement bouclé. Le gardien de 37 ans, 34 sélections en équipe de France et champion du monde 2018 avec les Bleus, doit arriver à Rennes ce mercredi, une fois que le SRFC aura réglé tous les détails de l’opération avec l’Olympique de Marseille.
 
Selon nos informations, Mandanda va signer un contrat de deux ans avec le SRFC, qui ne paierait pas d’indemnité de transfert à l’OM, où le joueur a pourtant encore deux années de contrat (il avait prolongé il y a deux ans jusqu’en 2020). Le club phocéen ne compte pas lui mettre des bâtons dans les roues et est prêt à le laisser partir libre.

S’il n’y avait pas l’ombre d’un doute sur le fait que James Léa-Siliki, formé au Stade Rennais et présent depuis 2014 (113 matchs, 4 buts), plierait définitivement bagage cet été, restait à connaître la destination !

ds 0951

Le milieu de terrain international camerounais (11 sélections) de 26 ans, revenu en Bretagne après un prêt infructueux du côté de Middlesbrough, va découvrir un nouveau championnat et rejoindre Estoril, neuvième du dernier championnat portugais, avec lequel il s’est engagé pour

Barré au milieu de terrain, celui qui restera dans le cœur de tous le passeur décisif pour Ismaïla Sarr un soir de folie au Roazhon Park face à Arsenal, n’a pas manqué ses adieux, se fendant d’un très beau message d’adieu sur les réseaux sociaux, écrit avec ses mots et non ceux d’un Community manager personnel…

 

Réussir ses débuts, c’est bien mais aussi ses adieux, c’est encore mieux alors chapeau James et bonne chance pour la suite !

Le Bayern Munich et Rennes sont parvenus à un accord de principe, ce samedi en fin d’après-midi, pour le transfert de l’attaquant Mathys Tel qui, à seulement 17 ans, va rejoindre le géant allemand pour une indemnité proche de 30 millions d’euros bonus inclus.
ds 0921

Le feuilleton Mathys Tel au Bayern Munich est sur le point de connaître son épilogue. Malgré un contrat jusqu’en 2024, l’attaquant de 17 ans va quitter Rennes pour poursuivre sa jeune carrière dans les rangs du champion d’Allemagne. Selon nos informations, les deux clubs en discussions depuis plusieurs semaines ont trouvé un terrain d’entente ce samedi pour le transfert du très prometteur buteur français.

Le montant du transfert serait légèrement inférieur à 30 millions d’euros bonus compris, assorti d’un pourcentage sur une éventuelle revente. Rennes n’était pourtant pas vendeur en début de mercato, mais l’insistance du Bayern Munich dans ce dossier a fini par faire la différence.

Comme révélé sur notre site, les dirigeants munichois (dont le directeur du football Hasan Salihamidzic) avaient fait le déplacement à Rennes mardi matin pour rencontrer leurs homologues bretons. Au cours de la réunion, qui a duré près de deux heures en présence du directeur technique Florian Maurice et du président rennais Olivier Cloarec, une nouvelle offre verbale avait été formulée dans l’espoir de conclure l’affaire. Mission accomplie ! Après plusieurs jours de négociations approfondies, le board rennais s’est finalement résolu à vendre sa pépite qui n’aura joué que 88 minutes en professionnel la saison dernière (10 apparitions).

Mathys Tel était absent du dernier match amical contre Augsbourg (3-2), ce samedi, après avoir déjà raté les deux premières rencontres de l’été contre Caen (2-1) et Fribourg (0-1), officiellement malade.

 Considéré comme l’un des plus grands talents de sa génération, Mathys Tel voulait absolument rejoindre le Bayern qui en a fait une priorité avec le départ de Robert Lewandowski au FC Barcelone. Le club bavarois estime qu’il est à la fois le futur et le présent d’une équipe qui doit repartir sur un nouveau cycle. Ses prestations lors du dernier Euro U 17 (3 buts), remporté par l’équipe de France, ne sont pas passées inaperçu non plus.

Le natif de Sarcelles est maintenant attendu sur le sol allemand pour finaliser son arrivée avec la signature d’un contrat longue durée (5 ans).

Page 1 sur 11

Recherche

Calendrier

Partenaires

Articles

Connexion

Tipeee

Tipeee

S.G.S.B.

SGSB

Cantine de Mumbly

Cantine

Hébergé par

Reglyss.bzh

© 1996 - 2022 www.StadeRennais.Net
© 2022 Da'Squad - L'actu du Stade Rennais

Free Joomla templates by L.THEME